Intelligence artificielle ou bêtise humaine : que doit-on craindre davantage ?

L’homme, équipé de sa modeste intelligence naturelle, doit-il avoir peur d’une concurrence de l’intelligence artificielle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Intelligence by Ray MacLean (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Intelligence artificielle ou bêtise humaine : que doit-on craindre davantage ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 janvier 2018
- A +

Par Charles Hadji1.

L’intelligence artificielle (IA) a le vent en poupe. À tel point que ses succès, et ses conquêtes, pourraient faire d’elle une grande menace pour l’humanité. L’homme, équipé de sa modeste intelligence naturelle, doit-il donc avoir peur d’une concurrence (déloyale ?) de l’IA ? Se pencher sur cette question expose à quelques surprises.

De l’intelligence artificielle

L’IA a effectué, ces dernières années, de grandes percées. Reconnaissance d’images, aide au diagnostic médical, traduction automatique, lecture sur les lèvres, assistants vocaux, compréhension du langage naturel, véhicules autonomes : nombreux sont les domaines où les progrès sont impressionnants.

Ainsi l’IA progresse de façon indéniable dans la maîtrise d’opérations intellectuelles, et dans la rationalisation de procédures efficaces. Elle peut effectuer, beaucoup mieux que nous, un grand nombre de tâches. Les réseaux de neurones artificiels sont capables de reconnaître (des formes, des caractères manuscrits) ; d’identifier ; de classer. En quoi, alors, ces progrès sont-ils une menace pour l’homme ?

Cédric Villani sur l’intelligence artificielle le 5 décembre 2017.

 

On imagine le développement de technologies s’incarnant dans des robots capables de penser comme nous, et finalement mieux que nous. Qui pourraient nous survivre, et nous remplacer. On craint le saut qualitatif que constituerait l’émergence d’une IA capable de s’améliorer elle-même, jusqu’à dépasser l’homme. On craint les possibles actions néfastes de robots dotés d’une autonomie dépassant le seul champ technique, et capables de prendre des décisions d’ordre éthique, alors même qu’ils seraient dépourvus de conscience éthique.

Mais l’intelligence se réduit-elle à la capacité de produire des opérations intellectuelles, et à la maîtrise de procédures efficaces ? L’intelligence artificielle est d’ordre technologique. « Ça marche » (pour opérer certains gestes intellectuels, et conduire efficacement certaines actions) est-il le dernier mot en matière d’intelligence ? Dans l’expression « intelligence artificielle », le terme « intelligence » est-il à sa place ? Car, au fond, qu’est-ce que l’intelligence ?

De l’intelligence naturelle

René Zazzo (« Où en est la psychologie de l’enfant ? », 1983) propose de rayer du vocabulaire le terme « nu » d’intelligence, parce que, « signifiant trop, il ne signifie rien ». Ce qu’on appelle « intelligence » est pluriel : il faudrait considérer une dizaine d’intelligences différentes. Bien plus, l’intelligence réside dans le bon usage de ses capacités cognitives. Il faut les utiliser à bon escient (« au bon moment et convenablement », p. 54). Descartes l’avait très bien vu : « ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien » (Discours de la méthode, première partie).

Cela nous éloigne d’une conception qui réifierait l’intelligence, la transformant en « chose » que chacun posséderait plus ou moins. On peut en effet concevoir l’intelligence d’au moins trois façons : comme une donnée d’ordre biologique (conception héréditariste) ; comme le résultat d’une construction concrète et progressive (conception constructiviste) ; ou comme une exigence (l’exigence de se construire intelligent : conception « perfectionniste », fondée sur l’idée rousseauiste de perfectibilité).

Si les deuxième et troisième conceptions sont les plus pertinentes, alors, d’une part, l’intelligence, comme capacité de distanciation et conscience critique, est le résultat d’une conquête de tous les jours. C’est en ce sens qu’Alain disait que « chacun est juste aussi intelligent qu’il veut ». Et, d’autre part, elle constitue une « réalité » paradoxale. Comme le chante avec à-propos Brassens (« Ceux qui ne pensent pas comme nous ») : « Entre nous soit dit, bonnes gens,/Pour reconnaître/Que l’on n’est pas intelligent,/Il faudrait l’être. ». Ne pas comprendre cela pourrait être un indice de « connerie ». Mais alors : qu’est-ce que la connerie ?

De la connerie naturelle

Nous ne nous serions jamais permis d’utiliser ce terme si nous n’avions pu nous placer pour cela sous la haute autorité du Professeur René Zazzo. Celui-ci, afin même de mieux cerner la notion d’intelligence, consacre en effet un chapitre à la question : « Qu’est-ce que la connerie (madame) ? », Car, pour lui, on peut être à la fois con et intelligent, et « le contraire de la connerie, ce n’est pas la logique » (p. 47).

Ce contraire serait donc une forme d’intelligence différente de l’intelligence logique (celle de l’IA), forme dont la connerie signifierait l’insuffisance, ou l’absence. Intelligence que l’on pourrait peut-être définir comme la conscience de ses insuffisances et de ses limites. D’où la clé du paradoxe : pour reconnaître que l’on n’est pas intelligent (que l’on ne met pas suffisamment en jeu cette conscience critique), il faut l’être, c-à-d déjà être capable de conscience critique. Cette « autre dimension » de l’intelligence, la plus haute, serait en quelque sorte un antidote pour la connerie.

Précisément, le propre d’un con est de ne pas se douter qu’il l’est. « Pour le savoir, il lui faudrait se décentrer, se voir avec les yeux d’autrui… Ce qui suppose alors qu’il ne le serait pas » (p. 52). Le drame est que la connerie est hélas très répandue. Dans une recherche portant sur elle, écrit Zazzo, « les volontaires pour constituer la population d’expérience, c’est pas ça qui manque ». Les exemples abondent de connerie à l’état brut, celle qui fait plonger dans une piscine sans eau, courir sur le toit des trains qui vont passer sous des tunnels, ou se mettre à quinze pour tabasser sans raison un lycéen sans défense.

Ainsi, la tension qui oppose l’insuffisance de maîtrise à l’efficacité technique, pour laquelle l’IA serait le pôle supérieur, ne se superpose pas avec une autre tension, qui oppose connerie et intelligence critique. Comme elles ne jouent pas sur le même terrain, l’intelligence humaine (en tant que critique) n’aurait pas à craindre l’intelligence artificielle. Mais est-on cependant sûr d’être à l’abri de l’émergence d’une connerie artificielle ?

De la connerie artificielle

A priori, la connerie est le propre de l’homme. Comme l’a fait observer Cédric Villani à propos de l’échec d’APB, ce n’est pas l’algorithme en lui-même qui est responsable de l’énorme « couac » qu’a connu l’affectation des lycéens dans les établissements d’enseignement supérieur, car les problèmes rencontrés relèvent de la responsabilité politique. « Le logiciel en lui-même n’a rien à se reprocher ». La connerie est humaine, non technique.

Pourrait-on cependant identifier les circuits neuronaux de la connerie, élaborer des programmes permettant d’être toujours plus cons, et construire des robots experts en connerie ? Mais à quoi cela servirait-il : nous sommes déjà si forts en connerie naturelle !

L’intelligence artificielle est une forme acérée d’intelligence logique, mais non encore d’intelligence critique. Il est donc logique que nous n’ayons pour l’instant (mais, à notre avis, pour toujours, la connerie n’étant le propre que de l’homme, et ne se manifestant ni chez les animaux, ni chez les végétaux), aucune preuve de connerie artificielle.

Pour arriver à ce stade, il faudrait que les « machines » (robots et programmes) aient accès à l’intelligence critique, dont la connerie humaine naturelle est comme le témoin en creux. Aller toujours plus loin dans le champ de l’intelligence logique ne fait courir aucun risque de connerie, sauf à celui qui ferait un usage non critiqué de cette forme d’intelligence, et qui serait donc déjà con « par nature ». En somme, et paradoxalement, la connerie est notre arme fatale contre de possibles excès de l’IA.

Répondons enfin à notre question de départ

Faut-il donc craindre aujourd’hui l’intelligence artificielle ? Nous pouvons certes craindre une forte disparition d’emplois, sur des tâches automatisables. Mais le problème est alors celui de la juste répartition des richesses produites, et de la place à donner au travail dans la vie humaine. Problème que l’homme, s’il n’est pas trop bête, devrait pouvoir résoudre intelligemment.

Décidément, nous pouvons conclure que l’intelligence artificielle est beaucoup moins à craindre que la connerie naturelle, qui triomphe malheureusement (entre autres !) chez de trop nombreux chefs d’État. Par pure charité, nous ne citerons aucun nom. Mais, hélas, ils ne se reconnaîtront pas (puisqu’ils sont cons). En cette période de vœux, nous nous contenterons d’espérer qu’ils finissent par être touchés par la grâce de l’intelligence critique, celle qui fait douter de soi, et s’interroger sur la valeur de ses actes, et les conséquences de ses décisions.

De la bonté salvatrice

Nous pouvons toutefois faire une dernière observation. À côté des tensions opposant l’insuffisance opératoire à la maîtrise technologique, et la connerie à l’intelligence critique, il nous faut distinguer une troisième tension, elle aussi non superposable, qui oppose gentillesse à méchanceté. Car, comme l’a encore bien vu Brassens, « quand les cons sont braves », il n’y a guère de mal. Les difficultés naissent du mélange des genres, quand « les connards » sont « des peaux de vache ».

Souhaitons donc qu’un sursaut de bonté vienne accompagner le développement de la forme la plus haute d’intelligence naturelle. Celle qui nous conduirait, entre autres, à faire un usage intelligent de l’intelligence artificielle… Et concluons : paix sur terre à tous les êtres humains de bonne volonté, pour peu qu’ils ne soient pas trop cons, plutôt braves, et fassent preuve un tant soit peu d’intelligence critique…

A lire : notre dossier sur l’intelligence artificielle.

Sur le web-Article publié sous licence Creative CommonsThe Conversation

  1.  Professeur honoraire (Sciences de l’éducation), Université Grenoble Alpes.
Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Et la morale de cette histoire ,l’intelligence artificielle va permettre aux cons de prendre le pouvoir…comme quoi le con à un très grand avenir devant lui…je suis sauvé contrairement à nos futurs pàuvres sur-diplomes au QI astronomique mais tellement devenu inutiles 🙂

    • On s en fout, on en veut pas du pouvoir ! On veut la liberté.

      • Le pouvoir est la liberté de faire ce que bon vous semble .ce pouvoir est accessible à tout le monde ,on peut être pauvre et libre comme riche dans une prison dorée ,c’est votre choix !

        • Quand je dis Pouvoir je parle d’être à la tête d un exécutif. La liberté n est pas de faire ce que bon me semble, la liberté est de faire ce que je juge bon pour moi même sans nuire à autrui.
          Je suis libéral et contre toute forme de gouvernement, je suis donc anarchiste également.
          Cela fait certainement de moi à un utopiste mais pas un collectiviste qui pense que la liberté est de faire ce que je veux, paeceque je le vaux bien.

    • Comme quoi les tests de QI sont mal conçus!

  • La réelle nouveauté de ce siècle (et pour être honnête de la fin du XXème) ce n’est pas la densité de « cons » mais le fait qu’on leur ait laissé la parole, qu’on les écoute, voir qu’on leur ait donné le pouvoir.

    • Je suis grave cerné par les cons. Heureusement qu il y a CP, sinon certains jours je serai bien capable de croire que je suis fou a défaut d être con.

  • « L’IA a effectué, ces dernières années, de grandes percées… » Il y a un problème dans cette affirmation : en quoi les exemples listés (qui sont clairement des « percées » technologiques) vont-ils dans le sens d’une Intelligence Artificielle ?

    En quoi réussir à « reconnaître » une image discrète qui n’est qu’une approximation réduite à un nombre, certes important, mais fini de pixels avec un modèle déterminé ou non relève-t’il de l' »Intelligence » : l’humain est complètement incapable de faire la même chose : il ne sait pas figer une image, ni la découper en pixels ou en vecteurs ou en toute autre description finie, il ne sait pas la comparer à d’autres images types sans passer de l’une à l’autre … et celà ne l’empêche pas d’être intelligent (ou idiot)

    L’IA est un ensemble fantastiques de technologies. Le seul problème, c’est que cela ne devrait pas s’appeler IA : l’Intelligence n’a absolument rien à voir avec la manipulation d’information et la réduction dans un système formel qui ne représentent qu’une infime partie des capacités de l’intelligence à laquelle la philosophie du XIX° a donné une place largement disproportionnée.

    • Vous avez tout à fait raison! Cela n’a rien à voir avec l’intelligence. Ce que l’on nomme improprement IA ne font que des corrélations de données.

    • +1. IA est un terme jourlalisto-marketing débile. La terminologie adapté est « Machine Learning ».

  • Il a été prouvé depuis peu que l’intelligence humaine ne se loge pas seulement dans le cerveau mais qu’elle a aussi un espace dans le coeur et dans l’intestin.
    La « connerie » serait donc aussi le manque d’intelligence du coeur et le manque de « tripes ». Non ?

  • LA BETISE HUMAINE, nous en avons des preuves tous les jours!

    • @Virgile

      Sauf que l’on devient un peu trop souvent le con de l’autre quand on a pas la même logique!
      Comment définir précisément « LA BÊTISE HUMAINE »?

      • Nous en avons un parfait exemple en France depuis 1981. Tout le monde sait ce qu’il faut faire et ne plus faire, mais personne ne le veut et Macron pas plus que ses prédécesseurs!

  • Est-ce qu’on peut appliquer la dialectique hégélienne du maitre et de l’esclave à l’intelligence humaine ? C’est en effet toute la question.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Marc Bidan et Meriem Hizam.

Cette contribution évoque une drôle d’histoire. Il s’agit d’un simple grain de sable dans un scénario pourtant bien huilé. Ce grain de sable, cette anomalie, ce bug, cette erreur permet de replacer l’intelligence humaine au centre de ce qui est présenté – bien souvent par abus de langage – comme artificiel. Ainsi, même les robots sauront bientôt mentir !

À partir de ce paradoxe, cet article montre la persistance de la présence humaine dans l’intelligence artificielle. Il s’agit de dérouler et décr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles