Les États-Unis sont entrés en récession, et elle sera pire qu’en 2008

OPINION : Plusieurs indicateurs semblent indiquer que les Etats-Unis vont connaître une récession qui pourrait étre pire que celle de 2008.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden By: Marc Nozell - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les États-Unis sont entrés en récession, et elle sera pire qu’en 2008

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 décembre 2021
- A +

Par Sébastien Thiboumery.

Le Conference Board prédit une croissance du PIB américain de 5 % au quatrième trimestre 2021 et de 3,5 % en 2022. Et si ces prévisions étaient fausses et que les États-Unis sont déjà entrés en récession ?

Les États-Unis en passe d’entrer en récession ?

C’est l’avis de David Blanchflower, professeur d’économie (et ancien membre du comité de politique monétaire de la Bank of England de 2006 à 2009) qui a publié un papier de recherche sur la prévision des retournements économiques. L’étude démontre que depuis 1978 toutes les récessions ont eu pour point de départ une baisse de plus de dix points de l’indice de confiance de l’Université du Michigan et du Conference Board (la récession se produisant dans les 6 à 18 mois).

Or, l’indice de confiance du Conference Board a perdu 25,3 points en 2021 et celui du Michigan 18,4 points. Pour rappel, les baisses étaient de 21 points pour les deux indices en 2007 (avant la crise financière de 2008).

En quoi consistent ces indices de confiance ? À prendre le pouls de l’économie en temps réel en sondant les Américains sur leur vision de l’avenir en termes d’emplois, de revenus, sur l’état de l’économie. Blanchflower s’en remet ainsi à la « sagesse des foules » (wisdom of crowds) qui ont selon lui une vue plus juste de la santé réelle de l’économie que les experts.

Les facteurs de la crise

Deux facteurs peuvent expliquer la baisse des indices :

  1. L’inflation qui a accéléré à 6,2 % en octobre qui monte plus vite que les salaires, érodant le pouvoir d’achat des consommateurs.
  2. La hausse des cas de covid alimentant l’anxiété des salariés et contribuant aux pénuries de main d’oeuvre.

Certes, Blanchflower peut se tromper dans son analyse, mais l’apparition d’un autre indicateur donne du crédit à sa thèse : l’inversion de la courbe des taux qui est un indicateur avancé de récession. Lorsque le rendement des obligations à court terme est supérieur à celui des obligations à long terme, les indicateurs perçoivent alors le court terme comme plus risqué. En effet, la courbe mesurant l’écart entre le rendement à 30 ans et celui à 20 ans est en train de plonger, comme en 2000 et 2008 avant les krachs boursiers.

source : Myrmikan Research

Les marchés actions américains sont au plus haut. Si les prévisions économiques de Blanchflower sont exactes, l’atterrissage risque d’être brutal.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Est-ce que les économistes ont des modèles dans lesquels on interdit aux gens de sortir de chez eux pour travailler et consommer pendant 2 ans à l’échelle mondiale ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Il en va des chiffres du covid comme de ceux du chômage ou des comptes publics. Non seulement il est impossible de se fier au discours gouvernemental qui accompagne les différentes publications – mais cela, on le savait ; c’est une donnée pour ainsi dire structurelle du discours politique. Mais surtout, impossible d’en tirer une image adéquate de la situation sanitaire sans chercher d’abord à savoir ce que les chiffres indiqués signifient réellement.

On se rappellera par exemple que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire qualifiait d... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Si la question de l’origine du Covid-19 a occupé un espace réduit dans le débat public par rapport aux restrictions de libertés que nous avons connues depuis mars 2020, elle reste d’une importance capitale pour le futur. Comprendre l’origine de la pandémie est vital pour une orientation correcte des futures politiques de santé publique au niveau mondial.

Le débat semblait pourtant clos depuis un long moment. La thèse généralement admise est que le virus a muté depuis une souche de virus impactant les chauves-souris via l’intermédiaire ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles