Cercle Frédéric Bastiat : 9ème week-end de la Liberté

Le 9ème Weekend de la Liberté, organisé par le Cercle Frédéric Bastiat, approche ! Il aura lieu du 21 au 23 septembre 2018 à l’hôtel Sourcéo de Saint-Paul-Lès-Dax.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Cercle Frédéric Bastiat : 9ème week-end de la Liberté

Publié le 12 août 2018
- A +

Par Le Cercle Frédéric Bastiat.

Le 9ème Weekend de la Liberté, organisé par le Cercle Frédéric Bastiat, approche ! Il aura lieu du 21 au 23 septembre 2018 à l’hôtel Sourcéo de Saint-Paul-Lès-Dax. C’est le seul congrès libéral de l’année.

Son thème : « Considérations sur la nature et les causes de la richesse des nations ».

Le fondement de la richesse des nations est la liberté des échanges. La liberté des échanges entre les individus profite à tous et rend chacun plus prospère, surtout les plus pauvres, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Lisons Frédéric Bastiat :

Dans l’isolement, nos besoins surpassent nos facultés. Dans l’état social, nos facultés surpassent nos besoins. (…) L’homme a d’autant plus de chances de prospérer qu’il est dans un milieu plus prospère (…) Car, il n’en faut pas douter, c’est là qu’est la raison de décider entre l’Organisation naturelle et les Organisations artificielles ; c’est là, exclusivement là, qu’est le Problème Social. Si la prospérité de tous est la condition de la prospérité de chacun, nous pouvons nous fier non-seulement à la puissance économique de l’échange libre, mais encore à sa force morale. (…) La vraie puissance de l’échange (…) Ce n’est pas (…) qu’il implique deux gains, parce que chacune des parties contractantes estime plus ce qu’elle reçoit que ce qu’elle donne. Ce n’est pas non plus que chacune d’elle cède du superflu pour acquérir du nécessaire. C’est tout simplement que, lorsqu’un homme dit à un autre: « Ne fais que ceci, je ne ferai que cela, et nous partagerons », il y a meilleur emploi du travail, des facultés, des agents naturels, des capitaux, et, par conséquent, il y a plus à partager. Échange (1850)

S’il y a davantage à partager c’est qu’il y a création de richesses, cela s’appelle l’abondance et la prospérité. L’exact opposé du socialisme avec son économie dirigée où l’État décide de tout. Or « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » (L’État, 1848). C’est la spoliation légale de tous au profit de personne en fin de compte, parce que tout le monde perd. Sauf les quelques apparatchiks qui l’organisent à leur profit. Le résultat est toujours pénurie, disette et pauvreté.

Il y aura 7 conférences en journée et 2 dîners débats. Chaque intervention dure 45 minutes et est suivie d’un débat de même longueur.

Les conférenciers par ordre alphabétique sont : Olivier Babeau, Jean Marc Daniel, le Général Jacques Favin Levêque, Guido Hülsmann, H16, Yorick de Mombynes, Virginie Pradel, Corentin de Salles, Patrick Smets, Vincent Ginocchio (qui animera deux ateliers Bitcoin pratique ; l’inscription se fera sur place, chacun devra apporter son smartphone).

Les présentations des conférenciers et de leurs interventions sont en ligne sur Twitter et sur la page Facebook du Cercle Frédéric Bastiat.

L’intérêt de l’événement réside aussi dans la possibilité de rencontrer en un même lieu, en un seul week-end, un panel de conférenciers exceptionnels. Pour cela l’organisation du congrès prévoit du temps libre en dehors des conférences. Chacun pourra développer des échanges informels, profiter de la foire aux livres, faire connaissance avec les autres participants, discuter et passer un moment avec les auteurs présents et les conférenciers. Ceux-ci dédicaceront leurs ouvrages.

Ceux qui le souhaitent pourront apprécier la balnéothérapie avec un tarif préférentiel. Il faut profiter de ces instants de convivialité. Le programme complet est en ligne ici.

Les personnes qui veulent assister au congrès doivent renvoyer le coupon dédié. Pour les auteurs ou les associations qui souhaitent participer à la foire aux livres et présenter leur(s) ouvrage(s) il suffit de s’inscrire au congrès. Il y a un coupon spécifique pour eux. Il n’y a pas de supplément mais ce coupon permet de réserver un stand et de retenir un passage vidéo. En effet, chaque auteur, comme chaque conférencier, pourra s’il le désire, tourner un entretien vidéo avec notre vidéaste Henri Dumas. La vidéo sera mise en ligne sur la chaîne Youtube du Cercle Frédéric Bastiat.

N’hésitez pas à faire largement circuler l’information. Toutes les questions sont à poser sur www.bastiat.net.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

Boualem Sansal est un auteur connu à la fois pour son talent et pour son remarquable courage, lui qui a fait le choix de rester dans son pays, où il est pourtant censuré, menacé, et régulièrement insulté.

À travers cette fiction, qui avait fait beaucoup parler d’elle en 2015 à sa sortie, et pour laquelle il reçut le Grand prix du roman de l’Académie française, il dénonçait les dérives du radicalisme religieux et la menace que celui-ci représente pour les démocraties. Avec un titre en forme de clin d’œil à l’œuvre et l’esprit du très cé... Poursuivre la lecture

La question devient de plus en plus fondamentale, face aux assauts de violence vécus ces derniers mois, ces dernières années, dans notre pays et ailleurs. Des conflits géopolitiques aux émeutes des banlieues, les incompréhensions semblent aller croissant. Le sentiment domine que tous ne parlons plus le même langage, ne partageons plus les mêmes valeurs, n’avons plus les mêmes aptitudes au dialogue. Constat d’autant plus inquiétant que, comme le remarque Philippe Nemo, de plus en plus de pays non-occidentaux (Russie, Chine, Turquie, parmi d’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles