La protestation des Iraniens contre la venue de Javad Zarif à Paris prend de l’ampleur

Tribune libre : la municipalité du 1er arrondissement de Paris a installé une grande affiche en signe de protestation contre la visite de Zarif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La protestation des Iraniens contre la venue de Javad Zarif à Paris prend de l’ampleur

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 août 2019
- A +

Par Hamid Enayat.

Les Iraniens résidant en France, les sympathisants de la Résistance iranienne et des organisations de défense des droits de l’Homme ont pris part à un rassemblement contre la visite à Paris de Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères des mollahs.

Des centaines d’Iraniens ont pris part à la manifestation qui a débuté dans la matinée du vendredi 23 août Place du Trocadéro à Paris.

Les manifestants portaient une grande banderole portant l’inscription « Expulser Zarif » et scandaient « Zarif est un terroriste, expulsez-le ».

Sur l’une des pancartes portées par les manifestants, il était écrit « Cessez de faire des concessions aux mollahs ». Une autre pancarte disait : « Fermez les centres d’espionnage du régime iranien en Europe ».

La Mairie du 1er arrondissement de Paris a installé une grande banderole sur la mairie opposée à la visite de Zarif. On peut lire sur la bannière : « Iran des mollahs – son ministre Zarif viole nos principes. Il n’est pas le bienvenu chez nous ».

Voyage diplomatique en France

La France est la dernière étape de la tournée européenne de Zarif qui a débuté le week-end dernier. Ses visites en Finlande, en Suède et en Norvège ont été vivement critiquées par les Iraniens résidant dans chacun de ces pays. Les manifestations ont mis en lumière les violations généralisées des droits humains en Iran et le rôle du régime des mollahs dans le terrorisme et la provocation des crises dans la région. En réponse aux objections suscitées par le voyage, la ministre suédoise des Affaires étrangères a déclaré que son gouvernement n’avait pas invité Zarif et qu’il était venu en Suède à sa propre initiative.

Les protestations incessantes ont tellement enragé Zarif que, dans une interview du 21 aôut en anglais accordée à la chaîne de télévision du régime, Press TV, il a critiqué les manifestants iraniens exigeant son expulsion de Suède. « Demandez à n’importe lequel de ces individus qui se trouvent à l’extérieur d’assister aux réunions des Iraniens (c’est-à-dire les gardiens de la révolution et les agents du régime) et ensuite de voir s’ils survivront. Ils ne resteraient pas en vie une minute… Ils ne peuvent pas rester en Irak non plus, car le peuple irakien (c’est-à-dire les mandataires du régime dans ce pays) va les manger vivants. «  Ces propos sont révélateurs de la vraie nature de Zarif qui se cache sous une façade de diplomate alors qu’il défend un des régimes les plus extrémistes du globe et ses méthodes barbares.

Dictature des mollahs

Les partisans de la Résistance iranienne ont souligné que le régime des mollahs était confronté à une situation interne explosive, avec des manifestations continues dans tout le pays et un isolement international croissant, et qu’il luttait pour sa survie. Les militants ont exprimé leur conviction que le régime en était à sa phase finale et ont soutenu que des invitations étrangères du ministre des Affaires étrangères l’encourageraient à intensifier la répression et les assassinats en Iran, ainsi que le terrorisme et la crise dans la région.

Les manifestants ont souligné que Zarif représentait un régime maintenant le taux d’exécutions par habitant le plus élevé au monde, qui est le plus actif commanditaire du terrorisme, qui est la principale source de crise et de chaos dans la région et qui est le principal parrain du dictateur syrien Bachar Al-Assad dans le massacre du peuple syrien. Zarif et son ministère ont pour mission de défendre et de blanchir les crimes des mollahs, ainsi que de coordonner et faciliter les complots terroristes à l’étranger.

Rien qu’en 2018, cinq des diplomates terroristes du régime, dont un ambassadeur, ont été expulsés d’Europe pour leur rôle direct dans des complots terroristes contre la Résistance iranienne et ses dissidents. Quatre autres membres, dont un diplomate accrédité, sont en prison et attendent leur procès à Bruxelles pour avoir tenté de commettre un attentat à la bombe contre le grand rassemblement pour un Iran libre à Villepinte en 2018, en présence de centaines de dignitaires français et internationaux.

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • C’est une idée, ou il y a plus d’affiches que de manifestants?

    • Cela rend-il le message moins pertinent? Et cela rend-il le sort du peuple iranien moins digne d’intérêt?
      C’est une idée, ou il y a plus d’idiots que de commentaires?

  • Je ne comprend rien au titre !

    Voulez vous dire : ‘ La protestation des Iraniens de Paris contre Javad Zarif prend de l’ampleur ‘ ?

    Ou alors Javad Zarif de Paris, c’est comme ‘Coco de Belleville’ ?

  • La dictature, c’est bien seulement quand c’est l’Occident qui la met en place’

  • Macron est toujours dans les mauvais coups, de toute façon. Même le mollusque qui l’a précédé à l’Élysée s’était montré très réservé sur les funestes accords de 2015, avant qu’ils ne soient signés. Macron passe son temps à envoyer des messages à son électorat français, sans se préoccuper de sa crédibilité à l’international, qui ne cesse de s’effondrer. Quand le régime des mollahs se sera écroulé – comme l’ex-URSS et tous les régimes totalitaires finissent par s’écrouler – comment Macron fera-t-il pour se rétablir ? En attendant, que de mal il aura fait…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Les démocraties donnent souvent l’impression d’être paralysées face à l’incertitude en se perdant dans des discussions sans fin. Face à cela, les régimes autoritaires sont vantés pour leur capacité à décider vite, et donc être plus agiles. Si la vitesse de décision d’un système centralisé et autoritaire est indéniable, c’est pourtant le système démocratique qui est avantagé face à l’incertitude.

La démocratie n’est-elle pas intrinsèquement fragile face à l’incertitude ?

C’est ce que me... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles