Jésus Christ a-t-il été crucifié pour des raisons politiques ?

Jésus est condamné par une élite soucieuse de maintenir sa domination.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jésus Christ a-t-il été crucifié pour des raisons politiques ?

Publié le 31 mars 2018
- A +

Par Christian-Georges Schwentzel.
Un article de The Conversation

Peu de temps avant Pâques, selon la tradition chrétienne, Jésus est arrêté puis condamné à mort par crucifixion. L’inscription portant le motif de sa condamnation, fixée au-dessus de la croix, laisse entendre qu’il se serait proclamé « roi des Juifs », défiant ainsi les autorités politiques du moment.

Détail du Christ dit de Saint-Jean de la Croix, par Dali.
Wikipedia

Mais qu’est-ce que la crucifixion ?

Une poutre de bois était fixée à un poteau, formant une croix qu’on étendait d’abord à terre, le temps d’y clouer les poignets et les chevilles du condamné. Puis, on dressait la croix que l’on plantait dans le sol, sur une colline, ou bien près d’une route, à la vue de tous. Le crucifié mourait au bout de quelques heures dans d’atroces souffrances, au terme d’une lente asphyxie, car sa respiration était fortement entravée par sa position. Le cadavre était ensuite détaché et, le plus souvent, jeté aux chiens. Comme l’écrit John Dominic Crossan (Jesus : a revolutionary biography), bêtes errantes et charognards devaient trépigner d’impatience aux pieds des croix des suppliciés.

Une peine pour ceux qui osent contester l’ordre établi

Pour les Romains qui dominent alors la Judée, le supplice de la croix est une peine infamante : la pire qui soit ; celle que l’on inflige aux esclaves qui se sont révoltés et à ceux que l’élite nomme les « brigands » (en grec : lestès). Ce terme, employé par les autorités, désigne des ennemis à éliminer coûte que coûte et par tous les moyens. Bref, on crucifie ceux qui sont coupables d’avoir contesté l’ordre établi.

Une inscription grecque de la cité d’Amyzon, en Asie Mineure, publiée par Jeanne et Louis Robert (Fouilles d’Amyzon, 1983), évoque la crucifixion d’un esclave qui avait assassiné son maître, au IIe siècle av. J.-C.

Le texte précise que le coupable, « crucifié vivant », fut la « proie des bêtes et des oiseaux ».

De même, les gladiateurs et esclaves en révolte, menés par Spartacus, avaient été mis en croix, après leur défaite, en 71 av. J.-C.

On vit alors 6 000 condamnés cruellement exhibés, pour l’exemple, le long de la voie qui reliait Rome à Capoue ; soit un crucifié tous les 30 ou 40 mètres. Le supplice était proportionnel à la gravité de la condamnation et au mépris des autorités pour le condamné, vu comme socialement inférieur.

Mais ce châtiment n’est pas que gréco-romain : le roi juif Alexandre Jannée avait lui aussi fait mettre à mort 800 opposants par crucifixion, dans les années 80 av. J.-C., comme le raconte l’historien antique Flavius Josèphe (Guerre des juifs I, 97).

La peine de la croix était donc susceptible de faire l’unanimité entre les autorités romaines et juives qui se partageaient la gestion des affaires de la Judée à l’époque de Jésus.

Jésus, un messie parmi d’autres

On lit dans l’évangile selon Marc : « L’inscription portant le motif de sa condamnation était ainsi libellée : Le roi des Juifs » (Marc 15, 26). Du point de vue des autorités, Jésus est coupable d’avoir aspiré à la royauté. Il est condamné au supplice de la croix, comme d’autres messies autoproclamés, à la même époque.

Les Juifs avaient progressivement perdu leur indépendance. Leur dernier roi, Hérode, bien que très habile, n’avait été qu’un vassal de la puissance romaine ; un roi « client », comme on disait alors.

Après sa mort, en 4 av. J.-C., l’empereur Auguste, tout puissant maître du monde romain, avait d’abord morcelé l’ancien royaume juif. Puis, à partir de 6 apr. J.-C., une administration dirigée par un gouverneur romain s’était installée en Judée, devenue une simple province de l’Empire.

Jésus passe les premières années de sa vie dans ce contexte de déliquescence du royaume juif. Le climat est insurrectionnel. Le ressentiment populaire, à l’encontre de Rome et de ses alliés locaux, n’attend qu’un leader pour se cristalliser sur sa personne.

C’est alors que surgissent des rois-messies, dans un sens politique : c’est-à-dire des chefs charismatiques, du moins aux yeux de leurs fidèles, se présentant comme les envoyés de Dieu dans le but de libérer les Juifs de la domination étrangère. Flavius Josèphe nous donne les noms de ces leaders : Athrongès, Simon de Pérée…

Il y eut aussi Judas le Galiléen qui souleva à deux reprises des paysans juifs écrasés par la pression fiscale, en 4 av. J.-C. puis à nouveau en 6 apr. J.-C.

La révolte politique prend une dimension sociale : le chef charismatique, sorte de Robin des Bois, se pose en justicier, pillant les domaines agricoles pour en redistribuer les richesses aux plus démunis. Le messie diffuse à la fois des revendications religieuses (il affirme être l’instrument terrestre de Dieu), politiques (il promet de restaurer l’indépendance d’Israël) et sociales (il va provoquer un rééquilibrage en faveur des pauvres).

Mais tous ces meneurs, ennemis déclarés des élites dominantes, finissent par être écrasés par les légions de Rome et leurs auxiliaires locaux. Au tournant de l’ère chrétienne, on compte des milliers de crucifiés : 2 000 lors de la seule répression de la révolte de Simon, nous dit encore Flavius Josèphe.

Jésus reconnaît l’autorité de Rome

Mais Jésus est différent de ses prédécesseurs : il se pose en messie d’un genre nouveau, même si ses revendications demeurent elles aussi fortement teintées de justice sociale. Il se dissocie des autres messies qui n’ont apporté que le trouble et la guerre. D’ailleurs, il n’a pas d’armée et ne souhaite pas en créer une.

Jésus cherche, au contraire, à obtenir le soutien des autorités romaines. En affirmant qu’il faut rendre « à César ce qui est à César » (Matthieu 22, 17), c’est-à-dire à l’empereur romain, il légitime la domination de Rome. Judas le Galiléen avait violemment contesté la fiscalité impériale pour des raisons théologiques : Dieu, selon lui, ne pouvait tolérer qu’un Juif paie un impôt à une puissance étrangère. Jésus, bien au contraire, encourage les Juifs à être en règle avec l’administration romaine. Dans la même logique, il prend la défense des agents du fisc, ces collaborateurs de Rome, alors souvent considérés comme des pécheurs. Jésus propose une approche pacifiée de la perception des impôts dans la province de Judée.

« Le Christ crucifié », ou le « Christ de San Placido » par Velasquez, vers 1632.
Wikipedia/Musée du Prado

Mais alors, pourquoi l’avoir condamné ?

Ponce Pilate, gouverneur romain de Judée, finit par condamner Jésus, bien à contrecœur, selon les évangiles. Il se fait même l’avocat de Jésus : « Je n’ai rien trouvé en lui qui mérite la mort » (Luc 23, 22).

C’est l’aristocratie sacerdotale juive et ses chefs, les grands prêtres, qui demandent que Jésus soit mis à mort. Si Jésus se prononce en faveur de l’impôt dû à l’empereur, il conteste par contre le paiement de l’autre impôt que payaient également les Juifs : l’argent « sacré », une somme destinée à Dieu, en fait versée aux prêtres, source de grandes richesses pour l’aristocratie sacerdotale. C’est en cela que le message du Christ est contestataire : s’il est normal qu’un empereur étranger perçoive un tribut, il est au contraire aberrant de croire que Dieu puisse souhaiter qu’on lui verse des pièces d’argent. Dieu n’a que faire d’une somme en métal précieux. Le tribut qui lui est dû ne peut être matériel : la fiscalité religieuse, pilier de la puissance économique du clergé, est ridiculisée par Jésus qui lui oppose un nouveau tribut, purement spirituel. Il remet ainsi en cause l’existence même des prêtres et du temple de Jérusalem.

Jésus est donc condamné par une élite soucieuse de maintenir sa domination. Pilate, d’après les évangiles, n’en est pas moins coupable par sa lâcheté : craignant lui aussi pour son poste, il accepte de valider la condamnation, tout en s’en lavant les mains.


The ConversationChristian-Georges Schwentzel publie Les Quatre Saisons du Christ, un parcours politique dans la Judée romaine, éditions Vendémiaire.

Christian-Georges Schwentzel, Professeur d’histoire ancienne, Université de Lorraine

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  •  » Jésus Christ a-t-il été crucifié pour des raisons politiques ?  »
    Pourquoi aborder ce sujet sous forme d’une question stupide. Manque de courage dans le contexte nazislamique ? Si ce n’est pas une exécution politique pour satisfaire les intégristes de l’époque, c’était pour quoi ?
    Jésus était-il « Un déséquilibré » ?

    • Tiens, une anagramme d' »esprit critique » est « pitre qui escrit ». Pourquoi la question est-elle stupide ? Avec du courage, quelle serait la bonne question ? Les intégristes de l’époque sont-ils les intégristes de maintenant ? Jésus a-t-il réellement existé ?

      • Si vous n’êtes pas sur que le juif dissident de Nazareth a existé, c’est que vous n’y voyez que du bleubv.

        • Un « esprit critique » aurait pourtant quelques bonnes raisons de l’envisager; C’était plus pour vous titiller sur le choix de votre pseudo. Dommage que vous ne répondiez pas aux questions.

          • Cet histoire est uniquement et strictement politique. Il se trouve que ce juif dissident a créé une secte devenue une multinationale qui perdure. C’est un exploit que seul Mahomet a renouvelé, il faut dire qu’avec l’Apostasie et l’appel au meurtre des récalcitrants, il a verrouillé toutes les libertés.

            • @ Esprit critique
              « strictement politique »: où allez-vous chercher ça? La condamnation, peut-être … et encore!
              Jésus, rien d’évident!
              « Secte, multinationale, dissident, et même perdurer » sont sans doute des termes inexistants à l’époque, donc des anachronismes avoués!

              Allah, comme on sait, a 6 siècles de retard sur le christianisme et c’est Mahomet et d’autres qui ont écrit le Coran, pas Allah!

              Comme on connait les auteurs des évangiles officiels, sans parler des multiples « apocryphes »!

              La « foi » n’est pas l’adhésion logique à des textes (traduits!).

              À côté de la rationalité de nos pauvres esprits, il y a d’énormes surfaces encore totalement inconnues!

              Croire que nous nous maîtrisons nous mêmes est déjà un leurre, alors parler d’il y a plus de 20 siècles: bonne chance! Grotesque!

      • Quatre historiens romains parlent du Christ, dont un de ses frères. C’est plus que suffisant pour attester son existence. Le plus clair à ce sujet est Tacite qui dit:
        Néron fit de ceux que le peuple a appelés Chrétiens, des boucs émissaires et les soumit aux tortures les plus raffinées… Leur nom vient de Christ qui, pendant le règne de Tibère, avait été exécuté par le procurateur Ponce Pilate (Tacite, les Annales 15-44).

        • D’accord. S’il est attesté qu’il fait partie d’une fratrie, alors le sceptique, à la lueur de nos connaissances actuelles, peut raisonnablement s’interroger, sans aucun discrédit sur telle ou telle croyance: Jesus fut-il un enfant adultérin, et Marie a-t-elle couvert son secret (ou sa honte), par cette procréation « divine »? A-t-elle agi ainsi pour éviter une mort attroce par lapidation, ou bien pour préserver sa famille ? C’est-elle faite violer par un romain et menacer de mort si elle le dénonçait? Comment réagirait aujourd’hui un enfant si on lui disait que son père était Dieu ; serait-il un « déséquilibré » ?

          • Des travaux d’historiens britanniques indiquent que le jésus serait né d’une famille de sept ou huit enfants et d’un deuxième lit, joseph etant beaucoup plus âgé que Marie. Ayant fait un peu de généalogie il faut savoir que jusqu’à encore deux siècles, on se mariait dans un rayon de trois kilomètres, on mourrait souvent jeune, un veuf ou une veuve avec des gosses ne pouvait survivre qu’en se remariant dans les six mois Maximum, sous peine de ne pas passer l’hivers ….

          • @ bleubv

            Quelles réponses espérez-vous recueillir à vos questions saugrenues? C’est hallucinant déjà de les poser!

            Qui peut répondre? Personne!

            La foi basée sur des preuves ne serait même pas un libre choix!

          • C’est beaucoup plus simple. La virginité de Marie n’est qu’une invention tardive de l’église. Les premiers chrétiens n’envisageaient pas cette blague.

    • Les sectes étaient nombreuses à l’époque chez les juifs. Les ésseniens sont les plus connus, certains soupçonnent Jésus d’en avoir fait parti.

    • Traiter les pharisiens d’intégristes est assez cocasse.

  • En quelque sorte Jésus était le Martin Luther du judaïsme avec en plus un contexte d’occupation comme facteur aggravant.

    • @ indivisible
      je crains que vos efforts de compréhension vous éloignent de la réalité!
      Personne d’autre que Martin Luther King n’est évidemment M.L.K. officiellement décédé … et pas né, il y a 2018 ans (environ): votre comparaison est oiseuse!

      • Je pense que c’est vous qui n’avez pas compris … Je suppose qu’indivisible fait référence à Martin Luther, le moine augustin allemand du XVIè s à l’origine du Luthéranisme …….. Sa comparaison ne me semble en rien absurde.

  • . » Dieu n’a que faire d’une somme en métal précieux. »

    Les temps ont bien changé depuis.!!!!

  • Dans le texte grec il n’est pas question de croix mais de poteau. La croix est une invention tardive. Elle n’apparaît nulle part dans les premiers temps du christianisme. Pour les raisons il est évident qu’elles sont politiques

    • Pas une croix mais un poteau ? Depuis Saint Jerôme, les générations successives de traducteurs auraient mal fait leur travail ?
      Une précision (qui m’a été enseignée au catéchisme): les condamnés ne portaient pas la croix complète sur le chemin du supplice, mais seulement la traverse horizontale, le « patibulum », mot qui a donné « patibulaire ».

      La croix « qui n’apparait nulle part dans les premiers temps du christianisme »: vous voulez dire comme symbole, je suppose ? Ce qui est vrai. Sinon, le billet rappelle le cas des partisans de Spartacus, 1 siècle avant la Crucifixion.

      • Lorsqu’on ne sait pas il vaut mieux se taire face à ceux qui tente de vous apprendre quelque chose! C’est bizarre cette manie actuelle de la ramener quand on est ignorant !
        Le nouveau testament est écrit en grec, il y est relaté que Jésus fut placé sur un Stauros, ce qui désigne exclusivement un poteau vertical, un pieu ou un pilier. Pour les esclaves de Spartacus il n’est nulle part spécifié que c’était sur une croix. D’ailleurs je doute que vu le nombre de suppliciés, 6000, les romains ce soient emmerdés à construire autant de croix qui demandent beaucoup de travail. Ils ont du plutôt couper des arbres et les planter le long de la route!

  • « Si Jésus se prononce en faveur de l’impôt dû à l’empereur, il conteste par contre le paiement de l’autre impôt que payaient également les Juifs : l’argent « sacré », une somme destinée à Dieu, en fait versée aux prêtres, source de grandes richesses pour l’aristocratie sacerdotale. »

    Source?

    • Elles sont multiples!
      Ce lien de tous les Juifs avec le Temple se traduisait matériellement par la collecte annuelle du demi-shekel, qui s’effectuait à partir du 1er Adar (en mars-avril, c’est-à-dire le dernier mois de l’année dans un calendrier qui débutait alors en Nisan, au printemps) et durait tout le mois. Elle concernait tout homme juif âgé de plus de 20 ans, où qu’il résidât (Exode 30,13) : « Voici ce que donneront tous ceux qui sont compris dans le dénombrement : un demi-shekel, selon le shekel du Temple. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
histoire laïcité
2
Sauvegarder cet article

La question de la religion fait une nouvelle fois surface suite à la délibération votée et adoptée à la mairie de Grenoble à l’initiative du maire Éric Piolle et de l’association Alliance citoyenne, d’autoriser le burkini dans les piscines municipales.

Face à cette délibération, à la fois électoraliste et communautariste, le préfet de l’Isère a introduit un référé-liberté, nouvelle procédure d’urgence créée suite à la « loi contre le séparatisme », devant le juge administratif pour obtenir l’annulation de cette délibération.

Si ... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles