Ces technologies qui vont changer le monde

Photo by Bill Jelen on Unsplash -https://unsplash.com/photos/lt6gE86VyaA — Bill Jelen ,

« Soonish : dix nouvelles technologies qui vont tout changer et/ou tout détruire » : un livre complet et instructif, qui ne passe pas sous silence les difficultés techniques ou économiques inhérentes à chaque progrès escompté.

Par Constance Mas.

En ces jours où il est de bon ton de se lamenter sur la catastrophe sanitaire provoquée par la mondialisation, l’économie moderne et l’hubris de l’espèce humaine, j’aimerais vous proposer tout autre chose : découvrir le livre « Soonish : dix nouvelles technologies qui vont tout changer et/ou tout détruire » de Kelly et Zach Weinersmith, en une série de petits articles, dont ceci sera l’introduction. 

Je ne vous le propose pas uniquement pour rester positif et se rassurer sur le fait que l’avenir a encore de belles choses à nous offrir… mais aussi parce qu’il est agaçant de voir tant de nos contemporains fustiger l’économie mondialisée et le libéralisme, pianotant sur leur ordinateur ou téléphone dernier cri qui leur a coûté moins d’un mois de salaire, confinés dans leur appartement tout confort et tout équipé… oubliant qu’ils n’auraient probablement pas atteint leur âge vénérable de quarante ans sans ce libéralisme moderne qu’ils détestent.

Le progrès technologique

Dans leur introduction, les auteurs rappellent, non sans humour – ils n’en manquent pas, leur bande-dessinée SMBC en est la preuve – que le progrès scientifique est difficile à prévoir sans se tromper.

Pourquoi ? Entre autres parce qu’il fait partie de ces nombreuses choses  pour lesquelles une planification centrale n’est pas efficace… comme l’économie (ajout personnel, mais Zach Weinersmith ne désavouerait pas d’être associé au libéralisme) !

Une nouvelle technologie émerge grâce à l’heureuse rencontre d’inventions individuelles, chacune motivée par un intérêt propre, comme le SQUID, magnétomètre à base de supraconducteurs, utile pour observer l’activité cérébrale :

Réfléchissez : si quelqu’un vous avait demandé, il y a deux cent ans, comment construire une machine capable de scanner le cerveau de quelqu’un, auriez-vous répondu du tac au tac : « Voyons, pour commencer nous devons piéger du gaz dans un tuyau en verre ?  »

Cette idée qu’une technologie majeure émerge grâce à une série d’innovations cumulatives s’entrechoquant librement dans un joyeux partage de neurones se retrouve dans un autre livre que j’aime beaucoup, The rational optimist de Matt Ridley, que je ne peux que vous conseiller de lire, surtout en ce moment.

Bien sûr, il faut également des ressources économiques, un cadre réglementaire compatible, et une bonne dose d’opiniâtreté : ce en quoi le livre est complet et instructif, car il ne passe pas sous silence les difficultés techniques ou économiques inhérentes à chaque progrès escompté.

Chaque chapitre décrit une technologie, l’état de l’art actuel, les obstacles à sa concrétisation, puis propose une réflexion sur ses conséquences positives et négatives.

  1. Les technologies explorées dans l’ouvrage

Ci-dessous, la liste des technologies explorées dans le livre, que nous découvrirons ensemble ces prochains jours :

  1.  Aller dans l’espace sans se ruiner : la « dernière frontière » est beaucoup trop chère
  2. Exploitation minière des astéroïdes : fouiller dans la poubelle du système solaire
  3. Fusion : ça fournit l’énergie du Soleil, mais est-ce que ça peut alimenter mon grille-pain ?
  4. Programmation de la matière : et si tout pouvait devenir n’importe quoi ?
  5. Robots de construction : fabrique-moi une salle de jeu, esclave en métal !
  6. Réalité augmentée : une alternative autre que réparer la réalité
  7. Biologie synthétique : un Frankenstein qui fabriquerait consciencieusement des médicaments et du matériel industriel
  8. Médecine de précision : tout ce qui ne va pas chez vous – une approche statistique
  9. Impression 3D de tissus vivants : pourquoi se limiter à sept margaritas quand il suffit d’imprimer un nouveau foie ?
  10. Interface ordinateur / cerveau : parce qu’après 4 milliards d’années d’évolution vous oubliez toujours où vous avez mis vos clés
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.