Une technologie qui marche ira toujours plus loin qu’un politicien assis

Laurent Alexandre s'inquiète d'une contre-révolution numérique qui donnera à l'Etat toujours plus de pouvoir. Inquiétude pertinente mais un peu exagérée...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Numérique By: Inria Actus - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une technologie qui marche ira toujours plus loin qu’un politicien assis

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 août 2018
- A +

Dans un tweet du premier août dernier, Laurent Alexandre publiait une chronique parue dans L’Express de la même date dans laquelle il revient sur l’évolution du numérique dans le monde. Pour le chirurgien devenu entrepreneur, pas de doute : à l’utopie technologique de l’internet mondial, qui amènerait la paix et la fin des dictatures, a succédé la propagande et le contrôle policier par les gouvernements du monde entier.

Les constats de sa tribune, qu’on pourra lire dans le tweet ci-dessous, s’enchaînent comme autant de coups de poignard dans l’idée souvent véhiculée dans les années 90 d’un internet libérateur et outil de démocratie pour les populations de l’ensemble de la planète :

Bref, point de salut : pour Laurent Alexandre, « le Web est désormais un outil majeur de désinformation et de contrôle policier ». Pire encore puisque « l’internet décentralisateur et libertarien de 1995 » a permis la création et l’émergence d’intelligences artificielles qui seraient pour lui l’outil le plus puissant de centralisation. En somme, à la révolution numérique aurait succédé une contre-révolution, elle aussi numérique, qui aurait bien enterré vite fait toutes les velléités d’un monde meilleur.

En toute logique, à la suite de cette chronique, la seule illustration qui vienne à l’esprit n’est pas très réjouissante.

Difficile en effet de voir le moindre espoir pointer à la suite du constat accablant : même en tenant compte des énormes bienfaits que l’internet et la révolution numérique auront apportés, depuis le commerce électronique et sa gestion de la chaîne d’approvisionnement entièrement numérique jusqu’aux diagnostics assistés par ordinateur, les avancées technologiques en matière de propagande et de surveillance généralisée semblent largement les contrebalancer. Tout indique pour notre business-angel transhumaniste que nous sommes arrivés au point où notre monde est en train d’être mis en coupe réglée par les forces étatiques.

Mes lecteurs réguliers en sont témoins : il n’est pas dans mes habitudes de me badigeonner d’optimisme et le discours de Laurent Alexandre constituerait en l’espèce une belle application d’un « Ce Monde Est Foutu » qui ne détonnerait pas avec mes billets habituels. Cependant, au contraire du chirurgien, je ne peux m’empêcher de constater qu’il y a une part d’exagération qui noircit inutilement le tableau.

Oui, certes, on est loin de l’internet de 1995 où n’importe qui pouvait écrire n’importe quoi à n’importe quel sujet. La liberté d’expression totale des premiers temps a largement fait place à un espace policé bien moins par les lois que par la pression sociale des réseaux sociaux.

Il n’en reste pas moins que la capacité de chacun à exprimer son opinion a bel et bien augmenté : la presse en particulier et le monde s’est réveillé au fait maintenant évident que tout le monde peut émettre de l’information pertinente. L’actualité ne compte plus les individus lambdas devenus reporters ou stars d’un jour à la suite d’une vidéo ou d’un tweet bien placé, chose qui était rigoureusement impossible il y a encore 30 ans.

Or, l’existence même de cette possibilité tend à nettement dégrader la capacité des États et des gouvernements à maîtriser efficacement le discours des élites politiques. Et si Laurent Alexandre a bien raison lorsqu’il rappelle à quel point la propagande d’État est devenue plus facile avec les outils modernes de la révolution numérique, il semble un peu oublier que cette propagande est rapidement repérée voire moquée et détournée. La culture du mème internet n’y est pas étrangère.

Autrement dit, oui la propagande de la contre-révolution se déchaîne, mais de la même façon que les habitants à l’Est du rideau de fer savaient à quoi s’en tenir, les internautes ne sont pas dupes, où qu’ils soient.

Oui, certes, la surveillance de masse est effectivement mise en place par tous les gouvernements, démocratiques ou non, et oui, sous prétexte d’une lutte anti-terroriste musclée, on se retrouve avec des lois toujours plus contraignantes. Cependant, ce serait donner beaucoup de crédit aux institutions étatiques que croire en leur efficacité. La surveillance de tout le monde pose d’innombrables problèmes, à commencer par la démesure du nombre d’informations récoltées face aux moyens – jamais suffisants par définition – que les États peuvent mettre en face, que ces moyens soient humains ou mécaniques : l’intelligence artificielle, si elle peut effectivement traiter un nombre considérable de dossiers, finit toujours par fournir des résultats à des humains qui, eux, sont toujours limités dans leurs connaissance et leur temps disponible.

Autrement dit, l’avidité du pouvoir par les politiciens garantit que la plupart des décisions seront prises par eux, annulant largement tout bénéfice d’une automatisation majeure par l’intelligence artificielle. Du reste, parier sur la capacité des États à produire un ensemble de systèmes et d’institutions capables de réaliser une surveillance efficace de la population au citoyen près, même avec l’aide de l’I.A., c’est faire abstraction des millénaires de merdoiement de l’État dans tout ce qu’il touche.

De la même façon qu’il était naïf de croire en un internet libertaire où une gentille anarchie règnerait enfin, il est invraisemblable d’imaginer que l’État parviendrait à réaliser une surveillance de masse efficace là où il a systématiquement foiré tous ses précédents projets. Plus probablement, l’espionnite aigüe dont l’État souffre continuera de produire les résultats mi-figue mi-raisin qu’elle a déjà produits.

Il suffit d’ailleurs de voir le récent développement des cryptomonnaies pour comprendre que le tableau est plus contrasté que Laurent Alexandre l’écrit : non seulement ces dernières constituent une alternative efficace et réaliste aux monnaies étatiques, mais en plus cette technologie représente plus qu’une épine dans le pied des États en déforçant tous leurs moyens de truander les contribuables.

En effet, si la situation actuelle laisse croire que les communautés d’individus utilisant ces cryptomonnaies font des pieds et des mains pour gagner des marchés, quitte à pactiser avec les banques ou les institutions officielles, il faut comprendre qu’une fois touchée une quantité suffisante de la population mondiale, l’avènement de cryptomonnaies intraçables et très résistantes à toute censure ne tardera pas : il y a un besoin évident, il y a d’énormes sommes en jeu, et il existe une solution factuelle. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’un puissant marché apparaisse. Les États pourront peut-être ralentir un peu son apparition, mais ils n’auront jamais les moyens de l’en empêcher.

En fait, Laurent Alexandre se focalise un peu trop sur certains aspects, effectivement néfastes, de la contre-révolution numérique en oubliant que la révolution numérique n’en est qu’à ses débuts.

En abaissant drastiquement le coût des transactions (d’acquisition de l’information, typiquement), l’ensemble des acteurs mondiaux peut réagir plus vite. Et si les États ont effectivement utilisé certains leviers offerts par la technologie, ils restent des constructions humaines sujettes aux temps législatifs (très longs donc), qui se comptent en mois voire en années, là où le monde numérique évolue à des vitesses bien plus grandes, dans la journée, et où les adaptations techniques se produisent dans la semaine, le mois.

Oui, la contre-révolution numérique est en marche. Mais l’espoir subsiste heureusement : elle trottine à peine dans un monde qui court.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • CPEF quand même…

  • Le problème avec les technologies modernes, c’est que ce ne sont plus les hommes qui surveillent et surveilleront les humains, mais des algorithmes. Et les décisions suggérées par ces algorithmes risquent d’être appliquées par le pouvoir en place sans aucun discernement, quand elles ne seront pas appliquées directement par les machines elles-mêmes. C’est bien ce que semble mettre en place le gouvernement chinois, avec, pour le moment, l’assentiment de la population. Pour combien de temps ?
    Enfin, penser que le blockchain améliorera en quoi que ce soit la vie des hommes, procède de la même erreur que ceux qui pensaient ainsi de l’internet dans les années 90. Le blockchain sera accaparé par une caste comme internet l’a été, au détriment du plus grand nombre, même si le résultat global semblera être un meilleur accès des populations au bien-être et son alimentation. L’histoire nous montre que le progrès a toujours été utilisé par une minorité qui exploite la majorité.

    • Suis-je iconoclaste d’affirmer qu’internet a amélioré la vie d’à peu près toutes les personnes que je connais ? Notamment en Afrique.

      • @ MichelO
        Pas du tout! Internet est un outil, comme un marteau: pour construire une cabane en frappant sur les clous ou pour frapper sur le crâne de son voisin: l’outil est innocent!

    • L’histoire nous montre que le progrès a toujours été utilisé par une minorité qui exploite la majorité.
      Ah bah non. Si l’histoire montre quelque chose, c’est que le progrès est rapidement partagé par le plus grand nombre. Il va falloir regarder les statistiques de plus près, mon brave, parce que se fourrer le doigt dans l’œil à tel point va provoquer plus que des picotements.

    • pouvez vous nous donner le sens du mot exploiter…
      exploiter
      verbe transitif
      1.
      Faire valoir (une chose) ; tirer parti de.
      Exploiter une mine ; un réseau de chemin de fer ; un brevet, une licence.
      2.
      au figuré
      Utiliser d’une manière avantageuse, faire rendre les meilleurs résultats.
      Exploiter la situation.
      3.
      Se servir de (qqn) en n’ayant en vue que le profit ( spécialement le faire travailler en le payant le moins possible).
      ainsi que le sens d’accaparer
      accaparer
      verbe transitif
      1.
      vieux
      Acquérir et conserver des marchandises pour les revendre à un plus haut prix.
      2.
      Prendre, retenir en entier pour soi seul.
      Accaparer le pouvoir.
      synonymes : monopoliser, préempter

      koi l’est mal ou injuste… à mon opinion vous posez en principe que l’existence de gens plus riches et étant donc capable de faire plus de choses que d’autres est une mauvaise m^me si leur richesse a été acquise conformément à la loi et à l’idée qu’on se fait de la justice.

    • Mic0741: sans Internet, vous ne pourriez exposer vos idées à tous ces gens qui lisent h16 avec bonheur et vous aussi, mais par contre, avec un certain scepticisme. Toujours est-il que, grâce à lui, vous avez voix au chapitre!

  • Un ton qui tranche avec vos habitudes cher h16. J’avoue que ça n’est pas pour me déplaire ! Ce post (j’ose le croire) nous montre une autre facette de votre personnalité. Et je trouve qu’il donne d’autant plus de force à vos autres écrits qu’il est plein d’optimisme. Bonne continuation !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Par Pascal Lepautremat. Un article de Conflits

Les Émirats arabes unis font depuis peu la Une des journaux comme étant le nouveau centre international des crypto-monnaies. La Chine teste déjà son yuan numérique dans quelques-unes de ses provinces, tandis que l’Occident continue d’évaluer ses options. Les crypto-monnaies pourraient-elles contribuer à bouleverser le canevas géopolitique ?

Depuis longtemps, les principaux décideurs reconnaissent le potentiel ainsi que les risques associés aux actifs numériques. Ainsi, en octobre 20... Poursuivre la lecture

Par Sam Bocetta. Un article de la Foundation for Economic Education

 

De récentes enquêtes sur la culture financière ont révélé que les adultes de la génération Z (personnes âgées de 18 à 25 ans) sont plus instruits financièrement que toute autre génération précédente. Aujourd'hui, plus de la moitié de la génération Z investit déjà sous une forme ou une autre. 26 % de ceux qui ont investi placent leur argent sur le marché boursier.

Mais cela ne signifie pas que cette génération n'a pas encore tout à apprendre. Parmi ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles