En Floride, l’argent public pour choisir son école

Avec le programme de chèques-éducation, le gouverner de Floride donne la possibilité aux familles pauvres de choisir l’école de leurs enfants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
School bus by PJ R(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En Floride, l’argent public pour choisir son école

Publié le 5 novembre 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Lors de cette rentrée scolaire, plus de 18 000 nouveaux élèves de Floride ont profité des vouchers ou chèques éducation. Ils s’ajoutent aux 100 000 autres qui sont déjà scolairsés dans des établissements bénéficiant de ces chèques.

En mai dernier, le gouverneur DeSantis a créé un programme qui facilite la distribution et l’accès des familles modestes à ce système. Les bénéficiaires proviennent à plus de 71 % des familles hispaniques et de couleur. Plus de 87 % d’entre elles ont un revenu égal ou inférieur au seuil de pauvreté. L’objectif est évident : donner la possibilité aux familles pauvres de choisir l’école de leurs enfants.

De plus, il s’agit de l’argent public qui, de cette manière, n’est pas gaspillé dans des écoles de mauvaise qualité ou gangrenées par l’insécurité et la violence. Le gouverneur veut que tous les ans à partir de l’année prochaine et à chaque rentrée, 7000 enfants de plus reçoivent des chèques éducation. Ses projets avaient donné confiance à ces familles. Lors des dernières élections, presque 20 % des mères noires ont voté pour lui. Pas un hasard.

Car ce sont les minorités qui en profitent le plus. En 2017, des résultats impressionnants ont été enregistrés à New York dans les écoles qui bénéficient des chèques éducation. À Harlem, leurs résultats n’ont cessé de s’améliorer depuis 10 ans. Aujourd’hui, il existe des listes d’attente tant la demande est grande. Selon l’association Succes Academy Charter Schools, 84 % des élèves noirs et hispaniques de ces écoles autonomes obtiennent aujourd’hui lors des tests scolaires de meilleurs résultats que les enfants blancs des autres écoles. Du jamais vu dans le passé.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Du jamais vu dans le passé »
    C’est peut-être ça qui nous coule en France, avec notre passé glorieux d’instruction publique obligatoire qui paraît plus souhaitable que tout. Du coup, toute amélioration par rapport au présent qui ne se ferait pas dans la direction de ce retour aux sources est considérée comme sans intérêt.

  • Bonjour, j’aurais deux questions par rapport au chèque-éducation:
    1) Qui fixe le montant du chèque-éducation?
    2) Est-ce que ce montant est le même pour tous les chèques-éducation proposés?

    Car j’imagine que si le montant est fixé par l’autorité étatique (ministère ou fédérale) cela laisse en définitive peu de liberté financière aux établissements, non? Dans ce système, peuvent-ils tout de même fixer des frais de scolarité supérieurs au montant du chèque-éducation?

  • Une vraie initiative d’aide à l’insertion. Vive la Fr… ! Mince… C’est pas la France…

  • On peut se poser la question d’un point de vue libéral de savoir si c’est au contribuable de se cotiser pour l’instruction des autres.
    De mon point de vue, oui parce qu’à y regarder de près

  • [bégaiement dactyle]
    (…) à y regarder de près, l’instruction du peuple relève de la sphère régalienne dans la mesure où une nation qui ne sait pas lire,écrire,compter et réfléchir (suivez mon regard) deviendra rapidement la proie d’envahisseurs plus évolués. C’est un problème de défense.
    Un voucher d’état pour une scolarité, publique ou privée, est une approche vertueuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Pigeon-Angelini.

Depuis 40 ans, les politiques publiques de l’emploi tentent en vain de lutter contre le chômage en essayant d’agir sur le nombre d’emplois. C’est oublier que le vrai drame du chômage c’est sa durée. Un demandeur d’emploi le reste en moyenne 390 jours ! Chaque semaine gagnée sur cette moyenne est une victoire contre la précarité… et un gain de plus d’un milliard d’euros pour la collectivité. Et si le (ou la) futur président libérait l’accompagnement des chômeurs ?

« Contre le chômage, on a tout essayé ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

La période électorale approchant, les mesures pour sauver l’école fleurissent. Si chacun est conscient que la bonne formation éducative est indispensable au développement d’un pays prospère, les propositions tombent très souvent à plat car elles ne prennent pas en compte l’origine du mal dont souffre l’école en France. Les candidats déclinent des catalogues de mesures qui peuvent être bonnes, mais qui sont très loin des enjeux réels de l’école.

Ainsi Emmanuel Macron, lors de son discours de père Noël à Mar... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer, depuis les États-Unis.

Milton Friedman fut l’un des plus grands penseurs libéraux du XXe siècle. L’un de ses chevaux de bataille principal fut la liberté scolaire, c'est-à-dire le libre choix laissé aux parents de scolariser leurs enfants où bon leur semble en utilisant directement l’argent que l’État aurait autrement injecté dans les écoles publiques.

En d’autres termes, créer une certaine concurrence en éducation pour améliorer toutes les écoles.

Bien que je sois allé à l’école publique, j’ai pu pro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles