Pourquoi, selon Hayek, le socialisme est-il une régression vers la morale tribale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi, selon Hayek, le socialisme est-il une régression vers la morale tribale ?

Publié le 17 mars 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

La naissance du libéralisme moderne a correspondu à une révolution sans précédent dans l’histoire. Laquelle ? L’émergence de ce que Karl Popper et Friedrich von Hayek ont nommé la Grande Société, c’est-à-dire une société où l’on passe d’une morale tribale à un système de règles universelles. C’est le passage progressif d’un système de règles et valeurs propres à une communauté à un système de règles abstraites qui valent pour l’ensemble des Hommes quelles que soient leurs valeurs…

Et le socialisme, c’est quoi ? C’est la tentative de réinstaurer ces valeurs tribales au niveau de l’État. Un épisode provoc’ de Corentin de Salle !

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • La petite bête
    17 mars 2019 at 12 h 04 min

    A noter que le christianisme a porté la civilisation occidentale vers la liberté individuelle (chaque personne est unique devant Dieu et libre, même de faire le mal, en assumant les conséquences), l’égalité en droit (pas d’inégalité devant Dieu) et bien sûr, la bienveillance envers autrui (qui pour étre une vertu doit être libre en ce sens qu’elle résulte d’une conversion du coeur).
    Les pères du socialisme entendaient éradiquer le christianisme. Il ne faut pas l’oublier.
    La lutte des classes, en réduisant l’individu à sa classe sociale (et aujourd’hui sociétale…) est un retour au tribalisme en effet.

  • Une fois de plus, exposé remarquable de densité et de clarté! Bravo!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles