Sortir de notre léthargie pour fêter mai 2018 ?

Le libertariens se feront-il entendre en mai 2018, en souhaitant moins d’État et davantage de liberté individuelle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Libertarian Facebook Generation by Democracy Chronicles(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir de notre léthargie pour fêter mai 2018 ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 avril 2018
- A +

Par Robin Deschamps.
Une tribune du Parti Libertarien

Étatisme de gauche ou étatisme de droite ?

Force est de constater que le printemps n’apporte pas beaucoup de lumière ni de couleurs sur le paysage politique français, résolument monochrome.

Les acteurs politiques sont tous d’accord pour que l’État prenne en main les affaires du pays. Certes, les priorités et les options peuvent varier, mais tous sont bien convaincus que les directives doivent venir du haut. Un État fort, technocratique : des spécialistes au service de la population.

Une démocrature, donc…

Les altercations médiatiques alimentent les tabloïds et illustrent des joutes politiques véhémentes à propos de… Pas grand-chose !

La société « ultra libérale » française

S’il existe un pays ou l’ultra libéralisme se fait sentir, ce serait donc la France, bien sûr !

La fraude fiscale « coûte » de l’argent à l’État français. Peut-être faudrait-il prendre en considération, également, le monceau d’argent que récupère l’État, par moults artifices ?

On constate d’ailleurs que la multiplication des taxes et impôts a un effet inverse à celui escompté : moins de recettes. Les créateurs de richesse s’en vont, ou font fuir leur argent…

Certains esprits aussi brillants qu’insoumis envisagent d’aller taxer les gens partis à l’étranger. L’idée est la suivante : qu’ils continuent à créer des richesses où ils veulent, mais qu’ils envoient l’argent généré par leurs activités en France…

Bien entendu, cet argent soustrait au contribuable moyen, est réutilisé à bon escient : N’avons-nous pas d’ores et déjà une ambassade aux pôles ?! Et demain, les jeux olympiques en France…

« L’État ne peut pas tout », nous affirment les gouvernements successifs ; c’est donc aux serfs contributeurs de donner, sur le reliquat, après taxations et impositions, pour alimenter le domaine caritatif…

Surtout, l’État est souple et généreux pour ses serviteurs (fonctionnaires, assimilés médias, etc.) mais rigide et plutôt pingre pour les contribuables.

Cette démarche de protection pour les collaborateurs n’est propre à aucune institution. Elle ne devient discutable que lorsqu’il n’existe qu’une structure et que vous ne pouvez pas vous échapper d’un système bipolaire. Votre seul choix devient alors de faire partie du système, ou pas…

On ne peut pas reprocher à une population toujours plus nombreuse d’opter pour un asservissement confortable.

Le problème peut provenir du fait que ce système n’est pas rentable et n’est plus supportable financièrement : trop de personnes pour faire fonctionner l’État, pas assez pour créer les richesses nécessaires à ses dépenses.

Il en découle une augmentation de la pression financière, ainsi qu’une diminution des libertés pour les contribuables.

Mai 2018, printemps des libertariens ?

Sommes-nous obligés de subir cette état de fait ?

Pourrions-nous, enfin, nous regrouper pour faire entendre la voix du Parti libertarien ?

Nous sommes la seule formation politique sur l’échiquier français qui souhaite moins d’État et davantage de liberté individuelle.

Je forme le vœu que notre formation se développe en ce printemps 2018.

Le chemin peut paraitre difficile. Toutefois, nous avons vu, récemment, des groupes naitre du néant…

Délivrons le message libéral, déclenchons le débat auprès des médias !

Le libéralisme est une solution politique, il faut la faire connaître.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • l’état ne peut pas tout ….celle là , ils nous la sortent quand ils se sentent pieds et poings liées face à certaines revendications ( justifiés ou non ); en revanche , quand il s’agit de nous spolier , de nous ponctionner , de nous surveiller , là l’état il peut tout ……….

  • Pour sortir de la léthargie c’est par ici:
    https://www.partilibertarien.fr

  • Si vous ne vous y preniez pas comme des manches, vous pourriez y arriver. Hélas ce petit texte me laisse peu d’espoir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Quand Karl Hess prend la parole lors de la convention de Saint-Louis de la Radical Libertarian Alliance en septembre 1969, la salle s’enflamme.

Par son parcours atypique, de la campagne du très conservateur Barry Goldwater dont il fut speech writer à son rapprochement des très gauchistes students for a democratic society, Karl Hess représente l’aboutissement d’une réflexion singulière et d’un combat politique qui a duré près d’une décennie. Ce parcours, c’est aussi celui du mouvement politique libertarien améri... Poursuivre la lecture

Le blocage des rues d’Ottawa par des camionneurs a fait le tour du monde. Des articles sympathisants y ont été diffusés sur Contrepoints. C’est arrivé à un moment où l'appui aux restrictions sanitaires était en chute libre au Canada. La valeur mise en avant par les manifestants est la liberté. Au Québec, une personnalité-clé du courant de pensée libertarienne, Éric Duhaime, en a profité pour augmenter significativement son appui dans l’opinion publique. La nouvelle a créé une onde de choc car il représente désormais la principale opposition a... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Ces trois dernières années, la plateforme Twitch a connu une croissance impressionnante, doublant chaque année le nombre d’heures passées par les utilisateurs sur ce site. Si la plateforme de streaming a d’abord été plébiscitée par les joueurs de jeux vidéo qui y diffusaient leurs parties, elle héberge désormais des créateurs au contenu plus divers, attirant les amateurs de musique, de cinéma ou même de politique.

Avec 4 autres membres du Parti Libéral (PLIB), nous avons décidé de profiter de la popularité grandi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles