Interdire les sites pornos aux mineurs ? Impossible !

À compter de six mois à partir du 20 novembre 2019, les fournisseurs d’accès à Internet devront bloquer l’accès des sites pornographiques aux mineurs. Le plus grand danger reste un texte évasif sujet à interprétations qui permettra de juger à la tête du client et selon l’humeur du juge. Une loi bien française en somme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
databending porn by wheresaddie (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Interdire les sites pornos aux mineurs ? Impossible !

Publié le 22 novembre 2019
- A +

Par Diagoras l’Athée.

La nouvelle est tombée. Cette fois ça y est, on ne rigole plus, Macron a posé un ultimatum clair et précis. À compter de six mois à partir du 20 novembre 2019, les fournisseurs d’accès à Internet devront bloquer l’accès des sites pornographiques aux mineurs.

L’armée des fonctionnaires sera mise en branle (si j’ose dire) pour les attaquer si jamais ces entreprises refusaient de se soumettre à cette décision unilatérale de notre président de l’exécutif démocratique qui menace avec une mesure législative… (cherchez les erreurs) !

C’est quoi, la pornographie ?

Par où commencer ? Tout d’abord par la définition. Je sens que nous allons bien rire pour définir la pornographie. Arrêtons-nous à la nudité !

Une femme nue, jambes écartées est-ce de la pornographie ? Si oui, L’Origine du monde est-elle une œuvre pornographique ? La pornographie concerne-t-elle uniquement les photos et films ou aussi les dessins animés ? Quid du Hentai japonais ? Quid du sexe des hommes ? Un pénis flasque ou en érection est-il plus ou moins pornographique ? Le film de 1986 Le diable au corps est-il acceptable ?

La pornographie décrite textuellement est-elle acceptable ? Quid du Marquis de Sade ou du recueil Les Mille et Une Nuits ? Nous n’avons pas fini de parler du sexe des anges en évoquant le sexe des autres. Le texte de loi promet d’être moins rébarbatif que d’habitude s’il se veut précis.

Cela peut sembler anecdotique, mais c’est en fait crucial : selon la définition adoptée de la pornographie, il y aura soit une interdiction digne de la pudibonderie victorienne, soit un texte vide qui finalement ne changera pas grand-chose. Ne pas considérer qu’il sera difficile de distinguer la pornographie de l’érotisme est bien la preuve que cette mesure n’est absolument pas réfléchie.

Pour rappel, sur les murs de Pompéi, des fresques représentent des scènes parfaitement dignes de Rocco Siffredi et ses copines (pour rester dans une thématique italienne).

Le plus grand danger reste bien entendu un texte évasif sujet à interprétations qui permettra à chacun d’être jugé à la tête du client et selon l’humeur du juge. Une loi bien française en somme.

Prouver son âge

Passons ensuite à l’idée d’un blocage de facto qui obligera les majeurs à prouver leur âge avant de pouvoir consulter le site.

Quelle sera la procédure ? Pour être efficace une telle barrière se doit d’être nominale. Comment garantir la sécurité des données des individus souhaitant consulter ? Ferons-nous confiance à la technologie dont nous entendons quotidiennement qu’elle est piratée à des fins frauduleuses de chantage, de revente des données et autres joyeusetés ? Nous fierons-nous à des surhommes dont la probité est indubitable (j’ai nommé les super Saiyans faisant office de fonctionnaires de la république) ?

Que nenni ! Pour vous, il ne s’agira en aucun cas de faire confiance à qui que ce soit, mais juste d’accepter la soumission à la chose publique. Vous n’imaginez quand même pas que vous aurez voix au chapitre ! Je peux vous garantir que ces données seront à terme utilisées contre vous. Cela servira d’abord à vous taxer symboliquement sur la pornographie afin de lutter contre la pédopornographie. Enfin sur le papier…

[related-post id=317927 mode=ModeSquare]

Cette taxe servira surtout à payer des fonctionnaires qui pondront des rapports à la chaîne à propos de la pédopornographie, ce qui ne changera rien à ce qui se passe ;  mais ils auront prélevé de l’argent, et auront acheté des postes de fonctionnaires supplémentaires. Ensuite, quand on verra que rien n’aura changé, les taxes seront augmentées et transformées en mesures punitives qui viendront juste gonfler le budget de l’État.

Un procès d’intention assumé

On va m’accuser de procès d’intention, et je ne peux nier que c’est bel et bien l’exercice auquel je me livre… Mais je vais me permettre de donner quelques exemples : où la pornographie est-elle interdite en ce moment ?

Par exemple on peut citer toutes les dictatures islamiques et tous les régimes communistes totalitaires, sans exception. Du Bangladesh au Pakistan, en passant par l’Arabie Saoudite, l’Iran les Émirats arabes unis etc. La Chine communiste, la Corée du Nord, le Venezuela ont tous des lois très fortes sur l’interdiction de la pornographie. Et dans tous les cas cela ne fonctionne pas. On trouve de la pornographie très hard à Pyong Yang…

Mais il ne s’agit QUE de l’interdire aux mineurs… Est-il inimaginable qu’un enfant de 14 ans, motivé par une puissante poussée d’hormones, puisse utiliser un serveur proxy pour le téléchargement de porno comme il le fait déjà pour télécharger des séries ? L’échec flagrant de Hadopi n’est-il pas suffisant pour démontrer la nullité abyssale des mesures étatiques dans ce domaine ?

La vérité c’est que toute personne qui s’intéresse vraiment au sujet doit admettre qu’il ne sera pas vraiment possible d’empêcher la pornographie de manière sélective puisque même les pays procédant au flicage généralisé ne parviennent pas à l’interdire intégralement. Celui qui voudra de la pornographie en trouvera.

[related-post id=317970 mode=ModeSquare]

Au collège de mon temps, il était déjà impossible d’empêcher les cassettes VHS de gros porno bien gras de s’échanger sous le manteau. Alors autant dire tout de suite qu’un flux numérique immatériel passera encore plus facilement entre les mailles du filet. Un petit proxy et hop : finie la loi française et bienvenue la villa de Marc Dorcel.

Protéger nos enfants

Là, les bien-pensants autoritaires divers et variés, larmoyants pour certains, colériques pour d’autres, vont taper du poing sur la table, les yeux remplis de larmes pour me lancer l’argument invincible et indépassable de la maman en colère : « Mais, snif, avez vous pensé aux enfants ? »

J’y pense aux enfants… Et s’il existe bien un institution à laquelle je ne fais pas confiance pour les protéger, c’est bien le système politico-judiciaire. On ne m’a jamais expliqué de manière convaincante pourquoi les armées de bureaucrates qui créent du chômage, de la dette, des faillites d’entreprises, de la criminalité, des gaspillages d’argent publics, et des lois liberticides, seraient plus à même de protéger les enfants que leurs propres parents.

C’est le boulot des géniteurs, ou des tuteurs, non seulement de restreindre l’accès à internet comme bon leur semble, mais aussi de préparer mentalement leurs enfants à l’inévitable : la pornographie existe non seulement en vidéo mais aussi en littérature et surtout dans l’esprit des humains qui pensent beaucoup au sexe, qu’on le veuille ou non.

Par ailleurs les enfants ne sont pas une masse homogène. Bien que non pénalement responsables, ils sont des individus et non pas du bétail. Certains auront davantage besoin d’être protégés. D’autres vivront mal de se savoir fliqués en permanence pour des actions qu’ils n’ont même pas l’intention de commettre. Et d’autres encore verront des films pornographiques en comprenant bien ce qui s’y passe, tout en préférant le sport ou les études. Certains seront fascinés, il y aura ceux que ça interrogera, ceux qui en auront peur, et ceux qui seront choqués…

Il sera probablement judicieux de s’y prendre différemment avec chacun d’entre eux. Je ne sais pas de manière absolue ce qui doit être fait pour les enfants. En revanche, ce qui doit être fait n’est certainement pas identique d’un enfant à l’autre, ni même d’un parent à l’autre. L’éducation est une une relation bilatérale parent/enfant. Vouloir légiférer à ce propos, au-delà des sévices corporels, c’est s’aventurer sur un terrain glissant.

Ce ne sera sûrement pas le gouvernement qui trouvera la solution miracle convenant à tout le monde. Si je sais mal connaître ce qui doit être fait pour tous les enfants, je sais aussi que ceux qui le prétendent sont des tartuffes.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • En effet , il est illusoire d’interdire , alors qu’il suffisait de responsabiliser celui qui paye le forfait.. la morale étant une question d’education..placée sous la responsabilité des parents..
    En effet un « proxy_account » suffit pour détourner la connerie d’hadopi//
    Penser que les jeunes vont mettre plus d’une semaine avant de trouver ce palliatif est ridicule..
    Le seul moyen technologique serait la fabrication d’un telephone identifié « jeune » au plan hardware avec une ID protégée par le réseau ( en layer primaire), mais là encore qui voudra acheter çà sans l’accord des jeunes ,?

    • suffit (suffisait ) de ne pas donner des smartphones à des enfants trop jeunes…

      • oui mais là.. ils vont porter plainte

      • C’est un peu mon avis aussi. On peut donner un « dumb phone » à un gamin si on veut pouvoir l’appeler et mettre un mot de passe sur un PC familial /tablette etc…

        « Oui mais et les téléphones des copains? »
        On peut avoir son mot à dire sur les fréquentations de ses enfants.

        « Oui mais dans la court de récréation? »
        Les enfant sont obligés d’aller d’aller à l’école, sous peine d’être retirés à leur parents. Dès lors on peut légitimement questionner la responsabilité de l’école elle même sur ce sujet. En tout cas je ne vois pas pourquoi le fait qu’un merdeux mal éduqué puisse faire voir du porno à la récréation devrait impliquer que le quinquagénaire qui veut consulter youporn doive balancer des infos privés à des gens qu’il ne connait pas. Et si l’école n’est même pas capable de contrôler les contenus médiatiques diffusés au sein de son établissement on peut se demander si les fonctionnaires arriveront à faire mieux sur tout le territoire
        Décidément, peu import comment on regarde le problème, cette gesticulation politique est profondément pitoyable.

      • @BREITZ aucun des enfants des patrons des GAFA. n’a eu de tablette ou de téléphone avant ses 14 ans.

  • Il faudrait aussi interdire le trou de serrure de la chambre des parents..premiere source pornographique des enfants….sans oublier tout autre lieu de rejouissance comme la cuisine le salon la machine a laver ….en france on n’a ni petrole ni personnel politique réfléchissant au dessus de sa ceinture ,le porno politique francais, meme les enfants ni echapperont pas

    • Mais la pornographie, elle se trouve également dans un féminisme exhibitionniste, hors sol et malhonnête intellectuellement qui bloque un cinéma.

    • En France on n’a pas de pétrole, mais on a des politiciens :mrgreen:
      Dès qu’ils remuent le petit doigt, le blob coule à grands flots 😉

  • Macron n’a pas fait d’enfants par lui-même, il en a des vieux par procuration, c’est donc normal qu’il s’occupe de choses qu’il ne connait pas.
    C’est juste la bonne vieille technique de signalement de vertu, indispensable réflexe chez les gens du camp du bien.

  • les anglais ont essayé ce type de mesure et viennent juste d y renoncer …
    C est en effet infaisable. Meme le chine qui interdit officiellement le porno et qui consacre de gros moyens a la censure n y arrive pas …

    • Il semble que la Russie y soit parvenue, d’après ce que m’ont dit des gens sur place. Je n’ai pas vérifié.
      On pourrait aussi se demander d’où vient l’industrie du porno et quels sont ses objectifs, et s’il y a des liens avec les réseaux pédophiles…

      • La Russie a mis en place une usine à gaz pour requérir un passeport porno pour consulter certains sites. Ca ne veut pas dire que ça marche et ça ne veut pas dire que toutes les dictatures du mondes devraient êtres des sources d’inspiration en occident.

  • Cela sent le « Ma tante veut absolument montrer qu’elle en a, dans le rôle de Rocco ».
    Cela promet des moments émoustillants :mrgreen:
    Interdiront-ils aussi les VPN ❓ Le blob est En Marche :blob:

  • Bravo l’Athée que je n’avais pas encore vu.
    Il est de ces nouvelles lois, comme de toutes, attirer des gogo-votants par une bien pensance affichée.
    Ce sujet comme tous les autres n’a qu’une solution, la Liberté et la Responsabilité des citoyens. Et cela n’est pas sujet à une loi.

  • pas un mot sur les jeux videos violents? les films d’horreur?
    alors montrer une couille serait plus nocif qu’une décapitation? merde les islamistes n’ont rien compris donc

    • Peut-être parce-que ce n’est pas le sujet des interventions récentes de Macron, mais ça aurait pu l’être. Avec quelle conclusion ? La même, qui est la seule qui soit techniquement et légalement envisageable : c’est aux parents de contrôler et d’éduquer leurs enfants. Je ne dis pas que c’est facile, en tant que parent je n’ai pas fondamentalement hâte d’y être, mais je suis sûr d’une chose : je ne laisserai pas un fonctionnaire décider à ma place de ce qui est bon ou non pour mes enfants, c’est déjà le cas à l’école, pas besoin d’en ajouter !

      • Eh, oui, quand on fait des enfants, il faut les éduquer ! Les faire prend 5 minutes, les faire sortir ça fait 9 mois et ensuite on en prend pour 20 ans ! Éduquer signifie leur donner une colonne vertébrale, donc cela revient à savoir leur dire non plus souvent que oui, à former leur intellect et à les aimer au sein d’une ambiance familiale chaleureuse où on sait rigoler. Ce n’est pas une question de moyens, de classe sociale ou de médias, encore moins d’État, c’est une question de responsabilité élémentaire, donc de liberté.

      • D’accord avec vous sur le principe, les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants… sauf quand l’Etat s’en mêle.
        Vous verrez…

  • Vrai problème quoi qu’en dise l’auteur, mauvaise solution. Et le problème reste entier, entièrement à la charge des parents bien démunis quand le corps social n’a plus un minimum de cohérence pour protéger les plus jeunes.
    Sur les questions sociétales, on en revient toujours à la même question: faut-il négliger les conséquences sociales d’une conception de la liberté individuelle très extensive? Qu’est-ce qui sert le bien de l’homme? Ce bien peut-il être disjoint du bien de la société? Par « bien » j’entends ce qui induit un sentiment de bonheur profond et non des plaisirs fugitifs…
    http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Pornographie-est-ce-si-grave

    • La première phrase de votre article cité c’est « Avec Internet, la pornographie touche la société toute entière : de jeunes enfants en sont aussi victimes. Ces mœurs n’ont rien à voir avec l’amour dont l’Évangile révèle la beauté. »
      Que vient fiche l’évangile ici? Nous rappeler l’obsession de Saint Paul pour la pudibonderie?

      Le jugements sur la dignité des femmes sont extrêmement subjectifs dans cet article  » La femme s’y trouve réduite à une collection d’organes excitants, à des morceaux d’elle-même (ce qui évoque les pulsions partielles de l’approche psychanalytique). »

      On s’y réfère à la bible et à la psychanalyse… La bible est un bouquin qui cautionne l’esclavage, un machisme sans nom un sens de la justice immonde et glorifie la naïveté. C’est vraiment une source fiable pour juger d’un tel sujet et se fonder dessus pour émettre des jugements de valeur sur les autres? Par ailleurs cette victimisation des actrices porno (jamais des acteurs, parce que voyez vous les femmes c’est les gentilles et le hommes c’est les méchants) est une manière de les présenter comme aliénée et ainsi nier leur liberté de faire ce qu’elles veulent.

      Votre immonde manière de justifier la coercition sans en avoir l’air (Coercition qui se fait à la pointe des fusils de la république) est bien plus obscène que toute la pornographie du monde.

      Mais j’aime la franchise de votre commentaire à défaut de son honnêteté intellectuelle: Pour vous le porno c’est mal. Tous les risques exposés dans cet article qui enchaîne les jugements de valeur en les présentant comme des preuves scientifiques (on se réfère aussi à Freud dans cet article: Tu parles d’une preuve!) sont soit des jugements de valeur, soit des faits dont on ne sait pas s’ils présentent une vraie relation avec le porno. Par exemple le coup du papillomavirus, est juste hallucinant: Les filles font des fellations à cause du porno selon l’article: Qu’est ce qui le prouve?

      Mais quand on lit les dégoulinants relents religieux qui abondent dans cette prose, on comprend mieux d’où pourquoi ces raisonnement si faibles vous semblent convaincants. Après tout quand on croit qu’un bonhomme invisible a créé le monde, quand on se réfère à la bible comme référence morale, c’est pas étonnant qu’on soit convaincu par pas grand chose.

      • La bible n’est pas à lire comme le Coran, mais à contextualiser. Ne lui faites pas dire ce qu’elle ne dit pas. Mieux: faites l’effort de lire, sans préjugés: il y a dans ces lignes une profonde réflexion sur notre condition humaine, que l’on soit croyant ou pas.
        Au demeurant, si le mot Evangile vous gêne, mettez à la place respect et bienveillance envers autrui, le raisonnement est le même. A moins que cela aussi soit à mettre à la poubelle…
        Oui, j’ose affirmer que la pornographie n’est pas une bonne chose, j’ai une autre idée de la dignité de l’homme – et de la femme…
        Mais il est vrai qu’à notre époque relativiste, il n’y a plus ni bien, ni mal. Au bout de ce chemin, se trouve le retour à la barbarie. Pensez-vous que si les idées malthusiennes et eugénistes n’avaient pas fleuri il y a un siècle comme étant « normales », l’histoire aurait été la même?
        Posez-vous la question: que produit la dépravation des moeurs? Combien faudra-t-il de femmes et d’enfants violés pour qu’on s’en rende compte? Non que ces actes n’existaient pas auparavant, mais ceux qui les commettaient ne prétendaient pas que c’était anodin.

        • Non mais je crois qu’on ne se comprend pas: Je l’ai lue en entier la bible. Et il y a des choses que j’ai beau contextualiser je n’arrive pas à voir comment on peut les trouver morales. C’est pas le mot « evangile » qui me choque mais ce qu’il y a dedans tout autant que la très claire non renonciation qu’elle contient vis à vis l’ancien testament.
          Vous pouvez affirmer ce que vous voulez vis à vis de la pornographie et poser les jugements de valeur que vous voulez. Moi par exemple j’ose affirmer que l’élévation de la naïveté au rang de vertu (« heureux celui qui croit sans voir ») n’est pas une bonne chose. J’ose affirmer que la religion est proche de la maladie mentale et pousse la malhonnêteté intellectuelle. J’ose affirmer que de nombreux enfant souffrent psychologiquement de cet endoctrinement religieux à tous les niveaux. J’en ai souffert moi même. Je ne dis pourtant pas qu’il faut appliquer la coercition au citoyen parce que JE ne pense pas que c’est bien. La religion est là. Je le regrette, ca ne me plait pas mais je la supporte et je supporte que des gens s’y adonnent sans demander à ce qu’on les menace de prison.
          Vous au contraire vous vous souhaitez qu’on applique de la coercition aux pornographes, aux vendeurs de pornographie etc…

          Comme la plupart des gens de mauvaise foi, vous faites des procès d’intention et vous changez le sujet. Le relativisme je ne vois pas trop ce qu’il vient faire ici mais bon, si vous le dites…
          La dépravation des moeurs? J’en pense pas grand chose. Les moeurs des autres c’est pas mon problème. Sauf qu’ensuite vous dites que la dépravation des moeurs conduit au viol. Etes vous en train de nous dire qu’il y a plus de viol maintenant qu’avant? Etes vous en train de nous dire que les femmes qui ont été traitées par votre sainte religion comme pêcheresses par nature sont moisn bien traitées maintenant que quand votre dogme régnait sur l’Europe?
          Très franchement jue suis plutôt conservateur comme type. Je serai plutôt assez vieille france sur pas mal de points. Mais les pères la morale comme vous qui veulent tout interdire à autrui en se prévalant d’une supériorité morale qu’ils ne tiennent que de leur mépris pour ce qui n’est pas comme eux, j’en bouffe au petit dej tous les matins.
          Votre mépris des moeurs des autres ne sont pas un argument. Vos jugements de valeur ne se conforment pas au principe de non contradiction quand on les poussent dans leur retranchements et vous faites passer de l’arbitraire émotif pour du bon sens. Vos arguments sont faibles, inconstants, et votre idée de la dignité des autres hommes et des autres femmes n’intéresse personne. Laissez à chaque individu le soin de décider pour lui même si son attitude est digne tant qu’il ne fait pas de mal aux autres. Essayez de respecter les individus au lieu de respecter les écrits d’un partisan « contextualisé » de l’esclavage comme Paul de Tarse. Ca vous changera un peu.

          Et je présente mes excuses pour les typos mais pour ce genre de réponses je ne prends pas le temps de me relire

        • Si vous êtes contre la pornographie, alors n’en regardez pas, et n’en faites pas.
          Les viols, pédophilie etc étaient monnaie courante autrefois voyons! Le viol dans une guerre était la norme, le consentement de la femme l’exception. La pédophilie était un gout comme un autre, le sadisme aussi. A défaut de femme, on utilisait un enfant…
          La situation s’est grandement améliorée.

    • Par « bien » j’entends ce qui induit un sentiment de bonheur profond et non des plaisirs fugitifs…
      C’est toute la phrase qu’il fallait mettre entre guillemets. Parce que là, il faut vous expliquer avec des arguments et des expériences qui sont communes à chacun et pas seulement à vous.

  • Mais n’y a t’il personne pour lui dire qu’il est fou à lier???
    D’autre part si d’aventure vous veniez à être jugé par une juge du mur des kons, bon courage.
    on peut également ajouter « Diane chasseresse de HOUDON » qui est d’une pornographie sans non comme l’origine du monde. Je comprends de moins en moins que l’on laisse à ce malade des responsabilités. Ce matin dans le journal L’opinion le grand débile de service (J.ATALI ) dit que la gouvernance de morveux est une réussite comme jamais. En conséquences je leur propose avec A.MINC d’organiser un voyage groupé et les expédier sur mars. Chiche! j’ouvre une souscription pour leur payer le voyage sans retour cela va de soit.

  • peut-être que s’il avait vu un porno avant d’épouser maman ??? c’eu changé la face de son monde.

  • « sur les murs de Pompéi, des fresques représentent des scènes parfaitement dignes de… »

    Il faut quand même préciser que ces fresques restaient confinées au domaine privé. Pompéi, ce n’était pas non plus la partouze à chaque coin de rue. La fameuse maison de passe était minuscule. D’ailleurs, il y a tellement peu de place que la queue pour la visiter fait plusieurs centaines de mètres en pleine journée. A voir plutôt en fin de journée, ce qui permet ensuite de profiter d’un splendide coucher de soleil sur les ruines.

    « C’est quoi, la pornographie ? »

    C’est littéralement un écrit sur la prostitution. La pornographie dépend donc du statut des personnes impliquées. Les acteurs de films pornographiques se livrent-ils à la prostitution ?

  • oyez! oyez! braves gens préparez les bûchés TROQUEMADA est de retour ! Tout cela mis à part, qu’en pense maman et Benhāla ???

  • étant d’origine rurale, nous avions des poules des coqs des lapins, des chats et chiens qui copulaient en toutes liberté sans choquer personne, et lorsque nous allions dans les champs jouer, on y voyait sans se cacher même des taureaux s’accoupler. Nous faisions
    de commentaires niais, parfois certaines rougissaient mais tout se passait bien. Ceci dit, c’était l’époque où pour de nombreux ados « interdit d’y toucher ». Il n’y avait pas besoin de porno. Aujourd’hui tout est accessible et en plus il y a le porno.
    Une autre question me vient à l’esprit, c’est que quand on comptabilise le nombres d’actrices? je me gratte le crâne! Et cerise sur le gâteau dans les centre de dons de sperme ce n’est ni la bible ni le coran qui se trouve dans la cabine. Mais quel SCANDALE !!!

  • Je ne sais pas si vous vous rendez compte d’à quel point le fait que vous posiez cette question est révélateur de la faiblesse de votre argumentation. N’êtes vous pas capable de juger un propos pour ce qu’il est? Vous voulez aussi sa pointure ou le nom de jeune fille de sa tante pour évaluer ce que dit votre interlocuteur?
    Soit c’est logique , cohérent, bien argumenté, impartial, etc… Soit ça ne l’est pas. Qu’est ce que la question de la parentalité de votre interlocuteur pourrait bien apporter au débat? D’autres jugements de valeur peut être?

  • Heu… n’était-il pas question il y a quelques mois de baisser l’âge du constentement sexuel à 11 ans ? L’EdNat ne donne-t-elle pas des cours d’éducation sexuelle dès le primaire ? N’explique-t-elle pas ce qu’est la sodomie aux collègiens ? collégiens qui ont un espace pour divulguer leurs premières expériences sexuelles dès la 5ème.
    Il me semble qu’il y a un an, deux faits de viols sur mineures de moins de 15 ans (dont un avec enlèvement et séquestration) sont passés en jugement, et les auteurs ont été acquittés. Le non consentement d’une jeune fille de 11 ans n’avait pas été clairement exprimée par celle-ci.
    Et là, ces guignols se posent là, en champions contre la pédopornographie !!? Dont le parangon est le Sieur Macron !
    Quelle bande de sinistres tocards !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Margot Arold.

Où s’arrêtera le transfert de la responsabilité parentale sur un tiers ? Ce jeudi, deux associations, E-Enfance et La Voix de l'Enfant, iront devant le tribunal contre les fournisseurs d’accès à internet, jugeant que l’accès aux sites pornographiques est trop facile pour les mineurs.

Ces associations souhaitent faire pression sur les fournisseurs d’accès afin de les obliger à fermer l’accès de leurs clients à des sites pornos.

Un regard sur la date de l'amendement qui a ouvert les hostilités peut laisser... Poursuivre la lecture

Par Théophile Gacogne.

Il y a quelques jours, un coup de tonnerre chez Onlyfans faisait trembler une partie des créateurs de contenus de la plateforme. Le réseau social sur abonnement prévoyait de changer ses conditions d’utilisation afin d’interdire purement et simplement toute activité pornographique.

Le problème est que même si Onlyfans ne l’avoue pas directement, une grosse partie de son activité se fait autour du sexe. Forcément, les utilisateurs n’étaient pas ravis et beaucoup étaient même très inquiets pour leurs revenus.... Poursuivre la lecture

Par Matthieu Grimpret.

Arthur Dreyfus a beau avoir atteint les rives de la trentaine, après déjà dix années passées au cœur de la République des lettres, il reste un jeune prodige. Magicien du matin, il est loin d’avoir épuisé tous ses tours. Et nous, d’en prendre plein les yeux et l’esprit. La preuve ? Son dernier livre, Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui (POL). Un pavé inattendu : 2300 pages ! Oui, 2300 pages - et autant d’angles pour y pénétrer.

Des angles droits, pas forcément les plus intéressants : la psychanalyse (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles