La nature de la monnaie selon Ludwig von Mises (1/3)

Entre les débauches monétaires des banquiers centraux et la Théorie monétaire moderne, il est utile de revoir les thèses classiques pour se vacciner contre la folie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ludwig von Mises-Wikiberal

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La nature de la monnaie selon Ludwig von Mises (1/3)

Publié le 30 juin 2021
- A +

Par Jörg Guido Hülsmann.

En tant qu’authentique disciple de Carl Menger, Ludwig von Mises débuta la présentation de sa théorie monétaire par une analyse de la nature de la monnaie. Il poursuivit par la question du pouvoir d’achat d’une monnaie et de l’effet sur le système monétaire des instruments fiduciaires, c’est-à-dire les moyens de paiement non adossés à un actif réel, ce qu’il appelait Umlaufsmittel.

Mises s’est beaucoup appuyé sur le travail de Carl Menger pour traiter du sujet de la nature de la monnaie. Carl Menger, le père fondateur de l’École autrichienne d’économie, expliquait que la monnaie ne peut être définie en fonction simplement des caractéristiques physiques des métaux ou autres marchandises utilisées en tant qu’instrument d’échange.

D’après lui, pour qu’une marchandise puisse être utilisée comme une monnaie, elle doit être

  1. une matière première
  2. utilisée comme moyen d’échange intermédiaire
  3. principalement achetée et vendue dans le but précis de pouvoir réaliser de tels échanges.

Menger a également mis en avant le fait que la monnaie émerge spontanément dans un marché libre pour apporter une solution au fait que les besoins des agents économiques coïncident rarement de façon simultanée. Un moyen d’échange intermédiaire est par exemple nécessaire lorsqu’un artisan fabricant de chaises a besoin d’acheter des œufs, mais que le fermier ne souhaite pas avoir de chaises supplémentaires, ou lorsqu’un peintre désire acheter une bière auprès d’un brasseur, mais que ce dernier n’apprécie pas son art. Ils ont donc intérêt à vendre dans un premier temps leur production en échange de matières premières, telles que le sel, le blé, ou des pièces d’argent, afin d’utiliser ultérieurement ces « instruments d’échange » pour acheter des œufs ou de la bière.

Ceci implique que l’existence d’un système monétaire est possible sans intervention du gouvernement et sans l’existence au préalable d’un contrat social.

Une hiérarchie des fonctions de la monnaie

Mises a enrichi cette analyse de quatre façons.

Premièrement, il s’est opposé à l’idée que les fonctions principales de la monnaie (à savoir : moyen d’échange, réserve de valeur et unité de compte) étaient d’égale importance. Mises défendait l’idée qu’une matière première ne peut servir d’unité de compte qu’à la condition qu’elle puisse être utilisée comme moyen d’échange.

De la même façon, une matière première ne peut jouer le rôle de réserve de valeur qu’à la condition de pouvoir être facilement échangée contre quelque chose d’autre. Par conséquent, il existe une hiérarchie des fonctions qui caractérisent une monnaie : il est primordial qu’elle puisse servir en tant qu’instrument d’échange, car c’est une condition nécessaire à toutes les autres fonctions.

Deuxièmement, Mises a développé une typologie détaillée des « objets monétaires », c’est-à-dire, dans le jargon mengerien, l’ensemble des choses qui sont habituellement acceptées comme moyen de paiement. Il a fait la distinction fondamentale qui existe entre les différents types de « monnaie au sens strict » et les « substituts à la monnaie ».

La monnaie au sens le plus strict possède une valeur intrinsèque. Les substituts monétaires en revanche correspondent à des certificats adossés à une monnaie au sens strict. Ces certificats étaient généralement émis par les banques. Ils restaient ainsi échangeables au guichet de la banque émettrice contre la monnaie réelle à laquelle ils étaient adossés.

Mises a utilisé certaines des idées de Böhm-Bawerk, un économiste pionnier dans l’étude économique des structures juridiques, afin d’établir cette distinction fondamentale entre la monnaie et les différentes formes de titres adossés à cette monnaie. Il souligna que « les certificats représentent un droit de disposer d’un bien sous-jacent, ils doivent être différenciés du bien en lui-même, ceci est fondamental pour comprendre leur nature et leur importance dans l’économie ».

Cette distinction est d’une très grande importance à la fois pour pouvoir analyser correctement le rôle du système bancaire dans le fonctionnement du système monétaire et pour intégrer la théorie monétaire de Mises dans le cadre d’analyse des prix et de la valeur de Menger.

Mises a observé que les substituts monétaires peuvent être soit entièrement couverts par une quantité égale de monnaie en réserve (ce qu’il qualifiait de “certificats monétaires”), ou seulement partiellement couverts (ce qu’il qualifiait d’instruments fiduciaires, Umlaufsmittel). Mises a consacré la totalité du dernier tiers de son livre à l’analyse des conséquences économiques de l’utilisation de ces Umlaufsmittel.

Nous couvrirons ce point très prochainement.

Cet article a été publié une première fois en 2019.

__________

Pour plus d’informations, c’est ici

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • boudiou ! le troc c’est moins compliqué…..

  • « D’après lui, pour qu’une marchandise puisse être utilisée comme une monnaie, elle doit être

    1 une matière première
    2 utilisée comme moyen d’échange intermédiaire
    3 principalement achetée et vendue dans le but précis de pouvoir réaliser de tels échanges. »
    Donc les capsules de Nuka-Cola utilisées comme monnaie dans les jeux Fallout ne seraient donc pas pertinentes, puisqu’elles ne remplissent que les deux derniers points ? Il est dit dans les jeux qu’il y a énormément de capsules en circulation du fait de la masse de bouteilles produites (dans le passé), mais ce « stock » est toutefois fini même si inconnu.
    Par contre, dans la série TV « Z Nation », les munitions servent de monnaie : elles remplissent les trois points et seraient donc plus pertinentes ? Les munitions n’ayant pas toutes le même calibre, elles ne se valent pas entre elles.

  • L’argument de matière première n’est pas forcement pertinent, car dans les camps de prisonniers on utilisait des cigarettes.
    Et quid du bitcoin ?

    • Les Polynésiens ont longtemps payé leurs marchandises avec des coquillages.

    • Oui Menger devait considérer que la matière première conserve sa valeur alors qu’un produit dont la valeur provient de sa transformation a une valeur plus aléatoire au grès des progrès industriels.
      Cas particulier: l’aluminium métal: sa valeur était principalement liée aux process industriel permettant de le transformer en métal pur. La technique a évolué, le prix aussi…

      Mais c’est très discutable…

      Concernant le Bitcoin, ces gens ne l’ont pas connu mais leur avis aurait été intéressant!

    • C’est un cadre contraint donc ce n’est pas le même contexte.
      En revanche, plus que matière première (qui peut potentiellement être créée par l’homme), je verrais plus des atomes, ceux là sont inimitables.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

[caption id="attachment_220471" align="aligncenter" width="545"] L'ane de Buridan entre deux opinions LACMA credits Ashley Van Haeften (CC BY 2.0)[/caption]

 

Eh voilà, c'est la rentrée ! J'ai endossé hier après-midi mon costume de super-héros (enfin une veste quoi !) afin d'enseigner l'économie à une armée de nouveaux étudiants assoiffés de connaissance. Et comme chaque année, après une introduction classique « blablabla l'économie c'est cool », le cours commence sur les 10 principes de l'Économie, chapitre issu ... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

inflation
3
Sauvegarder cet article

L'habitude a été prise d'utiliser les deux expressions "hausse des prix" et "inflation" de  manière quasiment interchangeable. C'est une erreur.  

Les deux phénomènes se confondent lorsque la cause des hausses de prix observées est une inflation de la monnaie. Mais les hausses de prix que l'on observe peuvent ne rien  avoir avec la monnaie, et être liées à d'autres problèmes économiques de nature non  monétaire - comme par exemple l'emballement des matières premières en 1950 lors du  déclenchement de la guerre de Corée, une réduction s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles