Plus fort que les prévisions 2022 : nos prédictions

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait utile. Elle permettrait d’anticiper les crises et les empêcherait.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Manik Roy on Unsplash https://unsplash.com/photos/DSmmdH_fTt8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus fort que les prévisions 2022 : nos prédictions

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 janvier 2022
- A +

Par Philippe Aurain.

Les économistes sont très forts pour prédire les crises économiques. La preuve, ils ont prédit dix des trois dernières. La boutade ramène l’économiste à ce qu’il est : un prévisionniste (quelqu’un qui détecte et prolonge des tendances) et non un devin. C’est dommage.

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait plus utile. Elle permettrait d’anticiper les crises. Mais ce faisant, elle les empêcherait. Une fois une crise prédite, des mesures peuvent être prises pour l’empêcher. Nous aurions vendu les « techs » avant la bulle en 2000, interdit les modèles de crédit hasardeux en 2008 et anticipé la mise au point de vaccins ARN en 2020.

Le problème des prévisions

La prédiction n’est valable que si elle n’est pas admise. Si elle est crue, l’adaptation des comportements l’annihile. Les devins sont toujours des Cassandre. Pour avoir raison, ils ne doivent être reconnus qu’a posteriori. Ils en tirent d’ailleurs des arguments : soit leurs prédictions se réalisent et ils mettent en avant leur capacité de voyance. Soit ce n’est pas le cas et ils arguent que leurs prédictions ont permis d’éviter l’événement prédit.

En revanche le prévisionniste, lui, est décevant. En premier lieu, les techniques économiques étant largement partagées, tous les prévisionnistes détectent les mêmes tendances et prévoient donc à peu près les mêmes évolutions. Deuxièmement, s’écarter de l’opinion issue de ces constats communs, c’est prendre le risque de se tromper contre tout le monde, risque beaucoup plus grand que celui de se tromper avec tout le monde.

Pour ces raisons, le prévisionniste est généralement grégaire. (« Il est plus facile de faire passer un père noël dans le chas d’une aiguille que de faire s’éloigner un économiste du consensus », dit-on). En cette période de projection, le bon sens et la raison enjoignent donc de passer de la prévision à la prédiction. Fi donc de la poursuite de la croissance au-dessus de son potentiel, d’une inflation plus forte que dans le passé mais déclinante, de banques centrales instaurant un biais moins accommodant et de la hausse des taux très modérée et progressive qui s’en suivra.

Le rôle de l’imprévisible

Et passons aux choses sérieuses : l’imprévisible. Une précision, les prédictions reposent sur une autre caractéristique : elles ne doivent pas être datées. En effet, on ne peut pas être précis à la fois sur la chose et sur le moment de la chose prédite. Impossible de dire ce qui arrivera demain à midi. Mais toute prédiction se réalisera si on lui laisse le temps (et les multivers) suffisants.

Je me lance et, pour changer du ton de la période, j’évoque ici les raisons d’être optimistes. Les crises covid et énergétique suscitent un tel effort d’innovation technique et comportementale que le monde va en sortir transformé par une révolution schumpétérienne concernant au moins trois points :

1. Les innovations scientifiques (biotechnologies, dont ARN ; électrification, ordinateur quantique, etc.) vont permettre des gains de productivité (exemple automobile), de santé (cancer, arthrose…), l’amélioration des conditions de vie (pollution de l’air, bruit…), des découvertes scientifiques (modélisation quantique).

2. L’investissement massif dans la transition énergétique va nécessiter un effort de reconstruction susceptible de ramener le plein emploi à terme.

3. Nos comportements de consommation vont évoluer et passer de la consommation de masse à une consommation spécifique et éthique qui sera le moteur d’une transformation sociétale inédite. Tout cela est garanti bien sûr. Les prédictions, surtout optimistes, n’engagent que ceux qui se battent pour qu’elles adviennent. Vivement demain.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Espérons que vous prévisions ne soient que des predictions……
    1 ordinateur quantique.. Parfait pour le contrôle total des populations
    2 l’écologie… Pénurie généralisée, travail obligatoire dans les champs, chouette.
    3 chacun pourra compter ses côtes pour se distraire
    4 mon grain de sel, l’enfer vous nous promettez.

  • Je suis totalement en ligne avec ces précisions constructives et positives. Et je suis peut-être un peu naïf. Je ne supporte plus les prévisions systématiquement négatives.
    C’est amusant que les trois premiers commentaires soient plutôt dubitatifs.
    Malheureusement, un grand nombre d’hommes politiques vont vouloir mettre leur sal nez dans tout ceci et vont donc en limiter les effets.
    Merci pour cet article.

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ram... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles