Alerte : une épidémie autoritaire s’abat sur l’Europe de l’Est

75 ans ont été nécessaires pour reconstruire la liberté après la Seconde Guerre mondiale, seulement trois semaines auront suffi pour la mettre à genoux. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Menottes by Xavier Buaillon(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alerte : une épidémie autoritaire s’abat sur l’Europe de l’Est

Publié le 14 avril 2020
- A +

Par Maria Chaplia, associée aux affaires européennes au Consumer Choice Center.

À travers l’Europe, la lutte contre le coronavirus est utilisée sans retenue pour affaiblir la démocratie face à l’autoritarisme, principalement à l’Est où les gouvernements remettent en question la liberté de la presse et la liberté d’expression.

Pourquoi la liberté d’expression est-elle importante en temps de crise

La liberté d’expression nous protège d’abord des abus de pouvoir et de l’impunité des gouvernements en protégeant la presse d’investigation et les lanceurs d’alerte.

En outre, en permettant aux citoyens d’exprimer librement leurs préoccupations elle leur permet d’agir sur les priorités du pouvoir. Sans elle, seuls les privilégiés et ceux qui ont de l’influence sur les dirigeants pourraient le faire.

Mais le points qui nous importe le plus en temps de crise est qu’elle réduit les erreurs de jugement et les mauvaises décisions du pouvoir, car personne n’ose dire à un dirigeant autoritaire qu’il se trompe.

Aujourd’hui, il est difficile de trouver un meilleur argument que celui de l’urgence de la santé publique comme alibi pour pousser rapidement un programme autoritaire.

Une vague d’abus d’autorité au sein de l’UE

En Hongrie, le Parlement a voté une loi accordant à Viktor Orban le pouvoir de gouverner par décret pour une durée indéterminée.

Le gouvernement nationaliste peut maintenant emprisonner sans procès toute personne rendant publics des faits qu’il considère soit faux, soit « nuisibles à la défense efficace » de la santé publique, soit susceptibles de créer « une confusion ou une agitation » liée au coronavirus. Un tel pouvoir discrétionnaire accordé au gouvernement Orban est une condamnation à mort pure et simple de la liberté d’expression en Hongrie.

Viktor Orban a choisi la bonne cible en s’attaquant à la liberté d’expression. Même si l’on prétend que ces lois seront allégées, et non supprimées, une fois la pandémie éloignée, l’histoire récente et le bilan de Viktor Orban suggèrent le contraire. Depuis sa victoire en 2010, il a progressivement augmenté le contrôle de l’État sur les médias, jusqu’à supprimer toute opposition et anéantir les mécanismes institutionnels d’équilibre du pouvoir. Selon lui, un État ne doit pas nécessairement être libéral pour être démocratique.

Les élections libres sont une caractéristique essentielle mais non suffisante des régimes démocratiques. Une véritable démocratie ne peut exister sans droits civils et, en particulier, le droit de résister, que ce soit par des manifestations, la liberté d’expression et celle des médias.

En Serbie, le décret du gouvernement sur la centralisation des informations lors de la crise du coronavirus a abouti à des arrestations. Ana Lalić, une journaliste serbe, a été arrêtée le 1er avril, après avoir révélé une pénurie d’équipements médicaux de protection pour le personnel d’un centre médical serbe. Elle a été accusée d’avoir provoqué des troubles publics en diffusant de fausses nouvelles pendant l’urgence.

En Pologne, le ministère polonais de la Santé a rendu illégal l’émission d’avis indépendants de consultants médicaux sur la situation épidémiologique, l’état des hôpitaux et les méthodes de protection contre les infections. Évoquer la pénurie d’équipements de protection peut coûter son emploi à un médecin polonais.

En Slovénie et en République tchèque les gouvernements ont annoncé qu’ils mettaient fin à la présence des journalistes lors des conférences de presse officielles. Selon le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatović, un journaliste slovène qui avait demandé des informations sur les mesures adoptées par le gouvernement pour faire face à la pandémie a été la cible d’une campagne de diffamation de la part des médias proches du parti politique qui dirige la coalition gouvernementale.

La Russie donne le pas

Malgré le nombre croissant de personnes infectées en Russie, le président Poutine continue de faire pression pour un vote national sur la réforme constitutionnelle en avril (sous réserve de report) qui pourrait lui permettre de rester au pouvoir jusqu’en 2036. Il est fort probable qu’il l’obtiendra car, à l’instar de la direction choisie par la Hongrie, s’élever contre le gouvernement fait automatiquement de vous un délinquant.

Lorsque les individus sont poussés à faire le choix entre protéger leur vie ou celle de leurs proches et poser un acte de résistance politique, la plupart opte pour le silence. L’idée même d’une telle alternative est inhumaine, manipulatrice et, en fin de compte, conduit à la disparition des gouvernements qui l’ont appliquée.

Ardent admirateur des mesures prises par la Chine pour endiguer le coronavirus, Poutine a eu recours à des méthodes purement et simplement totalitaires. Deux personnes ont déjà été condamnées à des amendes pour avoir diffusé de « fausses » informations sur le coronavirus. Les libertés civiles, déjà très peu nombreuses en Russie, sont extrêmement menacées.

Ne pas baisser la garde

Il existe une raison simple pour laquelle les gouvernements autoritaires investissent autant dans la propagande. La racine même de leur pouvoir réside dans des récits artificiellement créés et effroyablement puissants diffusés en boucle et à la censure de toute voix dissidente. La liberté d’expression est à la démocratie ce que les droits de propriété sont à l’économie. La monopolisation de l’un ou l’autre entraîne des perturbations.

Nous sommes par conséquent dans une impasse.

D’une part, cette pandémie pourrait nous dissuader de prendre exemple sur le monde non libre et ses tactiques.
D’autre part, le cauchemar de l’urgence pourrait devenir notre réalité permanente en donnant carte blanche aux gouvernements dans l’application de lois contraignantes.

Espérons que tout ira pour le mieux, mais soyons prêts à riposter si le pire se produisait. La démocratie est ancrée dans la liberté d’expression et des médias et nous devons la défendre à tout prix.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • J’ai plus que l’impression que ce n’est pas que sur l’Europe de l’Est…

  • Ce tropisme totalitaire ne serait-il pas qu’une résurgence du passé communiste de ces pays ?

    • Serait-ce que certains, pour camoufler le fait qu’il ne disposent pas de capacités intellectuelles supérieures à celle d’une amibe, prennent des disposition hégémoniques mêmes et y compris dans tous les domaines, pour ne pas être raillés ?

  • en effet , mais c’est aussi un mouvement naturel des gens qui ont peur, sacrifier la liberté pour plus de sécurité.
    Puisque la gravité de l’épidémie sert naturellement les ambitions autoritaires, Il faut aussi évoquer le risque de mentir sur la gravité de la part du pouvoir.

    •  » Il faut aussi évoquer le risque de mentir sur la gravité de la part du pouvoir. »
      Alors là les chiffres sont très clairs : en France, 100 000 cas dont 15 000 morts (15% des malades mais pourcentage infinitésimal de la population générale de 65 millions).
      A rapporter à la grippe asiatique de 1957 (20 000 morts) et celle Hong Kong en 1968 (15 000 morts) avec une population moindre.
      Objectivement, il n’y avait aucune raison de paniquer, ce qui laisse à penser que cette réaction n’a pas été tout à fait naturelle.

      • Bien d’accord. Je me permets une petite correction. La grippe de HK, c’est plus de 30000 morts chez nous.
        La seule différence qui me permette d’accepter un traitement politico-sanitaire d’une telle ampleur est notre (faible) capacité de lits de réa, face à une épidémie qui envoie des milliers de patients en réa pour de longues semaines.
        Pour le reste, tant au niveau de la contagiosité du Covid, avec des R0 identiques (2,5) que des taux de létalité voisins (0,4 % pour la grippe et probablement bien moins de 1 % pour le Covid – nous le saurons lors des tests massifs) il n’y a en effet pas de quoi (trop) paniquer…
        Ce n’aurait pas été la même affaire avec une maladie aussi contagieuse que la rougeole (R0 = 15) ET aussi mortelle que Ebola (létalité de 50 % )…

      • Selon les chiffres de l’insee pour le mois de mars 2020, la mortalité est inférieure à celle du mois de mars 2018 et légèrement supérieure à mars 2019 (avec une forte variabilité régionale).
        Bon la panique peut s’expliquer par un tas de raisons non intentionelles comme l’explosion inattendue de cas avec un rassemblement religieux en février à Mulhouse. C’est aussi un signe de manque de réactivité.

  • A l’ouest on peut brailler tant que l’on veut (presque), cela defoule mais ne change absolument rien.

  • Article type de propagande politique : à partir de quelques faits, construire une réalité virtuelle devenant une vision générale.
    Pourquoi n’abordez vous pas le cas de l’Ukraine ?
    On voit que vous y avez été formée à bonne école.
    Cet article me choque dans ce site.

    • Encore un droitard égaré, groupie des régimes autoritaires de l’Est, qui n’a rien compris à la ligne éditoriale de Contrepoints.
      Moi, ce qui me gênerait, c’est qu’un site libéral comme Contrepoints ne dénonce pas la multiplication de ces évidentes dérives autoritaires et liberticides.

      • +10
        On pourrait croire que nous sommes à l’abri de telles forfaiture en matière de liberté de la presse en France. J’ai des doutes:
        J’ai été choqué en regardant le dernier point presse de Jérome Salomon que la presse était absente. Non pas seulement physiquement ce qui est compréhensible d’un point de vue sanitaire, mais aussi en terme de questions en temps réel. Les questions étaient lues par une assistante qui relayait les questions posées par les médias, probablement par e-mails.
        Alors que les journalistes auraient pu être présents par une conference téléphonique et la régie passant le micro à chaque journaliste pour qu’il puisse poser sa question.
        Toutes les questions étaient posées par des media mainstream et restaient tout à fait consensuelles.
        La propagande est très feutrée et sophistiquée en France.
        C’est une liberté de la presse canada cry que nous avons. Et nous aurons droit à la démocrature en mode vaseline d’ici peu.
        CPEF

        • ça fait belle lurette en france que la presse est sous controle et rémunérée par l’etat

        • Pour les conférences de presse les questions sont posées avant et triées, celles dérangeantes éliminées! C’est la liberté socialiste à la française.

      • Contrepoints n’est pas libéral.
        Mais l’article a raison et Gjirokaster fait un curieux commentaire.

        • « Contrepoints n’est pas libéral. »

          Ben voyons, Contrepoints est reconnu comme tel par les principaux intellectuels libéraux français.
          On en a la preuve aujourd’hui même : Pascal Salin en Une.

      • « Droitard ». Merci de me faire rire dans le soir qui tombe ici ; j’étais ailleurs toute la journée, à la plage pour être précis dans ce pays autoritaire où l’on vous oblige à garder vos distances sur le sable, où les chefs d’entreprise sont infiniment plus libres que dans une France encarcanée.
        Mais soyons sérieux.
        Ce qui me fait bondir dans cet article, c’est le catalogue des mesures à l’encontre de journalistes notamment, sans que l’auteur ait réellement creusé chacune des situations. Et de ces infos nait une généralité.
        Pensez-vous réellement avoir la liberté d’expression en France, alors que les Libéraux (oui, je mets une majuscule !) en sont réduits à un journal en ligne, alors que des journalistes aux ordres diffusent sans cesse les platitudes officielles ? TOUS les journalistes sont-ils admis lors des conférences de presse officielles ? Si vous pensez que oui, informez-vous.
        Je n’en dirai pas plus (l’apéro m’attend).
        Mais faites très attention à ces globalisations ; c’est ainsi que commence le bourrage de crâne.
        Surtout lorsque l’auteur « oublie » son pays, lequel n’est pas réellement un modèle en matière démocratique et moins encore en matière libérale.

      • Sur ce site chacun a droit de s’exprimer sans être soumis à la vindicte des autres, alors évitez les termes droitard.

        • Étrangement, je ne vous vois pas vous offusquer de ce que l’auteur de l’article subisse la vindicte initiale de Gjirokaster, en termes discourtois…
          Si les droitards sont trop émotifs pour être rabroués, qu’ils s’abstiennent de lancer des attaques gratuites peu élégantes.

          Quand on insulte ouvertement un auteur en l’accusant de propager de la « propagande politique », venir chouiner ensuite d’être traité de « droitard » c’est petit joueur et ridicule. On récolte ce que l’on sème.

  • Qu’en est-il en France? Les médias mainstream diffusent la bonne information – en l’occurence celle qui induit la panique – et si nous n’avions pas internet, nous serions incapables de contextualiser et rekativiser ces inforlations.
    Quant à l’autoritarisme… selon qu’un chef d’Etat est progressiste ou pas, il a le droit, ou pas, d’être autoritaire.

  • Tiens, un article sur Contrepoints qui ose dénoncer les dérives inhérentes au nationalisme. Les patriotes illibéraux qui commentent le plus souvent ici ne vont pas être content. Bravo Madame !

    • La meilleure façon pour les libéraux de redorer leur blason est de condamner sans complaisance et systématiquement les démocratures et les populismes de Poutine à Trump et toute la clic qui vont bientôt pourfendre une liberté naissante comme jamais l’humanité n’avait connue.

      • Le populisme socialiste lui ne vous gêne pas? Il y a une différence entre démocratie et populisme que vous ne semblez pas saisir. Ceux qui vous déplaisent sont populistes, quant à Poutine c’est un dictateur! Trump n’attaque pas les libertés restreintes par les démocrates qui n’acceptent même pas le résultat des élections. La gauche américaine ne vaut pas mieux que la française, il suffit de voir ce qui se passe dans les universités des 2 pays!

    • Vos dénigrements sur les gens qui commentent ici démontrent que vous ne savez pas lire ou que vous ne comprenez pas ce que vous lisez, car il n’y a pas de patriotes nationalistes!

      • C’est toujours difficile de mettre en perspective nos idées, mais je vous garantis que de mon point de vue, beaucoup ici ont des discours illibéraux : capitalisme de connivence, presse mainstream aux ordres, classe politique incompétente, euroscepticisme, climatoscepticisme, souverainisme, etc.

        • Parce que le climatoscepticisme est illibéral??? Cela voudrait dire que le réchauffisme est libéral?
          Dénoncer le capitalisme de connivence, les médias subventionnés par l’Etat, un européisme normatif et liberticide et l’incompétence des politiques est illibéral?
          On n’a pas la même définition du libéralisme. 🙂

          • Je parle de discours, partagés, comme par hasard et en majorité, par les nationaux-populistes. En matière de climat, n’avoir comme argument principal que le co2 est bon pour la nature, est vraiment simpliste. C’est l’apanage des extrêmes de décomplexifier le complexe, avec la perspective d’un ours dans sa caverne en plein hiver canadien ? Quand aux medias, dans un pays comme la France, je doute que seules des subventions les mettent aux ordres, ce n’est pas dans la culture. Que vous ne partagiez pas la « morale » qu’ils imposent est un autre sujet, beaucoup plus complexe qu’un garde-à-vous, etc… Critiquer, oui, mais sous l’emprise d’un dogme ou d’un rejet affectif, ca ne passe pas ?

          • ..et la centralisation trop souvent oubliée mais sans doute que certains libéraux sont eux-mêmes trop imprégnés par le concept d’Etat-nation si chère à la France.

        • @ Margo
          Mais la pandémie du coronavirus vient démontrer que la classe politique est incompétente, puisque aucune mesure n’a été prise et que nous n’avons toujours pas de masques ni de tests! Et le nombre de capitalistes qui profitent de la manne étatique et de leur carnet d’adresse politique n’est plus à souligner. Que l’on dénonce les escroqueries vous gêne?

  • Cet article ne parle pas de la France. Cet article s’intéresse à d’autres pays que la France.

    Ça vous dérange que Contrepoints donne également des informations sur d’autres pays ?

    Je me doute que ce doit être dur à comprendre pour un nationaliste, mais pour les libéraux (ces horribles « mondialistes », selon la rhétorique nationaliste) c’est intéressant de savoir ce qu’il se passe dans le Monde, en dehors de la France.

  •  » soyons prêts à riposter  »

    Mouhouhahahaha ! 🙂 🙂 🙂

    Ha…. ça fait du bien de rigoler un peu…

  • Attendons de voir les décisions prises.
    Si c’est la fermeture des usines de masques et de Gel hydroalcoolique, l’arrêt de la production des substances nécessaires a des tests, Alors Orban faisant la même politique que Hollandouille et Macrouille, l’auteuse sera rassurée !

  • Il y a beaucoup plus de liberté réelle dans ces pays qu’ici, notre seule liberté est de se taire et d’écouter la voix de son maître et des ses valets médiatiques . Au moins, la bas tout le monde a le droit d’être corrompu jusqu’à l’os pas seulement la nomencklatura.

    • on verra a la fin qui s’en est le mieux sorti , les regimes « autoritaires »
      comme la Hongrie( pays que j’adore) , ou les démocraties vermoulues de l’europe..
      en attendant , c’est erdogan qui doit tirer le gueule car son chantage a l’immigration , c’est terminé

      • Bonsoir Claude
        Un premier élément de réponse. A ce jour :
        – En France : 22 décès pour 100 000 habitants
        – En Pologne : 0,3 pour pour 100 000 habitants
        – En Serbie : 1,2 …
        – Au Monténégro : 0,3…
        – En Hongrie : 1,2…
        etc

  • Si cette pseudos journaliste s’était un minimum intéressée au sujet au lieu de recopier des âneries, elle aurait appris que la Hongrie a subit 50 ans de communisme après la seconde guerre mondiale. 50 années qui n’ont pas été synonyme de liberté, loin de là. La Hongrie a retrouvé sa liberté dans un bain de sang. Par ailleurs, Orban a été réélu à 3 reprises, les Hongrois sont mieux placés que ces pseudos medias Fr pour juger si leur chef d’Etat est compétant ou pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

Parmi le mèmes les plus populaires d’Internet il y a celui-ci, qui montre qu’on ne veut plus vivre dans ce monde. Avec la situation actuelle au Canada, j’ai cette même réflexion sur mon pays d’origine. J’espère que ce billet ne me vaudra pas une visite de la police, le gel de mes avoirs ou ceux de ma famille…

Non, ce n’est pas une hyperbole. N’en déplaise aux vérificateurs des faits qui scrutent les virgules plutôt que l’idée générale, la Loi sur les mesures d’urgence se rapproche dangereusement de la loi martiale.

Car même si p... Poursuivre la lecture

Au Canada, en Nouvelle Zélande, et ailleurs, les convois de la liberté sont un signe, peut-être le plus éloquent, non seulement d’un rejet spécifique d’une politique sanitaire arbitraire et injuste, mais plus généralement d’un nouvel autoritarisme en Occident.

Ces manifestations sont intéressantes car pour une fois ce sont des Anglosaxons qui ont pris l’initiative de se révolter contre les violations des libertés individuelles qu’ils subissent depuis deux ans. Cela est relativement inhabituel car ce sont des populations ayant tradition... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles