Une boîte noire pour les gouverner tous

Ce mois de juillet voit l’introduction des boîtes noires pour les automobiles, nouvelle étape de formolisation de la société européenne…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Voiture-Ni Pacer ni Twingo by Toto a Matinino (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une boîte noire pour les gouverner tous

Publié le 1 juillet 2022
- A +

Le premier juillet marque assez logiquement le début de la seconde moitié de l’année et constitue souvent une occasion pour les administrations de revoir leurs barèmes et pour le gouvernement d’introduire de nouvelles mesures pas toujours très populaires. Il faut dire que, ça tombe bien, à partir de ce mois, l’esprit des Français est résolument orienté sur leurs prochaines vacances ce qui explique sans doute que c’est pendant ces périodes que les pires crasses leur sont infligées.

L’année précédente, on se souvient que ce même mois avait vu la décision du locataire de l’Élysée d’introduire un passe sanitaire puis vaccinal, aboutissant à la ségrégation d’une partie des Français sur un statut purement médical. Cette année, il ne faudra même pas la moitié du mois pour que soit mise en place une nouvelle petite saloperie décidée par la branche européenne de l’Occupant intérieur : dès le 6 juillet prochain, tous les nouveaux modèles de voitures fabriqués dans l’Union européenne devront en effet être équipés d’un boîtier d’enregistrement des données du véhicule, une boîte noire en somme, présentée bien évidemment comme une solution pratique afin de mieux comprendre les causes d’un accident de la route.

Décidément, la sécurité et la bonne santé de chacun d’entre nous, notre protection (voire notre capacité à correctement produire de la valeur ajoutée facilement taxable) est consciencieusement et régulièrement mise en avant pour nous transformer avec la plus parfaite onctuosité en bétail docile et lucratif.

En juillet dernier, c’était la bonne santé de nos aînés (si fragiles aînés !) et la solidité de nos hôpitaux (si précieux hôpitaux, dont on prétend que le monde entier nous les envie) qui avaient été utilisés pour justifier sans vergogne l’instauration d’un passe grossièrement anticonstitutionnel dont on se rend compte, douze mois plus tard, qu’il n’a absolument pas aidé les uns le moins du monde et qu’il a accru le problème des autres, tout en donnant un moyen disproportionné d’influer sur pardon d’emmerder la vie des Français.

Ce mois de juillet verra donc le déploiement de cette boîte noire sur les nouveaux véhicules européens, afin, là encore, de garantir officiellement la sécurité des conducteurs, la connaissance des causes d’accidents aidant à les prévenir, et, plus réalistement, à assurer un cheptel de contribuables de roses et frais incapables de se mettre dans la moindre situation de danger qui pourrait écourter malencontreusement les bonnes années productives (quelle horreur).

En effet et très officiellement, le petit boîtier enregistre les données fournies par le véhicule comme sa vitesse, les phases d’accélération ou de freinage, si le conducteur porte ou non la ceinture de sécurité, s’il a bien utilisé son clignotant et le cas échéant, quelle fut la force de la collision, le régime moteur ou l’inclinaison du véhicule 30 secondes avant l’accident et 10 secondes après le choc. Rassurez-vous tout de suite : au contraire des boîtes noires aériennes qui enregistrent les conversations du cockpit, il est bien évidemment hors de question ici que les mêmes boîtiers enregistrent les conversations dans l’habitacle…

Mais on sait déjà que ce n’est pas l’envie qui manque à toute une ribambelle de politiciens d’inclure cette option dans un prochain paquet législatif à la faveur d’un attentat terroriste, d’une pandémie, d’un fléau climatique ou d’une invasion extraterrestre avec ou sans Illuminatis. En attendant, nos aimables garde-chiourmes de moins en moins bien élus se contenteront des données de géolocalisation ou de consommation (affreuse dépense énergétique, quand on y pense – surtout par ces temps tendus où l’or noir n’a jamais été aussi cher à la pompe !) pour se faire une idée précise de ce que nous faisons de nos véhicules quand ils ont leur auguste dos tourné.

À présent, compte tenu de ce qu’ont montré ces législateurs, ces politiciens et la tendance globale de ces dernières années, il n’est qu’une affaire de temps (quand ?) et non de possibilité (si) pour que ce pistage permanent ne soit directement utilisé contre les citoyens : dans un premier temps et comme esquissé dans le paragraphe précédent, on sait que ce moyen sera utilisé pour déterminer l’adéquation de votre consommation avec ce que le pays peut se permettre sur le plan énergétique, et, au final, ce que le pouvoir vous aura octroyé.

Pratique : plus besoin d’un ticket de rationnement puisqu’enfin, tout sera numérique ! La surtaxe de votre véhicule sera tranquillement automatisée : parce que vous avez cramé trop d’énergie fossile lundi et mardi derniers pour aller travailler au lieu de perdre une ou deux heures supplémentaires dans les transports en commun (qui étaient du reste soit en panne, soit en grève, mais on s’en fiche, ils sont éco-responsables, eux), vous devrez vous acquitter d’un petit montant forfaitaire qui ira abonder une association de sauvegarde des oursons mignons en Alaska ou permettra le plantage de deux arbres en Ardèche. Youpi.

Dans un second temps, cela sera un moyen fort pratique pour empêcher les citoyens de fuir : l’arrêt du véhicule à distance évitera aux mécontents du système carcéral sécuritaire européen de fuir mobiliser des moyens et des équipes pour les contenir. Décidément, on voit mal pourquoi un tel système ne serait pas mis en place avec l’assentiment de tous !

Ah, vraiment, ces mois de juillet qui sentent bon l’huile solaire et le farniente prennent ces dernières années une odeur plus caractéristique, celle du calciné portée par nos libertés brûlées sur l’autel d’une sécurité de plus en plus envahissante, ce véritable formol de la société française.

Enfin et au passage, notons que le 31 juillet devrait voir la fin du régime d’état d’urgence sanitaire… Parions cependant que tout sera fait au gouvernement et à l’Assemblée pour que cette fin ne soit pas actée. On trouvera, encore une fois, une bonne raison : l’espionnage, le traçage permanent du cheptel est bien trop pratique pour qu’on laisse aussi facilement filer une telle occasion.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Mon mental woke conscientisé bondit d’horreur à l’usage du qualificatif « noire » accolé à cet engin maléfique et pas même un LFI pour s’indigner !

  • Elle sera peut-être orange comme dans les avions ou bariolée façon treillis militaire, ou camouflée en filtre à air pour éviter que des petits malins la désactivent!

    • Plus simple encore : elle pourrait être camouflée en smartphone. Arrêtons de nous tromper de cible, le problème n’est pas les gadgets qui pourraient être utilisés à nous surveiller ou nous restreindre. Le problème est que certains adorent surveiller ou restreindre leur prochain, et que tant qu’ils ne sont pas puissants, nul ne se fatigue à les condamner moralement. Au contraire, pour peu qu’ils soient écolos, ça ne choque quasiment personne qu’ils puissent obliger les non-croyants aux pires absurdités. Vous voulez leur refuser un moyen, ils en trouveront un autre. Le combat doit être de changer leur mentalité, peu importent les boites noires, blanches ou oranges, focalisez donc un peu votre attention sur la matière grise à l’intérieur des boites !

  • Science fiction : et si prochainement, les forces de l’ordre étaient autorisées à se connecter sur la prise diag ? un peu comme la vidéo verbalisation . En fait l’idée doit déjà être dans les tiroirs. Que penser du développement des IOT . Encore des applications intrusives possibles.

  • Comme si on ne savait pas depuis 50 ans que LA cause des accidents était la vitesse, encore la vitesse toujours la vitesse !

    • Oui la vitesse. Et pas les croisements dangereux, et autres déficit d’équipements*.
      Avec l’état, c’est toujours les autres. Le Covid, ce sont les français qui sont sales et pas l’hôpital en mort clinique.
      *Il y a moins de morts sur l’autoroute car les voies sont séparés et pas de croissements, pas comme les routes secondaires. Mais on roule plus vite.

    • Lors d’un accident, si vous dépassiez la vitesse autorisée, alors c’est dû à la vitesse. Conclusion: plus on diminue la vitesse autorisée, plus les accidents dû à la vitesse augmentent.

  • Bon, en effet, en cas d’accident ça peut aider à determiner les responsabilités..ça devrait être les assureurs qui vous demandent cela, car la cause des accidents les concernent. A l’nstar des body cam sur les policiers..
    Comme d’ hab la question est le détournement de ces données..

  • Bien plus emm………t que la boîte noire, le « dispositif d’adaptation intelligente de la vitesse » obligatoirement enclenché à chaque démarrage de la voiture et qui comporte une fonction d’information concernant la limite de vitesse (SLIF) et soit une fonction d’avertissement concernant la limite de vitesse (SLWF), soit une fonction de régulation de la vitesse (SCF).
    Le législateur européen autorise, actuellement, le débranchement de ce dispositif par le conducteur apès chaque démarrage, pour autant que l’information que le système est débranché apparaisse.

  • Mauvaise langue, ce n’est obligatoire qu’à partir du 6 juillet 2022 ! Pas du 1er …

  • Pas grave, qui pourra s’acheter une voiture et remplir son réservoir dans le futur qu’on nous promet ? Achetez un vélo, Uber ou le train ou l’avion pour les riches !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les politiques n’aiment pas l’innovation. Ils la tolèrent si celle-ci se fait dans des laboratoires agréés, avec marqué « innovation » au-dessus de l’entrée et sur les papiers à en-tête, et avec des subventions décidées en commission et un planning bien défini : janvier, définition des objectifs ; février, rédaction du rapport préliminaire destiné aux politiques ; mars, échanges avec les politiques ; avril, mai, juin… décembre (des années à venir), remise du ou des prototypes et du rapport final aux politiques.

Le lamentable exemple ré... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les débats sur un possible reconfinement permettent d’occulter les dégâts économiques. La reprise économique est pleine de surprises, pas nécessairement bonnes, loin de là.

Le sujet du jour dans les médias : le confinement qui revient dans un certain nombre de pays.

Les élus démentent toute possibilité de retour en arrière ici en France…

Pourtant, ils avaient aussi écarté la possibilité du passe-vaccinal. Voici un extrait de LCI de décembre 2020 :

Non, le vaccin contre le coronavirus ne ser... Poursuivre la lecture

par h16

Ce n'est pas parce que la France se reconfine partiellement, localement ici et là, s'emmitoufle gentiment en attendant la faillite généralisée de ses forces vives dans le chuintement subtil de ses prouts républicains, qu'il faudrait se laisser aller : l'important, au pays du vin et des fromages est que les taxes continuent à pleuvoir.

Et comme de juste, elles pleuvent donc.

Que voulez-vous mes braves, c'est qu'un État dodu comme l'État français, ça ne vit pas d'amour et d'eau fraîche ! Un gros État ventripotent, o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles