Sortir l’Afrique du colonialisme monétaire

Le développement économique durable et la prospérité générale durable passent nécessairement par une monnaie saine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by James Wiseman on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir l’Afrique du colonialisme monétaire

Publié le 21 mai 2022
- A +

Par Manuel Tacanho.
Un article du Mises Institute

L’Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l’hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c’est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D’autres peuvent prétendre, comme le célèbre et infâme ancien gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe, Gideon Gono, que l’inflation est corrélée aux sécheresses ou à un autre phénomène planétaire. Enfin, des commentateurs plus incrédules peuvent affirmer que l’instabilité monétaire est une caractéristique normale des économies en développement.

Ce point de vue et d’autres semblables sont tout à fait erronés. L’Afrique a été affligée par l’instabilité monétaire, l’inflation galopante et même l’hyperinflation à cause des régimes de monnaie fiduciaire imposés par les gouvernements africains. Un arrangement qui équivaut à du colonialisme monétaire.

La cause de l’inflation et de l’instabilité économique

Les accords de Bretton Woods de 1944 ont établi que le dollar américain devait rester adossé à l’or, l’ancre de la confiance et de la stabilité monétaires, à 35 dollars l’once, et que toutes les autres monnaies seraient à leur tour liées au dollar. La suspension de la convertibilité du dollar en or était supposée temporaire, comme l’a déclaré le président Richard Nixon en 1971.

Cependant, en raison de l’essor de l’économie keynésienne et de l’appétit insatiable des gouvernements pour dépenser plus que ce qu’ils prélèvent par le biais des impôts, le gouvernement américain s’est retrouvé à émettre, à imprimer si vous préférez, plus de dollars qu’il n’avait d’or en réserve. Ce déséquilibre a conduit des pays clés à exiger en or le rachat d’une partie de leurs avoirs en dollars. Alors que la pression pour le rachat augmentait, le 15 août 1971, le président Nixon a unilatéralement mis fin au dernier lien du dollar (et donc des monnaies du monde) avec l’or, la forme de monnaie la plus stable. Il a annoncé :

J’ai ordonné au Secrétaire Connally de suspendre temporairement la convertibilité du dollar en or ou en d’autres actifs de réserve, sauf pour les montants et les conditions déterminés dans l’intérêt de la stabilité monétaire et des meilleurs intérêts des États-Unis.

C’était l’étape finale d’une longue transition orchestrée par les gouvernements vers une monnaie fiduciaire qui a commencé avec la Première Guerre mondiale. En substance, le funeste choc de Nixon est la façon dont l’humanité s’est retrouvée enchaînée par des régimes de monnaie fiduciaire. Et l’instabilité, l’inflation et les crises plus fréquentes en résultent.

Pour situer le contexte, notez qu’en 1971, les affaires mondiales étaient façonnées par les deux superpuissances de l’époque, les États-Unis dirigeant le bloc capitaliste et l’Union des républiques socialistes soviétiques dirigeant le bloc communiste. Ainsi, la décolonisation de l’Afrique se déroulait sur fond de guerre froide. Comme les pays capitalistes étaient les colonialistes, de nombreux mouvements de libération africains se sont tournés vers les pays communistes pour obtenir leur soutien. Ce qui signifiait aussi alliance idéologique.

Comme presque tous les régimes étatiques, l’Union soviétique, l’Union soviétique a rejeté la monnaie saine au profit de la monnaie fiduciaire. Ainsi, après le choc de Nixon, la monnaie fiduciaire est devenue la nouvelle norme en Occident. Pour les pays africains, cela signifiait que, que l’on soit dans le camp capitaliste ou dans le bloc communiste, la seule option monétaire était la monnaie fiduciaire – une monnaie inconvertible et non adossée dont l’offre est illimitée.

Cela dit, les pays africains, bien que politiquement indépendants, restaient économiquement et monétairement dépendants de l’Ouest et de l’Est. Cela signifie également que leurs conceptions économques sont restées philosophiquement dépendantes de l’Occident ou de l’Orient. Ainsi, ils vivent prisonniers de concepts économiques importés, étatistes et inflationnistes, alimentés par de la monnaie fiduciaire.

Lorsque l’URSS s’est effondrée en 1991, les États-Unis sont devenus la seule superpuissance au plan fiduciaire. Cependant, à cette époque, les cercles académiques, gouvernementaux et médiatiques de l’Occident capitaliste étaient déjà très attachés à l’économie keynésienne/étatiste.

N’oubliez pas que le président Richard Nixon avait déclaré au début des années 1970 :

« Nous sommes tous keynésiens maintenant. »

De 1991 à aujourd’hui, l’économie dominante est devenue encore plus étatiste. De plus, remarquez que l’économie étatiste et l’inflation monétaire sont éternellement liées. C’est une raison cruciale pour laquelle les étatistes de toutes obédiences préfèrent les systèmes de monnaie fiduciaire.

Cela signifie donc que 99 % des économistes africains formés en Occident, en Afrique ou ailleurs avant et après 1991 sont étatistes, partisans de la monnaie fiduciaire et opposés à la monnaie saine et à la liberté monétaire. Les dirigeants, les politiciens et les bureaucrates africains ont des opinions économiques étatistes, d’où l’insistance sur le développement économique dirigé par l’État, malgré l’échec évident de ce modèle à créer des sociétés africaines développées et prospères au cours des cinquante dernières années.

Tel est le contexte de la pensée économique étatiste et du système monétaire inflationniste dans lequel les pays africains ont acquis leur indépendance et ont vécu. En d’autres termes, les sociétés africaines postcoloniales ont été conçues dans un contexte de colonialisme monétaire, d’inflation (monétaire/prix) et, par conséquent, d’instabilité économique.

Pourtant, malgré le chaos monétaire observé en Afrique, plutôt que de reconnaître que les systèmes de monnaie fiduciaire sont intrinsèquement inflationnistes et peu fiables, comme M. Gono, de nombreux banquiers centraux, économistes étatistes et autres partisans de la monnaie fiduciaire n’hésitent pas à blâmer le temps chaud, le temps froid, ceci ou cela pour les conséquences ruineuses du système monétaire chaotique actuel.

 

L’Afrique sous le standard du dollar fiat

Comment les sociétés africaines se sont-elles comportées au cours des cinquante dernières années sous la monnaie fiduciaire et le colonialisme monétaire ?

Cela dépend pour qui. Ce fut fantastique et assez bénéfique pour les élites dirigeantes africaines et leurs associés. Cependant, ce fut un cauchemar d’inflation, d’instabilité et de tyrannie pour le peuple.

L’Afrique postcoloniale a été embourbée dans l’instabilité monétaire : crises monétaires, dévaluations erratiques, fluctuations déstabilisantes, forte inflation, innombrables réinitialisations de la monnaie et hyperinflations ruineuses (par exemple, l’Angola dans les années 1990, le Zimbabwe dans les années 2000, entre autres). Avant même que l’inflation élevée ne devienne un problème mondial en 2021, de nombreux pays africains étaient déjà hyperinflationnistes. Oui, avant la guerre Russie-Ukraine et la crise covid. Par exemple, cinq pays africains sont mentionnés dans le document Hyperinflationary Economies d’Ernst and Young (mis à jour en avril 2022), dont le Soudan, le Zimbabwe (oui, encore), le Sud-Soudan, l’Éthiopie et l’Angola. La Zambie pourrait également être considérée comme hyperinflationniste.

Dans le cadre du système fiduciaire actuel, les économies africaines restent déconnectées sur le plan monétaire. Il existe un état de fait lamentable qui restreint et décourage fortement le commerce entre Africains. Cette situation est étrange et contraire à l’histoire du commerce libre et essentiellement sans frontières de l’Afrique précoloniale.

Par exemple, si un commerçant nigérian souhaite acheter des fournitures ghanéennes, il doit d’abord convertir ses cedis en dollars américains, puis en nairas, un processus lourd et coûteux. Il n’y a pas d’échange direct de devises, même entre les voisins les plus proches, comme le Nigeria et le Cameroun, l’Angola et la République démocratique du Congo, l’Égypte et le Soudan, etc.

Le système de monnaie fiduciaire géré par le gouvernement a été un cauchemar pour les sociétés africaines, avec des conséquences économiques, sociales, culturelles et morales ruineuses. Cependant, la tragédie de la monnaie fiduciaire en Afrique ne s’arrête pas là. Dans le cadre de l’arrangement monétaire du franc CFA contrôlé par la France, 14 pays africains restent prisonniers d’un colonialisme monétaire qui diffère de celui du reste du continent, qui est soumis à un colonialisme monétaire moins direct.

Dans « Fighting Monetary Colonialism With Open-Source Code« , l’activiste des droits de l’Homme Alex Gladstein a souligné :

À l’approche des années 1960, la décolonisation semblait inévitable. L’Europe était unie pour se désengager de l’Afrique après des décennies de déprédations et de pillage par l’État. Mais les autorités françaises ont compris qu’elles pouvaient avoir le beurre et l’argent du beurre en cédant le contrôle politique tout en conservant le contrôle monétaire. Cet héritage est toujours présent aujourd’hui dans 14 pays qui parlent français et utilisent une monnaie contrôlée par Paris : Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Togo, Bénin, Burkina Faso, Niger, Cameroun, Tchad, République centrafricaine, Gabon, Guinée équatoriale, République du Congo et Comores. En 2021, les Français exercent toujours un contrôle monétaire sur plus de 2,5 millions de kilomètres carrés de territoire africain.

 

La voie à suivre et l’avenir de l’Afrique

Les dirigeants africains peuvent choisir de :

  1. Continuer à laisser subsister l’injustice, la tyrannie et la ruine causées par la monnaie fiduciaire sous le colonialisme monétaire.
  2. Lancer une monnaie africaine unique adossée à l’or.
  3. Abandonner complètement les lois sur le cours légal et les autres lois monétaires répressives, rétablissant ainsi la liberté monétaire comme elle l’était dans les sociétés africaines précoloniales.
  4. Créer un cadre juridique et réglementaire pour que les crypto-monnaies et les solutions cryptographiques coexistent avec les monnaies fiduciaires gouvernementales.

 

Comme plusieurs millions d’Africains épris d’eux-mêmes, je soutiens que l’option 1 est inacceptable et intolérable. Le colonialisme monétaire doit prendre fin.

L’option 2 implique la réalisation d’une vision panafricaine de longue date. Elle est donc idéale. Cependant, il s’agirait probablement d’un processus atrocement bureaucratique et donc long, étant donné l’antagonisme féroce de l’establishment politique envers la monnaie saine. Outre le fait qu’il s’agit d’un rêve dont la plupart des Africains, le fait que la production artisanale et industrielle d’or augmente en Afrique vient appuyer cette option. Cependant, celle-ci pourrait inciter l’OTAN à lâcher ses terrifiants avions pour faire tomber tout un tas de démocraties en Afrique.

L’option 3 consiste à supprimer complètement les lois sur le cours légal et les autres lois monétaires répressives. Ainsi, les Africains postcoloniaux pourront jouir de la liberté monétaire dont jouissaient les Africains précoloniaux ; c’est-à-dire qu’ils échangeaient librement de l’or, de l’argent, du cuivre, du sel et des coquilles de cauris, entre autres marchandises, comme monnaie.

C’est le meilleur moyen, le plus rapide et le plus efficace de sortir du colonialisme monétaire et de le dépasser. Compte tenu de la prédominance de la pensée économique étatiste, cette approche peut sembler radicale, peut-être même farfelue, du moins du point de vue des politiciens et des bureaucrates. Pourtant, c’est le moyen le plus rapide et le plus efficace de sortir du colonialisme monétaire.

L’option 4 est bureaucratique, coûteuse, toujours répressive, et n’établit pas la liberté monétaire, mais elle pourrait bien être un compromis intermédiaire. Avec cette approche, les gouvernements africains adopteraient une législation établissant un cadre juridique et réglementaire. Par conséquent, ils autoriseraient l’utilisation des crypto-monnaies aux côtés des monnaies fiduciaires.

C’est déjà le cas. La République centrafricaine a adopté une législation allant dans ce sens et établit le bitcoin comme monnaie légale pour circuler avec le franc CFA centrafricain. De même, la présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, a demandé à la banque centrale de préparer le pays aux crypto-monnaies.

L’adoption des crypto-monnaies en Afrique a été discrète mais rapide et intense. Cette tendance met en évidence que les Africains, qui sont jeunes, férus de technologie et aspirant au changement, cherchent des moyens d’échapper aux problèmes de la monnaie fiduciaire. L’Afrique est un pionnier dans l’adoption des crypto-monnaies, affichant des taux d’adoption parmi les plus élevés au monde, malgré l’antagonisme des gouvernements.

Si les dirigeants africains s’en tiennent à l’option 1, c’est-à-dire à la monnaie fiduciaire et donc à la poursuite du colonialisme monétaire, la nature rendra justice. Les preuves historiques montrent sans équivoque que les régimes de monnaie fiduciaire échouent toujours et inévitablement. L’étalon du dollar fiduciaire ne résistera pas à l’épreuve du temps. La loi naturelle prévaut sur la loi gouvernementale.

L’économiste Peter C. Earle a précisé :

Lorsque Nixon a fermé la porte à l’or, il a promis que la suspension de la convertibilité du dollar était temporaire. Je considère les cinquante dernières années comme un interrègne monétaire : une période au cours de laquelle se déroule une expérience globale qui s’étend non seulement aux économies mondiales mais aussi à l’ensemble du commerce, du monde universitaire, de la société et de la culture. L’or retrouvera sa prééminence monétaire non pas parce qu’il le peut ou le doit, mais parce qu’il le doit. La suspension temporaire de Nixon sera exactement cela ; non pas parce qu’il l’a dit, mais plutôt parce qu’à un moment donné, il n’y aura pas d’autre voie à suivre.

 

Conclusion

Au cours des cinquante dernières années, l’Afrique a été prise au piège dans un cauchemar d’appauvrissement caractérisé par une inflation galopante, un chaos monétaire et une instabilité économique. Ces problèmes sont omniprésents parce que les sociétés africaines vivent sous la répression monétaire soutenue par des régimes de monnaie fiduciaire locale, qui sont à leur tour des dérivés de l’étalon dollar fiduciaire.

La suspension temporaire du lien entre le dollar et l’or, décidée par le président Nixon, aura cinquante et un ans en août prochain, et de nombreux dommages économiques, sociaux, culturels et moraux ont été causés aux sociétés du monde entier pendant cette période. Bien que pour l’Occident, les États-Unis en particulier, cet arrangement ait été extrêmement bénéfique, c’est-à-dire d’un privilège exorbitant.

Comme nous l’avons vu dans « Money: What Is It? More Importantly, Why Is It ? », l’argent est le bien le plus important de l’économie, sans lequel la société moderne ne peut exister. Les implications de l’argent touchent chaque aspect de la vie humaine. Par conséquent, le type de monnaie utilisé par une société doit être aussi stable, fiable et incorruptible que possible.

Le développement économique durable et la prospérité générale durable passent nécessairement par une monnaie saine. Les dirigeants africains doivent donc adopter une monnaie saine et mettre fin à la répression monétaire (et économique) si les sociétés africaines veulent devenir libres, stables, pacifiques et prospères. Telle est la voie que l’Afrique doit suivre pour sortir du colonialisme monétaire.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken.

La Banque du Canada a augmenté mercredi son taux d'intérêt directeur (connu sous le nom de taux cible du financement à un jour) de 1,0 % à 1,5 %. Il s'agit de la deuxième augmentation de cinquante points de base depuis avril et de la troisième hausse du taux cible depuis mars de cette année. Le taux cible du Canada était resté stable à 0,25 % pendant vingt-trois mois, après que la banque a réduit son taux cible à partir de mars 2020.

Comme aux États-Unis et en Europe, les taux d'inflation au Canada atteignent d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles