7 livres d’été pour les étudiants

7 conseils de lecture à un élève de terminale se préparant pour l’université.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ben White on Unsplash - https://unsplash.com/photos/1zA_mC846yU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

7 livres d’été pour les étudiants

Publié le 3 août 2021
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Un élève de Terminale m’ayant demandé une bibliographie d’été pour préparer ses études à l’université, je l’indique ici, pouvant servir à d’autres. Sélectionner sept livres à lire l’été est évidemment un choix difficile et critiquable. J’ai choisi ces sept livres tout d’abord parce qu’ils m’ont beaucoup apporté, et parce que je crois leur lecture utile pour comprendre le monde actuel. Ce sont des livres qui aident à penser, et dont la langue est souvent belle.

L’Étrange défaite, Marc Bloch. Un classique, qui montre que l’historien est le mieux à même de comprendre le monde dans lequel il vit et d’analyser sa société. Bloch est l’un des fondateurs des Annales, historien médiéviste, spécialiste de la paysannerie. Ici, se mettant dans les pas de Thucydide il essaye de comprendre les raisons de la défaite de la France.

L’argent des Français, Jacques Marseille. Un modèle d’histoire économique positive, celle que Marseille a toujours défendue. Un modèle aussi de rigueur et d’honnêteté intellectuelle. L’historien est avant tout un mythocide : il est là pour détruire les on-dit et les croyances. Non, les Français ne se sont pas appauvris depuis le début du XXe siècle, et oui, le capitalisme est la voie du développement.

Bleu. Histoire d’une couleur, Michel Pastoureau. Un ouvrage original par un historien que j’affectionne beaucoup. À travers la couleur bleue, on entre dans l’histoire culturelle, technique et économique. C’est une autre façon d’aborder l’histoire de l’Occident.

Jacques Rueff, Philippe Minart. La biographie de l’un des plus grands économistes français du XXe siècle. Une biographie bien écrite, qui permet de suivre les évolutions de l’économie française tout au long du siècle, ses crises, ses difficultés et ses redressements.

Traité de la servitude volontaire, Étienne de la Boétie. Un classique des sciences politiques. Un petit ouvrage pertinent écrit par un homme d’à peine trente ans qui avait déjà tout compris de l’homme. C’est essentiel pour comprendre l’histoire politique.

L’abolition de l’homme, Clive Staples Lewis. Ou comment un professeur de littérature comprend la réalité profonde du totalitarisme. L’auteur est désormais connu pour ses contes pour enfants, alors que c’est aussi l’un des grands intellectuels anglais du XXe siècle. Cet ouvrage pose la question de l’éducation et de l’intervention de l’État.

L’Ancien Régime et la Révolution, Alexis de Tocqueville. Probablement la meilleure analyse sur la Révolution française, reprise ensuite par François Furet. En peu de pages, cet événement historique est brillamment analysé. Tocqueville a fait ici œuvre d’historien.

Sur le web

Un article initialement publié en juillet 2016.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Belle sélection.

    Choisir 7 livres ; l’exercice est difficile

  • bravo d’insérer un ouvrage de C.S. Lewis, un auteur très sous estimé en France.
    N’hésitez pas à lire « Le Monde de Narnia », même si on vous dit que vous n’avez plus l’âge, ou « Les Fondements du Christianisme » qui remet la tête à l’endroit à tout honnête Homme.

  • J’aurai plutôt conseillé un livre du type : « Les maths pour la physique » … Mais bon.

  • J’aurais parié mon slip (de la veille) que Hayek serait dans la liste…

  • Jacques Rueff, de Gérard Minart. Correction pour la prochaine rediffusion.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

L’invention du droit à Rome s’est faite en séparant progressivement le droit de la morale et de la religion. Cette invention du droit qui se découvrait par des spécialistes, les prudentes puis par les juristes, a eu pour finalité la création d’une véritable science du droit. Le droit était défini comme « l’art du juste et de l’utile », le juste étant défini comme « rendre à chacun son droit, son dû » pour reprendre les mots du juriste jusnaturaliste Javier Hervada.

Ainsi, le droit a été pensé par les Romains comme un objet autonome par... Poursuivre la lecture

L’un des résultats paradoxaux de l’attaque de l’Ukraine par la Russie a été de montrer combien le modèle occidental restait attractif pour les populations du monde. Cette preuve d’amour pour une civilisation qui doutait d’elle-même depuis des années était inattendue. Elle peut être une véritable occasion de renouveau, mais il faudrait pour cela répondre à trois impératifs stratégiques.

Selon l’historien Arnold Toynbee, une civilisation croît lorsqu’elle est attractive, c’est-à-dire qu’elle suscite l’adhésion interne et externe des popu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles