La dernière gorgée de bière, d’Ariane Ferrier

La dernière gorgée de bière est le récit plein d’humour d’un véritable écrivain, doublé d’une journaliste, soucieuse du détail clinique, qui s’intéresse aux autres et vit avec eux d’intenses moments d’humanité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dernière gorgée de bière, d’Ariane Ferrier

Publié le 2 décembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Juin 2016. Ariane Ferrier prend un TGV dans la gueule :

Une tumeur ?

Oui, madame.

J’ai un cancer ?

Oui, madame.

Elle se demande comment se comporter, comment se tenir :

Ah ben je ne sais pas, c’est la première fois que j’ai un cancer…

En fait elle choisit d’accepter ce qui lui arrive :

Tu regardes ce qui peut être fait pour réparer le mal ou l’adoucir. Tu vas en baver, mais ce sera plus facile.

Avant le diagnostic

Deux mois plus tôt, elle ne sait pas encore qu’elle a une tumeur au pancréas. Les symptômes, ce sont des douleurs aussi monstrueuses que bizarres : sous la peau et autour du nombril. Après examens, le diagnostic tombe. Elle a – c’est rare – une panniculite mésentérique : la sonorité du mot l’enchante…

Or cela signifie une maladie auto-immune ou une tumeur… À tout prendre, elle se souhaite une tumeur : Dans mon imaginaire, une maladie auto-immune, c’est avoir un sniper qui t’attend, quelque part. Et elle craint les ennemis dont elle ne peut voir les yeux…

Une fois l’annonce de la tumeur faite à ses amis, elle peut distinguer parmi eux ceux que le vent emporte, chanson connue depuis Rutebeuf en complainte, et ceux qui, au contraire, lui envoient des signes de tendresse, d’encouragement, d’amitié

Ces derniers sont sa garde prétorienne. Elle peut dès lors – drôle de voyage – partir en guerre et fait d’ailleurs un truc bizarre la veille de l’opération qu’elle doit subir le 27 juin 2016 : Je vais me recueillir sur le monument aux morts d’Oyonnax…

Le récit d’un véritable écrivain

Elle a d’une guerrière la peur et le courage, couple indissociable… Elle souffre, mais elle rit et met même au point une technique inédite pour rire, sans bouger l’abdomen, une position d’urgence pour parvenir à rire…

La dernière gorgée de bière est en effet le récit plein d’humour d’un véritable écrivain – Comment ne pas rire ? -, doublé d’une journaliste, soucieuse du détail clinique, qui – c’était sa façon de vivre avant -, s’intéresse aux autres et vit avec eux d’intenses moments d’humanité.

La foi l’aide au cours de son voyage : Je ne vais pas nulle part, je vais vers un ailleurs – inconnu, certes, mais meilleur et plus beau. L’aide aussi sa décision de mourir de son vivant, de lutter pour rester vivante et aller bien, de survivre en milieu hostile.

Elle le dit sans orgueil ni fausse modestie : J’ai été une belle femme. Dans la situation où elle se trouve, elle écrit : Ma beauté n’est qu’un accessoire obsolète et inutile. Peut-être, mais, en tout cas, elle termine son livre en beauté :

Maintenant, il faut vivre.

Ariane Ferrier, La dernière gorgée de bière, 104 pages, BSN Press

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci pour votre bel hommage à Ariane Ferrier qui vient de s’éteindre. A défaut de pouvoir lui envoyer des fleurs, lire son ultime livre, c’est lui montrer, ainsi qu’à sa famille, notre admiration et notre attachement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles