Comment combattre l’islam radical avec la littérature occidentale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment combattre l’islam radical avec la littérature occidentale

Publié le 24 novembre 2018
- A +

Par Aurélien Chartier.

Faisal Al Mutar a un parcours que l’on qualifiera volontiers de difficile. Né en Irak, il a vu son frère et son cousin tués par Al Qaeda avant de devenir la cible de menaces de mort de la part de groupes islamiques radicaux. La cause de ces menaces ? Ses écrits, critiques de l’Islam. Réfugié aux États-Unis depuis 5 ans, il est désormais à la tête de Ideas Beyond Borders, une ONG ayant pour objectif de promouvoir la liberté d’expression au sein des régimes autoritaires.

Sur la base de son expérience personnelle, il remarque que la guerre contre le terrorisme cherche à éliminer les extrémistes au lieu de chercher à stopper leur radicalisation à la base. Une des actions principales de son ONG cible donc ce manque en traduisant des ouvrages occidentaux en arabe. Ces livres sont sélectionnés comme promouvant l’ouverture aux nouvelles idées et l’esprit critique. Typiquement, des ouvrages dans la tradition des Lumières, tel que Le triomphe des lumières de Steven Pinker. Ces traductions sont ensuite distribuées gratuitement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

La séparation de l’État et de la religion

Principal concept qu’il cherche à transmettre : la séparation entre État et religion. Mais également le développement d’un esprit critique, couplé à la méfiance de l’autorité. Il critique ainsi le système éducatif en place dans ces pays, fondé sur le dogme et l’ignorance. Le printemps arabe montre cependant les limites de ce dogmatisme. Dans les pays comme la Tunisie, où les idées occidentales sont plus répandues, les protestations ont été moins violentes et les revendications orientées vers la limitation du pouvoir étatique.

Les livres traduits sont ensuite mis à disposition sur Internet sous forme électronique. La jeunesse de la population au Moyen-Orient fait que beaucoup de personnes sont à l’aise avec les nouvelles technologies et savent contourner la censure étatique via les réseaux sociaux. Le but de Ideas Beyond Borders est de se positionner comme une des sources alternatives de contenu.

En revanche, l’association fait face à d’autres challenges. Les traducteurs étant principalement basés au Moyen-Orient, ils sont soumis aux lois sur le blasphème. La définition du blasphème étant laissé à l’appréciation des chefs religieux, il va sans dire que les livres en question sont visés.

Interrogé sur le rôle que peuvent avoir les Occidentaux dans cette transition, Faisal Al Matar critique à demi-mots les interventions militaires qui n’ont fait qu’attiser le problème. Il suggère de préférer une approche éducative en aidant l’ouverture de ces pays au reste du monde. Prenant l’exemple du Moyen-Âge lorsque le monde arabe était en avance sur l’Europe scientifiquement et philosophiquement, il reste optimiste sur le fait que ces pays peuvent se développer en s’ouvrant.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le mythe de l’islam médiéval a la peau dure. Il a sa part de responsabilité dans la croyance qu’au fond «ce n’est pas l’islam» qui est le problème mais leur radicalisme qui le sclérose

  • A coup de « Livres », même reliés et cartonnés, ça va pas suffire !
    Dans une guerre déclarée. le verbiage n’a pas sa place, il s’apparente au collaborationnisme.

    • Pas d’accord, quand il s’agit de rallier l’ennemi à votre cause, ou au moins de le faire douter, cela a toute sa place dans une bonne stratégie.

      • Pour Rallier des égorgeurs entrainez vous a causez vite et pas bafouiller.
        Finalement ça détend de lire de pareilles inepties.

  • Immense respect à ce monsieur qui prend des risques pour lutter contre la barbarie.

  • Les idées mènent le monde. L’idée de la liberté individuelle contre l’idée de la soumission à Allah et son prophète. Les livres font partie de ce combat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles