Benalla, pas une affaire d’État ? Absurde !

L’affaire Benalla est la première grande crise politique française qui est vécue en temps réel par des millions de citoyens sur les réseaux sociaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Benalla, pas une affaire d’État ? Absurde !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 juillet 2018
- A +

Par Drieu Godefridi.

Montent aux barricades ces jours-ci des journalistes et commentateurs, affiliés ou non au pouvoir de Monsieur Macron, sur le thème : calmons-nous, Benalla ce n’est certes pas très « chic » comme dossier, mais ce n’est tout de même pas le Watergate !

Ce jugement n’est pas d’opinion, il est de fait, donc susceptible de vérité et de fausseté. Alors, rappelons très brièvement les faits du Watergate : des individus s’introduisent dans un hôtel occupé par le Parti démocrate pour y placer des micro-espions. Ils se font prendre. Le pouvoir, à l’époque l’administration Nixon, met tout en œuvre pour couvrir le fait délictueux, puis s’en désolidariser, et s’égrène un long chapelet de mensonges, contradictions et révélations qui ne se conclut qu’avec le départ du président Nixon.

Les sbires du Watergate n’ont tabassé personne

Tels sont les faits du Watergate. Il existe, c’est incontestable, de vraies différences avec l’affaire Benalla : jamais les sbires du Watergate n’ont tabassé quelqu’un. Jamais ils ne se sont prévalus publiquement d’une autorité qui n’était pas la leur. Ils ne furent pas récompensés par un somptueux appartement de fonction, ni ne furent pressentis pour réorganiser, voire diriger, l’intégralité de la sécurité de la Maison-Blanche. 

L’essence du Watergate, c’est l’arbitraire. L’arbitraire d’un pouvoir qui prend sur lui de cautionner des violations graves et directes de la loi pénale, et qui met ensuite tout en œuvre pour couvrir le fait initial. De ce point de vue, l’identité du Watergate et de l’affaire Benalla est parfaite, et à tout prendre les détails de l’affaire Benalla paraissent plus graves que ceux du Watergate.

Il existe un autre élément d’identité : c’est le rôle de la presse classique. On est assez critique avec cette presse, de nos jours, pour reconnaître et souligner le rôle exemplaire joué dans cette affaire Benalla par le journal Le Monde. C’est Le Monde qui a révélé l’affaire et qui en assure, parmi d’autres, une couverture factuelle qui est un modèle et un cas d’école. C’est ainsi au Monde qu’il revient, par exemple, de passer chacune des auditions en commission parlementaire au crible, non de l’opinion de ses journalistes, mais de la conformité aux faits. Ce rôle évoque directement celui que jouèrent, à l’époque du Watergate, les journalistes du Washington Post.

Ce qui n’existait pas sous Nixon, ce sont les réseaux sociaux. L’affaire Benalla est, me semble-t-il, la première grande crise politique française —  factuellement, tous les éléments sont réunis pour en faire l’un des plus grands scandales de la Ve République — qui est vécue en temps réel par des millions de citoyens sur les réseaux sociaux. Avec tous les défauts qu’on leur connaît. Mais également le mérite d’interdire tout enterrement de première classe, même si la presse classique venait à faire défaut (ce que rien ne permet, en l’occurrence, de pressentir).

« Jamais plus nous ne devons laisser une coterie arrogante de gens politiquement immatures dicter les termes d’une élection nationale » : ce sont les termes du président Ford après qu’il eut succédé à Nixon. 

Voir les commentaires (116)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (116)
  • Oui. sauf que le water gate, c’est aussi « gorge profonde », ses motifs et ses arrières pensées. Sur la forme, c’est aussi comme le watergate, une affaire trouble et légendée. Et donc, LeMonde, qui joue son jeu habituel….

    Mais sur le fond, à la différence de Nixon qui avait fait une rencontre avec Mao, et qui n’est pas vraiment étrillé dans le film de Stone, Macron ne semble pas avoir encore eu de révélation sur l’état profond…

  •  » le seul responsable c’est moi « …..macron sort de son silence ; que n’a t’il reconnu cela plus tôt au lieu de laisser pourrir la situation ; il estime avoir été trahi par béllana , mais n’a t’il pas lui même trahi les français avec sa fameuse et fumeuse  » république exemplaire  » qui parait bien bancale à ce jour ? avait t’il le couteau sous la gorge pour récompenser bénalla comme il l’a fait ? macron responsable mais pas coupable …..aujourd’hui , il répond au peuple Français , au peuple souverain , nous dit il ….ce peuple qu’il méprise depuis que celui ci l’a mis au pouvoir ….beau foutage de gueule en vérité ….

    • c’est surtout le commentaire « S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher  » qui me gêne..il se croit vraiment intouchable et il l’est probablement , ce qui est encore plus grave.

      • Il n’est pas plus intouchable qu’un autre dans sa pénible position. Toutes les caméras sont braquées sur lui, à l’affût du moindre geste d’embarras qui alimentera éditoriaux et savantes analyses de ces institutions vivantes que sont les commentateurs agréés de la presse parisienne (quels naïfs les lisent encore autrement qu’en diagonale, et écoutent encore leurs bavassages convenus autrement que d’une oreille distraite ?). Macron est à ce stade du feuilleton moins intouchable qu’un Pasqua qui, en son temps, s’était contenté de rester ministre.
        Si on était aussi cynique que Macron, on dirait que seul un gros tremblement de terre en Paca, un crash aérien sur une ville ou un attentat d’envergure sauraient lui sauver la mise….

      • Oui, chacun se demande s’il fait partie des « ils », les citoyens qui s’interrogent, ou des « vous », ceux qui sont les bons amis…

        • Il est intouchable au plan juridique, puisqu’il bénéficie d’une immunité. Mais comme il ne s’explique pas directement, comme il a laissé pourrir la situation, pensant peut-être (lui ou ses spin-doctors) qu’il se produirait entre temps quelque chose dans l’actualité qui détournerait l’attention, on est portés à croire qu’il nous cache du lourd. Même s’il est toujours possible qu’il ait été floué par quelque éminence grise pourrie, le silence, dans son pas, ne fait qu’accentuer le doute et peser sur son image, qui n’était déjà pas, avant ces faits, très reluisante (et cela, il ne peut le reprocher qu’à lui-même. Il a eu le contre-exemple de Sarko l’hyperprésident toujours sur le devant de la scène, avec ses gaffes, ses tics, ses provocs stériles et son entourage de guignols allant de comiques issus du show-biz à des super-beaufs tendant à faire croire que n’importe qui peut devenir ministre), Il se veut libéral, mais en matière de pragmatisme, il devrait prendre des cours du soir…

          • @SpringTime
            Bonjour,
            E. Macron est intouchable. Il n’y a aucun recours pour le destituer. Je pense que même s’il trahissait le pays, il restetait en fonction.
            Sa place est bétonnée, et il y est fermement agrippé.

      • erreur ? louis le seizième se croyait intouchable il est mort guillotiné et c’est le peuple qu’il l’a voulu

  • Un exemple s’il en faut encore de la dérive de l’Etat Français qui s’enfonce dans une dictature misérable avec à la tête la nouvelle génération d’escrocs. Malheureusement si vous analysez le comportement de nombreux parlementaires, ou Elus locaux qui occupent les hautes fonctions issus de cette nouvelle génération on retrouve le même comportement. Pour ce faire il faut du fric surtout dans leurs poches et pour faire quelques infrastructures de luxe pour y poser leurs fesses fragiles, il faut piller la société toute entière et continuer a augmenter taxes, charges et prélèvements divers, réduire la société Française à des loques pour mieux les contrôler et faire en sorte que toutes les économies personnelles ou familiales reviennent dans leurs poches. Détruire la société est leur devise première.

  • Bien sûr que non, il ne s’agit pas d’une affaire d’état.
    L’envie de tabasser un gauchiste qui vient de dégrader un bien public ou de chercher à blesser un membre des forces de l’ordre est somme toute assez compréhensible, a fortiori pour quelqu’un en charge de la sécurité.
    L’envie m’en prend régulièrement.
    Plus sérieusement, la disproportion de la couverture médiatique de ce non évènement par rapport à des enjeux où la liberté et la dignité de millions d’individus est en jeu est dramatique.
    Si les dessous du pouvoir se limitaient à cela, nous serions dans une démocratie.

    • la différence, c’est que si vous aviez fait la même chose que benalla (par exemple tabasser et retenir contre son gré jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre un gauchiste qui vient de défoncer une vitrine dans le but de piller un commerce), vous seriez devant un juge et condamné.
      ici, il n’en est rien, le nervis de macron a au contraire été largement récompensé matériellement sur le dos des contribuables. c’est à des affaires comme celles ci que l’on voit qu’on est gouverné par des pillards.

      • Et même si vous aviez su jusqu’à présent résister à cette tentation, cette seule qualité plus quelques gesticulations vous auraient-elles amené à 26 ans adjoint au directeur de cabinet de l’Elysée ? Il n’y a que par des affaires d’état en puissance qu’on puisse bénéficier d’une ascension aussi vertigineuse, dans le privé ou par les voies régulières c’est totalement exclu. A 26 ans dans l’armée, vous êtes lieutenant, sauf à avoir été promu général par Bonaparte lui-même.

      • Je vous l’accorde, mais je ne me suis pas exprimé sur l’état du droit en général dans ce pays.
        Quant à considérer, sans connaître les qualités du bonhomme, que nous sommes face à une affaire d’état parce qu’il a gravi rapidement les échelons des coulisses du pouvoir, c’est grotesque. C’est méconnaitre la un réalité à un point qui est surprenant. Y/c la réalité dans le privé (je ne parle pas pour votre commentaire).
        Il faut raison garder dans cette affaire et ne pas se laisser embarquer par des medias pourris dont l’intention réelle est tout sauf la vérité (Le Monde notamment).

        • Les qualités du bonhomme, nous pouvions les admettre au bénéfice du doute … jusqu’à ce qu’il se pare d’un brassard de police et d’une autorisation qu’il savait non-réglementaire pour aller faire le coup de poing.

          • des qualités il en a …il sait créer un accident et se barrer pour délit de fuite…comme si le gars était un ange et n’avait jamais fait parler de lui..si ça se trouve il a un paquet de casseroles au cul qui ont été bien camouflées par les socialos..

            • Rien que la séquence du délit de fuite aurait dû lui valoir la sanction prévue par la loi pour ce type de délit, et son exclusion pure et dure des ors et des pourpres de la Cour républicaine.

          • @ MichelO
            Bon! Il est maintenant incontestable, me semble-t-il qu’A.Benalla a pété un câble et a sans doute fauté, d’où sa suspension rapide de ses fonctions pour 2 semaines, sanction administrative maximale « d’urgence » (a-t-on dit) avant enquête et examen sur le fond, qui sont du ressort des forces de l’ordre et de la justice (séparation des pouvoirs), ce qui est engagé puisqu’il est mis en examen.

            Il n’appartient ni à la rue ni aux réseaux sociaux ni à la presse de « faire la loi » tout en conservant le plein droit d’opinion et d’expression tel que défini en France (sans insulte ni diffamation).

            Et c’est bien A.Benalla qui est impliqué et pas E.Macron qui vit sans doute l’événement comme une trahison de sa confiance, j’imagine.

            • Eh, c’est que Macron est quand même un peu impliqué en tant que protecteur attentionné de ce monsieur, à qui il faisait tellement confiance qu’il le logeait gracieusement dans une dépendance de l’Elysée pour laquelle il avait consenti des travaux d’un montant de 180.000 €. Ce qui n’est pas rien pour un local qui n’a rien à voir avec ces sordides studettes parisiennes où logent, contre des loyers scandaleux, de modestes travailleurs qui ont besoin de se loger…

            • Bien sûr. Sauf qu’à moins d’être un imbécile, on ne peut accepter de dépendre de quelqu’un qui se laisse aller à accorder sa confiance à quelqu’un que le moindre idiot de village aurait catalogué instantanément comme un hâbleur escroc, et qui une fois mis devant l’évidence (le nez dans le caca, peut-on dire) met 3 mois à admettre la nécessité de trancher plus que symboliquement.

            • @mikylux
              Bonjour,
               »Il n’appartient ni à la rue ni aux réseaux sociaux ni à la presse de « faire la loi »’
              Certes vous avez raison. Ce ne devrait pas être à la rue et aux réseaux sociaux de rappeler aux politiciens stratosphériques qu’il y a des lois, que nous suivons malgré tout, et qu’un certain nombre d’entre elles leur sont directement dirigées.
              Quand la rue et maintenant les réseaux sociaux rappellent à ces individus ce qu’est la République, terme qu’ils aboient à tout bout de champ, c’est que la « République inaltérable », « En Marche » est très malade et fiévreuse.
              De toute façon, en France, il n’y a ni République, ni démocratie.

              • A STF.
                Terminez vos phrases s.v.p. ; il n’y a plus que magouilles, copinages, malversations et dépenses éhontées des deniers publiques… sans ce soucier du déficit abyssal du pays. Bref, c’est la République bannière !

                • @corbc
                  Bonjour,
                  Je vous demande pardon, mais je ne vois pas en quoi mes phrases ne seraient pas terminées.

                  « il n’y a plus que magouilles, copinages, malversations et dépenses éhontées des deniers publiques… sans ce soucier du déficit abyssal du pays. »
                  Cette affaire en est un exemple flagrant, il y a tout ce que vous avez écrit.

                  • A STF. Ce n’était pas une remarque désobligeante, je trouvais simplement que ce complément collait parfaitement avec « ni République, ni démocratie. »

              • @ STF
                Je voulais dire, par là, que puisqu’il est en examen, ce sera bien à la justice « de faire toute la vérité » et de juger selon les faits et pas selon l’opinion de l’un ou l’autre.

                • @milkylux
                  Bonjour,
                  Vous vouliez dire que ce n’etait pas à la rue de rendre justice, mais ce n’est pas ce que vous avez écrit.
                  Dans une démocratie, avec un Peuple souverain, c’est ce même Peuple qui les fait les lois, puisqu’il y participe et que son avis lui est demandé directement.
                  Le Peuple est souverain, il a tous les pouvoirs, c’est pour cela qu’il peut les conférer à ses représentants qu’il élit.
                  Effectivement, c’est à la Justice, qui n’est pas indépendante puisque sous la coupe d’un ministre de l’Exécutif, qui devra faire son travail, et lever tous les voiles pour rendre justice. Il arrive qu’elle le fasse, mais cela est de plus en plus rare.

            • A mikylux. Vous êtes, pour le moins naïf, et je pèse mes mots. Vous croyez « jupiter » innocent dans cette affaire ? Vous pensez qu’il ignorait qui était, Benalla, ce voyou qui le suivait déjà durant sa campagne électorale ? Ou le blanc-bec de l’Elysée est totalement idiot, ou pourri jusqu’à la moelle. J’opte pour les deux options.
              Pour reprendre vos termes « péter un câble » c’est l’expression d’exaspération issu d’un acte unique ou rare. Or ce Benalla, n’en n’est pas son premier coup, mais c’est une attitude à répétions. S’il y a constance au manquement de la loi, au rythme où elle se produit chez cet individu, ce n’est plus un acte d’irritabilité mais une habitude bien encrée en soi doublée d’immaturité et d’une certitude d’impunité.
              Vous parlez également de sanctions. J’aimerais beaucoup les connaître. Une petite remontrance de pure forme, sans plus. Le majestueux logement de service (payé par le contribuable) est toujours maintenu, la « sanction » financière est non appliquée, la rémunération exorbitante (toujours payé par le contribuable) pour une qualification inadéquate et injustifiée est toujours en vigueur.
              La grande question est : qu’elle est la qualité et/ou l’appréciation EXCEPTIONELLE qui permet à cette arsouille de 26 ans, de bénéficier de « la protection » de « jupiter  » ? Il serait fort intéressant de la connaître !!!!

              • @ corbc
                Non, des innocents en politique, ça n’existe pas: c’est pour ça qu’il faut une enquête.
                Et une perquisition du bureau de Benalla à l’Élysée, ce n’est pas banal et comme dirait L.Gerra/Luchini: « c’est énorme, du très très lourd! »

              • @ corbc
                Bien sûr, vous avez le droit de vous poser des questions et d’obtenir des réponses.
                Par exemple: que faisait là, ce jour-là, A.Benalla: il n’était pas en mission puisqu’il était en congé. Si il était bien avec la police ou les CRS, à quel titre et pourquoi avec des insignes illégaux; pourquoi l’a-t-on laisser les porter? Qu’est-ce qui lui a traversé la tête pour qu’il saborde ainsi son avenir?

                Actuellement, on a beaucoup d’infos vraies et fausses, officielles ou pas: donc je ne sais pas et je ne comprends pas, pas encore! Et non, je ne suis pas naïf: à propos de la presse, on m’a dit très tôt que « le papier se laisse écrire ». Entre informations, communication et manipulation ou intox, je reste dans le doute qui doit bénéficier à l’accusé, présumé innocent: l’inverse du préjugé: ce n’est pas spontané mais c’est raisonnable et c’est la loi. Tout juste peut-on encore dire suspect, raison de la garde à vue.
                Sinon, une bagarre lors d’une manifestation en nombre, c’est assez banal, à Paris! Et si A.Benalla n’était pas adjoint du chef de cabinet de l’Élysée, on n’en aurait jamais parlé!
                « Que diable allait-il faire dans cette galère? » J’attends de voir!

                • A mikylux. Si Benalla a obtenu la « panoplie » du policier, c’est sur conseil de la présidence. Un préfet de police, même celui de Paris, ne peut qu’obtempérer à un tel « conseil ».
                  Son attitude sure dans cette bastonnade démontre l’appui de personne(s) très influente(s). S’il ne s’était pas senti soutenu voire encouragé, il aurait agi différemment. En plus, tabasser une femme… par très élégant ! Les vidéos que j’ai visionnées ne reflétaient pas une manifestation en nombre.
                  Quant à l’accusé présumé innocent, avec un film montrant sans ambiguïté ses actes délictueux…. cela me fait plutôt sourire.

          • +1 comme d’hab 🙂

          • @michelO:
            « une autorisation non réglementaire pour faire le coup de poing »
            On ne devrait pas avoir besoin d’autorisation pour casser du casseur.

            • En théorie, oui, mais le diable se glisse dans les détails. Comment, entre deux violents qui s’affrontent, distingue-t-on le casseur du casseur de casseur ? Comment concilie-t-on le « nul n’a le droit de faire justice soi-même » avec le « chacun est tenu d’appréhender et de remettre aux forces de l’ordre ceux qui se livrent à des délits » ?
              L’autorisation réglementaire de faire le coup de poing est censée éviter à celui qui la détient d’avoir à prouver en justice qu’il était bien dans la seconde situation et non dans la première. Et celui qui prétend (brassard etc.) disposer de l’autorisation quand il n’en dispose pas est forcément suspect de vouloir détourner la règle…

    • Tout à fait d’accord avec Yves81. La réponse de Macron est parfaitement résumée par Ferrand : « Merde aux cons ». Quant à la phrase de Ford  » Jamais plus nous ne devons laisser une coterie arrogante de gens politiquement immatures dicter les termes d’une élection nationale « , il me semble qu’elle s’applique parfaitement aux journalistes du Monde. A noter que ce journal qui fut excellent « fait » de plus en plus du Plenel en fouillant les poubelles…

      • Ben voyons… La presse veut savoir, les français veulent savoir (dans la République EXEMPLAIRE qui nous a été vendue… par cette même presse), et Ferrand traite ces gens de cons. Minable.
        Et les nervis du Président, et vous-même, traitez les journalistes du Monde comme les affidés de Nixon traitaient ceux du WP.
        C’est pas bien joli.
        Cette affaire montre la pourriture de l’état jusque dans ses plus profondes racines.
        Et j’avoue être étonné qu’une personne se revendiquant du libéralisme (si vous êtes ici, je le suppose) puisse accepter que tout ça soit fait avec son argent.

      • Carol
        Question subsidiaire à vous qui semblez avoir un bon relationnel avec Ferrand.
        Pouvez vous indiquer le nouveau rang, dans la hiérarchie militaire, du LIEUTENANT-COLONEL BENALLA ?

        • benalla
          d’aprés le commandement de la gendarmerie n’a pas le grade de colonel mais de brigadier(sergent) dans la reserve !
          et n’a aucun des critéres exigés pour être OPJ .
          dire que c’est une petite frappe n’est pas fouiller les poubelles mais mettre a jour une vérité !
          par ailleur pourquoi cacher son VRAI nom?

      • en fait a vous lire , les français sont juste bons a payer des impôts , courber l’échine .. ils n’ont pas la capacité de réfléchir et de se prononcer si leurs élites sont oui ou non des gens escrocs on compétents…Jupiter ne doit pas rendre des comptes simplement à la presse, il oublie qu’il y a le peuple ..

    • Le vrai scandale n’est pas constitué par les exactions de M. Banalla, mais que celles-ci aient été couvertes par l’Elysée au lieu d’être dénoncées. Le scandale, c’est la somme de privilèges indus pour un type avec un profil qui n’aurait pas passé les filtres normaux de certaines administrations.
      Il s’agit bien d’une affaire d’Etat: affaire politique qui touche au plus haut niveau de l’Etat. Ce que M. Macron vient d’ailleurs de reconnaître

      • D’après vous, pourquoi un ministre socialiste a-t-il imposé un devoir d’obéissance quasi absolue aux fonctionnaires en 1984 ?

    • Affaire d’Etat: affaire politique qui touche au plus haut niveau de l’Etat. Ce que M. Macron vient de reconnaître.
      Le scandale n’est pas dans les exactions (nombreuses au demeurant) de M. Benalla, mais dans les privilèges totalement indus dont il bénéficiait, dans son impunité parce que protégé au plus haut niveau, et dans le projet, révélé par cette affaire, de M. Macron de se créer une protection spéciale et à sa discrétion, en dehors des forces de police et de gendarmerie.

    • @Yces81:
      « L’envie de tabasser un gauchiste qui vient de dégrader un bien public »
      Seulement un gauchiste et seulement un bien public?
      Pour ma part, je considère que n’importe quel casseur détruisant un bien, surtout privé, doit être immédiatement neutralisé même si je n’en ai pas forcément le courage sachant que notre justice pourrie condamnera lourdement cette violence nécessaire.
      Pour le reste je vous rejoins et déplore qu’on en vienne à monter en épingle n’importe quelle broutille pour tenter de déboulonner Jupiter alors qu’en cherchant on pourrait trouver plus grave et plus sérieux.
      Mais bon, chaque trêve estivale a besoin de son petit buzz minable pour distraire les vacanciers.
      Je suis un peu déçu de voir que les participants de notre forum tombent si facilement dans ce piège minable.

      • @mc2
        Bonjour,
        Cette affaire n’est un piège minable, ni petit buzz. C’est une affaire sérieuse et grave. L’enlèvement et la coercition sont interdits. Seuls les agents des Forces de l’Ordre peuvent y avoir recours, sous conditions. (Quoique ! sur les sièges du Sénat et de l’A.N, on ne siat pas vraiment quelles lois sont votées la nuit, par deux pelés et un tondu) Si ces conditions ne sont plus respectées, il y a dictature pure, et dure pour ceux qui la subissent. La jeune femme et le jeune homme, lequel ne résiste qu’aux deux chiens fous, ont subi de plein fouet la part de dictature de l’Etat français.
        Mais vous pouvez continuer de penser que c’est rien, pas grave. C’est une liberté qu’il vous reste.

    • @Yves81

      Les « envies » de violence que vous pourriez avoir restent sans aucun intérêt tant qu’il n’y a pas de passage à l’acte.
      il ne vous aura pas échappé que les états de cette planète ne sont pas apparu comme la génération spontanée!!!
      Qu’ils soient des « états de droit »ou de « non droit »,les états ne sont pas prêts de disparaître et sont présent(entre autres), pour que les envies non souhaitables de tout un chacun, ne restent bien que de simples envies…….
      Ne pas oublier cette évidence !!!

  • Dans d’autres pays le Président pointait au RSA sauf en France, Pays dans lequel tout est aujourd’hui permis et cela va durer le restant de son mandat sans oublier que cela fait maintenant plus de 10 ans que nous sommes gouvernés que par des salopards qui n’en ont que faire suaf a vivre grassement le restant de leur vie sur les rentes de l’Etat providence.

  • C’est que moi ou bien cette histoire de Benalla commence vraiment à me courir sur le jonc ? Je n’ai pas voté Macron, je méprise ce qu’il représente (Énarque arrogant et incompétent) mais à ce rythme là, les médias et la chienlit insoumise vont me le faire aimer.
    Un vrai scandale d’État ? Le nazillon de bazar Éric Coquerel bloquant les étudiants venus passer leurs examens à Arcueil ! Ça c’est misérable et illégal. Crétin staliniste irresponsable !
    Remettre à sa place un fils de bourgeois qui milite chez les débiles insoumis pour apaiser sa culpabilité d’être né privilégié et se prend pour un dur en cassant du flic, sincèrement, j’en ai rien à faire.

    • @lucdioc
      Bonjour,
      « Remettre à sa place un fils de bourgeois qui milite chez les débiles insoumis pour apaiser sa culpabilité d’être né privilégié et se prend pour un dur en cassant du flic, sincèrement, j’en ai rien à faire. »
      Vous devriez en avoir au moins autant à faire que pour E. Coquerel que vous qualifiez de nazillon. Bénalla est dans la même veine, ne le voyez-vous vraiment pas ?
      Eric Coquerel, député L.F.I, a demandé à ce que que le chef de l’Etat réponde à la commission. Pas mal pour un député qui cogne et qui est toujours en place.
      Ce qu’a fait Bénalla est encore plus « misérable et crétin » et de plus c’est lâche, il s’en prend à une femme, et vient étrangler et piétiner un homme à terre. De plus, il s’est approprié des signes de représentants de l’ordre qu’il n’est pas.

  • Des questions de première évidence se posent, que les médias essaient d’escamoter :
    pourquoi ce petit voyou jouit-il de tels privilèges de la part du Président, qui le fréquente assidûment et semble curieusement très soucieux de sa carrière, de ses revenus, de son confort, de leur pérennité ?
    pourquoi avoir francisé son nom !
    Les banquiers mondialistes ne voient qu’une issue possible : trouver eux-mêmes un remplaçant à Macron et le mettre en fonction au plus vite. Rappelons-nous qu’Attali s’était enorgueilli de connaître » LA » prochaine occupante de l’Elysée… Une femme, voilà une idée qui est bonne pour donner une illusion de changement aux « moutons » d’électeurs qui cherchent désespérément comment sortir du gouffre ! Mais changer de président avant l’heure, au pied levé, c’est un pari difficile,incertain , sortira t on un menteur pour en installer un pire ?…
    Ni Trump ni Poutine n’ont plus besoin d’y mettre leur grain de sel, l’échec cuisant des Macron / Merkel, mettant ll’ UE hors jeu dans nombres de paramètres y suffit : la planche savonneuse qui conduit au retour de la souveraineté des Nations est en place dans plusieurs pays de l’union.
    Macron et Merkel sont en chute libre.
    Il se trouve que la cause majeure de leur chute etait aussi le levier et le dernier espoir du mondialisme :
    la submersion migratoire, dont une majorité de pays de l’UE ne veulent pas , les directives dictatoriales de Bruxelles dont ils ne veulent plus
    Un cercle vicieux ! Une équation impossible à résoudre, ce qui oblige le « Commandement » des finances à sortir du bois.
    L’affaire Benalla, a pour objet manifeste de destituer Macron, c’est un premier travail de sape qui est symptomatique de la panique des mondialistes européens qui perçoivent leur inéluctable échec a bien des niveaux et sentent venir le début de leur fin.
    la rentrée risque de nous apporter des réactions, pour l’instant les vacances entérinent un peu l’affaire.

    • Quelques remarques, en réaction à votre post.
      En premier lieu, gardons-nous de nous aventurer au-delà des faits, sans perdre de vue que lesdits faits nous sont rapportés de manière fragmentaire. On nous dit ce qu’on veut bien nous dire au moment où on ne peut plus faire autrement. Le reste est spéculations, les théories complotistes ne sont plus loin, au-delà des faits rapportés, on est sur le fil.

      Admettons que Macron ait été placé sur l’échiquier par les banquiers mondialistes, lesquels auraient favorisé son élection. Cela suppose de leur part une entière confiance en ses capacités de satisfaire à leurs attentes. Et en amont, une approche pointue de sa psychologie, ses lignes de force mais aussi ses failles, connues et moins avouables.

      Il y a un plan, il y a un projet, il y a une mission à accomplir, cependant il y a toujours des impondérables que l’on va chercher à modérer par une approche fine de l’individu que l’on va charger de cette mission.

      Je n’ai rien d’un banquier, mais je pense que parmi ceux-ci, ne se trouvent pas que des entités éthérées qui ont passé leur vie dans des salons, des universités huppées, des raouts entre jeunes issus du même moule, pour intégrer à l’âge voulu le fauteuil du Tycoon. Il doit bien se trouver parmi eux des gens qui ont une certaine expérience de la nature humaine.
      Je ne suis pas un banquier mais je frise la soixantaine baroudeuse, et 100% autodidacte. Et qu’est-ce que j’ai vu en Macron, quand il est apparu à l’époque de Hollande ? Un Rastignac excité, mégalo, un gesticulateur aux yeux exorbités, à qui j’aurais commencé par coller une paire de baffes si j’avais dû avoir une conversation sensée avec lui. Comme on modère les assauts d’un chien un peu fou par un coup de gueule. Seulement après cette formalité, nous aurions pu discuter.

      Je vois mal des hommes d’affaires rompus au pragmatisme, accorder assez de crédit à cet ado attardé pour le propulser à la tête de l’Etat. Et pour le voir se prendre pour Napoléon au pied d’une pathétique pyramide de verre. Et pour le voir défiler sur les Champs à bord d’un minable prototype de SUV, parmi une foule clairsemée. Tout au plus, je l’aurais invité à revoir sa copie et, comme à son prédécesseur Sarkozy, je lui aurais conseillé de prendre contact avec Luc Besson pour un bout d’essai.

      • je puis simplement vous dire et ce n’est pas radio bambou, qu’il commence sérieusement a poser probléme a ceux qui l’ont mis en place,il est pour eux imprévisible et opaque dans ses decisions . et que la suite peut tourner au vinaigre ;non seulement pour lui; mais la, ce n’est pas grave il s’en tirera toujours avec les avantages d’un ancien président ! quand a nous les obscurs on l’aura dans le dos et on passera a la caisse !

        • A duglimbule.
          Je suis d’accord avec vous. Ceux qui l’ont mis en place pensaient pouvoir manipuler l’adolescent sans expérience. Mais « jupiter » étant caractériel voire psychopathe, ces responsables s’en mordent les doigts. Comment gommer cette grossière erreur ? Il aurait fallu que ces « marionnettistes » en herbe réfléchissent avant !
          (Votre … ce n’est pas « radio bambou »… j’adore !)

  • LeMonde ? Oui et aussi BFM et affiliés, Libération et les autres
    Tous ceux qui ont créé Macron et l’ont défendu sont en train de l’enfoncer.
    Macron attaqué par ceux qui l’ont créé, il aurait déplu à ses maîtres ? Ça sent la fin de règne.

    • La fin de règne, je ne sais pas, la fin de l’état de grâce, certainement. C’est de la bête arithmétique, hélas parce qu’on aimerait de meilleures raisons, mais si le Macron-questioning apporte bien plus d’audience que le Mélanchon-bashing, les médias vont virer leur cuti sans états d’âme.

  • RAS LE BOL de cette escalade d’embrouillaminis aussi peu crédibles les uns que les autres……..Qu’un minable arrive à se glisser dans l’écheveau des prébendes, cela a déjà été décrit par Balzac et ce n’est pas nouveau… Que de là on en vienne à imaginer de poursuivre le Président en Haute Cour est pour le moins d’un grotesque achevé…….

  • La presse n’a rien à se mettre sous les dents. On invente ou on exagère un fait divers qui ne mérite que le silence. Alors quoi : tabasser ne veut plus dire « frapper très fort et fortement jusqu’à ce que la victime s’effondre »? De qui les journalistes se moquent-ils? Voyez vous les attitudes effrontées et hargneuses des fameux manifestants? Ont-ils tous les droits? Pourquoi tant de jalousie?

    • Personne n’est jaloux de personne. On n’est pas là pour tresser des lauriers à des manifestants violents, mais pour tenter de comprendre qui est ce sbire pseudo-flic et militaire imaginaire qui ne fait pas partie de la logistique de protection rapprochée du président de la France, pourquoi ledit président le paie très cher, le loge dans une dépendance de l’Elysée pour laquelle un devis de 180.000 euros avait été fait aux fins de rendre l’appartement de fonction plus confortable qu’il ne l’est. Quel rôle joue cet individu proche des milieux islamistes et connu pour au moins un acte de délinquance (délit de fuite lorsqu’il était le chauffeur de Montebourg) dans la vie personnelle du président de la France, promoteur d’une « République irréprochable » ?
      Mettez-vous à la place des investisseurs étrangers qui frâge à la Fox, CNN, Cnews, Bloomberg et consorts ne perdent rien de ce feuilleton qui nous concerne tous, que vous le vouliez ou non.

      • @ SpringTime

        « Personne n’est jaloux de personne » (Vous parlez bien de la France?).

        Mais oui, évidemment, toute la presse dans le monde est au courant de « l’affaire Benalla » et de ses suites folkloriques qui paraissent assez exagérés (à la police d’enquêter et à la justice de juger.)
        Quasi aucun regroupement de masse, à Paris, n’a plus lieu désormais, sans casseurs et bagarreurs en fin de programme, même après la victoire à la Fifa!

        • Justement, on attend que la Justice fasse son boulot. Le mis en cause semble avoir été jusque-là bien protégé de ses rigueurs.

          Je ne crois pas que l’opinion internationale soit indifférente à ce qui se passe en ce moment en France.

          Quant aux casseurs, je suis d’accord avec vous, ils semblent sévir en toute liberté. Ainsi que les dealers des cités et les caillasseurs dans les zones de non-droit et autour. Pourtant nous avons un ministre de l’Intérieur. Celui-là même qui a contribué à couvrir Benalla.

          • @ SpringTime
            Je ne vous apprends rien en vous disant qu’on sanctionne moins l’individu délinquant dans le but prétendu de démanteler la filière (?)
            À l’international, c’est bien la fonction d’A.Benalla qui fait désordre, pas qu’il y ait eu des bagarres.
            Et oui, on verra bien si dans l’enquête, la partie personnalité du dossier aura plus ou moins fouillé l’aspect professionnel du suspect! La France (l’état) n’adore pas vraiment la transparence!

    • bah si il spouraint parler de la hausse du chômage par exemple…….ah non faut pas en parler pardon..

      • La hausse du chômage, ça fait quarante ans qu’on en parle, on en a tellement pris l’habitude que c’est devenu un automatisme…

        • ça fait surtout 40 ans qu’on nous ment sur les vrais chiffres.

          • Parce qu’ils ne sont pas présentables et que les publier signerait l’échec de toutes les politiques entreprises depuis, notamment sur le chômage des jeunes, dossier où rien n’a bougé depuis cette lointaine période. Sans parler de celui des seniors, catégorie d’âge qui, aux yeux des DRH, commence autour de 40 ans.

        • @ SpringTime
          Ce n’est surtout pas un sujet d’été!

      • Justement, si ça avait été une baisse, ça les aurait bien soulagés de pouvoir en parler.

    • Si Macron avait réagi comme Montebourg en son temps, on en aurait aussi peu parlé. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

  • Votre haine de Monsieur Macron transpire dans chaque ligne de votre texte.
    Le « délit » de Monsieur Benalla est surtout le signe d’une erreur de casting pour un job mineur. Les deux erreurs (qui s’expliquent par le peu d’importance de ce Monsieur Benalla) de Monsieur Macron est de n’avoir pas limogé Monsieur Benalla (mais était-il au courant des détails ?) et surtout d’avoir menti par omission ensuite (mais pouvait ils savoir que la France Insoumise (dont vous faites partie ?) collait aux basques de ce barbouze ?
    C’est une affaire mineure, détaillissime. Il y a des sujets beaucoup plus importants auxquels s’attaque Monsieur Macron. Pour une fois que nous avons un Président qui agit et qui réforme (la réforme de la SNCF est pour moi la plus grosse réforme jamais faite en France sous la Vème République : enfin, d’ici 3 ans, nous ne subirons plus les grèves des enfants gâtés de la SNCF !). Une première depuis que je suis né, dans la 1ère partie du XXème siècle !
    Avec la Coupe du Monde de foot, la France avait, a, une occasion unique de rassembler les français, tous les français ! Et n’oublions pas l’Italie, le Brexit et surtout Trump.
    Ce n’est pas le moment de s’éparpiller et la presse est pour moi coupable de « recherche du scoop » au détriment des intérêts de notre pays !

    • @Milrem
      Bonjour,
      « Ce n’est pas le moment de s’éparpiller et la presse est pour moi coupable de « recherche du scoop » au détriment des intérêts de notre pays ! »
      Pour une fois que la presse française fait ce pourquoi elle existe qu’elle continue. Les deniers publics qu’elle perçoit sont au moins utiles ce coup-ci. Recherche de scoop, non, en fait le scoop, c’est Bénalla qui l’a créé tout seul comme un grand. Quelqu’un l’aura porté à la connaissance du journal Le Monde.

      Vous êtes donc né avant 1950 et n’avez pas la sagesse de votre âge. Vous ne voyez pas les rouages qui étaient déjà en place dans les débuts de la 4ème décennie du XXè s. en France, ou encore dans celle d’avant de l’autre côté du Rhin, ou des Alpes, ou des Pyrénées, et qu’on dû vivre vos parents.

      La réforme de la S.N.C.F est pour vous « la plus grande réforme de la Vème République ». Les 35 heures, l’I.S.F, le R.SI, les trombes de lois, de taxes et d’impôts sont des cacahuètes ?

      La Coupe du Monde de footbal a été remportée par les joueurs de l’équipe de France, et leur staff. Macron y a montré sa méconnaisse du sport et du caractère « sacré » de la coupe elle-même, et son mépris du sport et des joueurs : il a touché et embrassé la coupe avant ceux qui l’ont gagnée. Il s’est fait mousser en entrant dans le bus des Bleus et en en sortant avant eux.

      Le seul sujet d’importance auquel Monsieur le Président Macron devrait (doit) s’attaquer c’est de conserver les droits fondamentaux et imprescriptibles décrits dans la DDHC de 1789. Et puis de foutre la paix au français.
      Tout comme l’équipe de France réprésente la France lors d’une compétition, lui aussi réprésente la France. L’équipe de France ne dicte pas sa vision du jeu, sa façon de jouer, son « projet », à toutes les équipes de football de France.

      • …qu’ont dû vivre…
        … La Coupe du Monde de football…
        …sa méconnaissance du sport…
        … Et de foutre la paix aux français.

        [Ca fait beaucoup, désolé]

      • « conserver les droits fondamentaux et imprescriptibles décrits dans la DDHC »
        Rétablir plutôt que conserver.

        • @ mc2
          Appliquer serait encore mieux! (Le verbe et le texte, ce n’est pas la vie réelle!)

        • @mc2 et @mikylux
          Bonjour,
          « Rétablir » et « appliquer ».
          Exactement ! J’ai écrit « conserver » puisque c’est le terme original dans le texte. Mais, effectivement, il faut faire les deux, puisqu’il n’y a eu aucune conservation.

        • Je précisais rétablir plutôt que conserver parce que selon l’Art16 de la DDHC il n’y a plus de Constitution.
          En effet la séparation des pouvoirs est fictive, l’égalité contributive est passée aux oubliettes (au profit de la redistribution spoliatrice), la liberté d’expression est très réduite, la propriété privée est abolie, et le respect de la vie privée un lointain souvenir.
          Et pour faire bonne mesure et s’affranchir de toute contrainte, le pouvoir a remplacé en 1958 la Constitution par un club de politiciens recyclés pompeusement appelé Conseil Constitutionnel interprétant à sa guise un texte qui devrait être compréhensible par tout le monde.
          La seule « réforme » constitutionnelle qui vaille est le rétablissement de la DDHC sans Conseil Constitutionnel et avec seulement deux amendements:
          1- l’équilibre des pouvoirs étendu à la presse dont la capacité de nuisance est aujourd’hui exorbitante,
          2- le rétablissement de l’Art10 de Mirabeau refusé en 1789 pour cause de redondance avec le droit de propriété, à savoir le droit de la défendre par les armes.

    • @Milrem
      Bel enthousiasme, belle naïveté, beau militantisme (je suppose que le pseudo n’est pas anodin), belle absence d’arguments de fond. Quelle main mettez-vous à couper sur l’état de la SNCF dans 3 ans et la fin des avanies pour ses voyageurs et des ponctions pour que les contribuables en assurent la survie ?

      • @ MichelO
        la SNCF dans 3 ans? Tout dépendra des obstacles (illégaux) qui seront mis pour décourager la concurrence déjà appliquée ailleurs!

    • « un job mineur » …je suis d’avis que vous auriez été la personne qui se faisait malmener par le dit bonhomme vous ne qualifieriez pas ce job de mineur..et dire que Macron fait des réformes c’est assez drôlatique..de la poudre aux yeux pour des naifs comme vous semble-t-il…ah si autre chose sur un forum de libéraux je ne pense pas que Macron soit en odeur de sainteté parce que contrairement à vous ils savent lire entre les lignes et ont compris qu’il n’est qu’un imposteur comme tous ses prédécesseurs.

    • la SNCF n’est pas a réformer, mais a privatiser ; comme la SNCM ou il n’y a plus de gréves. de plus pour un état surendetté sa ferai rentrer un peu d’argent dans les caisses !

      • @ duglimbule
        Oui mais non! E.Macron ne s’est pas dit lui-même, libéral: il est donc logique qu’il ne fasse pas toujours ce que vous voulez ni qu’il suive vos idées: votre pays n’est pas majoritairement libéral et E.Macron est parait-il, le président de tous les Français. Les Français l’ont élu, légalement, même si vous trouvez qu’il est illégitime.
        Un acquéreur pour la SNCF ne sera pas facile à trouver, en tout cas avec la dette et les syndicats dans le package et sans les voies ferrées! Donc non, l’éventuel repreneur laissera bien la dette à charge de l’état, donc de vous!

    • a « milrem »
      quel pseudo dont la terminaison a peut être un sens, mais la n’est pas le sujet.
      le personnes ne haïssent pas Macron vous devriez regarder sur le Larousse la definition du mot hair! on le prend simplement pour un incapable, un menteur, un petit gesticulateur pire que son prédécesseur , sans compter son arrogance qui lui sert d’argument.un minus en quelque sorte.
      G Brassens disait dans une de ses chansons :
      « qu’on ait 20ans qu’on soit grand ‘pére ;quand on est con , on est con  »
      ça resume a peu prés le contexte !

      • @ duglimbule
        C’est votre opinion, respectable comme toutes les autres.
        Moi, j’aimais bien le ni de droite ni de gauche qui a remis la balle à ce centre qui a ensuite montré par son succès aux élections, qu’il rassemblait beaucoup de Français, las du clivage gauche droite, infantilement binaire dont ils ont vu les avantages, insignifiants, à leur niveau, et provisoires, et surtout les inconvénients renforcés par le vote majoritaire plutôt que proportionnel qui faisait penser à chacun, au soir des élections qu’il avait gagné (quoi?) ou perdu!

        La France avait, semblait-il, fait un pas vers la démocratie selon l’U.E. et ses démocraties partenaires. Il restera bien le problème de votre président élu mais monarque provisoire et, en fait, indéboulonnable et qui, en plus, gouverne pendant son mandat, sauf démence médicalement avérée, ça n’existe pas ailleurs en U.E., que je sache!
        C’est donc, peut-être, la constitution de la V ième qui, à 60 ans, a mérité sa retraite! Écrite par quelqu’un qui savait ce qu’il en ferait, elle ne répond sans doute plus parfaitement aux nécessités actuelles!
        Ce n’est bien sûr que mon avis!

      • A duglimbule.
        Ne vous en déplaise, le candidat « pensez printemps » suivi de « jupiter »… je l’ai toujours considéré comme une vraie tête à claques ! Actuellement, son arrogance, ses magouilles et sa perversité me donne la nausée. Personnage à neutraliser et canaliser au plus vite et sans ménagement !!!!

    • « une erreur de casting pour un JOB MINEUR »

      C’est justement le problème :
      Appartement de fonction quai Branly,
      Voiture avec chauffeur,
      Badge d’accès dans l’hémicycle de l’A.N. ,
      Obtention directe du grade de lieutenant colonel de gendarmerie sans antécédent dans ce corps d’armée,
      Salaire de cadre supérieur,
      Bureau à l’Elysée (perquisitionné ce jour)…

    • @Milrem

      « Nous cacherait donc TOUT,ne nous dirait donc RIEN »?
      Ou au contraire:
      « ne nous dirait donc TOUT, et ne nous cacherait donc RIEN »?

      il est particulièrement heureux que vous ayez opté sans aucun état d’âme,ce qui n’est pas forcément dans l’air du temps même si vous le déplorez.

      • @LEONIDES

        ERRATUM:( veuillez m’excuser pour l’oubli dans la prase du sujet: « ON »ce qui est incorrect):
        Ainsi il fallait simplement lire :
        « ON nous cacherait donc tout,ON ne nous dirait rien? »
        Ou au contraire:
        « ON nous dirait donc tout,et ON nous cacherait rien? »
        Pour paraphraser une chanson célèbre de 1966 plus que jamais d’actualité cher(e???)@Milrem!!!

  • le Pouvoir rend Fou…a être au dessus des lois…Petit Cerveau !!! Faire un balayage à une jeune femme et encore avec difficulté…GROS PORC..
    facile de s’attaquer à plus faible …
    un sois disant Président pas de couilles à virer …il y a de quoi à ce poser des questions …

  • A MIREM Bonjour,..la vrai réforme de la SNCF était de là Privatiser sans SUDVENTION ,comme pour AIR FRANCE ,on garde ces boîtes pour placer ces consanguins de L’ENA…et qui n’ont aucune responsabilité.
    vous aller voir ..ouï du vent!!!!

  • La différence, dans l’affaire Benalla, c’est le suivisme des médias.
    Evidemment, Benalla était bien connu des journalistes qui suivent en permanence le Président Macron. Il est inconcevable que certains d’entre eux, ceux qui participent en « off » au déjeuners, aux déplacement VIP, aient ignoré cet homme, manifestement différent des équipes traditionnelles qui assurent la sécurité du Pdt.
    L’affaire de la vidéo devait être connue, puisque il est aussi évident qu’une cellule informelle a été constituée à l’Elysée, informé le jour même de la diffusion sur tweeter de mémoire.
    Le Pdt a tout aussi évidemment su que Benalla, qui l’a « collé » tous les jours jusqu’à tout le moins le 14 juillet, était en difficulté.
    Donc dans un premier temps les médias suivistes participent à la curée après la publication du Monde.
    Puis, lorsque Emmanuel Macron fait sa déclaration à la maison de l’Amérique Latine, ils perdent tout esprit critique en disant que le Pdt s’est « exprimé ». Et en donnant la parole aux députés LREM qui portent les élément de langage de la contre-attaque; non, ce n’est pas un salaire de 10 000€/mois, etc.
    Il suivent ainsi parfaitement le programme média du Pdt.
    Pour autant, la calamiteuse cacophonie des proches de Macron, Collomb, Strodza, etc, montre la gravité de l’affaire.
    Mais tout n’est pas perdu pour Macron ; on va rechercher ceux qui ont voulu à cette occasion, parmi les services de police et de gendarmerie, régler un compte du type « guerre des services ».
    Et le bon, naturel, jeune, hors système Macron pourrait s’en tirer.

    • Dans tous les cas c’est tous des Faux cul, il devrait tous démissionner, C’est pas moi c’est lui c’est moi connait pas , c’est d’un hypocrisie sans nom.
      Ok Macron la laissé marché, mais les autres ils l’ont laissé courir, pas un pour l’interdire tous des larbettes.
      En fait dans cette affaire le pire c’est le manque de responsabiltié de tous ces politiques , c’est incroyable mais ca ne m’etonne plus…

  • A Carol Langloy bonsoir ..vous avez déjà vu un Con avec des dents?

  • Pourrait-on me dire la date, le lieu de naissance et la nationalité de cette merde de Ben alla qui se défoule sur les trottoirs parisien, et suce le pognon de la république !?

  • @duglimbule
    J’ai lu sur un autre blog que Macron expérimentait une « fillonade ». Comme pour Fillon, des faits anciens ressortent maintenant et font l’objet d’un pilonnement médiatique et d’un emballement judiciaire en règle. Et comme Fillon, la cible Macron s’empêtre et ne réussit pas à gérer la crise… Très révélateur est que les deux principaux médias à charge sont le Monde et BFM TV, qui ont été parmi les plus fidèles soutiens du candidat, puis du président. Pourquoi un tel revirement ? Rappelez-vous, il y a eu quelques escarmouches préliminaires en juin : Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, épinglé pour un conflit d’intérêt, scandale de l’augmentation de salaire du président de la commission de vérification des comptes de campagne, remous au sujet de ces comptes de campagne, et vaisselle de l’Elysée…
    Mais maintenant il est clair que certains commanditaires de Macron ont décidé de le faire payer… Je ne crois pas à la destitution, il ne sera jamais lâché par son parti. Mais ceux qui tirent les ficelles ont un message à lui faire passer.
    Les vraies questions sont qui tire les ficelles et quel message veut-on lui envoyer…

    • Non, la vraie question est pourquoi faudrait-il que quelqu’un tire des ficelles quand tout s’enchaîne aussi naturellement. Le Monde et BFM flattent leur audience, et celle-ci le leur rend bien. L’idéologie passe après, car elle n’a jamais rempli la gamelle.

      • @ MichelO
        Je vous crois volontiers, pourquoi pas?
        Mais comment faites-vous pour tenter de connaitre la réalité parmi tous ces acteurs qui sélectionnent les infos données suivant leurs convictions?

  • Et aujourd’hui, il paraît que Macron est toujours « fier d’avoir embauché Benalla », en raison de son dévouement de tous les instants, et malgré l’erreur qu’il a commise, et en oubliant que la République ne demandait pas mieux que de lui fournir du personnel qualifié réglementaire pour ces tâches. On sent bien qu’il faut rassurer les apprentis lèche-bottes tentés par la débandade, mais quand même, c’est comme si Nixon vantait ses plombiers malgré leurs vétilles au Watergate ! Macron est complètement déconnecté de la réalité, et un chef d’état hors sol, ça ne peut pas bien finir.

    • Macron sur Benalla : «Je suis fier de l’avoir embauché à l’Élysée»
      Fuite après un accident comme Chauffeur de Montebourg !
      Coup et défoulement pervers déguisé en faux flic sur de les trottoirs de Paris.
      Macron est donc parfaitement dangereux et incompétatnt. !

      • @Esprit critique
        Bonjour,
        « Fier » dit-il. Il ne l’a pas reçu en grandes pompes à l’Elysée pour rendre hommage à son courage et à son geste. Bénalla n’a pas escaladé un balcon pour secourir un enfant. Macron a la fierté mal placée, et elle vire surtout à lexcès d’orgueil.

  • et la dernière ce n’est pas mon amant …ok je m’en fou qu’il soit bisex..par Contre qu’il gère les finances maïs là j’ai un grand doute de ses capacité…. a part augmenté les taxes et autres …baltringue…pour le moment c’est un sacré bordel….

    • @Lou17
      Bonjour,
      « et la dernière ce n’est pas mon amant »
      Cette phrase était juste pour amuser la galerie de lèche-bottes présente lors de la conférence, dans laquelle il s’est mis à faire de grands gestes, et à parler très fort, en usant d’un ton et d’une gestuelle autoritaires.

      Macron est socialiste, les finances, pour lui, c’est comment faire rentrer encore plus d’argent dans le trésor et le vider plusieurs fois.

      • Il fallait bien qu’il ne condamne pas tout espoir chez les postulants 🙂
        Cela dit, ça n’est pas malin, me semble-t-il, d’avoir ciblé ses seuls inconditionnels et d’avoir parlé de tempête dans un verre d’eau sans avoir donné le moindre signe qu’il se préoccupât aussi de ce qui n’était pas ce verre d’eau.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles