2020 : l’effondrement silencieux

L’effondrement administratif auquel nous avons assisté depuis mars fait maintenant place à l’effondrement complet, fort silencieux mais bien plus dévastateur, de la confiance dans les institutions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2020 : l’effondrement silencieux

Publié le 9 septembre 2020
- A +

Par h16.

La crise sanitaire a été l’occasion en France de plusieurs tours de magie qui, bien que spectaculaires, n’ont pas tant défrayé la chronique pourtant peu avare de sensationnalisme…

C’est ainsi que des milliers d’élèves se sont évaporés dans la nature, sans que les institutions ne semblent pouvoir y faire grand-chose et dans ce qu’on pourrait appeler une relative indifférence : si quelques médias ont évoqué la question, ces disparitions n’ont pas semblé choquer plus profondément que ça ni Jean-Michel Toutvabien, ni les médias qui, une fois la nouvelle annoncée, sont tous bien vite retournés à leurs occupations habituelles (l’un, faire des protocoles rigolos, les autres, faire des infos rigolotes).

C’est donc sans surprise que l’éclipse partielle de profs (estimée à 40 000 d’entre eux tout de même) constatée au même moment n’a pas davantage déclenché ni enquête administrative, ni brouhaha médiatique, ni exaspération parlementaire, ni grincements de dents contribuables ou citoyens.

Le confinement terminé, la tendance générale à l’étiolement des volontés et la perte plus ou moins complète des habitudes de travail se sont poursuivies, avec une difficulté visible à faire revenir les salariés dans les entreprises, à faire redémarrer une activité économique largement désorganisée autant par la crise sanitaire que sa gestion absolument calamiteuse par un gouvernement en mode poulet-sans-tête et aux injonctions paradoxales systématiques. À tel point que le Bruno de Bercy (qui aimerait vous faciliter le transit fiscal) s’inquiète de voir les Français nettement plus précautionneux que son gouvernement : là où ce dernier crame comme jamais dans l’Histoire, les premiers font tout pour se constituer un bas de laine en prévision de difficultés qui semblent s’accumuler comme autant de prophéties auto-réalisatrices.

Parallèlement, le confinement fut l’occasion pour tous les Français de mesurer assez justement la valeur des institutions qu’ils payent à grand frais, grosse ponction et moult taxes. Ils ont ainsi pu constater l’impossibilité criante de faire respecter les décrets gouvernementaux par une catégorie de population dissipée en opposition à un véritable sur-zèle sur une autre catégorie de population (essentiellement, la solvable qui ne met pas le feu à des voitures).

Et pendant que les élèves, les profs et les institutions s’évaporaient entre mars et mai 2020, le bon sens en faisait autant dans le pays. C’est ainsi qu’arrivé septembre, il est admis qu’assis à une table avec une mousse et des cacahuètes, on peut ne pas porter de masque, alors qu’assis à une table avec un cahier et un crayon, on doit absolument le conserver. Une proposition serait dès lors de refiler des demis et des cacahuètes aux gamins à l’école, ce qui aurait le mérite d’harmoniser le pays.

Nombreux sont ceux qui ont noté que le masque est imposé, la burka interdite, tout en notant aussi que cacher son visage en voiture permet d’éviter de voir ses points disparaître du permis en cas de flash inopiné. Quelle attitude saine adopter ? Débrouillez-vous.

Et alors que le bon sens permet d’affirmer que la crise sanitaire a amplement montré le besoin, en France, de réduire la bureaucratie, nos fières élites se décident à remettre en place un Commissariat au plan disparu depuis des années, soit une proposition diamétralement opposée à ce qu’on avait compris. Dans la même veine et en tenant compte qu’aucun plan de relance n’a jamais été suivi d’effets, il convenait de tout faire pour ne surtout pas en pondre un nouveau : aussitôt dit, aussitôt refait avec un plan de relance à 100 milliards d’euros qui sortiront directement de 1000 licornes républicaines.

Et pendant que le reste du monde s’oriente résolument vers le Deep Learning, la 5G, l’exploration spatiale et le bio-engineering, le gouvernement français retrousse ses manches pour nous proposer de la laine de verre pour isoler nos passoires thermiques, des bicyclettes partout en ville et, surtout, des trains de nuit Paris-Nice voire Paris-Tarbes-Hendaye ce qui, il faut bien le dire, roxxe du poney.

Bref, on laisse s’installer des polémiques microscopiques et des ajustements politicards grotesques, mais on semble infoutu de régler les problèmes économiques et sécuritaires graves du pays sans en passer par la création ridicule de comités, de préfets spéciaux et autres organismes fromagers dont on sait déjà toute l’inutile obésité.

Cependant, ce n’est pas un hasard complet puisque, ce faisant, on obtient malgré tout une habile cristallisation du pays en camps de plus en plus haineux les uns contre les autres : des citadins contre des campagnards voire des Gilets jaunes prêts à tout casser, des minorités de plus en plus agressives contre le méchant racisme/le vilain patriarcat/l’abominable majorité écrasante, ceux qui bénéficient des clémences de la loi contre ceux pour lesquels on ne passera jamais rien (dura lex sed lex, surtout pour le Blanc solvable non minoritaire), les jeunes (génération sacrifiée notamment celle des milléniaux) contre les vieux (notamment, les boomers), les secteurs protégés des frimas économiques (fonction publique des organismes étatiques et para-étatiques) contre le secteur privé exposé à tous les aléas économiques même (et surtout) les plus durs, les pro contre les anti-masque ou les pro contre les anti Raoult…

Tout ceci n’est pas fortuit puisqu’il s’agit de la tactique politicienne du « diviser pour mieux régner », toujours efficace, tant elle a permis aux élites actuelles de se maintenir en jouant d’abord l’opposition factice « droite vs gauche », puis maintenant « démocrates vs populistes » ou, disons « fachos contre castors ».

Malheureusement, cette tactique, bien qu’efficace pour la petite coterie au pouvoir, peut à la longue entraîner l’apparition de lignes de fracture profondes.

Fractures qui, petit à petit, bloquent le pays. La productivité, la qualité des relations interpersonnelles nécessitent une bonne entente. Sans elles, tout se délite progressivement. Le « contrat social » dont on nous rebat les oreilles, s’il pouvait prétendre exister il y a 50 ans et expliquer que certains fassent des efforts pour aider les autres en compensation de quoi, la société tout entière en bénéficiait, ce contrat social-là qui a permis de justifier tant les systèmes collectivistes de retraite, d’assurance sur la santé ou l’emploi, l’école « gratuite » (i.e. payée par certains) ou des infrastructures à la pointe (nucléaire, aérospatiale, routières ou ferroviaires par exemple), ce « contrat social » ne peut plus s’appuyer sur aucun de ces éléments à présent : les élèves et les profs disparaissent, les diplômes ne valent plus rien, le système de retraite est au bord de l’asphyxie, la gestion du chômage est absolument calamiteuse, le système de santé que le monde nous envie fait pâle figure après cette crise consternante et les infrastructures tombent en ruine

La caste aux manettes, sentant ce délitement ainsi que cette perte rapide de confiance et de légitimité, accélère dans la fuite en avant et enfile frénétiquement Comité Théodule débiles, plans à la con et mesures idiotes composées pour moitié d’une verdolâtrie destructrice et pour moitié d’une aspersion hystérique d’argent public vers les copains et les coquins.

Bref, l’occupant intérieur comprend qu’il va se faire déboulonner dans les prochaines années sans doute, les prochains mois peut-être, et qu’il ne lui reste donc que peu de temps pour piller tout ce qu’il peut et partir, les poches pleines, se mettre à l’abri (le dernier en place risquant, vu l’histoire du pays, l’étêtage rapide).

L’effondrement administratif auquel nous avons assisté depuis mars fait maintenant place à l’effondrement complet, fort silencieux mais bien plus dévastateur, de la confiance dans les institutions, de l’évaporation complète de la légitimité des politiciens et de leur autorité.

Tout le monde sent confusément qu’actuellement, les choses s’accélèrent en France. L’état des comptes publics est désastreux et se dégrade bien plus vite que prévu.

Dans ce contexte, les prochains mois seront décisifs. Peu probable que l’effondrement reste silencieux.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • compte public à l’agoni….70 milliards de recette fiscale en moins …je comprend mieux pourquoi ce gouvernement de merde lorgne sur les assurances vie des français ;

  • Quand on choisit Necker plutôt que Turgot forcément…

  • « partir, les poches pleines, se mettre à l’abri, … sous risque d’étêtage rapide »

    Rooooo 🙂

  • La Route de la Servitude, en accéléré.
    Forcément, ça va mal finir.

  • L’étêtage rapide ça tombe bien: dès les dernières feuilles (d’impôts) tombées vient l’époque de la taille. Préparez vos haches et sécateurs parce qu’il va y avoir du bois à couper! (Attention 2 ans de séchage avant de le mettre dans la cheminée!) ça tombe bien aussi, prochaine élection: 2022. C’est ballot non?

  • La mousse pour les gamins, la Mousse Haillon est la meilleure.
    La mousse du pauvre.
    Sans alcool ou très peu, moins chère.

    Attendons les faillites, et le chômage… Cela va faire comme un feu d’artifice!

  • C’est la chute de l’encaisse de TVA qui fait le plus mal à l’Etat obèse : baisse de la consommation courante, mais surtout effondrement des ventes d’immeubles neufs et de voitures neuves.

    Et ça ne va pas s’arranger dans les prochaines années avec le délire escrologiste anti-bagnole, ou avec ces maires verdâtres qui veulent remettre en cause les PLU.

    Moins de constructions neuves, moins de voitures neuves vendues : famine fiscale ! L’Obèse obscène va avoir mal au bide. N’est-il pas édifiant d’observer que ce sont les pires collectivistes qui affament l’Etat ? Et ce seront probablement les mêmes qui réclameront le plus de subventions pour financer les projets suicidaires.

    • @Cavaignac
      Bonjour,
      Ce sont des junkies en manque.

      La bête obèse mangeant sans faim va avoir la dale. Une bête affamée devient plus dangereuse.
      Ca craint !

  • On m’a raconté une réunion de rentrée de CE2…
    Consigne a été donnée de se préoccuper des plus faibles (ceux qui n’ont rien fait pendant 4 mois?). On reprendra donc l’alphabet et l’orthographe de mots ultra-courants.
    L’histoire la géographie et les sciences sont bannis des programmes. Pour faire du français et des maths? Que nenni: ce sera remplacé par un fourre-tout dénommé « le monde qui nous entoure » où l’on trouvera aussi bien l’éco-citoyenneté que des explications simplistes du terrorisme islamiste.
    Les tables de multiplication et les conjugaisons seront laissées au bon soin des parents…
    Bref, plus d’enseignement structuré, avec des objectifs, mais un temps passé ensemble où l’essentiel est que l’élève progresse (s’il connaît l’alphabet à la fin de l’année ce sera bien) et où le mot « évaluation » est interdit.
    L’enseignant inattentif qui l’a prononcé une fois s’en est presque excusé…
    Voilà où on en est. Le pire est que la plupart des parents sont contents: l’école remplit à merveille son rôle de garderie. Du moins tant que les chers bambins ne seront pas soupçonnés de Covid…

  • « cacher son visage en voiture permet d’éviter de voir ses points disparaître du permis en cas de flash inopiné »

    On est en France hein. Faut dénoncer 🙂

    • Cet argument ne tient pas puisqu’il est inutile de pouvoir identifier le visage du conducteur : c’est le titulaire de la carte grise du véhicule utilisé qui est destinataire de la contravention…

      • Le titulaire de la carte grise peut évoquer le prête du véhicule, puisque il n’apparait pas sur l’image.
        J’ajoute que rien ni personne ne peut l’obliger à donner les coordonnées de celui qui conduisait.
        Expérience vécue avec succès. Non mais !

        • Je crois bien que si vous ne dénoncez pas le conducteur, le manche est pour votre pomme. En entreprise en tout cas va falloir que je m’auto-dénonce sinon je passe de 45 euro d’amende à dans les 400 euro.
          Faut pas oublier que la logique de l’état, c’est : paye d’abord, conteste plus tard…

  • Le pire dans cette histoire c’est que beaucoup de monde sent le danger mais que trop de monde en redemande de cet état voleur.

  • Je suis sûr que l’argent magique gratuit et quelques torsions légales vont permettre de continuer quelques décennies encore cette gabegie.

    • Le problème est là, plus dure sera la chute, alors on espère que ce sera pour la génération suivante… et Macron et ses copains comptent la-dessus.
      Néanmoins, la comparaison d’ici quelques années avec notre voisin allemand devrait faire très mal !

    • 1789 fut très rapide…..le calife élyséen ne devrait pas trop compter la dessus.

  • Qui aura le courage et la capacité de reconstruire un gouvernement limité au régalien et une administration efficiente ? Les assistés de notre temps préfèreront-t-ils s’enfoncer un peu plus dans le collectivisme populiste et élire Mélenchon président du soviet suprême, comme il en rêve ? Je ne vois autour de moi ni peuple conscient ni candidat à un destin historique mais ardu…

    • Vous n’y pensez pas. Ce serait le début d’1 semblant de prise de conscience historique de l’inutilité de 80% de la classe politique. Même notre ex ministre de l’intérieur est bio et recyclable. Il vient d’être élu à la tête du groupe LREM à l’assemblée.

    • Le président qui se fait élire sur un tel programme mettra le pays à feu et à sang avec des grèves de partout.
      En gros, s’il ne se fait pas tuer ou virer avant, il ne sera pas réélu une seconde fois, ça c’est sûr.
      Il est malheureusement trop tard pour faire prendre conscience aux citoyens de prendre leurs responsabilités…

      • Un tel président ne sera pas élu. Regardez ce qui est arrivé à Fillon.
        Du moins tant que les Français voteront pour les candidats promus par les médias.
        Et Hollande a anticipé les problèmes à venir: plus d’égalité de temps de parole pour les candidats. Autrement dit, s’il y a des petits nouveaux hors partis politiques, ce sera… zéro.
        Quelle belle démocratie!

  • Je ne sais plus quoi dire, notre futur est tellement noir que je ne vois plus rien. A part la fuite, que peut on faire ?

    • Ne surtout pas faire de social, ne s’occuper que de soit et de ses proches, éviter de trop cotoyer tous ces gens (facile avec le numérique désormais, tant qu’il existe encore ^^). Bref, devenir indépendant de cette société 🙂

      • Et là bam, le drame, vous vous retrouvez avec un enfant lourdement handicapé (par exemple). Et vous vous retrouvez à devoir subir tout ce délire en pleine face (de la crise du secteur médical aux tracasseries-euphémisme, des services sociaux.

      • Vivre separement au lieu de « vivrensemble » parfait 😉

  • « C’est ainsi qu’arrivé septembre, il est admis qu’assis à une table avec une mousse et des cacahuètes, on peut ne pas porter de masque, alors qu’assis à une table avec un cahier et un crayon, on doit absolument le conserver. Une proposition serait dès lors de refiler des demis et des cacahuètes aux gamins à l’école, ce qui aurait le mérite d’harmoniser le pays. »
    Merci H16, ça m’a fait ma journée ! 😀 😀

  • Voilà, on y est.
    Ce que les libéraux prédisent depuis des années est en train d’arriver. Mollement mais inexorablement puisque les agitations grotesques de prétentieux imbéciles ne font qu’aggraver les choses.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Au mépris d’une histoire monétaire multimillénaire, les autorités (gouvernements et banques centrales) se sont lancées dans une grande expérience planétaire : la monnaie n’a plus d’ancrage dans le réel, elle repose sur de la dette :

Aujourd’hui l’argent de votre compte en banque est une dette que votre banque reconnaît avoir à votre égard. Elle vous le rendra… si elle le peut, et si les autorités y consentent (comme les Canadiens, les Libanais ou les Russes peuvent en témoigner). Votre livret A est adossé à de la dette publique française... Poursuivre la lecture
Surendettement 2021
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog.

Avec la crise économique engendrée par la crise sanitaire, les analystes prévoyaient une augmentation des situations de surendettement en France. Pour l'instant, ce n'est pas le cas et les chiffres sont en baisse par rapport à 2019.

Une situation de surendettement est définie par l'impossibilité de faire face à l'ensemble de ses dettes. Parmi les solutions à envisager, il est possible de contacter la commission de surendettement des particuliers pour effectuer une procédure de surendettement.

Voici ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles