Législatives 2022 : les macronistes pas encore élus et déjà anticonstitutionnels

L’investiture des candidats du groupe « Ensemble » pour les législatives de juin prochain est conditionnée à la signature d’une charte comprenant 12 engagements. Un moyen pour la majorité de garder ses élus au plus près, mais complètement illégal car contraire à la Constitution…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Screenshot 2022-04-25 at 09-30-17 (2) Le discours de victoire intégral d'Emmanuel Macron au Champ-de-Mars - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=_WrbnCVamKc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives 2022 : les macronistes pas encore élus et déjà anticonstitutionnels

Publié le 17 mai 2022
- A +

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie démocratie et solidarité, aujourd’hui disparu, et qui rassemblait les déçus d’Emmanuel Macron. Ensuite, Emmanuel Macron veut éviter toute tentation de fronde. En 2017, 314 députés avaient été élus sous l’étiquette LREM avant que départs et transfuges ne fassent fondre ce chiffre à 267 en fin de législature.

Enfin et surtout, l’Élysée ne veut pas avoir à gérer les ambitions présidentielles d’Édouard Philippe et est favorable à la retraite à 67 ans.

 

Un engagement sous forme de charte

Dans une charte des candidats contenant 12 engagements, les candidats macronistes ont dû s’engager autour de plusieurs thèmes comme l’exemplarité ou la probité.

Cette charte se base sur « l’éthique et la poursuite de la moralisation publique. » Ainsi, les candidats sont invités à quitter leur logement social « dans les plus brefs délais » s’ils ne respectent plus les critères d’éligibilité. Il leur est également rappelé qu’ils ne peuvent « recruter les membres de la famille aux premier et deuxième degrés […] au sein de l’équipe parlementaires ».

Les futurs parlementaires doivent également s’engager à respecter « ses adversaires sur le terrain comme sur les réseaux sociaux et à contribuer à un débat apaisé et éclairé. »

Cette charte est aussi très politique. Les candidats doivent défendre une laïcité « dans le cadre strict de la loi du 9 décembre 1905. » Et de préciser que « aucune conviction ou religion ne pourra être ni privilégiée, ni discriminée. » De même la charte insiste sur l’écologie pour laquelle « les candidats s’engagent à intégrer les enjeux de la transition écologique de manière transversale dans toutes leurs réflexions… »

Les candidats sont invités à soutenir « l’ensemble des engagements pris par Emmanuel Macron devant les Françaises et les Français dans le cadre des deux tours de l’élection présidentielle ». Ils « soutiendront Emmanuel Macron au quotidien […] et s’engagent tant à propager sa méthode qu’à l’encourager lors des votes. »

Et c’est là que le bât blesse.

 

Une charte anticonstitutionnelle

En effet, sur le volet méthode politique, « les candidats s’engagent à ne pas être le candidat d’un camp politique mais à représenter l’ensemble des citoyens de leur circonscription ».

Or, cela contrevient à l’article 27 de la Constitution de 1958 qui affirme que « tout mandat impératif est nul. »

La nullité du mandat impératif est induit par le régime représentatif qui est le nôtre. Dans ce régime, la souveraineté réside dans la nation qui l’exerce par ses représentants. Le droit dont disposent les citoyens est celui de désigner leurs représentants. Dès lors, c’est le mandat représentatif qui unit les représentants aux représentés. Cela signifie que les députés se déterminent librement dans l’exercice de leur mandat. Ils ne sauraient être prisonniers d’intérêts locaux ou catégoriels. Aucune injonction à agir dans tel ou tel sens ne peut leur être adressée.

 

C’est une mandature qui commence mal : par une violation de la Constitution !

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avatar
    jacques lemiere
    17 mai 2022 at 6 h 32 min

    ce sont des promesses.et .il n’y pas moyen de virer l’élu… mais juste de le virer d groupe.. donc le mandat n’ets pas impératif

  • Oh pas de soucis : personne dans l’opposition n’ira soulever le pb ni attaquer en justice, dans le cas très improbable où cette idée leur viendrait , Lolo Fafa se chargera de faire disparaître l’article de la constitution. Article soit dit en passant, qui n’était là que pour la galerie .

  • Ils vont s’assoir dessus. Quand cela les arrangent, ils le font, ils osent tout.

  • C’est ce qu’on apelle la nouvelle « Démocratie Participative ». Tu participes vaguement, tu suis le troupeau, Surtout tu ne décides rien par toi méme. La « Soumission » est bien la nouvelle religion a la mode.

  • Lamentable !

  • Effectivement, c’est une curieuse conception de la démocratie !

  • « recruter les membres de la famille aux premier et deuxième degrés […] au sein de l’équipe parlementaires »
    ==> cela n’empêche pas de recruter les membres de la famille du voisin de classe qui lui fera de même avec son voisin, etc. Bref, rien de bien problématique à contourner 🙂

  • Quand on voit la probité et l’exemplarité dans l’entourage immédiat de Macron … on se pince pour être sûr de ne pas rêver

  • Bah, violer la constitution, depuis un moment c’est un sport national, et sous Emmanuel Macron, un rite de passage, une obligation presque quotidienne pour le politicien marcheur.
    Bref, nihil sub sole novum.
    Le viol de la constitution par un politicien devrait valoir interdiction à vie de tout mandat électif ET de tout poste dans l’administration. Mais en fait c’est plutôt une condition sine qua non.

    • @Franz
      Bonsoir,
      « Toute association politique a pour but de maintenir les droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces Droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. » – Art.2 DDHC 1789.
      Ils sont bien au-delà de tout ça.

  • « , « les candidats s’engagent à ne pas être le candidat d’un camp politique mais à représenter l’ensemble des citoyens de leur circonscription ». »
    C’est moi ou à partir du « mais » c’est la définition d’un député ?
    Bon alors, « représenter l’ensemble des citoyens de leur circonscription »… comment dire quand sur l’ensemble des dernières Législatives on a eu :
    – plus de 60% d’abstention et un taux du même acabit pour celles à venir ;
    – des députés qui siègent avec tout juste 20% des voix des inscrits, voire même moins de 10%, et quelques rares dépassant 30% voire 40% mais aucun n’atteignant même pas 50,
    Donc « représenter l’ensemble des citoyens de leur circonscription » on en est loin.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles