Taxations : l’occupant intérieur continue son âpre lutte contre les Français

Camions sur l'autoroute (Crédits Liquid Oh, licence Creative Commons)

Par h16.

Le plus intéressant, lorsqu’on est colonisateur et qu’on n’a aucune envie de ménager le colonisé, c’est d’inventer des taxes sans lui dire et, plusieurs années plus tard, de venir les lui réclamer avec indemnités de retard. Cela marche d’autant mieux que la colère ou la frustration du colonisé n’y changeront rien.

Pour les habitués de ces colonnes, ces notions ne seront pas surprenantes : cela fait un moment que les administrations françaises se comportent véritablement comme une force d’occupation intérieure vis-à-vis du reste du pays, mettant en coupe réglée tout ce qui peut lui rapporter des richesses et un bénéfice, fût-ce au détriment des administrés qui ne sont dans ce cadre pas davantage considérés que des colonisés inférieurs devant s’adapter, périr ou se soumettre aux desiderata de l’occupant.

C’est donc régulièrement que je rapporte ici les cas les plus saillants de cette propension des administrations à se comporter avec cette attitude spécifique des conquérants en pays soumis. Du reste, jusqu’aux récentes réactions des Gilets jaunes, malgré les exactions manifestes, le mépris et le cynisme dont font preuve ces administrations, le consentement à l’impôt ne semble pas faiblir ce qui, dans une certaine mesure, permet de comprendre le raisonnement tenu par ceux qui les dirigent : puisque les moutons sont heureux d’être tondus, et qu’en plus, ils en redemandent, pourquoi se priver ?

impots : ce n'est pas du vol si on vous demande de remplir des papiers.Cependant, on reste tout de même surpris d’apprendre les trésors d’inventivité déployés par l’occupant intérieur pour racketter les contribuables de plus en plus fort : si, jusqu’à présent, il semblait admis que le fisc ou ses services accompagneraient leur extorsion de fonds d’un formulaire à remplir pour lui donner un aspect légal, il semble que, pour certains rançonnements, cette coutume folklorique ait été abandonnée.

On apprend ainsi que l’administration fiscale vient de réclamer plus de 50 000 euros à des restaurateurs pour une taxe de stationnement créée de toutes pièces en 2015 et qui n’a fait l’objet d’aucun appel de paiement de sa part.

Apparemment, tout se déroule comme si les forces d’occupation s’attendaient à ce que le contribuable lambda passe le temps nécessaire, chaque jour, à éplucher dans le Journal Officiel les nouvelles lois, les nouveaux règlements, les nouvelles taxes et les nouvelles ponctions mises en place pour lui soutirer le fruit de son travail et s’en acquitte préventivement sans qu’il soit fait la moindre démarche pour lui en annoncer la raison et le montant.

Dans le cas qui nous occupe, cette taxe de stationnement pourrait bien obliger à fermer ses portes l’établissement Le Petit Perrichois, un restaurant routier réputé pour ses menus à prix abordables et une cuisine de qualité faite maison.

Apparemment, cette taxe de stationnement s’impose à toutes les entreprises dans l’Île-de-France, même lorsqu’on se trouve en rase campagne où le stress immobilier est inexistant, et ce même pour des places gratuites de parkings privés construits et entretenus sur fonds privés pour des véhicules privés sur un terrain privé. Parce que la propriété privée en France est surtout privée de tout droit d’y faire ce qu’on veut sans en payer le prix à l’État, seul réel propriétaire de tout et de tous.

Pour parer au plus pressé, une cagnotte Leetchi a été mise en place pour sauver le restaurant routier comptant parmi les meilleurs établissements français du genre. Rappelons — cela va sans dire, mais toujours mieux en le disant — qu’une cagnotte Leetchi afin de lever des fonds pour faire sauter Bercy est strictement illégale.

Cette situation invraisemblable où un parking privé, créé et entretenu sur fonds privé, donne lieu à la collecte d’une taxe par ailleurs non réclamée (mais dont le paiement est impératif), ne pousse guère à l’optimisme concernant ce pays qui, chaque jour, semble se conforter comme l’un des pires enfers fiscaux à côté duquel même les États-Unis ou la Belgique font figure de paradis (!).

Et c’est d’autant plus vrai que cette taxation vigoureuse tous azimuts n’est pas prête de s’arrêter : comme je le mentionnais en introduction, une partie du peuple, à la jalousie rabique, ne parvient pas à se défaire de l’idée stupide que sa pauvreté est causée par la richesse des autres, eux-mêmes riches car pas assez taxés. Dès lors, ces imbéciles n’envisage qu’une unique solution, valable pour tout : la taxation.

… Taxation qu’on retrouvera donc à chaque loi, chaque règlement, dans les discussions parlementaires de chaque semaine, à chaque fois qu’il est possible, comme actuellement où nos fabuleux députains proposent de taxer les entreprises qui font appel à des poids lourds (pensant qu’en taxant les entreprises, ce sont elles qui vont payer au même titre que taxer le lait fait payer la vache, je suppose), le tout pour financer une loi sur les mobilités dont absolument tout le monde avait un besoin impérieux pour compenser la hausse stratosphérique du coût des carburants dont les taxes sont mises en place par… nos fabuleux députains.

Décidément, il ne fait pas bon être mobile ailleurs que pour des trajets intramuros en vélo public déficitaire…

Il n’y a plus aucun doute : les Forces Administratives d’Occupation de la République du Bisounoursland ont pris possession du pays. À leur comportement particulièrement grossier d’occupants méprisants, il faut leur ajouter une grave incompétence dans la gestion des fonds qu’elles extorquent au point qu’elles sont aux abois de façon systématique et maintenant dramatique. Plus aucun répit ne peut être admis pour l’extraction de force des richesses des occupés, plus aucune largesse, plus aucune commisération, plus aucune négociation ne seront admis.

Le peuple, qui d’ailleurs a eu l’outrecuidance de se rebeller quelques mois, va devoir cracher au bassinet. Et s’il périt dans la manœuvre, de toute façon peu importe : ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.