La doctrine de la souveraineté, une superstition constructiviste ? (vidéo)

Hayek considère que l’idée selon laquelle il existerait un pouvoir illimité source de tous les autres est une idée fausse et dangereuse. C’est une illusion.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La doctrine de la souveraineté, une superstition constructiviste ? (vidéo)

Publié le 27 janvier 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

Comme l’État est fondé par l’ensemble des membres de la société, on en tire l’idée que le peuple est à l’origine de toutes les normes. Le peuple est – et demeure – souverain. C’est la théorie de la souveraineté populaire. Cette source du pouvoir est illimitée.

Toutes les lois sont faites au nom du peuple. Et la volonté du peuple est véhiculée par ses représentants démocratiquement élus. Or, Hayek considère que l’idée selon laquelle il existerait un pouvoir illimité source de tous les autres est une idée fausse et dangereuse. C’est une illusion. Illusion malheureusement très répandue et même consacrée… Corentin de Salle explicite ici ce point important et souvent incompris de la vision libérale.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Merci à l’auteur, j’ai toujours plaisir à faire suivre vos articles.

    • @ Dror45-G
      Bien d’accord avec vous: ces exposés sont toujours éclairants, précis et nuancés: c’est un plaisir de les écouter et C.de Salle est aussi brillant par son élocution que par ses textes bien construits: brillant!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Dans un précédent article a été abordée la vision du juge selon Hayek, notamment qu'il conçoit le juge comme étant au service de l’ordre spontané, se devant de corriger les erreurs et de résoudre les conflits qui apparaîtraient en son sein.

Pour autant, bien que le juge ait pour Hayek une place importante, le législateur ne voit pas son rôle réduit à peau de chagrin. Au contraire, il se voit confier d’importantes missions pour garantir le bon fonctionnement de l’ordre spontané. Pour traiter cette partie, on se référera à deux livres de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles