Frédéric Bastiat : liberté et responsabilité, clés du problème social (16)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Bastiat : liberté et responsabilité, clés du problème social (16)

Publié le 30 mai 2018
- A +

Par Damien Theillier.

Liberté… est-elle absence de contrainte ? Oui… et non. Oui, en cela que la liberté se définit de manière négative, c’est vrai : l’absence de coercition. Mais non, en cela que la liberté s’accompagne de responsabilité, c’est-à-dire la nécessité de répondre de ses actes : une forme de contrainte donc. La liberté sans la responsabilité débouche sur le chaos.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Il faut être aveugle et de mauvaise foi pour soutenir la Convention de Berne (1979) qui, en France, s’est transformée en politique de Gribouille à savoir :

Favoriser la multiplication d’une espèce dangereuse pour la faune ongulée et le pastoralisme et bientôt, tout naturellement pour l’Homme comme cela fut le cas jusqu’au milieu du XIXe siècle, Financer les multiples associations qui, par sensiblerie, militent pour le développement d’une espèce désormais menaçante, Interdire aux bergers de se défendre efficacement contre les prédateurs, ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles