La lutte contre le chômage bat son plein, en pure perte.

On continue donc âprement la lutte contre le chômage au lieu de favoriser l'emploi, ce qui n'aboutit à aucun résultat valable.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: alainalele - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lutte contre le chômage bat son plein, en pure perte.

Publié le 7 janvier 2019
- A +

Pour bien commencer l’année 2019, rien de tel que lancer une bonne petite polémique sur le chômage, sa gestion et les modes d’indemnisation en vigueur en France, par exemple en expliquant ouvertement vouloir combattre la fraude et remettre à plat les sanctions prévues pour les chômeurs qui ne feraient pas les efforts nécessaires pour retrouver un emploi…

C’est ainsi qu’à la faveur du changement d’année, un décret vient d’être publié au Journal officiel, revoyant le barème des sanctions s’appliquant aux chômeurs qui ne respectent pas leurs obligations. Le but affiché est de rendre les sanctions « plus cohérentes » et d’appliquer le programme présidentiel de Macron qui visait à renforcer les règles en vigueur.

En substance, l’incapacité à justifier une recherche d’emploi entraîne désormais la suppression pure et simple des allocations pendant un mois au premier manquement, pendant deux mois au deuxième et quatre mois au troisième. Le décret accompagne ces changements d’un nouveau pouvoir pour Pôle Emploi, celui de diminuer les allocations, pouvoir jusqu’à présent dévolu aux seuls préfets.

À ceci s’ajoute le renforcement des équipes dédiées à la traque des fraudeurs, ainsi que des chômeurs ne démontrant pas clairement leur volonté de retrouver un emploi.

On pouvait s’y attendre : ces nouvelles dispositions ont entraîné une ribambelle de réactions politiques et de petits articles dans la presse plus ou moins outrés : pas de doute, on veut frapper des individus déjà durement touchés par la crise (l’éternelle crise française) ! Les syndicats se sont immédiatement empourprés, voyant dans ce décret une façon de pousser les chômeurs « à accepter n’importe quel boulot », tout en augmentant les contrôles des chômeurs sans augmenter les moyens pour les accompagner. De la même façon, certains politiciens n’ont pas été en reste pour dénoncer une nouvelle « injustice » faite aux chômeurs.

On regrettera que ni les uns, ni les autres ne se soient renseignés sur ce qui existe outre-France en matière de contrôle : on se rendrait compte que partout ailleurs, les contrôles français passent pour du laxisme tant les règles sont bien plus strictes. En Allemagne, en Angleterre, au Danemark, les exemples ne manquent pas de contraintes plus importantes imposées aux chômeurs pour toucher leurs droits…

Malgré cela, comme on le voit, nos syndicats et nos politiciens franchouillards ne semblent guère embarrassés par leur position délicieusement ambiguë : si, concernant l’impôt, aucun n’hésiterait à monter au créneau pour réclamer toujours plus de contrôles contre les abominables fraudeurs et autres évadés fiscaux, tous semblent étonnamment d’accord pour que la fraude aux indemnités-chômage soit moins contrôlée.

Souhaiter que les cotisations des travailleurs aillent ainsi nourrir la fraude est pour le moins étrange, si ce n’est par un populisme assez gras qui amalgame contrôle plus fin, sanctions plus dures et réduction des prestations systématiques…

D’autre part, la réaction montre encore une fois l’énorme asymétrie des politiciens et des dirigeants syndicaux lorsqu’il s’agit de l’argent de l’État : lorsqu’il s’agit de le faire entrer dans les caisses, tous les moyens sont bons, aucun contrôle ne doit être épargné, personne ne doit passer sous le radar fiscal. La pitié, le compromis ou la modération ne peuvent être de mise. En revanche, lorsqu’il s’agit de redistribuer cet argent si âprement ponctionné, la plus grande largesse, le laxisme le plus sympathique et le plus électoralement rentable seront de mise : arrosons, arrosons, il en restera toujours quelque chose (un poste d’élu, une rente syndicale, un petit ou un grand pouvoir politique qu’on utilisera discrètement un petit matin à son profit bien compris).

Cependant, indépendamment de cette polémique éclairante sur le sens du bien public chez certains de nos représentants, on devra s’étonner du timing particulièrement peu judicieux de ce décret : en plein mouvement des Gilets jaunes et alors que le chômage reste en France dans sa fourchette la plus haute, on pourra se demander ce qui a poussé le gouvernement à insister sur ce genre de mesures alors que le pays traverse une crise sociale sans précédent.

Tout indique que l’heure devrait plutôt être à l’apaisement, aux tentatives de dialogue et à la recherche d’accords communs entre les différentes parties prenantes de ce dossier (patronat, salariés et syndicats — aussi peu représentatifs soient-ils). Le gouvernement, agissant encore une fois comme un chien dans un jeu de quilles, alimente ici la rancœur (pour ne pas dire la haine) qui se fait jour contre lui.

Si, économiquement, ces mesures sont probablement nécessaires alors que les finances du pays et de Pôle Emploi sont exsangues, elles sont politiquement désastreuses, et ce d’autant plus qu’en parallèle, 5,5 millions d’actifs ne sont absolument pas concernés par ce problème : alors que le pays semble se scinder de plus en plus entre d’un côté, une population citadine et dégagée des tracas quotidiens par les avantages de la force publique, et de l’autre côté, une population provinciale voire campagnarde de plus en plus soumise à la précarité et aux expédients provisoires, on assiste encore une fois à un durcissement des conditions pour la seconde sans que la première n’en ait à subir le moindre coût.

En réalité, le problème du chômage en France est que, depuis 40 ans, tout a été fait pour le combattre sans comprendre que bien avant cette lutte mal calibrée, il était indispensable de tout faire pour plutôt favoriser l’emploi. Et par emploi, je veux précisément dire celui dans le secteur marchand, le seul qui permette d’alimenter toute l’économie, secteur non-marchand y compris.

Malheureusement, partant de ce principe d’une lutte sans merci, on a tout fait pour augmenter les coûts assurantiels pour les entreprises (selon la logique qu’il faut tout faire pour couvrir, à tout prix, le risque de chômage au maximum puisque, on vous le dit, « on combat le chômage » !) ce qui rend l’emploi plus coûteux donc plus difficile à obtenir ; de la même façon, pour éviter la précarité, on augmente le salaire minimum ce qui exclut un nombre croissant de personnes des emplois les moins bien payés. Ceci impose en retour des cotisations-chômage plus élevées, ce qui augmente encore les coûts assurantiels pour les entreprises (et retour case départ).

Dans ce contexte, la lutte contre la fraude, les petites déclarations incohérentes des politiciens, et toutes les mesures prises sur les 40 dernières années apparaissent comme autant de cautères sur cette jambe de bois que nos élites s’emploient à patiner de leurs efforts inutiles. Et d’ailleurs les résultats sont éloquents : plus la lutte semble féroce, plus le chômage, la précarité et les difficultés des Français face à l’emploi se font durs. Le chômage n’a jamais réellement baissé.

Il serait temps qu’on en finisse avec cette lutte stérile, et qu’on s’attache, enfin, à favoriser l’emploi. Au vu de la politique menée jusqu’à présent, on peut malheureusement douter que ce soit à l’ordre du jour.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (103)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (103)
  • Pour lutter contre le tabac, taxons le tabac.
    Pour lutter contre la pollution, taxons les carburants.
    Pour lutter contre l’emploi, taxons le travail.
    Pour lutter contre l’abondance, taxons les entreprises.

  • @ cachou42 , taxons la vie , le mot TAXE est la maladie Française par excellence !! Et ne resout rien !!!

  • claude henry de chasne
    7 janvier 2019 at 11 h 26 min

    pour luter contre l’etat , cessons de consommer

    • Quel révolutionnaire ce Claude ! Et détruisons par la même des milliers d’emplois. Vous voulez vraiment que le pays s’effondre ? Vous savez ce que ca fait, un pays qui s’effondre ? Vous voulez VRAIMENT que la France ressemble au Venezuela, ou a tous ces pays pourris d’afrique ou d’amérique centrale ou du sud ? Sérieusement ?

      • J’ai peur que même s’il ne le voulait pas, on va y arriver quand même.
        Rien dans le contexte actuel ne me permet d’être optimiste.
        Lors de la chute des régimes communistes en ’89, il n’y a eu qu’un seul qui a fini en bain de sang. Devinez lequel, et pourquoi… Je prie chaque jour pour que l’histoire ne se répète pas.

      • claude henry de chasne
        7 janvier 2019 at 19 h 24 min

        Ben c’est PA moi qui a commencé))

      • claude henry de chasne
        8 janvier 2019 at 7 h 15 min

        c’est deja le cas.. si on enleve le vernis

      • La France ?
        C’est le portrait de Dorian Gray.
        Vous ne voyez que les dandies qui se promènent de sommet en sommet.
        Soulevez le voile qui recouvre la véritable image de ce qu’est devenu le pays et, comme le décrit si bien Oscar Wilde, vous serez frappé d’horreur…

  • Comme d’habitude Macron raisonne à l’envers si tant est qu’il sache raisonner.
    En permanence Macron « met la charrue avant les boeufs »!!! Pas étonnant que cet homme ait été recalé deux fois au concours de l’école normale supérieure.
    Et nos journalistes et médias comme les opposants à Macron s’acharnent à vouloir nous faire croire que Macron est brillant, intelligent!!!
    Nous sommes le pays de Descartes, certains semblent l’oublier.

    • D’autre part, il vaut mieux travailler que d’être au chômage même dans un emploi sous qualifié par rapport à ses diplômes. C’est un gage de courage et c’est apprécié des employeurs. Benoît, mon fils, sortant de l’UTT n’a pas hésité à prendre un poste d’ouvrier en attendant de trouver un poste d’ingénieur qu’il occupe actuellement.

      • En effet, il n’y a qu’en France que travailler dans un emploi sous qualifié est un problème…
        Mais bordel il vaut mieux travailler, même pour peu, même temporairement, que de coûter du pognon à la société en attendant le job de ses rêves. Cela permet de libérer les entreprises des charges, qui peuvent alors embaucher et éventuellement proposer des bons jobs.

        • Tant qu’il sera plus avantageux de rien branler que de bosser… CQFD.

          • A court terme oui, mais à plus long terme, je doute.
            J’ai parmi mes proches, quelqu’un qui n’a pas vraiment fait grand chose, professionnellement parlant, sauf des discours et des projets, toujours inaboutis, mais qui vivait bien de toutes les subsides (bourses pour enfants, APL, etc…) que notre généreux système lui accordait..
            Sauf qu’aujourd’hui, arrivée à l’âge de la retraite, elle n’a pas un sou vaillant en poche, sa voiture n’a pas passé le CT, la retraite est minable, et les besoins augmentent malgré tout. Bref, ça sent réellement le roussi. Et ses enfants ne se battent pas pour lui venir en aide.
            Triste au final.

            • J’espère que la personne que vous connaissez ne descend pas dans la rue pour protester contre la retraite de misère qu’elle touche… ?
              J’en ai une aussi, qui était à l’arrivée de Macron en emploi-aidé après des années de RSA. Macron a du avoir les oreilles qui bourdonnaient lorsqu’il a supprimé les emplois aidés, n’empêche, ma connaissance a suivi une formation et travaille maintenant dans le privé. Elle ne coûte plus à la collectivité comme du temps de l’emploi aidé.

    • @lapaladine
      Bonsoir et bonne année
      « Comme d’habitude Macron raisonne à l’envers si tant est qu’il sache raisonner. » ; « … Macron est […] intelligent »
      Intelligent et capable de raisonner est tout à fait correct : seulement c’est le plan qui pose problème.

      • Vous trouvez qu’ignorer quelques semaines durant les demandes des manifestants, tout en affirmant qu’il allait « garder le cap », pour ensuite se raviser du jour au lendemain et aller jusqu’à décrédibiliser son premier-ministre, serait une preuve d’intelligence et de raisonnement ? Peu importe le but qu’il recherche…

    • claude henry de chasne
      7 janvier 2019 at 19 h 28 min

      Réussir normal supp c’est donc un signe d’intelligence…
      Ou une qualité d’adaptation à un certain conformisme…
      On est en droit de se poser la question

  • De conséquentes économies pourraient être réalisées si les agences Pôle emploi avaient des obligations de résultats en matière de propositions d’emploi. Un rendement trop faible devrait entraîner la fermeture des agences non de performantes. Si on impose aux chômeurs de trouver un travail par eux-mêmes, quelle est l’utilité de cette administration ?

    • @Gérard27
      Bonsoir et bonne année
      « Si on impose aux chômeurs de trouver un travail par eux-mêmes, quelle est l’utilité de cette administration ? »
      Une de mes conseillères Pôle Emploi m’avait dit clairement, que je retrouverais un travail par mes propres réseaux, comme la plupart de ceux qui en retrouvent. Je n’avais pas de réseau, alors c’était fort compliqué.
      La seule utilité de cette administration est pour toucher des allocations chômage pour lesquelles d’autres auront cotisé. (nous ne cotisons pas pour nous-mêmes, mais pour autrui). Elle a la radiation facile.

      • L’utilité serait plutôt de trouver des emplois (stables) à des gens normalement inemployables (car sans compétence aucune) et de permettre également à des hauts fonctionnaires d’avoir des postes bien rémunérés.
        Quant aux allocations, je ne sais pas trop, je vois l’allocation chômage plutôt comme une assurance. Certes détournée, car à caractère de monopole, mais elle en a pas mal de ressemblances….

        • Je veux bien qu’on indemnise moins les chômeurs, voire pas du tout. Mais dans ce cas, il faut arrêter de faire cotiser à une assurance chômage obligatoire, sinon ça s appelle une arnaque.

    • aucune utilité..certains employeurs ont fait appel au pôle emploi pour ercruter du personnel, à chaque fois on leur envoie des cassos qui n’ont aucune formation dans le milieu requis, autant dire qu’une fois contactés ces entreprises ne font plus appel à eux…et demandez aux Maires de communes qui sont constamment en bisbille avec l’antenne pôle emploi de leur région pour des problèmes de dossiers ou de personnes..quand j’ai été licencié éco au bout de 3 ans d’inscription mon dossier n’a jamais été mis à jour au pôle emploi ( 1 an de retard à chaque fois)…c’est dire leurs compétences.

      • Je confirme, ils nous envoient n’importe quel profil. Et déjà, pour déposer une annonce sur leur site bonjour la galère. Sans parler de leur code ROME pour définir le poste, il faut correspondre à LEURS cases, comme si c’était eux qui définissaient le poste !

    • Totalement inutile aux employeurs qui recrutent ! Il vaut mieux passer par les agences d’interim (qui se commissionnent sur les 1ers salaires, qui sont donc intéressées â réussir). Pareil côté salarié, j’ai changé plusieurs fois d’entreprises en 25 ans, chaque fois c’est candidature spontanée ou intérim qui m’ont fait embaucher.

  • @ Gerard 27 , créer un pole emploi sans objectif de resultat , incompréhensible !!! Et L’ÉTAT en 1er en est le responsable !!!
    Quel est le bilan en % entre un chomeur que pole emploi lui permet de trouver un emploi et le chomeur qui trouve un emploi par lui même…

  • Dans le public il n’y a pas de chômage. L’inactivité est payée pour faire chier les « autres » du privé. Dans le privé l’on a donc inventé le chômage où des gens inactifs du privé obligent des gens du public à travailler. La France c’est un cercle vertueux de pauvreté. La richesse doit être éliminée ! Le travail est dans un pays communiste obligatoire. C’est encore un paradoxe Français où l’on est capable d’assembler le plus mauvais des choix possibles. Mais nous sommes pas encore à balancer des fenwick dans des portes ministérielles. Ni du reste aux flics qui tapent sur des femmes. Si ?

  • il faudrait surtout que pôle emploi arrête de filtrer les candidatures avant d envoyer les cv aux employeurs.
    il y a une très grosse boulette là !

    • ne soyez pas mesquin…j’ai eu droit à une offre pour bosser 2h le dimanche (soit 4x 2h par mois et y rajouter le transport) et nourrir les verrats sachant que je postulais pour l’informatique et la qualité…

    • Il y a 10 ans je devais recruter une centaine de techniciens informatiques rapidement pour une nouvelle presta en banlieue parisienne.
      Contact auprès des différents pôle emploi du coin.Aucun CV au bout de plusieurs jours et plusieurs contacts téléphoniques et physique et relance. 100 CDI quand même…Je ne parle même pas de la difficulté à leur faire comorendre ce qu est un technicien informatique.
      J ai donc fait appel à des boîtes d’intérim, les premiers CV sont arrivés dans l’après midi.
      Quelquechose me dit que les boîtes d interim avait un intérêt à placer leur candidat…( bah oui ) et je n ai bien entendu plus jamais contacté pôle emploi pour staffer une équipe.
      Ce truc ne sert à rien. ( et j ai connu le chômage ce qui me confirme cette dernière certitude )

      • ça sert à payer des fonctionnaires à rien foutre, radier les gens et parfois leur mettre des bâtons dans les roues pour trouver un travail.. – parfois parce que question efficacité ils sont proches du néant)

  • De l’ordre. D’abord, libéraliser le marché du travail. PUIS, taper sur les chômeurs.
    Franchement, l’indemnisation actuelle du chômage me choque énormément. 6 mois à 800 euros, pour tous les niveaux de salaires, point barre.

    • vous faites sauter les cotisations chômage avant ou pas?

      • Sauter non, il faut bien constituer un fonds pour pouvoir payer, mais les réduire fortement et surtout les uniformiser. Salauds de riches qui veulent garder leur niveau de vie, non mais !

        • Ce ne sera jamais modifié, le système a besoin que les salauds de riches continuent de cotiser beaucoup en utilisant peu (très peu de « riches » au chômage).

    • claude henry de chasne
      7 janvier 2019 at 19 h 33 min

      Si il n’y avait que les trop vieux…

    • Justement, s’il y a beaucoup de chômeurs, il faut les payer moins chers (un peu comme la loi de l’offre et de la demande), car cela veut dire que la situation de chômeur est trop confortable par rapport à celui qui se lève le matin pour un SMIC.

      • Un chômeur (au sens propre) est quelqu’un qui cherche activement un emploi. Et parmi les inactifs en France il y a bien plus que les 9% de chômeurs. Sauf que pour cette catégorie de vrais flemmards (qui ne font clairement aucune démarche) on ne fait pas des statistiques.
        Après, c’est comme avec les retraités : s’il y en a trop par rapport aux réserves financières qu’on peut allouer, la seule solution sera de réduire les indemnisations. (Merci d’avance Claude Henry pour le -1).

        • claude henry de chasne
          8 janvier 2019 at 17 h 19 min

          voila -1 , il suffit de le demander..
          avant de baisser le montant des retraites il faudra remettre 48h hebdo , et 4 semaines de congés.;

          • Oui, bien sûr, vu que c’est 40h depuis le Front Populaire… N’importe quoi.

            • claude henry de chasne
              8 janvier 2019 at 19 h 18 min

              « Durées maximales hebdomadaires. La durée de travail effectif hebdomadaire ne doit pas dépasser les deux limites suivantes : 48 heures sur une même semaine, et 44 heures par semaine en moyenne sur une période de 12 semaines consécutives.5 mars 2018 »

              • Parce que vous croyez que ceux qui bossent vraiment regardent l’heure ? N’importe quoi, mais alors… vraiment n’importe quoi. Vous n’arrêtez jamais vos c…ies.

  • y a pas que les diplômes qui comptent pour certains postes! loin de là !

    • exactement,vous prenez un poste avec demande de diplôme…vous avez un diplômé qui ne connait que la théorie et qui n’en a rien à carrer et un non diplômé qui connait parfaitement le travail parce qu’avec de l’expérience et motivé, le diplômé sera recruté…et après on se demande pourquoi les gens ne cherchent plus de taf?

    • C’est faux pour mon cas, j’ai été recrutée comme assistante de direction bilingue alors que j’ai un bts tourisme… c’est l’expérience, le tempérament (et le français parfait que je revendiquais dans mon cv) qui ont fait la différence. D’ailleurs, dans mon boulot actuel, l’employeur a éliminé 1 postulante sur 2 à cause de la manière dont le mail de candidature était tourné… au final c’est moi qui ai été recrutée héhé

  • @cernu, c’est déjà le cas mon brave. Les policiers qui tabassent à tour de bras vous trouvez ça normal ? Je dis pas qu’ils ne sont pas attaqués…d’où légitime défense. Je dis qu’ils provoquent le combat. Et là y a un os dictatorial !

    • Franchement, ca me choque pas. Un échange de gifles viriles, quoi. Il faudrait qu’ils restent comme des cons à en prendre plein la gueule ? Et tendre l’autre joue ? La provoc est politique, mais je pense aussi que ces pauvres policiers et gendarmes doivent en avoir ras le bol. Ou alors, dans le pire des cas, si ca te dérange qu’un mec qui s’en prend plein la gueule riposte, tu votes, ou tu agis dans l’ombre.

      • on appelle cela un retour de flamme…qu’un crs qui passe son temps à défendre un ordre corrompu et taper du pacifiste parce qu’il en a reçu l’ordre et qui s’en prend dans la tronche perso je vais pas pleurer, au contraire je jubile.

        • Le CRS défend la loi. Aucun militaire, et je pense que c’est pareil pour la police, n’est tenu d’obéir à un acte illégal.
          Ensuite, pour ce qui est des pauvres pacifistes… Tu es sérieux ? Moi quand je vois un gendarme ou un policier se faire lyncher, je suis en admiration devant le fait qu’il ne sorte pas son calibre pour tirer dans le tas de connards, le plus souvent des gauchos ou des racailles. Droit de manifester, PAS de tout casser et de tout ravager.

          • @Cernu
            Bonsoir,
            « Le CRS défend la loi. Aucun militaire, et je pense que c’est pareil pour la police, n’est tenu d’obéir à un acte illégal. »
            Les C.R.S et les policiers ne défendent pas la loi. Ce n’est pas dans leurs missions. En tout premier lieu ils doivent protéger les INSTITUTIONS, le chef de l’Etat et le gouvernement, quelques VIP, et ensuite les habitants. Son essence est de conserver le système tel quel et ceux qui profitent le plus du système feront ce qu’ils penseront nécessaire à son maintien. (Maduro ne s’est pas gêné.)
            Or, la mission première des Policiers et Gendarmes est de garantir les Droits fondamentaux de chacun, y compris les leurs. Ainsi, ils protègent tous les habitants. Actuellement, en tant que fonctionnaires de police, ils ne sont même pas des citoyens à part entière. Ils n’ont pas le droit à la liberté d’expression, et même s’ils sont armés, ils ne sont pas plus libres que nous.
            La Police française est une police d’Etat, rien de moins. L’adjectif « nationale » est trompeur, mais révèle ce qu’elle doit être ou revdevenir, pour retrouver de la crédibilté auprès des contribuables qui la financent.
            Vous parlez du fait que les policiers subissant un lynchage, ne tirent pas : c’est parce qu’ils ne sont pas libres. Les lyncheurs ont plus de « droits », parce qu’ils sont plus protégés que les policiers eux-mêmes. Il y en a qui dirait que certains sont plus égaux que d’autres.
            De plus, les « gauchos et les racailles » font partie des « socialement proches ».

            « Droit de manifester, PAS de tout casser et de tout ravager. »
            Bizarrement, malgré le « S », quand il y a des C.R.S, il y a peu de <>, et souvent quelques gros dégats.

          • beaucoup de manifs gilets jaunes étaient pacifistes et ordre a été donné de quand même taper dans le tas , et ce n’est pas la 1ere fois , quand on pense aux manifs anti pma (même sans être pour ou contre) on a bien vu que ça tapait sans trop de motifs..comme dit STF c’est une police d’Etat et non pas une police de l’ordre et de protection.

            • Si vous pouvez prouver que le pacifisme n’était pas juste une couverture ou un alibi, alors prenez-vous en à ceux qui ont donné les ordres, pas à ceux qui les ont exécutés et qui ont montré qu’ils les exécutaient aussi quand il s’agissait de risquer sa peau contre des désaxés ou des terroristes. Mais comment ne pas croire que sous des dehors pacifistes, les manifestants n’espéraient pas secrètement que des violents se joindraient à eux, pour qu’on parle d’eux et qu’on prenne en considération leurs demandes ? Je suis bien d’accord que le gouvernement aurait dû écouter les GJ sans attendre les violences, mais aujourd’hui, les protestations de pacifisme des manifestants sont peu crédibles, voire contre-productives : elles ne font que déplacer le débat.

              • Les mêmes policiers qui ne vont même plus dans certains quartiers ?
                Qui regardaient les black blocs et la canaille le soir défoncer les grillages des boutiques à la République, sous la transmission en direct BFM, après avoir maté du GJ toute la journée en véhicules blindés ? Etc, etc.
                Et si on essayait de devenir sobres et sérieux à un moment ?
                Vous ne trouvez toujours pas que le deux poids – deux mesures a assez duré ?

        • claude henry de chasne
          7 janvier 2019 at 19 h 35 min

          Du pacifiste mon cul

        • « Taper du pacifiste » bien sûr…

        • dekkard « un ordre corrompu ? »

      • La « fameuse » vidéo où on voit des motards de la police attaqués sur les Champs à coups de trottinette, avez-vous vu le début ? C’était plus que de la provoc’. Un de policiers jette quelques grenades vers un groupe de GJ qui marchaient calmement et assez loin d’eux en plein milieu de l’avenue. La seule chose que je trouve étonnante dans cette affaire, c’est que personne ne s’en soit saisi pour en faire l’affaire d’Etat qu’elle est. Car, évidemment, le mec n’a certainement pas agi de son propre chef, ils étaient à quatre et les autres ont vu très bien ce qu’il faisait.

        • Vous êtes une proie rêvée pour des propagandistes. Une fois les sommations faites, il n’y a pas de manifestants qui marchent pacifiquement, il y a des manifestants qui à l’instant t donnent une image pacifique. Regardez bien les casseurs : deux secondes avant de lancer leur pavé, ils donnent la même image parfaitement pacifique. Comment distinguer les bonnes intentions des mauvaises chez ceux qui ont refusé de se disperser ?

          • Vous avez VU ladite vidéo, pour évaluer mon niveau de naïveté ?
            Allez, je vous fais une fleur : https://www.youtube.com/watch?v=g36BGPGKkkk&has_verified=1
            Vous m’expliquerez après de quelles « somations » il était question…

            • Il manque les minutes encore avant. L’ordre de dispersion était donné, d’autant qu’il n’y avait pas de manifestation de prévue à cet endroit-là. Il devait y avoir dispersion, les pacifistes se dispersent, seuls les casseurs et ceux qui veulent en découdre restent. De toutes façons, je ne vois pas comment on peut reconnaître aux gj d’en avoir ras-le-bol, de se faire gazer et donc d’en venir aux mains, et ne pas admettre que les forces de l’ordre en ont ras-le-bol aussi de se retrouver tous les samedis face à ces casseurs de plus en plus violents.

              • Et vous voulez nous faire croire que pour disperser la foule qu’on voit, il y avait quatre gus de prévus ? ? ?? ?? ?

              • Sans parler du fait que, s’il y avait de la vraie racaille en face comme celle qui a brûlé vifs des policiers dans leurs voitures, les policiers ne se seraient jamais sortis indemnes de cette affaire. Alors, pour la « violence », vous pouvez repasser…

  • Il faut supprimer le chômage et virer les fonctionnaires. Avec cette économie on lache les entreprises. On autorise l’enrichissement et le travail. On laisse entrer l’argent en France sans le taxer. On accepte le capitalisme et la liberté.

  • @cernu, pour être plus précis sur le mal être des policiers/gendarmes. On les utilise pour flasher des voitures d’habitude, alors bloquer des manifestants c’est pénible. On les utilise contre des terroristes invisibles et des dealers qui ont pignon sur hlm. La justice ne faisant pas son boulot, en bout de chaine le flic se tape toujours les mêmes tronches. Et oui le flic grille un cable (légitimement il est au bout). Le flic comme le chômage c’est une rustine sur un zodiac criblé de trous. Le politicien commence à avoir des tremolos dans la voix. On n’attaque pas la République ! Mais lol. Depuis 50 ans qu’ils nous défoncent l’anus. Alors non, c’est plutôt aux flics de prendre leurs responsabilités ! Moi j’en suis pas 😉

    • J’aimerai aussi voir les flics et les gendarmes poser les boucliers contre l’état qui les exploite. Franchement. Mais si ces mecs la abandonnent, tu vas te prendre une putain d’anarchie dans la gueule, que tu vas vite regretter les gentils coups de matraques, et les « provocations ». Mais tout a fait d’accord avec toi sur beaucoup d’autres sujets.

  • Pour pouvoir vivre en dehors du monde avec des idées à la noix, il faut fermer les frontières comme la Corée du nord ou le Bhoutan.

  • Cernu , il ny a pas si longtemps de ça, ce sont les femmes de gendarme qui manifester à leur place. c’est asser drole quand même..
    un militaire si l’ordre ne lui convient pour des raisons morales , il a le droit a la desobeissance … Mais vu que l’Europe ne veut plus de police militaire , la gendarmerie est rattaché au ministere de l’intérieur pour les manifs , dépende t- il dans le ministere des armées ???? Et comme en France , ils aiment contourner la loi Européenne la France … C’est comme la CSG qui avait considere comme un impôt, vous avez 1) non imposable ..2) imposable … le verdit de la cour européenne avait considéré comme un impôt … La france vive l’Europe mais nous faisons ce que l’on veut …

  • @ durru , exacte la provocation a ete faite par ces motards , les gens maisfester et n’avaient pas d ‘intentions ..et l’on voit bien que ce sont les motards qui ont provoqué en balançant les fumigènes et a partir de ce moment là ,c’est le début de l’affrontement !!! quand vous visionner la vidéo du debut à la fin !!!
    Comme par hazard la presse en général n’a montré que l’attaque des manifestant !!!

  • @Tamraf , quand il vous arrive à 50 ans licencié parce que votre entreprise se délocalise, et que vous avez toujours bossé, et que vous vous trouver à pôle emploi et que l’on vous balade de stage en stage , vous n’êtes plus chomeur et que vous vous retrouver à la case retour !!! lorsqu’il vous reste des indemnités si vous avez un emploi avec un salaire inferieure que l’on paye la différence !! Et votre indemnité vous ne l’ai pas volé !!! chaque cas est particulier !!! ce n’est pas vous qui avait fait les règles et moi non plus !!

  • @ durru , que l’on pratique a nos députés ect ..ect .. le bareme du privé, vous connaissez des travailleurs qui au bout de 15 ans ( 3 mandats ) touche 100 % le salaire en activité en retraite comme nos excellent élus..

  • a titre info , vérifier le taux de chomages de nos anciens élus de l’assemblée ,battu lors de nouvelles élection… Le mot EGALITE à bannir du vocabulaire Francais ..

  • Quand vous avez besoin de personnels qualifiés et pour des missions courtes , les sociétés intérimaires sont une solutions !!!
    Et pour quelqu’un qui cherchent un emploi ,cela fait partie d’une solution !!!

  • En France, on commence par créer des solutions.

    Les problèmes apparaissent ensuite, tout naturellement…

  • Les chiffres du chômage en Suisse sont tombés aujourd’hui. Le chômage est descendu sous les 3% ! Il est en ce début d’année à 2.7%.

  • A titre d’info ,lorsque vous avez une qualification , les societaires intérimaires peuvent vous faire un CDI …La société intermaire , lorsque vous etes un bosseur , vous aurez toujours du boulot .. Et vous pouvez gérer vos vacances , puisque c’est inclus sur votre salaire ..Dans la vigne certains emplois un prestataire , pour vendange , entretien des vignes , plus ce casse tête de trouver du personnels …
    A l’heure actuelle , l’entreprise , c’est un projet . un ordinateur , des entreprises prestataires avec un contrat de qualification .
    et respect du contrat , qui peut être annuler pour non respect du cahier de charges !!!
    Et une ou les sociétés intérimaires est une des solutions la plus efficace , pour participer à la lutte contre le chômage bien entendu pour celui qui veut bosser !!!

    • Les intermitants du spectacle, c’est parfait! Il faut créer des statuts d’intermitants pour tout le monde.
      On bosse un ou deux mois chaque année, et c’est parti!

  • RaphSud , Pole Emploi , c’est le bonneteau du chomage , si vous êtes en stage, vous n’êtes plus chomeur… et au retour du stage , vous devener chomeur alors qu’en réalité vous êtes toujours un chomeur , vous n’avez pas de boulot , c’est un jeu d’écriture !!! Et avec ça, l’on peut faire dire ce que l’on veut du chomage , des radiés , des exempts de chercher du travail etc ..ect .. ..la Boite intérimaires est la solution pour celui qui veut s’en sortir et montrer son désir de réussir et voir même se faire embaucher !!!

  • Moi j’ai pas le droit au chomage depuis 15 ans.
    Serieusement celui qui veut bosser il trouve demain du taff.
    Donc oui le chomage est trop élévé oui les gens n’ont pas envie de bosser oui quand il seront a la retraite il vont pleurer.
    La solution est simple pour commencer 3 mois pour la 1er fois au chomage puis 1 mois les fois d’après.
    Puis l’obligation de s’incrire dans une boite d’interim avec justificatif.
    Et de la ca va vite bosser et le gouvernement se rendra vite compte que le carburant est trop chere qu’il n’y a pas assez de transport en commun, remettre 5 millions de personnes au boulots ça deviendrai vite la galère :-), puis 7 millions au bout de 6 mois impossible en terme d’infra….
    Mais pole emploi redeviendrai assedic et hop la.

  • Oui oui c’était de la vraie racaille en face. Ils s’en sont sortis parce qu’ils ont fui juste à temps. Où avez-vous vu des policiers brûlés vifs ? Juste une voiture, heureusement.

    • Malheureusement, les deux policiers étaient à l’intérieur. Renseignez vous avant de parler sans savoir.
      La « vraie racaille » ne va pas jeter des trottinettes…

  • Lou17 Oui le bonneteau. Et quand ils commentent les chiffres, c’est catégorie A uniquement, qui a vaguement un peu baissé, alors que les B et C ont augmenté mais ça on n’en parle pas, par exemple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles