Pourquoi, selon Hayek, le socialisme est-il une régression vers la morale tribale ?

Quand l’État se met à agir avec compassion plutôt qu’avec justice : une vidéo provoc’ de l’École de la Liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi, selon Hayek, le socialisme est-il une régression vers la morale tribale ?

Publié le 17 mars 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

La naissance du libéralisme moderne a correspondu à une révolution sans précédent dans l’histoire. Laquelle ? L’émergence de ce que Karl Popper et Friedrich von Hayek ont nommé la Grande Société, c’est-à-dire une société où l’on passe d’une morale tribale à un système de règles universelles. C’est le passage progressif d’un système de règles et valeurs propres à une communauté à un système de règles abstraites qui valent pour l’ensemble des Hommes quelles que soient leurs valeurs…

Et le socialisme, c’est quoi ? C’est la tentative de réinstaurer ces valeurs tribales au niveau de l’État. Un épisode provoc’ de Corentin de Salle !

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • A noter que le christianisme a porté la civilisation occidentale vers la liberté individuelle (chaque personne est unique devant Dieu et libre, même de faire le mal, en assumant les conséquences), l’égalité en droit (pas d’inégalité devant Dieu) et bien sûr, la bienveillance envers autrui (qui pour étre une vertu doit être libre en ce sens qu’elle résulte d’une conversion du coeur).
    Les pères du socialisme entendaient éradiquer le christianisme. Il ne faut pas l’oublier.
    La lutte des classes, en réduisant l’individu à sa classe sociale (et aujourd’hui sociétale…) est un retour au tribalisme en effet.

  • Une fois de plus, exposé remarquable de densité et de clarté! Bravo!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Il faut soigneusement distinguer les questions scientifiques et factuelles — les évolutions du climat et les moyens de s’y adapter — de l’idéologie venue s’y greffer, qui est l’idéologie écologiste. C’est une erreur de raisonnement, et la prospérité des idéologues écologistes, qui consiste à confondre (identifier) l’écologie comme science de la nature et l’écologisme comme idéologie politique.

Quand on prend connaissances des revendications concrètes des écologistes français, de Die Grünen en Allemagne, ou des écologistes belges — pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles