Les pays les plus libres connaissent des crises économiques moins graves

Les pays qui subiront le moins fortement la crise en 2020 sont ceux qui présentent les indices de liberté économique les plus élevés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Basil James on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pays les plus libres connaissent des crises économiques moins graves

Publié le 3 janvier 2021
- A +

Par Philbert Carbon.
Un article de l’Iref-Europe

Il y a quelques semaines, en rapprochant les prévisions de l’OCDE en termes de croissance et l’indice de liberté économique (Index of economic freedom) publié chaque année par Heritage Foundation, nous affirmions que les pays qui subiront le moins fortement la crise en 2020 sont ceux qui présentent les indices de liberté économique les plus élevés.

Christian Bjørnskov, professeur d’économie à l’université d’Aarhus au Danemark, confirme nos propos dans une étude1 qu’il vient de réaliser pour notre confrère Timbro, un think tank suédois.

L’État à l’origine de la crise

Bjørnskov rappelle d’abord que dans la plupart des pays, les gouvernements ont augmenté les dépenses publiques pour soutenir les entreprises à l’occasion de la pandémie de Covid-19 et de ses suites, il ne faut pas perdre de vue qu’ils sont aussi à l’origine des entraves à la liberté de commercer que nous connaissons encore actuellement.

La plupart des politiciens et de nombreux économistes plaident pour un renforcement accru du rôle de l’État dans l’économie pour dépasser la crise. D’autres économistes et des politiciens peu nombreux, tel Stephen Harper, ancien Premier ministre canadien, soutiennent que la puissance publique devrait jouer un rôle beaucoup plus restreint dans l’économie afin de ne pas faire obstacle à la création de nouvelles entreprises et au dynamisme économique.

Le débat est bien entre une grande liberté économique ou une liberté économique restreinte par les interventions étatiques. Pour les keynésiens, certaines crises peuvent être dues à des défaillances du marché et les interventions politiques et le contrôle de l’économie permettent d’y faire face.

De l’autre côté, les économistes libéraux (par exemple Buchanan et Tullock) affirment que les gouvernements ne disposent pas des informations nécessaires pour agir car de nombreux intérêts particuliers leur fournissent des informations biaisées dans le but d’obtenir des réglementations à leur avantage immédiat. Ces réglementations réduisent les investissements et faussent l’allocation des ressources, et donc peuvent conduire à des crises plus profondes et à une reprise plus lente.

Autre effet pervers : des groupes d’intérêts – composés d’entreprises, mais aussi de syndicats, par exemple s’opposant aux licenciements – se forment pour empêcher des réformes qui les pénaliseraient. Mais l’absence de réformes, ou des réformes incomplètes, contribue à maintenir en vie des entreprises qui deviennent de plus en plus fragiles et de moins en moins rentables. Celles-ci, en cas de crise, disparaissent et rendent la crise beaucoup plus profonde encore.

Enfin la réglementation et le manque de liberté économique ne favorisent pas l’activité entrepreneuriale. Or les entrepreneurs sont essentiels après une crise car ce sont eux qui créent des emplois et permettent de réduire le chômage. Un tissu entrepreneurial insuffisant peut prolonger et accentuer la crise.

La liberté économique limite les crises

Mais Bjørnskov, préfère s’en remettre à ce qu’il appelle « la petite littérature empirique » plutôt qu’aux théories économiques. Cette littérature montre que « la liberté économique est systématiquement associée de manière négative au risque de crise ainsi qu’à sa gravité ».

Christian Bjørnskov (2016) a comparé 212 crises entre 1993 et 2008 et a constaté que les sociétés économiquement moins libres connaissent généralement des crises économiques plus profondes avec des reprises plus lentes.

Ses travaux rejoignent ceux de Baier (2012) qui a observé que des niveaux plus élevés de liberté économique rendent les crises bancaires générales moins probables, et l’étude de Shehzad et Haan (2009) qui a montré comment une liberté économique accrue sur les marchés financiers est associée à un risque réduit de crise systémique.

L’étude réalisée pour Timbro actualise les travaux précédents de Bjørnskov en s’appuyant sur 389 crises survenues entre 1993 et 2017, et confirme que « la liberté économique a des effets négatifs à la fois sur le risque de crise et la profondeur de la crise ».

Précisons que Bjørnskov définit la crise comme « un événement où la croissance annuelle tombe en dessous de -0,2 % ». Indiquons également qu’il se concentre sur quatre aspects de la crise :

  • le risque d’entrer en crise ;
  • le nombre d’années pendant lesquelles le PIB réel par habitant diminue ;
  • la profondeur de la crise (écart entre le pic et le creux du PIB par habitant) ;
  • le temps de reprise (nombre d’années nécessaires pour retrouver le PIB d’avant-crise).

Ces données sont ensuite comparées à l’indice de liberté économique développé par Heritage Foundation.

Le professeur Bjørnskov, après avoir examiné l’ensemble des données recueillies (2653 observations par pays et par année pour 389 crises distinctes), en conclut que les pays situés en dessous du niveau médian de liberté économique ont connu en moyenne une année supplémentaire de croissance négative au cours de la période 1993-2017 par rapport à ceux situés au-dessus de la médiane de liberté économique.

De même, pendant les crises, le premier groupe a connu une baisse moyenne des revenus réels de 8,3 %, alors que la perte de revenus dans les pays plus libres s’élevait en moyenne à 5,4 %.

Le graphique ci-dessous résume les travaux de Bjørnskov. En moyenne, tous pays confondus, le risque de crise est de 15 %. Les pays ayant un niveau de liberté économique inférieur de dix points à la moyenne ont un risque de crise de 18,4 %, tandis que ceux ayant un niveau de liberté économique supérieur de dix points à la moyenne sont confrontés à un risque moyen de 12,7 %.

Estimation du risque de crise et de la profondeur de la crise par degré de liberté économique

Lorsque la crise survient, la perte moyenne de revenus est de 10 % du PIB. Les pays ayant un niveau de liberté économique inférieur de dix points à la moyenne sont susceptibles de connaître une baisse de 12 %, tandis que ceux ayant un niveau de liberté économique supérieur de dix points à la moyenne connaît une baisse de 8 %.

Pour illustrer ses propos, Christian Bjørnskov prend l’exemple de l’Autriche, pays classé parmi les plus libres. Si l’Autriche descendait dans l’indice de liberté économique de Heritage Foundation pour rejoindre l’Argentine, classée parmi les moins libres, le risque qu’elle connaisse une crise augmenterait de près de 50 %. Et la survenue d’une crise entraînerait une chute du PIB autrichien par habitant de 2000 dollars (alors qu’il est aujourd’hui d’environ 50 000 dollars). Réglementer conduit bien à davantage de crises qui, lorsqu’elles surviennent, sont plus graves et plus coûteuses.

La conclusion s’impose donc d’elle-même : les gouvernements devraient cesser de réglementer l’économie et arrêter de s’illusionner sur ce qu’eux et leur administration sont capables de faire.

Sur le web

  1. Christian Bjørnskov, « Economically free countries have fewer and less severe economic crises », Timbro Briefing Paper n°29, 11 novembre 2020.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Empiriquement, et ce n’est absolument pas pour mettre en doute, ce type d’études, que j’ai le loisir de découvrir régulièrement dans les colonnes de Contrepoint.
    Mais,
    1-Je crains, que la tendance de fond, à l’échelle mondiale, soit au « Deep state » donc toujours moins de liberté.
    2-Si Singapour ressemble à un gardon qui défit la bêtise des requins nations, il n’en reste pas moins que je suis persuadé qu’une Ile comme la Grande-Bretagne, ne va pas particulièrement se repositionner dans un curseur « libre » et libre, parce que la contagion étatique a sévit.
    3-De fait, l’échelle des libertés, « economic freedom » ressemblera à une échelle de Jacob dont les barreaux disparaissent au fur et à mesure. Le moins nul sera toujours le moins nul.
    4-Il est cependant, bientôt venu le temps des « choix », pas des options, non des choix. Un pays comme la France, qui a le poids qu’elle a dans un continent comme l’europe n’a bientôt plus beaucoup de temps, elle qui semble depuis plus de 40 ans, pencher vers le côté obscur du tout état !

    • Je ne sais plus qui avait pronostiqué que nous étions entrés dans un « cycle securitaire » depuis quelques décennies, au niveau mondial, y compris dans les pays démocrates (tout est relatif, nous sommes loin de la paranoïa russe, chinoise ou coréenne).
      Et que ça allait encore durer un certain temps.
      Et ça s’auto-entretient. Les citoyens biberonnés à la sécurité sont prêts à abandonner toujours plus, par peur, de leurs libertés. Et nos dirigeants alimentent le juke-box pour nous être agréable, et ce faisant alimentent nos angoisses et notre exigence sécuritaire…
      Un jour, on donnera un grand coup de pied dans la fourmilière, comme à la fin des années soixante, où de nombreux pouvoirs ont vacillé sous la demande de liberté, voire de droits fondamentaux.
      Il suffit d’attendre…

      • Ah !
        Je suis tenté par cette autre grille de lecture.
        Qui n’est pas de moi, mais de Marcel Gauchet :
        avec le départ de De Gaulle, c’est le règne de la « liberté » libertaire, le défoulement des moeurs, en somme.
        Et nous quittons, bientôt, je crois que c’est déjà là, ce mouvement né avec 68.

        • Cela me rappelle l’histoire d’une dame qui se confie à une amie : ma mère était d’une grande dureté, je me suis promis de mieux traiter ma fille et je l’ai élevée avec tendresse. Résultat, je me retrouve avec une fille qui est devenue comme ma mère!

        • Résumer cette marche mondiale des peuples vers plus de liberté, du Printemps de Prague à la revendication de la fin de la politique raciste aux States, par notre mai 1968, est très réducteur, très franco-français.
          Peut-être s’agissait-il d’une réaction aux pouvoirs forts issus de la seconde guerre mondiale, d’une inflexion politique par rapport à la reconstruction des pays à marche forcée, des premiers signes de la fin des Trente glorieuses, de la montée en puissance des jeunesses d’après-guerre, d’une criante volonté individualiste et libérale, qui sait ? Mais on ne peut nier que ce phénomène depassat, et de loin, le seul sol français… Et que mai 68 nxen est qu’une traduction, et certainement pas une cause.

      • Sur la sécurité, c’est toujours une minorité qui crée les problèmes, mais au nom de la liberté, on ne fait rien sous peine d’être raciste.

  • La liberté économique d’une minorité s’exerce contre la contrainte d’une majorité. Elle considère la planète comme une corne d’abondance, et quand le pot de confiture sera vide… la liberté disparaitra.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Alors que l’économie française s’est engagée sur la voie de l’étatisation généralisée en réponse à la crise sanitaire, une nouvelle enquête de la Fondation pour l’innovation politique parue ce mardi dévoile l’attachement grandissant aux libertés économiques dans quatre grandes démocraties européennes (France, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne).

L’enquête, signée Victor Delage, responsable des études et de la communication de la Fondation pour l’innovation politique, porte sur « la conversion de... Poursuivre la lecture

Par Michael von Liechtenstein. Un article de l'Iref-Europe

Libérer la force du marché libre et l’esprit d’entreprise est la seule voie possible pour l’Europe. Au lieu d’imiter le système de planification centrale chinois, l’Occident doit revenir aux valeurs qui ont fait sa puissance et sa prospérité : l’innovation, la liberté et l’esprit d’entreprise. Ce n’est qu’à cette condition qu’il pourra relancer ses économies mal gérées et renforcer sa position dans le monde.

La technologie n’est en soi ni bonne ni mauvaise. Elle peut êtr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles