Monsieur Macron, la révolution du sourire est en marche en Algérie !

« Monsieur le Président de la République Française, vous avez choisi votre camp, vous êtes désormais contre le droit du peuple algérien de choisir son indépendance et sa liberté. »
L’OPINION de Hamid Zanaz, écrivain et journaliste algérien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Monsieur Macron, la révolution du sourire est en marche en Algérie !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 mars 2019
- A +

Par Hamid Zanaz1.

Monsieur le jeune Président français, pourquoi voulez-vous que l’Algérie soit gouvernée par un vieux président ?

Le peuple français, composé d’une population de plus en plus vieille, a choisi en votre personne un président jeune et en bonne santé, pour trouver des solutions à ses vrais problèmes. Il ne vous a pas élu pour soutenir un président vieux et malade en conflit avec son jeune peuple qui ne veut plus vivre sous sa dictature déguisée en démocratie.

La jeune Algérie est en marche

Comment le président d’un pays démocratique comme la France n’ose ni voir, ni respecter, des millions d’Algériens qui manifestent depuis quatre semaines contre un régime archaïque, d’un autre temps, qui les maltraite depuis deux décennies ?

Dans le but de tromper le peuple algérien et de garantir la  prolongation de son quatrième mandat sans passer par les urnes, votre ami Bouteflika reporte l’élection présidentielle en foulant aux pieds la constitution algérienne et en rêvant d’organiser, lui, l’agonisant, une « conférence nationale » censée réformer le pays et préparer l’avenir d’une jeunesse qui ne veut plus entendre parler de lui.   

Vous avez salué quelques heures plus tard cette violation de la constitution algérienne et la morale politique ! Pire encore, vous avez appelé indécemment à une transition d’une durée raisonnable !

Est-il raisonnable et digne, monsieur le président de la République, de considérer raisonnable ce que les Algériens, dans leur grande  majorité, voient comme une agression contre leur République, leur constitution et leur dignité ?

Ce qui est raisonnable pour vous, monsieur le Président, n’est pas raisonnable pour cette jeunesse cultivée, fière, pacifique et drôle. Cette même jeunesse déterminée à construire un État de droit en Algérie.

Il faut tourner la page Bouteflika

Monsieur le Président de la République Française, vous avez choisi votre camp, vous êtes désormais contre le droit du peuple algérien de choisir son indépendance et sa liberté. Les millions d’Algériennes et d’Algériens qui ont manifesté contre votre ami Boutef, le 15 mars, dans la joie et la bonne humeur, n’ont de leçons à recevoir de personne. Leur révolution est en marche et aucune puissance ne pourra l’arrêter.  

Monsieur le Président, vous feriez bien de vous occuper de vos oignons jaunes au lieu d’essayer de maintenir au pouvoir un système qui a appauvri un pays riche.

Monsieur le Président, vous devriez satisfaire les revendications des électeurs français dans un « délai raisonnable » !

Salutations.

  1. Essayiste et journaliste algérien (ex-professeur de philosophie à l’Université d’Alger), contributeur permanent à la revue des Rationalistes arabes Al Awan et d’autres revues et journaux arabes.
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • La France ne « veut » rien.Elle sait ce qu’elle ne veut pas.
    L’Algérie a obtenu son indépendance en 1962.. ses dirigeants ont fait des choix politiques et économiques qui ont mené le pays dans la situation ou il se trouve.
    La france n’y est pour rien.
    Le seul souci de la france reste et restera l’immigration clandestine issue des pays du Maghreb , pour des raisons qu’il est facile de comprendre.
    En conséquence , ne venez pas chercher chez nous , les solutions ou les positions politiques que le peuple algérien n’est pas en mesure d’obtenir de ses dirigeants.

    • Ce n’est pas tout à fait ce que M. Hamid Zanaz (l’auteur de l’article) a voulu faire. Il demande surtout à M. Macro (qui se veut le dieu du monde, de l’Europe et de la France) de se mêler de ce qui le regarde en France, plutôt que de se mêler de ce qui ne le regarde pas en Algérie ! Il ne vous a pas échappé que M. Macron a tendance à donner des leçon de gouvernance, de démocratie et d’économie à toute la Terre, alors même qu’il échoue lamentablement chez lui, en France.

      • Comme vous le dites, ça n’échappe à personne, alors le rappeler une fois de plus, bof ! En revanche, si vous avez une idée pour y mettre fin simplement…

    • J’apprends grâce à votre commentaire que les algériens qui rentrent en France le font clandestinement. Moi qui pensait qu’il suffisait d’un visa…

  • Cher M. Zanaz, vous n’êtes pas sans savoir que l’Algérie est indépendante depuis 1962. Ce n’est pas la faute de la France si ce pays s’est enfoncé dans la corruption et le népotisme et n’a pas été capable de valoriser ses fantastiques ressources pour assurer la prospérité de son peuple. Donc, prenez enfin votre destin en main et arrêtez de penser, et de faire penser, que tel ou tel dirigeant étranger pourrait être la cause de l’incurie qui règne dans votre beau pays.

  • Cette génération d’algériens m’est très sympathique, moi qui ait fréquenté la génération en colère qui a connu la guerre civile. Pourvu que les événements futurs ne lui ôte pas son sourire.

  • L’Algérie a choisi le socialisme. Pas étonnant que son développement économique soit médiocre. Il faudrait un jour que cette jeunesse « éduquée, fière, pacifique et drôle » songe à abandonner le socialisme et à regarder ce qui se passe lorsqu’un pays adopte l’économie de marché et la liberté.

  • décidément, on lit et on écoute tout et n’importe quoi quand ce n’est pas pour déformer sciemment ou inconsciemment. Macron ne se mêle pas des questions algériennes quand il ne fait que leur dire que c’est à eux, les algériens, de se prendre en responsabilité !

  • Jeune certes, mais en bonne santé mentale c’est douteux. Son cerveau est complètement sclérosé comme celui de Bouteflika!

  • N’importe quoi. Si le président Macron avait pris fait et cause pour ce mouvement de révolte, l’horrible et insoutenable ingérence de l’ex colonisateur aurait été dénoncée sur tous les tons et ad nauseam, exactement par les mêmes.

  • Je me demande s’il existe un parti libéral en Algérie

    • je doute que ces peuples soient mûrs pour beneficier d’un parti liberal et sont incapables de se comporter en démocrates les Ricains ont destitué Sadam Hussein,Sarko a fait tuer le dictateur Lybien,les donneurs de leçon ont essayé de détruire le régime Syrien,les tunisiens ont essayé de renverser la dictature tunisienne, résultat des courses tous ces pays sont anéantis, seul le maroc , grace a son roi a la main de fer se sort du lot; La démocratie se mérite , elle ne peut s’imposer

  • Cette même jeunesse déterminée à construire un État de droit en Algérie.

    Chiche. Il va falloir persévérer, parce que avec les profiteurs s’appropriant les richesses sans travailler, cela ne va pas être facile, ils ne voudront pas lâcher le morceau. On vous espère un grand succès et bonne chance. Que l’on puisse émigrer nous aussi en Algérie… oups, c’est pas bon ? Dommage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles