Botswana : une réussite remarquable, grâce au capitalisme

Aujourd'hui, le Botswana est non seulement prospère mais aussi relativement libre. Il offre à ses habitants le plus haut degré de liberté du continent africain.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jordan Heinrichs on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Botswana : une réussite remarquable, grâce au capitalisme

Publié le 6 septembre 2020
- A +

Par Marian L. Tupy.

Le libéralisme classique, comme le soutient l’économiste Deirdre McCloskey dans sa trilogie L’ère bourgeoise, est le principal responsable du Grand Enrichissement en Europe occidentale et en Amérique du Nord.

Toutefois, ses principes majeurs – notamment la limitation des pouvoirs publics, l’égalité devant la loi, le libre-échange et la probité fiscale – ne sont pas l’apanage de l’Occident. Il suffit de voir l’essor de Hong Kong.

Le Botswana est une autre réussite qui témoigne de l’applicabilité universelle et de l’adaptabilité des principes libéraux classiques. Bien qu’il ne soit pas parfait, le Botswana a surpassé le reste de l’Afrique sur le plan économique et, dans une certaine mesure, politique. Les autres nations africaines feraient bien de tirer les leçons de son expérience.

Commençons par examiner les performances économiques du Botswana. En 1966, lorsque le protectorat du Bechuanaland a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne, le PIB par habitant s’élevait à peine à 518 dollars par an. En 2018, il s’élevait à 8031 dollars, soit une augmentation de 1450 %. Sur la même période, la moyenne mondiale a augmenté de 136 %, passant de 4625 à 10 894 dollars.

En d’autres termes, l’économie du Botswana a connu une croissance dix fois plus rapide que celle du reste du monde. L’économie du pays est encore plus impressionnante par rapport à celle de ses voisins immédiats. Entre 1966 et 2018, le PIB par habitant de l’Afrique du Sud a augmenté de 32 %, passant de 5631 dollars à 7434 dollars, et celui du Zimbabwe de 35 % seulement, passant de 981 dollars à un maigre 1322 dollars.

L’espérance de vie du Botswana, qui est un bon indicateur du niveau de vie général, fait également bien, passant de 52 ans en 1966 à 69,3 ans en 2018. Cela signifie que l’écart d’espérance de vie entre le Botswana et la moyenne mondiale s’est réduit, bien que de moins d’un an (de 4 ans à 3,3 ans).

On ne peut pas en dire autant de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe, dont l’écart d’espérance de vie par rapport à la moyenne mondiale s’est accru au cours de cette période, passant de 5,3 à 8,7 ans pour le premier, et de moins d’un an à un énorme 11,4 pour le second.

Pourquoi le Botswana a-t-il réussi, là où ses voisins ont échoué ? La théorie dominante, proposée par des personnes comme le professeur Scott Beaulier, est que l’empreinte coloniale du Bechuanaland (1885-1966) était très légère, en raison de la pauvreté et de l’insignifiance géopolitique du territoire. Les institutions indigènes, telles que les assemblées tribales et les normes de conduite traditionnelles, ont pu continuer à fonctionner sans être violées.

Cela signifie que lorsque le Botswana est devenu indépendant, les structures traditionnelles ont constitué l’épine dorsale du nouveau gouvernement. Dans de nombreuses autres régions d’Afrique, en revanche, les structures gouvernementales importées de l’Occident (ou imposées par les puissances coloniales qui se retiraient) se sont frottées à la tradition avec un effet néfaste.

M. Beaulier reconnaît d’autres aspects salutaires de la société Batswana, le principal groupe ethnique qui représente 90 % de la population. L’un d’eux est son « cosmopolitisme libéral », qui a accueilli des immigrants et des réfugiés d’autres pays africains qui, à leur tour, ont contribué à l’innovation et à la croissance économique.

Cela a aidé, je suppose, à ce que le Botswana soit un pays pauvre et peu peuplé, et à ce que les immigrants ne soient pas considérés comme une menace – ce qui allait changer avec le temps, car l’immigration en provenance des pays environnants, en particulier du Zimbabwe, est passée d’un filet à une inondation.

M. Beaulier ne semble pas penser que l’homogénéité ethnique du Botswana ait joué un grand rôle dans le succès du pays, bien que la diversité ethnique ait certainement joué un rôle dans l’effondrement d’un certain nombre d’États africains au cours des 80 dernières années.

Un bon leadership a également joué un rôle. Entre 1966 et 1980, le Botswana était dirigé par Seretse Khama, un chef de tribu qui a réussi à obtenir une éducation en Afrique du Sud sans devenir rancunier envers les Blancs (il épousera une femme blanche plus tard dans sa vie) et a vécu en Grande-Bretagne dans les années 1950 sans devenir socialiste.

Sans défense, le Botswana (le pays n’aura pas d’armée avant 1977) était également entouré de régimes fondamentalement anticommunistes – l’Afrique du Sud au sud, le territoire sous mandat de l’Afrique du Sud, le Sud-Ouest africain (qui deviendra plus tard la Namibie) à l’ouest et la Rhodésie à l’est. Dans les années 1960 et au début des années 1970, lorsque les pouvoirs sud-africains et rhodésiens étaient à leur apogée, le socialisme au Botswana n’aurait pas été toléré.

Dans l’ensemble, pendant une grande partie de son indépendance, le Botswana a été, selon le rapport « Economic Freedom of the World », l’un des pays africains les plus libres sur le plan économique.

Alors que de nombreuses autres nations ont adopté une certaine forme de socialisme, le Botswana était, en gros, capitaliste. Sa relation fructueuse avec De Beers, une société minière sud-africaine géante, mérite d’être soulignée. Les diamants du Botswana, mondialement connus, ont été découverts à la fin des années 1960 et l’extraction de diamants a commencé au début des années 1970. Aujourd’hui encore, les bénéfices de l’entreprise sont partagés à parts égales entre la société et le gouvernement du Botswana.

Pourquoi le Botswana n’a-t-il pas nationalisé son industrie minière, comme cela a été le cas dans une grande partie du reste de l’Afrique ? Était-ce par attachement à la liberté ou par peur de l’hégémonie sud-africaine ? Peut-être un peu des deux.

Aujourd’hui, le Botswana est non seulement prospère mais aussi relativement libre. Selon l’indice de liberté humaine publié par le Cato Institute, les Batswanas jouissent du plus haut degré de liberté du continent africain, c’est-à-dire si l’on exclut deux nations insulaires africaines, Maurice et le Cap-Vert.

Le succès du pays est sans aucun doute très contingent. Mais cela ne veut pas dire que l’expérience du Botswana n’est pas pertinente. Ses politiques de liberté économique et politique peuvent et doivent être adoptées par d’autres nations africaines qui veulent sérieusement améliorer le sort des citoyens ordinaires.

Traduction par Vincent Andres, avec l’aimable autorisation de CapX.co, de Botswana’s success is remarkable – and it’s down to capitalism

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Les « théoriciens dominants » se plantent totalement avec leurs mythe du bon sauvage pervertis par les occidentaux.
    L’Afrique a toujours été constituée de grands royaumes tribaux fondamentalement liberticides et non-capitaliste.
    Le capitalisme suppose l’individualisme et un droit neutre qui est impossible dans un système tribal. Le tribalisme est toujours actuellement ce qui s’oppose majoritairement au capitalisme en Afrique.
    Le pouvoir d’une ethnie s’exerce pour cette ethnie dominante et tout le long de la chaîne des clans ou des familles élargies. Le droit est violé, les contrats non passés ou non respectés, les marchés et systèmes politiques sont totalement corrompus.
    .
    60 ans, 3 générations, c’est largement assez pour qu’un peuple prenne en main son destin en suivant son inclinaison (cf: « systèmes familiaux » d’Emmanuel Todd). La Corée du Sud colonisée et détruite en 1953 a actuellement un PIB comparable aux 54 pays africains réunis.
    .
    L’autre vérité qui est impossible à dire est que des chercheurs américains s’interrogent toujours sur le « IQ gap », les 15 points de différence de QI des noirs américains et ceci quelles que soient les conditions socio-économiques. Les Coréens ont plus de 100, pour les autres, dont l’afrique c’est sur Google.

    • pas de notion de propriété privée dans un système tribal, ni de justice pour le faire respecter : difficile d’être prospère.

  • Surement une bonne strategie de surfer sur la reussite des societes minieres etrangeres.
    diamants, nickel, fer, etc
    La plus grande croissance economique pour 2020 dans le monde sera celle du Guyana avec 52 % de prevu, due au petrole decouvert recemment. Malgre le pib par habitant qui va faire un bond de geant dans les annees qui viennent, cela ne changera pas radicalement la vie des habitants.

  • Eh ben… Faut préciser deux choses :
    – le coefficient de Gini sur les inégalités reste l’un des plus haut d’Afrique depuis des décennies… je n’ai pas comparé avec tous les pays africains, mais mis à part la Zambie et Zimbabwe, le Bostwana est toujours environ +20 par rapport aux autres.
    – Le Bostwana n’a pas nationalisé ? Lol. « Debswana is a joint venture between the government of Botswana and the South African diamond company De Beers; each party owns 50 percent of the company. ». Tous les diamants produits au Bostwana sont produits pas Debswana.

    • Qu’est ce qu’on s’en tape du coefficient Gini:

      • Vous oui, vu vos penchants liberticides. Moi non.

        • Venant d’un adepte de Staline, votre accusation ne manque pas de sel.
          .
          Les inégalités ne sont absolument pas « liberticides », elles peuvent avoir des tas de raisons. Si une personne travaille énormément et une autre se laisse vivre, il est normal qu’elles soient inégales.
          .
          Ce qui est liberticide en revanche, c’est de prendre de force à celle qui travaille énormément pour donner à l’autre : c’est votre idéologie rouge qui est liberticide.

        • Je comprends que pour un « wannabe gardien de goulag » qui rêvent de la Kolyma avec un filet de bave au coin de lèvre, le coefficient Gini est important. Pour ceux qui pensent que la liberté individuelle a du sens, pour ceux qui veulent l’égalité devant la loi, l’égalité matérielle n’a aucune espèce d’importance.
          Pour les polpotistes comme vous, ouais c’est bien…

        • Mes penchants liberticides? Lesquels? Allez y! Prenez moi en défaut! Quelle liberté m’avez vous vu piétiner?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Godefridi.

[caption id="attachment_256135" align="aligncenter" width="640"] capitalism By: Jacob Bøtter - CC BY 2.0[/caption]

Corentin de Salle est probablement le principal expert contemporain ès libéralisme et capitalisme de langue française. Auteur d’un compendium en trois tomes de 500 pages chacun sur la Tradition de la liberté des origines de la pensée libérale à nos jours, il avait été invité à s’exprimer sur l’émergence du capitalisme en Europe dans le cadre des séminaires que le C... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Il existe une poignée de livres d’économie que tout le monde devrait lire.

Economics in One Lesson et Free to Choose, ces ouvrages classiques écrits respectivement par Henry Hazlitt et Milton Friedman, figurent sur cette liste. Un de mes favoris est Basic Economics de Thomas Sowell, un livre qui a éveillé mon intérêt pour l’économie il y a de nombreuses années.

De La Richesse des Nations (1776) à Freakonomics (2005), beaucoup d’autres ouvrages sont cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles