La saison des lancements vers Mars revient dès le 14 juillet

Comme tous les 26 mois, cycle imposé par la mécanique céleste, les Terriens vont envoyer vers Mars une nouvelle « volée » de robots explorateurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Curiosity Rover by NASA's Marshall Space Flight(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La saison des lancements vers Mars revient dès le 14 juillet

Publié le 13 juillet 2020
- A +

Par Pierre Brisson.

Ils partiront entre le 14 juillet et le 5 août et arriveront quelques 7 à 9 mois plus tard dans le voisinage de Mars.

Missions périlleuses

Cette fois ci les missions sont originaires des États-Unis, de la Chine et des Émirats Arabes Unis (avec un lanceur japonais). Les pays membres de l’ESA (Agence Spatiale Européenne) ont malheureusement déclaré forfait.

Toutes n’ont pas les mêmes chances de succès, c’est-à-dire de mise en orbite autour de Mars et surtout d’atterrissage à sa surface. Des trois missions, seules l’américaine et la chinoise ont l’objectif d’atterrir ; et pour les Chinois cet atterrissage, s’il est réussi, sera une première.

En réalité seuls les États-Unis ont démontré leur capacité aussi bien à la mise en orbite qu’à la descente en surface, c’est-à-dire à effectuer avec succès la difficile succession de manœuvres de l’« EDL » (« Entry, Descent, Landing »).

C’est pour cela que les statistiques sur expériences passées qui prétendent prouver les faibles chances d’atterrir avec succès sur Mars sans se référer au pays du lanceur ni à la date du lancement, n’ont aucun sens. Et elles en ont d’autant moins si on prend en compte toute la série des tentatives.

Tous pays du monde confondus, il y a eu 54 lancements pour Mars depuis 1960 dont 11 flyby et « assistances gravitationnelles » (survols simples et survols pour aller plus loin que Mars), 25 pour mises en orbite et 18 pour atterrissages.

Les Américains ont effectué 23 lancements, ils ont échoué cinq fois mais la dernière fois c’était il y a très longtemps, en 1999, avec Mars Polar Lander ; et sur les cinq, ils n’ont échoué qu’une seule fois à se poser (le même Mars Polar Lander). Il n’y a eu aucun autre échec depuis cette date (10 lancements réussis en série).

Par contre, les Russses ont effectué 22 lancements, ils ont échoué 19 fois et n’ont réussi que trois opérations dont un flyby, une seule mise en orbite (pour la mission MarsExpress de l’ESA, en utilisant leur lanceur Soyouz) et aucun atterrissage.

Les Européens n’ont réussi, seuls (avec leur lanceur Ariane 5G+), qu’une seule opération, la mise en orbite de la première partie de la mission ExoMars (Trace Gas Orbiter) en 2016 tandis que la partie atterrissage (Schiaparelli) a échoué. Comme dit plus haut, l’autre opération, Mars Express, a été réalisée avec un lanceur russe.

Le Japon a tenté et échoué une fois, l’Inde a tenté et réussi une fois (mise en orbite de Mangalyaan).

Enfin on ne peut compter dans les mêmes statistiques les tentatives des années 1960 et celles d’aujourd’hui. Les technologies ont évolué et les Américains ont appris très vite à faire ce qu’ils ne savaient pas faire pour la bonne raison qu’ils n’avaient pas essayé (le lancement américain se fera cette fois ci encore (comme pour la mission MSL emportant Curiosity en novembre 2011) avec une fusée Atlas 5-541).

Toutes les missions 2020 n’ont pas le même potentiel scientifique.

Différentes missions, différentes capacités

Les Émirats Arabes Unis, avec la « Hope Mars Mission », doivent envoyer dès le 14 juillet, un « démonstrateur technologique ». Ils veulent montrer qu’ils sont capables de participer à une mission pour aller jusqu’à l’orbite de Mars et y déployer des instruments scientifiques. Il s’agit « simplement » d’envoyer, de placer et d’utiliser un orbiteur (satellite) ; pas question de tenter de descendre au sol pour une première mission.

Officiellement Hope (ou al-Amal, « espoir ») va étudier l’atmosphère et le climat au sol avec deux spectromètres, l’un opérant dans l’infrarouge pour mesurer la variabilité de la thermosphère et les pertes des différents gaz, l’autre dans l’ultraviolet pour étudier, dans l’atmosphère moyenne et basse, les températures, la vapeur d’eau et les variations de teneur en poussière.

Le lanceur, japonais, H-IIA de Mitsubishi, est un lanceur fiable qui a propulsé de nombreuses missions dont quelques-unes dans l’espace profond. L’opération, mineure1 sur le plan scientifique, a donc de bonnes chances de succès.

La Chine est dans le même registre de la démonstration de capacité. Elle veut lancer un orbiteur et un atterrisseur « Mars Global Remote Sensing Orbiter and Small Rover », mission maintenant connue comme « Tianwen-1 » qu’on peut traduire par « recherche de la vérité céleste » (« Huoxing-1 » ou « HX-1 » durant la phase de développement). C’est aussi une première puisque jusqu’à présent ce pays n’a effectué de lancements que vers la Lune.

Au-delà de la démonstration ingénieuriale et politique, l’objet sera la recherche de traces passées ou présentes de vie et l’« évaluation de la surface et de l’environnement de la planète », expression plutôt vague qui annonce un travail d’étude de l’atmosphère, du champ magnétique et de cartographie géologique (une caméra à haute résolution sera embarquée).

Bien sûr le vecteur sera chinois, une fusée « Long March 5 » (ou « Changzheng 5 » ou « CZ-5 ») ; lanceur lourd dont le track-record est faible ; deux échecs suivis de deux succès sur quatre tentatives, le placement d’un satellite sur une orbite géostationnaire puis d’un autre satellite en orbite basse terrestre. La masse à descendre en surface de Mars est égale au quart de la masse de Curiosity ou du nouveau rover Perseverance.

Le succès ou l’échec se vérifieront sur plusieurs niveaux. Réussir le lancement dans l’espace profond serait une confirmation de la fiabilité de CZ-5, ce qui serait déjà bien ; réussir la satellisation autour de Mars serait moins difficile ; parvenir à déposer en douceur la charge utile sur Mars serait une performance extraordinaire. L’objet scientifique est secondaire.

La mission américaine : la plus utile ?

Après le retrait des Européens de l’ESA (par crainte de non maîtrise de l’EDL et d’une mauvaise coordination avec les Russes de Roscosmos), la mission la plus sérieuse et de loin la plus utile sur le plan scientifique, est la mission américaine.

Le rover Perseverance (« Mars 2020 » durant la phase de développement) de la NASA est à mon avis relativement moins intéressant que son ex-concurrent Rosalind Franklin de l’ESA. Il est la suite de Curiosity et a pour objet de rechercher aussi les traces de vie passée (Curiosity cherchait à savoir si Mars avait été habitable, ce qui n’est pas la même chose), de préparer un futur retour d’échantillons et de préparer la venue de l’homme sur Mars.

Il comprend sept instruments qui sont pour plusieurs d’entre eux des améliorations de ceux qui équipent aujourd’hui Curiosity.

Le Mastcam-Z est une caméra panoramique et stéréoscopique avec une forte capacité de zoom. Ce sera les yeux du rover et elle aura un rôle à jouer dans l’identification minéralogique.

MEDA (Mars Environmental Dynamics Analyzer) est un ensemble de capteurs qui donneront toutes les indications sur le temps qu’il fait (y compris le contenu en poussière de l’atmosphère et la taille des particules).

MOXIE (Mars Oxygen ISRU Experiment) est un instrument qui doit tester la possibilité de produire de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone de l’atmosphère martienne (une des recommandations faites par Robert Zubrin dans les années 1990).

PIXL (Planetary Instrument for X-Ray Lithochemistry) est un spectromètre à fluorescence de rayons X avec un imageur à haute résolution pour déterminer la composition des roches de surface. Le but est de permettre une analyse chimique plus fine que précédemment.

RIMFAX (Radar Imager for Mars’ Subsurface Experiment) est un radar qui doit permettre de déterminer la structure géologique du sol à l’échelle du centimètre (jusqu’à une profondeur d’une dizaine de mètres).

SHERLOC (Scanning Habitable Environments with Raman & Luminescence of Organics & Chemicals) est un spectromètre qui doit déterminer la minéralogie à petite échelle et détecter les composés organiques.

SuperCam est une sorte de ChemCam (embarquée sur Curiosity) améliorée. L’instrument pourra détecter à distance la présence de composés organiques dans le régolithe ou les roches.

En plus de ces instruments, le rover américain disposera, comme son prédécesseur, d’un bras robotique avec un foret capable de prélever des échantillons qui seront soit analysés sur place, soit préservés dans une « cache » en attendant une mission de retour d’échantillons à la fin des années 20 ou au début des années 30 (c’est loin et c’est vraiment frustrant !).

Les prélèvements resteront très superficiels (le foret prévu n’est hélas pas celui de Rosalind Franklin qui aurait pu aller jusqu’à deux mètres de profondeur c’est-à-dire sous la zone irradiée avec des doses telles que la vie est très improbable !).

Enfin la mission débarquera un petit hélicoptère pour tester la possibilité d’utiliser ce type de véhicule dans les explorations futures. C’est intéressant car il est vrai que l’exploration martienne rapprochée souffre de devoir être menée exclusivement avec un rover qui roule sur un sol par définition non préparé à la circulation des véhicules à roues.

On a vu que Spirit est mort d’avoir pénétré dans des sables mouvants et que les roues de Curiosity ont très vite été très abimées ce qui lui a interdit pas mal d’observations intéressantes. Il est impossible d’aller observer/analyser un site intéressant même à quelques mètres s’il est inaccessible au rover et hors de portée de sa ChemCam. Ceci dit ce premier hélicoptère, nommé « Ingenuity », n’aura qu’une autonomie très limitée et n’embarquera qu’une caméra. Espérons qu’il puisse voler !

D’autres missions en cours

Ces missions vont s’ajouter à celles qui sont encore en cours. D’abord les orbiteurs de l’ESA, ExoMars-TGO, « en pleine forme » (fin de mission prévue en 2022), et Mars Express qui continuera ses observations jusqu’à fin 2020 ; puis les orbiteurs de la NASA, MRO, le Mars-Reconnaissance-Orbiter lancé en août 2005, avec sa camera HiRISE qui nous donne toujours des photos d’une précision extraordinaire (résolution jusqu’à 0,3 mètre par pixel) et qui a été prolongé, le vieux 2001-Mars-Odyssey qui a suffisamment d’énergie pour fonctionner jusqu’en 2025 et MAVEN qui a terminé sa mission mais communique encore, sans oublier, en orbite, le démonstrateur Mangalyiaan de l’Inde, et au sol le rover Curiosity au sol ainsi que la sonde InSight qui continue à faire de la sismographie. MRO, Mars Odyssey, MAVEN et MarsExpress serviront de relais aux nouveaux rovers pour les télécommunications vers la Terre.

L’exploration de Mars continue donc. Après le retrait des Européens, la recherche de la vie est maintenant portée par les Américains tout seuls. Nous pouvons espérer de nouvelles informations passionnantes et de toute façon une meilleure connaissance de cette planète, la plus semblable à la Terre et la seule sur laquelle on puisse envisager d’aller physiquement avec les technologies d’aujourd’hui et où j’espère on finira par aller un jour pas trop éloigné.

La lente progression qu’a entrepris la NASA vers cet objectif (années 2040 ?) pourrait être, heureusement, accélérée par Elon Musk qui veut mener une première expédition habitée en 2024 (mais si cette date était reculée à 2026, ce ne serait pas trop grave). Espérons qu’il pourra finaliser son lanceur SuperHeavy et son vaisseau Starship et que les tenants de la protection planétaire ne lui mettront pas des bâtons dans les roues en empêchant son décollage ou plutôt son atterrissage sur Mars !

La Chine se profile dans l’ombre. Ses capacités sont encore loin derrière celle des Américains mais le dépôt sur le sol de Mars d’un rover qui fonctionne ferait progresser fortement leur crédibilité.

Sur le web

  1. À noter toutefois que l’orbite d’Amal autour de Mars ne sera pas polaire mais inclinée par rapport à l’axe de rotation de la planète, c’est-à-dire qu’elle permettra d’observer le même lieu à des heures différentes, donc dans différentes conditions d’exposition aux rayonnements du Soleil.
Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Tout à fait passionnant ! voila un article qui donne la pêche !

  • Merci, article fort intéressant. Il soulève aussi beaucoup de questions. Pourquoi les américains sont-ils en pointe ? N’est-ce pas la confirmation d’une supériorité de leur organisation sociale ? Leur exploration de l’espace ne rappelle-t-elle pas l’exil volontaire des passagers du Mayflower fuyant un monde hostile ? Pourrait-on recréer une atmosphère martienne ?

    • Vous avez raison concernant l’organisation sociale. Aux Etats-Unis il est moins difficile étant donnés les différents taux d’imposition de constituer de grandes fortunes. Parmi les détenteurs de ces fortunes, beaucoup ont gardé l’esprit pionnier, comme Elon Musk ou Jeff Bezos, à la différence de nos « riches » comme Bernard Arnault qui préfèrent financer les « artistes ».

    • Les USA ont encore de nombreux atouts libéraux un grand esprit d’entreprise et un gouvernement fédéral.
      .
      L’exploration spatiale ne ressemble en rien au Mayflower, nous sommes très très loin de pouvoir même créer une colonie digne de ce nom sur la Lune toute proche . Contrairement à toutes les autres conquêtes sur terre, l’exploration spatiale est actuellement incapable de générer du profit et sans profits il n’y aura jamais de colonisation.
      .
      Mars a deux énormes problèmes : elle est plus petite que la Terre (1/10ème de la masse) et c’est une planète morte sans dynamo interne donc sans champ magnétique.
      Sa faible gravité n’arrive pas à retenir une atmosphère que le vent solaire non dévié « arrache » facilement en plus de bombarder le sol de rayonnements durs et ionisants qui stérilisent toute forme de vie.
      Du coup, la pression atmosphérique est infime (0,59% de celle de la terre) et toute tentative d’en recréer une se heurterait aux deux défauts précités.
      .
      Quelques chercheurs de la NASA ont émis une vague idée de satellite au point Lagrange L1 qui serait à même de recréer un champ magnétique artificiel, mais vu les puissances et le temps nécessaire, je ne suis même pas certain que l’espèce humaine dure assez pour entamer et maintenir un tel projet.

      • Je suis d’accord avec vous pour dire que le seul gage de pérennité d’une installation humaine est la génération de profit. Mais vous devriez plutôt dire que « l’exploration spatiale a été incapable de générer jusqu’à présent du profit », non pas qu’elle n’en générera jamais. Selon moi et mes amis, il ne faut pas exclure que des touristes acceptent de payer des sommes importantes pour un séjour dans l’espace, y compris sur Mars (plus il y aura de vols, moins le prix unitaire sera élevé). Par ailleurs, des chercheurs (donc des Universités) pourraient aussi financer des séjours sur Mars. Mars pourrait encore servir de site d’expérimentation pour le recyclage, l’utilisation de matériaux ou de divers équipements en milieux extrêmes. Mars pourrait enfin être un conservatoire de graines, de germes ou de data terrestres.
        Certes la pression atmosphérique est faible (610 millibars au « datum » – altitude moyenne et 1100 millibars au fond du bassin d’Hellas à -8 km en dessous sur datum) et les raisons que vous mentionnez sont bonnes. Cependant, d’une part le sol protège de la moitié des radiations environnantes et d’autre part l’atmosphère même faible donne une certaine protection complémentaire au sol (l’équivalent d’une colonne d’eau de 20 cm). Les doses de radiations reçues au sol en altitude moyenne sont donc moitié moins importantes que dans l’espace interplanétaire, du même ordre que celles reçues à l’altitude de l’ISS.
        Il n’est pas question (pour moi et mes amis) de recréer une atmosphère dense autour de la planète (trop long, trop cher, non durable) mais on pourrait très bien viabiliser des habitats protégés des radiations par de la glace d’eau (40 cm suffisamment efficaces contre la quasi-totalité des protons solaires ou galactiques) ou par du régolithe sur l’épaisseur souhaitée (2 mètres pour une protection « parfaite » contre les radiations solaires ou galactiques).
        Concernant les îles de l’espace aux points de Lagrange, oui, pourquoi pas mais ce sera sans doute pour plus tard. Construire dans l’espace est probablement plus difficile que construire sur le sol d’une planète comme Mars. C’était l’idée de Gerard O’Neill (Université de Princeton). On le fera un jour (pourquoi être si négatif !) mais ce sera plutôt au point L4 ou L5 qui sont stables alors que L1 et L2 ne le sont pas.

        • Sur les profits, j’ai bien mentionné « actuellement ».
          Aucun modèle économique ne semble en vue, il faudrait une rupture technologique qui semble bien aléatoire pour le moment ou une découverte qui génère d’extraordinaires profits ce qui est tout aussi improbable : la Terre est riche de tout et n’a vraiment besoin de rien à moins que le transport ne coûte que quelques centimes le kilo.
          .
          Une simple mission de 4 personnes est devisée à 6 milliards (je parie plutôt 10 voir 20 tout compté), une « base » de 10 personnes pourrait facilement décupler ce chiffre, donc c’est totalement hors de portée de « chercheurs », « d’universités » ou d’un modèle de « tourisme spatial ».
          .
          Technologiquement oui, on peut évidemment faire une petite base et étant passionné j’aimerais vraiment bien qu’on la fasse. Mais honnêtement: scientifiquement et économiquement, ces « mini-bases » n’ont aucun avenir sans profits et des missions robotisées nous en apprendraient bien plus et bien plus rapidement dans tous les domaines.
          .
          Sur le point Lagrange je ne parlais pas « d’iles » mais d’un générateur de champ magnétique.
          .
          Iles ou colonies, une constante : sans profits, c’est mort !

          • J’ai également bien compris qu’actuellement les vols spatiaux coûtent cher. Mais 1) il faut voir sur le moyen terme en misant sur un accroissement du nombre des vols qui fera baisser les coûts unitaires; 2) il ne faut pas envisager des exportations pondéreuses mais des exportations « intellectuelles », c’est à dire des logiciels, des recherches scientifiques, des process (recyclage, etc..).
            Pendant un premier temps les séjours sur Mars devront être subventionnés par la société qui les financera mais c’est le cas de presque toutes les entreprises humaines (voyez Amazon qui n’a pas été rentable pendant 20 ans, ou le tunnel sous la Manche). On commence par perdre de l’argent avant d’en gagner pour développer son marché. Il faut viser un coût de voyage plus séjour pour 1 million d’euros. En fonction d’un nombre raisonnable de vols, ce coût est possible (nous avons fait des calculs sérieux sur le sujet). A ce prix il y a un marché (et cela vaut aussi pour le tourisme).

            • J’ai vu ces calculs « sérieux » qui sont pour moi surtout à base de wishfull thinking: minimisation des coûts et difficultés, optimisme démesuré sur les retombées de produits qui n’ont rien de réellement spécifique à une base sur Mars… etc. etc.
              .
              J’ai l’habitude de me faire huer depuis 30 ans que je joue les rabats joie, mais pour ma part, je n’ai strictement rien vu de viable pour l’instant.
              .
              Et pourtant, Dieu sait si j’ai envie d’y croire depuis que j’ai vu mon premier lancement Apollo en 1971.

  • Merci pour ces nouvelles infos.

  • C’est quoi et c’est qui les « les tenants de la protection planétaire » ?

    • Les règles de la protection planétaire sont édictées par une institution internationale, le COSPAR (« Committee On SPAce Research »). Elles concernent aussi bien la protection de la Terre que celle des planètes. Elles sont très largement inspirées d’un principe de précaution rigoureux qui s’il était appliqué à la lettre, empécherait pratiquement les recherches biologiques impliquant un contact quelconque des objets étudiés avec la Terre (retour d’échantillons ou examen sur place).

  • Il y a deux approches de l’espace en fait:
    La première est limitée par les budgets gouvernementaux et consiste en fait à occuper les équipes d’ingénieurs qu’un grand pays se doit d’entretenir. Les résultats sont quand même assez limités par les budgets, faibles, alloués. Un certain ronronnement s’est installé et ne mène à pas grand chose.
    La seconde est représentée par des visionnaires comme Musk ou Bezos qui ont décidés d’accélérer la conquête spatiale. Peu de résultats pour le moment, mais un avenir plus prometteur sans doute.

    •  » Un certain ronronnement s’est installé et ne mène à pas grand chose.  »

      Je relativiserais quand même  » le pas grand chose « . L’astronomie est comprise dans ces budgets alloués par les gouvernements notamment dans les télescopes spatiaux. Ces 20 dernières années ont permis de découvrir des milliers d’exoplanètes avec son lot de surprises grâce entre autres au télescope spatial Planck . On a découvert qu’il y a 5 milliards d’années que l’univers s’est mis à accélérer avec l’hypothèse d’une énergie noir qui réactualise la constante cosmologique d’Einstein. On a permis aussi par l’observation de prouver la réalité des trous noirs. On a détecté récemment les premières ondes gravitationnelles prédites par la relativité générale. Le télescope Hubble depuis que son miroir défectueux a pu être réparé a permis d’observer des objets lointains dont on ignorait qu’ils pouvaient exister si tôt après le big bang. Ce même télescope à permis grâce à sa haute résolution de permettre à la médecine de détecter des cancers plus précocement. Les dernières explorations de Mars ont confirmé que la planète possédait bien à sa surface de grande quantité d’eau voir des océans il y a 3 environ milliards d’années. La Chine a fait une avancée non négligeable avec la première diffusion d’une information quantique depuis l’un de ses satellites.

       » La seconde est représentée par des visionnaires comme Musk ou Bezos qui ont décidés d’accélérer la conquête spatiale. Peu de résultats pour le moment, mais un avenir plus prometteur sans doute.  »

      C’est effectivement un gros plus qui va faire avancer nos connaissances dans un futur pas si lointain.

      • Il est évident que dad22fr ne faisait référence qu’à la « conquête » de l’espace par vols habités et non au progrès de l’astronomie/astrophysique/cosmologie.
        Les vols habités compte tenu des distances et des vitesses ne peuvent pas nous mener bien loin, en réalité aujourd’hui, seulement la Lune et Mars.

      • Beaucoup d’imaginations accompagnent ces découvertes: des dessins d’artistes foisonnent représentant des détails et des données que nous ne connaissons pas et qui ne sont pas à notre portée.
        Mars, malgré les robots n’a toujours pas livré ses secrets sur la vie: faute de moyens, malgré l’ingéniosité humaine, il en sera ainsi encore longtemps.

    • Musk est quand même entièrement financé sur fond publique par la Nasa qui a compris qu’elle était trop obèse et sclérosée pour gérer ça elle-même. Elle s’est donc concentrée sur la partie scientifique avec de nombreuses réussites passionnantes.

  • Brillant article ! Merci !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Briardo Llorente.

Des préparatifs sont déjà en cours pour des missions qui feront atterrir des humains sur Mars dans une dizaine d’années. Mais que mangeront les nouveaux Martiens si ces missions aboutissent bien à la colonisation de la planète rouge – colonisation que certains envisagent permanente ?

Une fois que (si) les humains auront réussi à se rendre sur Mars, un défi majeur pour toute colonie sera en effet d’assurer un apport stable en nourriture. Les coûts énormes de lancement et de réapprovisionnement en ressources ... Poursuivre la lecture

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Par Cyril Szopa. Un article de The Conversation

https://www.youtube.com/watch?v=7S3VI6ryfxY

L’atterrissage de Perseverance, rover de la NASA, en février 2021, puis celui de Zhurong de l’agence spatiale chinoise en mai 2021, sont venus grandir le nombre d’engins motorisés à la surface de la planète rouge.

Il y a aujourd’hui six véhicules mobiles, appelés rovers, à la surface de Mars : Sojourner, Spirit, Opportunity, Curiosity, Perseverance, Zhurong, dont trois seulement sont en activité. Les cinq premiers ont été déployés ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles