Laissez-faire français : Cantillon (4)

Voici un auteur qui vous fera de l’effet ! Cantillon plaçe l’entrepreneur au centre de la dynamique économique, et pose les bases d’une théorie monétaire de la monnaie saine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Laissez-faire français : Cantillon (4)

Publié le 11 octobre 2020
- A +

Par Benoît Malbranque.

Voici un auteur qui vous fera de l’effet (Cantillon bien sur !). Certains n’ont pas hésité à le qualifier de fondateur de la science économique moderne, détrônant ainsi Adam Smith. Il est vrai que Cantillon est un pionnier en matière d’élaboration de « lois générales de l’économie ». Plaçant l’entrepreneur au centre de la dynamique économique, il critique le système de Law et pose les bases d’une théorie monétaire de la monnaie saine.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Quelle bêtise: la théorie de l’extraction des richesses. Et si il n’y a plus, on fait comment. S’il n’y a de plus de poissons comestibles dans les mers, on pêchera quoi. Pareil pour les minéraux. Quand a la méritocratie c’est la plus inégale des sociétés humaines; tu travailles plus, tu gagnes plus. Et si il te manque un doigts?

    • S’il te manque un doigt, tu prends pitié de tous ceux qui sont encombrés d’un doigt supplémentaire et tu choisis librement de leur faire don d’une partie de ce que tu as créé.

    • Le socialiste pense que l’homme est naturellement mauvais (comme lui ?). Alors que le libéral trouve les solutions à la misère, par le don et la miséricorde.

  • L’entrepreneur (manufacturier, éleveur, agriculteur) n’est rien , une poussière infime, à côté du valeureux-fonctionnaire-roi-producteur-exportateur enfin « money-maker » en somme ! heureusement qu’ils sont là (las?) sinon rien ne fonctionnerait, même ceux qui apparemment seraient qualifiés d’inutiles peuvent le cas échéant remplacer un de leur collèges défaillant, ce qui arrive souvent, et ce remplaçant recommence le « travail » à zéro pour montrer qu’il sait mieux faire . . . des conneries plus grosses que lui, travail que le titulaire en reprenant sa place va s’empresser de jeter à la poubelle pour recommencer lui-même à zéro !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Dans les années 1970, les États-Unis étaient en proie à un nombre croissant de problèmes, dont la plupart résultaient d'une intervention excessive de l'État dans l'économie et de la prolifération des programmes d'aide sociale, ce qui contredisait l'image populaire européenne des États-Unis comme exemple type d'une économie de marché libre de tout programme ou institution d'aide sociale. Corrigées de l'inflation et de la croissance démographique, les dépenses fédérales par habitant pour les programmes sociaux ont presque doublé, passant de 129... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles