Brexit et immobilier londonien, 1 an et demi après

Brexit ou non, Londres risque bien de rester une des capitales les plus attractives, et la ville où le logement est le plus cher au monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit et immobilier londonien, 1 an et demi après

Publié le 3 janvier 2018
- A +

Par Nafy-Nathalie.

Rappelez-vous il y a 1 an et demi, au moment du vote du Brexit, on ne parlait dans nos journaux que faillite du pays et effondrement du marché immobilier.

Un article du quotidien Les Échos du 6 juillet 2016 avait même repris les propos de Jean-Paul Betbeze, économiste, qui indiquait :

Les pires crises sont les crises de l’immobilier. Car l’immobilier crée des bulles et c’est le cas de Londres. Il y a eu une explosion des prix immobiliers ces dernières années et c’est en train de se retourner. Certes, c’est une crise qui concerne plus Londres que la Grande Bretagne. Mais Londres pèse 11 à 12 % du PIB du Royaume Uni et cela sera suffisant pour que le pays entre en récession.

Aujourd’hui, la débâcle annoncée se fait toujours attendre. Le pays se porte plutôt bien malgré une inflation de 3%. Selon les chiffres donnés par cet article du Monde  du 17 mai 2016, le Royaume-Uni affiche même le plus bas taux de chômage depuis 1975. En effet, malgré le Brexit, ce taux est sous la barre des 4,6% fin mars 2017. Quant à la hausse des prix à la consommation, elle a été largement compensée par la hausse du revenu moyen des salariés. La consommation des ménages a donc soutenu l’économie.

Le marché immobilier anglais a pourtant bien ralenti. Certains comme Boursorama, dans son article du 20 décembre 2017 soutiennent que ce phénomène serait dû au Brexit. Peut-être est-ce le cas, peut-être existe-t-il d’autres explications.

L’hypothétique responsabilité du Brexit dans ce ralentissement a pu être largement modérée par la faiblesse des taux d’intérêt maintenus à un niveau très bas par la Banque d’Angleterre (0,25%) et le haut taux d’emploi. De même, la faiblesse de la livre sterling pourrait continuer d’attirer aussi les étrangers qui cherchent à investir.

Frenchtouchproperties.com décrit d’autres effets comme, par exemple, celui de BOMAD (Bank of Mum and Dad) qui a concerné 300 000 ventes en 1 an n’est pas à négliger. Les parents prêtent à leurs enfants pour qu’ils puissent accéder à la propriété, soit en leur achetant directement un appartement, soit en leur permettant de réunir l’apport nécessaire à l’obtention d’un prêt. Les jeunes ont donc continué à investir, maintenant le marché malgré les incertitudes liées au Brexit.

D’ailleurs, nous parlons de baisse ou ralentissement mais dès que nous replaçons la variation dans un contexte de hausse continue de 10% par an depuis 20 ans, la perspective que nous en avons change immédiatement pour devenir, peut-être, le signe du réajustement d’un marché qui déraillait.

Les baisses ou ralentissements ne sont d’ailleurs pas uniformes. Les dernières données communiquées par Nationwide indiquent en avril 2017 une croissance annuelle en valeur de 2,6% au niveau national et de 0,5% pour Londres avec de fortes disparités selon les quartiers et le type de biens.

Ce que nous pouvons constater en poussant l’analyse c’est que le centre de Londres, qui correspond au marché des biens les plus luxueux, aurait subi une chute annuelle de 4% qui est grandement à relativiser vu le contexte de hausse soutenue des dernières années. Par ailleurs, tous les quartiers ne sont pas à la baisse. Certains voient même leurs prix remonter comme South Kensington (+2,1%), Knightsbridge (+1,2%) ou encore Chelsea (+1%).

Il n’est donc pas absurde de se demander si la modification du stamp duty (taxe à l’achat) n’a pas eu un effet plus important que celui du Brexit sur la baisse des prix du centre londonien. En effet, auparavant, cette taxe augmentait de manière linéaire avec le prix d’achat. Depuis avril 2017, elle augmente de manière exponentielle. Plus votre bien est cher, plus le pourcentage de taxe à payer est élevé. Les biens de luxe du centre de Londres ont donc été moins attractifs. Ce phénomène s’est sans doute accentué aussi par l’apparition de plusieurs programmes d’immobilier de luxe, augmentant l’offre et donc de manière mécanique, jouant à la baisse sur les prix.

Par opposition, les biens les moins chers ont conservé, avec une taxe moins importante, leur attractivité surtout que de manière totalement logique et mécanique, les investisseurs traditionnels des biens luxueux se sont tournés vers des biens moins chers, augmentant ainsi leur demande et leurs prix.

Cet effet a pu encore être accentué par le dispositif Help to Buy mis en place par le gouvernement pour aider à l’acquisition des biens de moins de £600K.

On est donc loin d’un effondrement du marché, d’une bulle qui éclaterait ou autre. Peu importe la baisse, elle est négligeable surtout si on la replace dans le contexte de hausse continue des 20 dernières années. Le marché semble même en croissance pour les petits logements du centre ou pour les biens qui sont en dehors du centre (+1 à + 5% par an).

Concernant les biens de luxe, ils ont perdu de la valeur depuis début 2016, c’est vrai. Ils sont plus longs à être vendus, c’est vrai aussi. Toutefois, le marché semble s’équilibrer voire repartir à la hausse. Certains experts parlent même d’1% de croissance en 2018 pour le Prime London et 5% par an à partir de 2019, sous réserve d’un Brexit pas trop difficile.

Quoiqu’il en soit, si certains attendent toujours la bulle, je reste confiante. Londres restera Londres pendant de nombreuses années encore, à savoir, Brexit ou non, une des capitales les plus attractives et la ville où le logement est le plus cher au monde.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • « Le pays se porte plutôt bien malgré une inflation de 3% »

    Drôle d’affirmation … 1.5% de croissance, 3% d’inflation malgré un taux directeur à 0.25% … Vous me répondrez 4.5% de chômage, je vous dirais qu’il faut voir les emplois aussi …

    Bref, le Brexit n’est même pas encore là que l’économie britannique se dégrade. On est loin de l’Allemagne qui affiche 2% de croissance, 1.8% d’inflation et continue d’aligner des excédents budgétaires.

    • Question classique : est-ce qu’il vaut mieux un emploi précaire / à temps partiel qui permet de s’assumer un minimum ou vivre d’allocations diverses et variées en passant son temps à remplir des formulaires pour prolonger les aides…?

      • Je suis contre les aides sociales. A la limite quite à maintenir de l’assistanat, je préfère l’impôt négatif. Mais la question n’est pas là, vous faites de la diversion. Comme l’auteur, que j’apprécie pourtant généralement.

        La réalité est que l’économie anglaise a pris un énorme coût à l’annonce du brexit. La réalité est que le brexit n’est même pas encore là que la situation est médiocre. Une inflation supérieure à la croissance, c’est de la merde. C’est une récession masquée par de la manipulation monétaire. Même la France fait mieux (1% d’inflation et 1.9% de croissance), c’est dire.

        Alors, oui, on peut se réjouir d’un taux de chômage faible mais je suis désolé, présenter cela comme le fait que l’UK se porte bien, c’est du foutage de gueule. L’objectif doit être un taux de chômage faible et des gens qui vivent bien de leur labeur, comme en Suisse. Pas un taux de chômage ridicule et des gens qui vivent comme des chiens. Sinon, votre exemple c’est l’URSS …

  • « Quant à la hausse des prix à la consommation, elle a été largement compensée par la hausse du revenu moyen des salariés » : il me semble, au contraire, que l’augmentation des salaires reste inférieure à l’inflation : https://tradingeconomics.com/united-kingdom/wage-growth

  • « La consommation des ménages a donc soutenu l’économie. » : « household consumption remains relatively subdued with quarter-on-year growth ( of household consumption ) slowing for the fifth consecutive quarter to be at its lowest rate since Quarter 1 2012 (0.9%). » ( office for national statistics GB 3rd quarter 2017 )

  • L’article est assez renseigné et exact. Le Brexit a eu un impact mais mineur par rapport a d’autres facteurs :
    – l’augmentation ridicule du stamp duty pour les propriétés dépassant 925.000£ et 1,5M£ dans la pure tradition des lois marxistes votées par des gouvernements de droite pour essayer de se faire bien voir des électeurs de gauche. A noter que trop d’impôt tuant l’impôt, les recettes globales du stamp duty ont baissé pour le gouvernement car ils ont quasi paralysé le marché haut de gamme. Et comme l’augmentation des prix est due a la rareté des terres constructibles face à la demande, rareté entretenue par la planification urbaine des autorités, nous avons donc comme d’habitude un problème provoqué par les autorités auquel celles-ci répondent non par une mesure traitant le problème, mais par des taxes l’aggravant. Youpi ! La bêtise marxiste et liberticide n’est pas forcement un monopole français !
    – autre facteur non mentionné dans l’article, les chinois pour lesquels les sorties de capitaux sont devenues très difficiles alors qu’ils constituent une bonne partie des acheteurs de biens haut de gamme à Londres.
    Un gros nuage se profile a l’horizon quand même : Jeremy Corbyn, marxiste total va certainement devenir premier ministre vu la nullité de Theresa May. Et là ça va être back to the seventies pre-Thatcher avec nationalisations massives et certainement une « mansion tax » c’est dire un ISF immobilier qui va faire très mal, et Dieu sait quelles autres inventions à la soviétique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’encadrement des loyers a été réactivé par le vote de la loi Elan fin 2018. Il vise à limiter le montant des loyers dans les communes situées dans les zones tendues. Dans ces communes le loyer à la relocation va être bloqué à une valeur maximum, appelée valeur de référence majorée, calculée à partir de valeurs fournies par l’observatoire des loyers de chaque agglomération. (Détail du système).

Les obligations sont si nombreuses et complexes que les petits bailleurs privés devront passer de nombreuses heures à assimiler le principe où ... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles