Pass culture : aveu d’échec et échec probable

La nouvelle révolution culturelle proposée par le gouvernement cache deux échecs cuisants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass culture : aveu d’échec et échec probable

Publié le 8 mars 2018
- A +

Par Nathalie MP.

« Est-ce qu’on pourra acheter une place pour Star Wars avec le Pass culture ? » demandait récemment un journaliste à la ministre de la Culture Françoise Nyssen. « Mais j’espère bien qu’on pourra voir Star Wars avec ça ! » a-t-elle aussitôt répondu sur le ton de l’évidence la plus enthousiaste. 

Ainsi, ce serait cela, la nouvelle « révolution » culturelle du gouvernement : 400 millions d’euros par an budgétés nulle part, mais prélevés à coup sûr sous forme d’impôt et de dette comme si le pays roulait sur l’or, pour que les jeunes de 18 ans puissent faire ce qu’ils font déjà très bien tout seuls, à savoir aller au cinéma ? N’en déplaise à Mme Nyssen, cela n’a rien d’évident.

J’exagère. Il s’agira aussi d’acheter des livres, d’aller au théâtre, au musée, au concert (Beethoven ou One Direction ?), bref, donner à tous les jeunes les moyens d’accéder à la culture à raison de 500 € chacun. Si l’on écoute les jeunes eux-mêmes, il faudrait inclure le sport, les restos, les jeux vidéo et Netflix. On glisse vite au « Pass loisirs ».

Clientélisme électoral

Il est vrai que la ministre a exprimé ensuite une réserve obscure : l’offre du Pass culture sera « éditorialisée ». Comprendre, comme elle l’a expliqué plus clairement hier, qu’il y aura « des choix à faire »  ?

Entre le possible clientélisme électoral à l’égard de jeunes citoyens qui atteignent au même moment l’âge de voter, et la probabilité non nulle de déboucher sur une offre culturelle très encadrée par l’État, avec tous les risques de conformisme que cela comporte tant pour ceux qui offrent des produits culturels que pour ceux qui les consomment, tout montre que la « révolution » en question est une mauvaise idée pour la liberté de création et pour l’autonomie des jeunes.

Sans compter que l’application mobile sous-jacente est en cours de développement par l’État devenu startup pour l’occasion. Une mission enthousiasmante selon la ministre, mais une mission qu’on ne lui demande nullement, d’autant que l’offre culturelle existante est déjà répertoriée sans limitation de contenu sur mille supports privés ou publics, sur papier ou sur internet. Et une perspective peu rassurante tant l’État a montré, avec le système Louvois de paie des militaires par exemple, combien il manie le flop avec brio dans le domaine informatique.

Sans compter également que l’expérience italienne dont le gouvernement s’est inspiré devrait inciter à la prudence : effet d’aubaine pour les jeunes qui fréquentaient de toute façon les lieux culturels ; quant aux autres, ils se sont arrangés pour récupérer les sommes aimablement mises à leur disposition par l’État pour les dépenser à leur guise aux frais des contribuables.

Mais, va-t-on m’objecter, tant de jeunes n’ont pas la chance de vivre dans un milieu sensible à la culture, tant d’autres ou les mêmes sont au chômage ! Il est normal que l’État rétablisse un peu d’égalité.

J’aime ces arguments ! Ils consistent ni plus ni moins à admettre que l’État a complètement échoué en matière de prospérité économique et d’éducation nationale, domaines dans lesquels il intervient pourtant massivement.

Imaginons un système scolaire plus performant, imaginons une économie plus florissante, moins de chômage et plus de pouvoir d’achat – imaginons un environnement libéral où chacun est en état économique et moral de décider pour lui-même, en quelque sorte. Nul besoin alors de dicter aux gens ce qu’ils doivent faire pour avoir une vie épanouie et nul besoin de les subventionner pour cela.

Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Tout à fait en ligne… la seule manière de rendre cette idée de passe intéressante est d’en faire un remplacement des subventions que l’état distribue par ailleurs. Mais on assiste à nouveau à une nouvelle ponction à des fins électoraliste avec l’argent des autres.

  • On touche le fond en matière de clientélisme et de démagogie. Bientôt la France n’aura rien à envier aux pays africains. Mais peut être que cette évolution est inévitable en raison des mouvements de population.

    • Pour pas mal de pays africains, c’est la France qui leur a montré comment faire, du temps des colonies.

      • Vous parlez comme un gauchiste. Au contraire la France leur avait montré ce qu’était la civilisation et le progrès.

  • Le pass culture permettra t’il d’acheter des graines pour son potager?
    Qu’est ce que je peux être naïf…!!!!

    • Seulement si le potager et bio et eco responsable, arrosé à l’eau de pluie et équipé d’une éolienne 😉

  • Quand on est socialiste on ne change pas. Tous les moyens sont bons pour acheter les voix et ainsi rester au pouvoir. Ce gouvernement socialiste soutenant un Président socialiste prouve que la France n’est pas une démocratie mais une république bananière

    • Quand le ministre a annoncé vouloir instaurer des quotas de femmes dans le cinéma, elle a annoncé aussi que les copines du pouvoir auraient tout plein de subventions.

  • dire que c’est une idée de « socialiste » me semble exagérée. Des « libéraux » ont fait des propositions similaires…. Ceci dit, donner un pass culture à tous en supprimant les subventions directes aux créateurs de culture ne serait peut-être pas une mauvaise idée pour redonner à chacun la liberté et la responsabilité de ses choix

    • Les libéraux, en faisant des propositions similaires utilisent des fonds privés et non les deniers publics !
      Ne vous en déplaise, c’est bien socialo de créer un « Pass culture » avec nos impôts ! Et la précision, « les choix à faire », sera d’orienter les émissions, les débats et autres sujets pour distiller insidieusement la propagande bobo-socialo-écolo-bien-pensante, annihilant tout esprit d’entreprise et de liberté. La dictature de gauche (pour ne pas dire communiste) avance à pas de géants !

    • @ épidermiquement
      Croire que la « droite » ne fait pas de démagogie est naïf!
      Le système imaginé, évidemment « centralisé », n’est qu’une « mise à jour » de systèmes existants depuis très longtemps.

    • Tout ce qui est fait avec le pognon des autres sans consentement est socialiste.

  • le pass culture pour voir Star war, mais je pensais qu’Amazon permettait d’offrir des films A moindre prix. Mme La Ministre oublie que les Musées et les monuments sont gratuits 1e dimanche du mois. je suis surprise de ce pass culture, la culture est accessible.. .
    https://www.cometoparis.com/fre/decouvrir-paris/musees-et-monuments-gratuits-a-paris-s968

  • Comme souvent, la France ne fait que copier, avec retard et mal, les expériences menées à l’étranger. Cest un peu le problème de nos politiques, ils n’arrivent pas à être moteurs, seulement suiveurs. Et parfois, sinon souvent, nous mettons en branle de nouveaux dispositifs chez nous, précisément au moment où le bilan de ces dispositifs chez les autres a montré leurs limites…

    • Parfois il est préférable pour un gouvernement de ne pas être moteur, même souvent.
      Ça n’est pas ce qu’on lui demande.

      • Hélas si, c’est souvent ce qu’on lui demande. Pas vous, ni moi, mais la grande majorité des citoyens, probablement. A chaque fait divers, on veut sa livre de chair, une nouvelle loi, une nouvelle réglementation. Parfois même, en l’absence de la moindre raison, juste au cas où ; ainsi bon nombre de bons pères ou de bonnes mères de familles veulent disposer d’un ralentisseur dans la rue devant leur maison, parce que, comprenez-vous, on ne sait jamais, si une voiture arrivait un peu trop vite quand mon gosse rentre de l’école…
        Un gosse meurt noyé dans une piscine parce que les parents ne l’ont pas correctement surveillé ? Aussitôt, une association se monte pour exiger du gouvernement une loi pour réclamer l’obligation d’alarmes ou de barrières de sécurité…
        Etc

  • La France est un PPM. Et en restant sympa. GCdBdM serait mieux. Mais plus on s’enfonce, plus ça fait mal, plus le réveil sera vivifiant. Ou pas…
    Car concernant ce pays de zombies, l’agonie semble l’aboutissement ultime de nos Enarques afin d’assurer le service après vente bolchévique.

  • Solution très efficace pour diminuer le déficit de la France : supprimer le ministère de la culture et tout ses affiliés.
    Sans aucun remplacement.

    • Voilà qui s’appelle le bébé avec l’eau du bain.

    • Budget de la Culture 2017 : près de 3 milliards d’euros – déficit 2017 du budget de l’Etat : près de 70 milliards … il vous reste « juste » 67 milliards d’euros à trouver

      • @Jean Roule et @Stephane
        Par delà l’aspect troll de mon commentaire, il y a une vraie question de fond, qui n’est jamais posée sérieusement dans notre pays.
        Est-ce que nos ministères sont *tous* *vraiment* utiles ?

        J’ai le souvenir de candidats américains aux primaires qui portaient dans leurs programmes la suppression pure et simple du ministère de l’éducation US.
        Et c’était débattu.

        L’éducation nationale, supprimée !?

        • Oui : Ted Cruz. Mais le ministère de l’éducation en France (école + supérieur) c’est 97 milliards.

          Il proposait aussi de supprimer le logement et l’écologie. Ca fait 28 milliards de plus (et je ne vous parle pas de privatisé la SS et les retraites)

          Là on commence à parler de choses sérieuses !

          • notez que on pourrait le faire m^me si le budget n’était pas en déficit… clientélisme…à crédit par dessus le marché.

      • Le budget de la culture, c’est plus que celui de la justice qui est de 8 milliards.

  • La vache ! On a donc réglé tous les problèmes prioritaires : dette, chômage, terrorisme ?
    J’avais pourtant cru comprendre qu’on manquait de prisons, que les avocats payés d’office devaient attendre très longtemps leur salaire, que les profs français étaient parmi les moins payés de l’OCDE, que le personnel hospitalier souffrait, les paysans aussi, qu’il fallait maintenant rajouter des mutuelles privées pour financer sa santé, etc…

    • Je vais me faire l’avocat du diable : dette, chômage et terrorisme ne sont pas dans le périmètre du ministère de la culture.
      C’est pour ça qu’il y a d’autres ministères, et d’autres ministres pour s’en charger.

      On ne peut pas reprocher à la ministre de s’occuper de la culture…

  • Tout va bien ! On est toujours dans la continuité du « Ca ne coûte rien ! C’est l’Etat qui paie ! » Et si cela se passe mal, ce sera « Pas de bol ! »
    Cool la vie !

  • la culture c’est un monologue vaginale avec des ministres pathétiques.

  • La priorité de nos gouvernants, c’est de distraire le peuple. Ainsi, le peuple n’a plus le temps (ni l’envie ?) de réfléchir aux impôts et taxes qui pleuvent, il ne pense pas à occuper la rue…
    « Panem et circences »… Surtout « circences », toujours « circences »…
    Le cirque continue !

    • Al Nazrani
      Bonjour,
      Le cirque romain distrayait et « amusait » la plèbe romaine. Cependant cela n’a pas suffit à Rome à le garder sous contrôle.
      Notre cirque est surtout politique : il n’est pas distrayant au sens « amusant » du terme. Il estd’un piètre dniveau et surtout pathétique. Il nous distraiut dans le sens de « diversion ». L’acouphène qui’l produit nous empêche de nous focaliser sur les vraies difficultés.

    • les romains étaient si bien amusé et distraits qu’ils en ont oublié les barbares à leur porte, on connait la suite…aucune analogie avec le monde d’aujourd’hui ne pourra bien sur être trouvé, vraiment aucune…

  • Comme toujours les socialistes font ce qu’ils savent le mieux faire : organiser la pénurie…

  • Quel Cul ….ture ! a dit Monsieur Weinstein, ami de nos Ministres es-qualitès.

  • Mieux vaut développer dés le plus jeune age l’addiction à l’Etat providence pour faire de nos jeunes et au plus vite de parfaits socialistes. C’est bien là l’objectif.

  • « passe cul-ture »

    Les sots-cialistes tranforment toujours tout en vaste bordel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles