Comment combattre l’islam radical avec la littérature occidentale

Ideas Beyond Borders est une ONG ayant pour objectif de promouvoir la liberté d’expression au sein des régimes autoritaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment combattre l’islam radical avec la littérature occidentale

Publié le 24 novembre 2018
- A +

Par Aurélien Chartier.

Faisal Al Mutar a un parcours que l’on qualifiera volontiers de difficile. Né en Irak, il a vu son frère et son cousin tués par Al Qaeda avant de devenir la cible de menaces de mort de la part de groupes islamiques radicaux. La cause de ces menaces ? Ses écrits, critiques de l’Islam. Réfugié aux États-Unis depuis 5 ans, il est désormais à la tête de Ideas Beyond Borders, une ONG ayant pour objectif de promouvoir la liberté d’expression au sein des régimes autoritaires.

Sur la base de son expérience personnelle, il remarque que la guerre contre le terrorisme cherche à éliminer les extrémistes au lieu de chercher à stopper leur radicalisation à la base. Une des actions principales de son ONG cible donc ce manque en traduisant des ouvrages occidentaux en arabe. Ces livres sont sélectionnés comme promouvant l’ouverture aux nouvelles idées et l’esprit critique. Typiquement, des ouvrages dans la tradition des Lumières, tel que Le triomphe des lumières de Steven Pinker. Ces traductions sont ensuite distribuées gratuitement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

La séparation de l’État et de la religion

Principal concept qu’il cherche à transmettre : la séparation entre État et religion. Mais également le développement d’un esprit critique, couplé à la méfiance de l’autorité. Il critique ainsi le système éducatif en place dans ces pays, fondé sur le dogme et l’ignorance. Le printemps arabe montre cependant les limites de ce dogmatisme. Dans les pays comme la Tunisie, où les idées occidentales sont plus répandues, les protestations ont été moins violentes et les revendications orientées vers la limitation du pouvoir étatique.

Les livres traduits sont ensuite mis à disposition sur Internet sous forme électronique. La jeunesse de la population au Moyen-Orient fait que beaucoup de personnes sont à l’aise avec les nouvelles technologies et savent contourner la censure étatique via les réseaux sociaux. Le but de Ideas Beyond Borders est de se positionner comme une des sources alternatives de contenu.

En revanche, l’association fait face à d’autres challenges. Les traducteurs étant principalement basés au Moyen-Orient, ils sont soumis aux lois sur le blasphème. La définition du blasphème étant laissé à l’appréciation des chefs religieux, il va sans dire que les livres en question sont visés.

Interrogé sur le rôle que peuvent avoir les Occidentaux dans cette transition, Faisal Al Matar critique à demi-mots les interventions militaires qui n’ont fait qu’attiser le problème. Il suggère de préférer une approche éducative en aidant l’ouverture de ces pays au reste du monde. Prenant l’exemple du Moyen-Âge lorsque le monde arabe était en avance sur l’Europe scientifiquement et philosophiquement, il reste optimiste sur le fait que ces pays peuvent se développer en s’ouvrant.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le mythe de l’islam médiéval a la peau dure. Il a sa part de responsabilité dans la croyance qu’au fond «ce n’est pas l’islam» qui est le problème mais leur radicalisme qui le sclérose

  • A coup de « Livres », même reliés et cartonnés, ça va pas suffire !
    Dans une guerre déclarée. le verbiage n’a pas sa place, il s’apparente au collaborationnisme.

    • Pas d’accord, quand il s’agit de rallier l’ennemi à votre cause, ou au moins de le faire douter, cela a toute sa place dans une bonne stratégie.

      • Pour Rallier des égorgeurs entrainez vous a causez vite et pas bafouiller.
        Finalement ça détend de lire de pareilles inepties.

  • Immense respect à ce monsieur qui prend des risques pour lutter contre la barbarie.

  • Les idées mènent le monde. L’idée de la liberté individuelle contre l’idée de la soumission à Allah et son prophète. Les livres font partie de ce combat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles