Afrique du Sud : enfin une solution pour réduire le chômage !

Le temps est venu pour les législateurs de faire preuve de compassion envers ceux qui ont désespérément besoin de trouver du travail, tous ceux pour qui un petit quelque chose vaut mieux qu’un grand rien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique du Sud : enfin une solution pour réduire le chômage !

Publié le 11 octobre 2018
- A +

Par Temba A Nolutshungu.
Un article de Libre Afrique

Le chômage est une crise nationale durable, touchant 9,4 millions de Sud-Africains. Le président Cyril Ramaphosa a assisté à un sommet sur l’emploi organisé par le Conseil national du développement économique et du travail (Nedlac). De nombreuses solutions possibles à la crise de l’emploi ont été discutées, mais seront inévitablement vaines, car les bonnes n’ont pas été abordées.

Des décisions audacieuses, créatives et, dans de nombreux cas, impopulaires, doivent être prises pour résoudre une telle catastrophe nationale. Comme il s’agit d’un problème lié à de mauvais choix le gouvernement doit avoir le courage politique et moral de le régler. Les intérêts personnels doivent céder le pas aux droits des chômeurs afin qu’ils puissent subvenir aux besoins de leurs familles.

De la démagogie aux vraies décisions

Prendre des décisions impopulaires lorsqu’il le faut permet de différencier un homme d’État d’un homme politique ordinaire, qui se focalise sur des solutions à court terme et préfère amuser la galerie, plutôt que de faire le nécessaire pour réellement augmenter les opportunités d’emploi. Des décideurs politiques jusqu’à la présidence, le choix réside entre opportunisme et jugement rationnel fondé sur des principes.

Les décisions difficiles exigent souvent un changement d’approche. Le chômage persistant a de graves conséquences. Il exclut une grande partie de la population adulte de la participation productive à l’activité économique et le pays s’en trouve le plus pénalisé. Les personnes sans emploi sont des personnes désespérées. Le coût, en termes d’impact sur la santé mentale et physique des chômeurs et de leurs familles, est indescriptible.

Mais que faut-il faire ?

Dans son livre Jobs for the Jobless (des emplois pour les chômeurs), Eustace Davie a proposé une solution ingénieuse qui permettrait aux chômeurs, y compris les non qualifiés, d’accéder à des emplois leur permettant d’apprendre sur le tas, de retrouver leur estime de soi et de se tourner vers l’avenir avec confiance. Le point de départ de la proposition concerne la législation du travail du pays.

Davie propose de laisser la législation du travail en l’état, à l’exception d’un petit changement visant à prendre en compte ce qu’il décrit comme un certificat d’exemption des chercheurs d’emploi (JSEC). Le JSEC exempterait les chômeurs d’obéir à la législation du travail et leur donnerait la possibilité de conclure des contrats de travail quelles que soient les conditions et le salaire qu’ils jugeraient acceptables.

En d’autres termes, ils pourraient dire à un employeur : « Donnez-moi un emploi, vous n’aurez pas à vous soucier de la législation du travail. Je suis exempté. Nous pouvons rédiger un contrat entre nous et je peux décider si j’en suis satisfait. Si les inspecteurs du travail arrivent, il vous suffit de leur montrer la copie certifiée conforme de mon JSEC, que je vous remettrai, ainsi qu’une copie de notre contrat. Vous n’atterrirez pas devant la Commission nationale d’arbitrage des conflits du travail. »

Si le gouvernement craint que les employeurs licencient des employés pour les réintégrer lorsqu’ils auront obtenu un JSEC, on peut introduire une disposition stipulant que, pour pouvoir prétendre à un JSEC, le demandeur doit être au chômage depuis plus de six mois. Les chômeurs devraient avoir droit à une exemption de plein droit pendant au moins deux ans afin de permettre aux titulaires de changer d’emploi jusqu’à ce qu’ils en trouvent un qui leur convienne mieux. Les certificats doivent être facilement disponibles, par exemple aux bureaux de l’autorité locale la plus proche.

Compte tenu du grand nombre de chômeurs en Afrique du Sud, les grands et petits employeurs devraient pouvoir embaucher les chômeurs de longue durée qui sont exemptés. Les syndicats s’opposeraient probablement à une exemption générale. Ils souhaiteront sûrement que le gouvernement puisse limiter l’emploi de travailleurs exemptés aux petites, moyennes et micro entreprises (PMME) qui représentent généralement la plus grande source de création d’emplois au niveau des travailleurs non qualifiés et semi-qualifiés.

Les PMME sont des points d’entrée essentiels sur le marché du travail des jeunes et des personnes non qualifiées, tant au niveau de l’entreprise que des employés. Une étude réalisée en 2018 par la Small Business Development Agency montre que le nombre de PMME est passé de 2,48 à 2,44 millions. Le secteur des petites, moyennes et micro entreprises (PME) emploie près de 8,9 millions de personnes en Afrique du Sud (2018).

Il est très probable que certains groupes de pression crient à l’« exploitation », mais face à cette critique, il est important de rappeler la dure réalité qui est pire que l’exploitation. En effet, c’est bien pire de ne trouver personne qui veuille vous exploiter car si vous pouvez obliger les employeurs à respecter la loi, vous ne pouvez sûrement pas les obliger à recruter.

La triste réalité est que beaucoup de chômeurs ne font face qu’à de mauvaises options : travailler pour ce que beaucoup d’entre nous considérons comme un salaire d’exploitation, mourir de faim ou dépendre totalement de parents ayant un emploi. Le temps est venu pour les législateurs de faire preuve de compassion envers ceux qui ont désespérément besoin de trouver du travail, tous ceux pour qui un petit quelque chose vaut mieux qu’un grand rien.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
2
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles