Bientôt du grabuge en Zone euro ?

La Banque centrale européenne ne pourra pas contrôler les déséquilibres grandissants de l’union monétaire si les taux longs montent. Une nouvelle crise se profile.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Bientôt du grabuge en Zone euro ?

Publié le 10 février 2018
- A +

Par Simone Wapler.

Il y a quelques jours, je tombe sur ce titre surréaliste du journal Le Monde que je souhaite partager avec vous :

Voilà. Vous savez maintenant, comme moi, que le conseil d’État se préoccupe de la vie sexuelle des dauphins captifs. Selon Le Figaro, en mai 2017, il y en avait une trentaine en France.

L’Etat s’occupe de tout

Je ne sais plus trop de quoi l’État ne se mêle pas en France. La prochaine fois que je croise un escargot à la sexualité douteuse, je lui demanderai si l’État s’occupe bien de lui aussi.

Une chose est sûre cependant, l’État a perdu la main sur la monnaie. C’est maintenant à la Banque centrale européenne qu’est dévolue la délicate mission de tricher et nous enfumer avec ses politiques monétaires.

Pour camoufler l’insolvabilité des banques et des gouvernements européens suite à la crise financière de 2008, la Banque centrale européenne rachète des obligations.

Ce faisant, elle en fait monter le prix ce qui fait baisser les taux d’intérêt (avec les obligations, si les prix montent, le rendement baisse. Comme avec l’immobilier : si vous achetez cher un bien, le rendement locatif est moins bon).

C’est ainsi que votre contrat d’assurance-vie adossé à des obligations de l’État français ne vous rapporte plus qu’environ 1,5% avant impôts. C’est aussi pour cette raison que l’État français continue à emprunter pour pas cher et que nous pouvons avoir 300 conseillers d’État qui statuent sur les rapports sexuels de 30 dauphins.

Le problème de fond n’est pas résolu

Mais, malgré ces manipulations, 10 ans après la crise, le problème de fond est loin d’être résolu. De nombreuses banques et de nombreux États sont toujours insolvables.

Ceci inquiète Alan Greenspan, l’ex-président de la Fed américaine (non, il n’est pas gâteux), qui au vu de la comptabilité Target estime que l’euro ne peut pas survivre.

Pour résumer, Target mesure les déséquilibres commerciaux au sein de la Zone euro – les créances et traites douteuses qui restent bloquées d’un pays à l’autre, les petits impayés qui s’accumulent.

Voici comment cela se présente :

Source Eurocrisis Monitor

Au-dessus de l’horizontal les pays créditeurs, auxquels on doit quelque chose (Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Autriche). En dessous, ceux qui doivent de l’argent (Italie, Espagne, Portugal…).

Bref, plus de 800 milliards d’euros sont dus à l’Allemagne.

Ceci inquiète Alan Greenspan, car comme vous pouvez le constater sur ce graphique, il n’y a aucune apparence de normalisation. C’est même le contraire.

Les taux montent

Les élections italiennes sont dans un mois (4 mars) et la Banque centrale européenne achète presque toutes les obligations souveraines italiennes. Les banques italiennes ont revendu pour 40 milliards d’euros de dette de leur pays à la BCE au quatrième trimestre 2017.

La BCE parle de diminuer ses rachats et est mise sous pression par la Fed américaine, qui se livre à un début de resserrement monétaire.

Les investisseurs pensent qu’à 3% sur les taux longs américains, la pyramide de dette s’écroule. Évidemment l’Europe serait dans ce cas contaminée.

Les taux montent aussi en Europe. Depuis trois mois, notre écart de taux avec l’Allemagne se creuse.

À quels taux d’intérêt tout bascule-t-il en Europe et l’insolvabilité se révèle-t-elle à nouveau ?

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En ce qui concerne le début de votre article , je vous ferai remarquer que le conseil d’état est là pour dire le droit et que le sujet n’est pas la sexualité des dauphins , mais l’avenir des parcs d’attraction tel que le marineland d’Antibes.

  • Que se passerait-il si « ON » appliquait aux états (donc, à nous la France) les mêmes règles pour endettement qu’imposent les banques aux citoyens lambda ?
    La question est, surtout, quand va-t-on cesser de vivre à crédit remboursable par nos arrières-arrières petits enfants ?
    Tout ça pour que nos Élus puissent péter plus haut que leur culs ! ON a un super TGV, des super rafales, des ruineux VélAuto’lib mais aussi des pauvres français d’origine contrôlée et des associations qui s’occupent des hommes (sans leur famille) qui débarquent de je ne sais où. Dépensons toujours plus !

  • Les taux d’intérêt ne monteront pas car « ils » feront absolument tout pour éviter le crack obligataire. Il suffit de voir comment est capé le 10Y us pour comprendre qu’il n’ira jamais à 3% ou plus. Par contre rien n’empêchera dans un délai que j’estime à 5 ans l’explosion de l’euro.

  • – C’est 1 petit krak actionnarial prémonitoire avant 1 krak obligataire imparable..mais nos « merdias » minimisent pour vanter la solidité de la reprise factice croyant sauver les apparences… alors que les gens restent incrédules :
    http://la-chronique-agora.com/krach-marches-avalanche/
    https://www.loretlargent.info/bourse/secret-malsain-derriere-recente-chute-indices-boursiers/20217/
    * les gens se détourneront des obligations pour rechercher le placement refuge intemporel en période de crise : l’or..
    https://www.loretlargent.info/epargne/sondage-francais-optimistes-confiants-or-epargne-valeur-refuge/19739/
    https://www.loretlargent.info/epargne/lor-contre-mort-de-lepargne-voulue-letat/20230/

  • Le début de votre article m’a laissé perplexe, et celui du Monde « Le Conseil d’Etat annule l’interdiction de la reproduction des dauphins en captivité » m’a interloquée. C’est effectivement une question cruciale pour le redressement économique de la France ! On croit rêver en lisant de pareilles crétineries. L’Etat nage en plein délire économique, est au bord de la faillite, mais se soucie… de la reproduction des dauphins en captivité !!!! Au fond ce n’est guère surprenant, le mot d’ordre des médias subventionnés étant : « enfumage ».
    Pour répondre à Hautefeuille, je ne vois vraiment pas en quoi  » l’avenir des parcs d’attraction tel que le marineland d’Antibes » relève d’une décision du Conseil d’Etat. Les responsables de ces établissements sont -ils incapables de résoudre ce problème eux-mêmes (si problème il y a) sans s’en référer à l’Etat ? Si ces parcs dépendent de financements publics n’y a-t-il pas des « autorités locales » pour régler le problème ? La solution serait simple : privatiser ces lieux attractions, qui ne s’en porteraient que mieux ; car l’Etat n’a pas rôle d’intervenir dans ce domaine.
    Tant qu’on y est, l’Etat pourrait aussi statuer voire légiférer (pour notre bien-être) les créneaux horaires des ébats amoureux ou des bains de pieds…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

De nombreux commentateurs économiques pensent que l'augmentation de la quantité de monnaie peut relancer une économie. Ils se fondent sur l'idée qu'avec plus d'argent en poche, les gens dépenseront davantage, et les autres suivront, car ils considèrent que la monnaie est un simple moyen de paiement.

Article original paru sur Mises Institute.

Or, la monnaie n'est pas un moyen de paiement, mais un moyen d'échange. Elle permet seulement à un producteur d'échanger son produit contre le produit d'un autre producteur.

Selon Mur... Poursuivre la lecture

Charles-Henri Colombier est directeur de la conjoncture du centre de Recherche pour l’Expansion de l’Économie et le Développement des Entreprises (Rexecode). Notre entretien balaye les grandes actualités macro-économiques de la rentrée 2024 : rivalités économiques entre la Chine et les États-Unis, impact réel des sanctions russes, signification de la chute du PMI manufacturier en France, divergences des politiques de la FED et de la BCE...

 

Écarts économiques Chine/États-Unis

Loup Viallet, rédacteur en chef de Contrepoints... Poursuivre la lecture

L'influent économiste Olivier Blanchard (ancien économiste principal au FMI) avait prévu, un peu imprudemment, que les taux d’intérêt (réels) allaient rester faibles et inférieurs aux taux de croissance réels pour les 20 prochaines années, et cela pour tous les pays (cf. PIIE, Reexamining the economic costs of debt, O. Blanchard, Nov. 2019). Donc inutile de procéder à un ajustement, la dette publique allait décliner par enchantement.

Pour M. Blanchard, les taux étaient sur une tendance séculaire à la baisse depuis le XIVe siècle… Dans ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles