Les prénoms épicènes, d’Amélie Nothomb

Rentrée littéraire : la nouvelle fable d’Amélie Nothomb.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les prénoms épicènes, d’Amélie Nothomb

Publié le 15 septembre 2018
- A +

Par Francis Richard.

– Nous avons un point commun, toi et moi. Nos prénoms ne spécifient pas de quel sexe nous sommes.

– Oui. Nous portons des prénoms épicènes.

– Épicènes ? Je ne connais pas ce mot.

– Ben Johnson, un célèbre contemporain de Shakespeare, a donné ce titre à l’une de ses pièces. Il en fait le nom de la femme parfaite.

Et Claude Guillaume et Dominique Rosec n’eurent qu’une seule enfant qu’ils prénommèrent Épicène, le prénom le plus épicène du monde…

Claude et Dominique se sont rencontrés le 12 septembre 1970 à la terrasse d’un café de Brest. Ils ont tous deux vingt-cinq ans. Elle, Dominique, est secrétaire chez Terrage. Lui, Claude, est sur le point de monter à Paris pour créer une société. Coïncidence, c’est pas croyable, elle apprendra peu après qu’il s’agit de Terrage Paris…

Un flacon de Chanel N°5

Quoi qu’il en soit Claude met le paquet pour séduire Dominique : ce jour-là il lui offre le champagne, du Deutz. Puis il circonvient ses parents, lesquels trouvent qu’il est très bien ce garçon. Enfin, à son retour de Paris, il lui offre un flacon de Chanel n°5, qu’il a acheté dans une boutique des Champs-Élysées avant de reprendre le train.

Très vite ils se marient. Claude souhaite qu’ils aient un enfant. Comme cela ne vient pas, il est de plus en plus désagréable avec Dominique. Quatre ans plus tard il parvient à ses fins. Il redevient attentionné, mais une fois que l’enfant paraît, il la déteste. Celle-ci, sans le lui montrer, est très tôt dans la même disposition à son égard :

À l’âge de cinq ans, Épicène sut qu’elle n’aimait pas son père. Ce ne fut pas une révélation, mais la première formulation d’une vérité qui avait germé en elle deux ou trois ans plus tôt.

À l’âge de onze ans, son père, délibérément, fait perdre à Épicène sa meilleure amie, Samia. Elle découvre en lui le monstre qui la hait depuis la naissance. Mais elle ne s’avoue pas vaincue pour autant : Ce qu’il ne sait pas, c’est que je le hais. Je le hais encore plus qu’il me hait. Et un jour, je ne sais pas comment, je le tuerai…

Un aboutissement dans sa carrière

La même année, Claude demande à Dominique de devenir l’amie de Madame Cléry, dont les deux filles, nées l’une en 1972, l’autre en 1973, sont dans la même école qu’Épicène : il s’agit d’approcher par elle l’inaccessible Monsieur Cléry, un homme important avec lequel faire affaire constituerait un aboutissement dans sa carrière…

Peu à peu, Amélie Nothomb révèle la face cachée de Claude. Ainsi s’explique pourquoi ce mec ignoble voue une telle haine à sa propre fille et quel but il poursuit dans la vie. Cette histoire, qui trouve son épilogue dix ans après cette révélation, est en quelque sorte une fable dont la morale se trouve dans ce que dit Épicène à sa mère :

La personne qui aime est toujours la plus forte.

Amélie Nothomb, Les prénoms épicènes, Albin Michel, 2018, 162 pages.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Masturbation intellectuelle sans saveur. Bref, du Nothomb pur jus. Et on s’étonne que la littérature française soit en crise. Copinages et inceste… Vive Amazon.

  • Si le produit se vend, c’est qu’il y’a des consommateurs. Tant mieux pour Amélie Nothomb.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles