Le capitalisme et la guerre des drones

Le marché mondial du drone civil explose. Les applications sont nombreuses, utiles, et répondent à la demande. Une illustration des principes de base du capitalisme.

Par Ludovic Delory.

Une disruption se produit à toute allure dans le monde. Le développement du drone civil est en train de changer la société. Les secteurs de la construction, de l’agriculture, de l’immobilier ou du transport rapide ont adapté leurs modes de fonctionnement. Les drones livrent aujourd’hui des colis au 5e étage des immeubles. Ils permettent aux services de secours d’intervenir plus rapidement (accidents de la route, noyades en mer, etc.). Ils inspectent les chantiers…

La liste est longue, les appareils se perfectionnement, d’autres applications concrètes seront trouvées demain.

Une expansion mondiale

En 2016, le marché mondial des drones civils était estimé à 2,4 Md$. Un an plus tard, il était évalué à 6 milliards et pourrait se fixer autour des 11,2 milliards en 2020. Le cabinet Gartner, qui a réalisé l’étude, estime que plus de 3 millions de drones à but commercial ou privés ont été livrés l’an passé.

Ces chiffres et ces tendances trahissent une réalité : celle de l’inextinguible avancée des forces du marché. Pour le bien de l’humanité. Vous imaginez ? La disparition des livreurs garés en double file ? L’accélération des moyens d’intervention urgente ? Pour sauver des vies. L’analyse perfectionnée des détails d’un chantier ? La rentabilité accélérée des cultures ?

Et demain ? La fin de la saturation routière, face à laquelle nos journées sans voiture n’auront plus aucun sens ?

Les leçons de Mises et de Schumpeter

Le progrès est en train de s’accomplir sous nos yeux. Cet effort n’a pas été planifié. Aucun guide suprême n’a décidé de développer le marché des drones. Celui-ci s’est développé en toute liberté, sous l’impulsion des ingénieurs payés par les entreprises pour développer leur propre business.

« Le marché est un corps social ; c’est le corps social primordial« , écrit Ludwig von Mises dans sa célèbre Action Humaine. L’émergence spontanée des forces entrepreneuriales en quête d’un profit contribue au passage d’un état insatisfaisant à un état meilleur. Bien sûr, personne ne peut dire exactement, à l’heure actuelle, où nous mènera l’évolution des drones, de l’Intelligence artificielle et des nanotechnologies. Mais les forces du marché faciliteront la croissance exponentielle des facilités qui seront, demain, offertes aux humains.

Les drones ne constituent qu’un élément de ce tournant de l’histoire. Leur développement donne raison à la destruction créatrice développée par Joseph Schumpeter. La rupture brutale avec le passé (disruption) contribuera très vite à l’adoption de nouvelles habitudes et à la naissance de collaborations fructueuses entre les acteurs économiques.

Tout cela ira très vite, et certains resteront sur le plancher. Le capitalisme promeut des lendemains qui chantent, mais ne tolère pas les freins à son expansion. La Chine a déjà compris l’importance du marché des drones. En cassant les prix. La France y résistera-t-elle ?

Le marché restera le seul arbitre de cette guerre suivie de très loin, jusqu’ici, par des responsables politiques dépassés.