Jirô Taniguchi, esquisse d’une œuvre poétique et atypique (4) : L’orme du Causase

Retour sur une œuvre atypique et originale, hors des sentiers battus. Par le maître et poète du manga japonais, Jirô Taniguchi (4) : L’orme du Caucase.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jirô Taniguchi, esquisse d’une œuvre poétique et atypique (4) : L’orme du Causase

Publié le 18 août 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Rien que le titre est magnifique. Et il symbolise à lui seul la beauté du volume.

Ceux qui ont aimé Quartier lointain, entre autres chefs-d’œuvre de Taniguchi, ne seront pas forcément captivés de la même manière, n’y trouvant notamment peut-être pas le même rythme.

Pourtant, ce volume de huit histoires courtes n’en est pas pour autant moins fort en émotions et en beauté. Il est simplement différent. Encore qu’on y retrouve parfaitement bien le style du dessinateur, qui fait tout son charme.

Pour le reste, les scénarios sont écrits par Utsumi, que Taniguchi adapte ensuite superbement par ses dessins magnifiques et pleins de finesse.

L’Orme du caucase : un récit poignant

On peut parler d’instants poétiques, de moments de réflexion philosophique profonde. Réflexions sur la vie, sur la jeunesse parfois difficile, sur l’attachement, la séparation, la vieillesse ou la mort, l’amour ou l’amitié aussi.

Des instants simples, du moins en apparence, parfois plus complexes ; toujours très profonds. Un vrai ravissement pour le lecteur et une invitation à réfléchir sur les choses ou le sens de la vie.

La relation aux autres, aussi, les erreurs ou tourments de la vie, les réconciliations même tardives ; la force de caractère des uns et les faiblesses des autres. Et surtout, l’idée que les apparences peuvent être trompeuses face aux incompréhensions, et que chacun, dans ce contexte, peut prendre conscience de sa capacité ou son pouvoir d’agir et de changer sa vie.

Les destins peuvent tenir à très peu de choses ; chacune des huit situations le montre bien.

Et même si on n’entre pas toujours aussi facilement dans la lecture que dans les autres Taniguchi, on en ressort ravi et touché par cette manière de percevoir aussi finement et délicatement les choses, en particulier les sentiments.

Loin d’être une simple bande dessinée, cette création de génie est un véritable chef- d’œuvre qui me conduira peut-être aussi au passage à m’intéresser à l’œuvre d’Utsumi, s’il en existe une.

Éloge de la lenteur

Le seul reproche que je pourrais faire tient aux personnages qui, à travers les productions de Jirô Taniguchi, se ressemblent trop souvent. Mais quel mystère et quel éclat dans les yeux, dans les attitudes, les silences, leur manière d’être, qui les rendent très profonds et très attachants. L’inconvénient est donc bien mineur au regard de leur qualité.

On lira enfin avec intérêt en fin d’ouvrage la critique du romancier Ushio Yoshikawa, dont l’analyse est très juste.

Si vous n’avez rien contre la lenteur, la réflexion, la sensibilité et les émotions, alors courez. Nul besoin d’être adepte de lecture de B.D, encore moins de mangas pour apprécier à sa juste valeur ce somptueux volume.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les consommateurs de pop-culture sont plus en plus conscients que désormais, le monde des bandes dessinées et des super-héros est woke. Superman ne se bat plus pour The American Way, et l'ennemi éternelle de Captain America, le Crâne rouge, est désormais inspiré par Jordan Peterson.

Pour les fans qui veulent juste une bonne histoire sans la moralisation politique que la gauche nous impose chaque jour, les alternatives sont rares.

Voilà Isom, une nouvelle série de bandes dessinées créée par Éric July comme un antidote à ce qu'il ... Poursuivre la lecture

Par Arnaud Grivaud.

Dix jours après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe, la secte Moon se trouve au cœur de l’attention médiatique. Selon les premiers éléments de l’enquête, la secte aurait profité financièrement de la mère de l’assassin, Tetsuya Yamagami, et ce dernier aurait cherché à se venger.

L’Église de l’unification, aussi appelée Secte Moon, fondée en 1952 par le révérend sud-coréen Sun Myung Moon (1920-2012), est un groupe religieux chrétien aux multiples dérives sectaires. Son fondateur se présente com... Poursuivre la lecture

Par Jacob Sullum.

L'arme improvisée qu'un assassin a utilisée pour tuer l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe vendredi dernier suggère à la fois l'impact et les limites des lois strictes sur les armes à feu qui en rendent la possession légale quasi impossible. S'il était plus facile d'acheter une arme à feu au Japon, le tueur n'aurait sans doute pas eu recours à un dispositif artisanal, bricolé, composé de deux tubes métalliques reliés par du ruban électrique. En même temps, l'incident démontre qu'aucune législation ne peut emp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles