L’influence francophone au Proche et Moyen-Orient

L’influence francophone est en baisse au Proche et Moyen-Orient.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Beyrouth by Maya-Anaïs Y. (creative commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’influence francophone au Proche et Moyen-Orient

Publié le 28 mars 2022
- A +

Le 1er mars, l’Association du Lien Occident Orient (ALOO) organisait un débat sur l’influence française par la francophonie au Proche et Moyen Orient entre Alain Juillet, président d’honneur de l’Académie de l’Intelligence économique, et Ahmed Youssef, directeur du Centre d’études du Moyen-Orient en présence son excellence Alaa Youssef, ambassadeur d’Égypte à Paris, amoureux de la langue française et s’exprimant parfaitement dans notre langue.

Cette association présidée par Marwan Idris, par ailleurs animateur de l’agence de voyages jordaniennes Adonis, regroupe des amis d’Antoine Sfeir, journaliste d’origine libanaise, spécialiste de géopolitique et éditeur de la revue Les Cahiers de l’Orient.

J’ai travaillé avec ce dernier plusieurs années et produit avec lui deux exemplaires des Cahiers de l’Orient : « Le monde arabe sous le poids du nombre » (démographie, 2007) et « Le français dans le monde arabe » (2011).

Un ton pessimiste sur l’influence francophone au Moyen-Orient

Le ton général​​ des échanges était​​ assez​​ pessimiste, la plupart des exemples positifs étant maintenant anciens. Le fait par exemple que la position du français comme deuxième langue de fait en Égypte a disparu en 1956, ou que la connaissance du français était socialement nécessaire au Liban il y a quelques décennies.

Les orateurs se sont plaints du peu d’attention des politiques français pour la question de l’influence française par la francophonie au Proche et Moyen-Orient qui se traduit notamment par un moindre soutien aux lycées français.

​À mon avis,​​ outre cette indifférence de nos responsables, la francophonie arabe au Proche-Orient, de l’Égypte à l’Irak, a su​bi ​​les conséquences négatives​​ de plusieurs guerres ou changements brutaux de régime.

Citons en premier l’attaque française​​ contrel’Égypte​​ en 1956​​,​​ où notre président du conseil Guy Mollet lança l’armée française sur le canal de Suez avec l’armée anglaise qui représentait pourtant le colonisateur mal-aimé et en coordination avec l’armée israélienne ennemie de l’Égypte.

Tous les francophones non égyptiens (Français, Libanais, Grecs, Juifs…) durent émigrer du jour au lendemain, la politique socialiste de Nasser menaçant souvent par ailleurs de nombreuses entreprises de la bourgeoisie francophone, égyptienne ou non.

Les guerres civiles comme vecteur négatif

Il y a aussi la longue guerre civile du Liban, ​​qui a vu l​’é​migration d’une grande partie de la population francophone​​,​​ tandis que le pays se tournait​​ vers​​ la péninsule arabique​​ où la langue de travail est l’anglais​​.

Aux frontières du monde arabe, la bourgeoisie francophone en Iran s’est trouvée concurrencée à l’époque du Shah par une déferlante économique et universitaire américaine et a fini par émigrer suite à la restauration de l’État islamique en 1979.

Une évolution analogue plus limitée, américanisation puis émigration d’une partie de l’intelligentsias laïque, a été également constatée en Turquie avant et surtout depuis le tournant islamiste d’Erdogan.

Enfin, de façon générale, ce sont les guerres civiles et les répressions qui ont fait fuir les bourgeoisies francophones, notamment chrétiennes en Irak, Syrie et Palestine.

Cette francophonie persiste néanmoins dans une partie des couches cultivées de la région, appuyée par ce qui reste de l’enseignement français et les études supérieures de leurs enfants en France.

La francophonie au Maghreb a des bases totalement différentes qui justifieraient un débat spécial. Elles sont coloniales et non pas culturelles comme au Mashrek1. La francophonie est profondément implantée dans la bourgeoisie locale et entretenue notamment par la circulation des familles entre les pays francophones et d’Afrique du Nord. Par contre elle rencontre l’hostilité de certains partis politiques surtout en Algérie et fait face comme partout dans le monde à la pression anglophone.

Merci à l’Association pour son invitation. Je joins ses coordonnées pour ceux que ses activités intéresseraient.

Association du Lien Occident Orient – Cercle fraternel Antoine Sfeir
Présentation de l’association ALOO (pdf)
orientoccidentaloo@gmail.com

Sur le web

  1. Mashrek : zone géographique de l’Orient (est) arabe, allant de l’Égypte à l’Irak, par opposition à l’Occident (ouest) arabe que constitue le Maghreb.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit s’appuie notamment sur les travaux et les sondages du centre de recherche Pew et de « Arab Barometer » 

Décidément, le pouvoir ne réussit pas aux islamistes. Ils viennent de le perdre au Maroc après la Tunisie et surtout après l’Égypte où ils sont sévèrement réprimés.

Et en Afghanistan ? Au bout de huit jours de pouvoir, les talibans se heurtent également aux réalités.

Le cas du Maroc

Je connais assez bien le Maroc pour y être allé très souvent soit en colloque, ce qui permet des cont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles