Youpi, voilà une redevance universelle et œcuménique !

Mathieu Gallet, le patron de Radio France, a une super-solution pour sauver la télé française : une redevance universelle !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
France Télévisions (Crédits jean-louis Zimmermann, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Youpi, voilà une redevance universelle et œcuménique !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 novembre 2017
- A +

Vous l’attendiez certainement avec impatience (si si, ne dites pas le contraire, bande de petits coquins), et ce moment est enfin arrivé : les taxes d’habitations arrivent doucement dans les boîtes à lettres et – youpi ! – vous allez enfin découvrir la couleur du cerfa annuel avec lequel vous réglerez cette taxe ainsi que – ô joie ! – votre redevance audiovisuelle.

Et ça, mes petits amis, ce sera un vrai moment d’allégresse !

Non, non, ne le niez pas : je sais que vous avez à cœur de payer un tribut (fort modeste, d’ailleurs) pour une telle qualité de production, de service public et la tenue irréprochable des informations qui y sont débitées. Sans ce service public (qu’une partie non négligeable du monde nous envie de façon cependant très discrète), comment s’assurer ne jamais être débordé par les « fake news » et polémiques stériles ?

Et puis, notez qu’il s’agit de seulement 138€ en métropole et encore moins dans les DOM-TOM (88€). C’est quasiment la même chose qu’une amende pour un excès de vitesse en ville, ce qui n’est finalement pas si fortuit : après tout, posséder une télévision ressemble de plus en plus à une infraction dans notre monde moderne et il est normal que, comme pour la sécurité routière, notre gouvernement vous encourage à plus de précaution avec votre façon de passer votre temps libre.

Du reste, il semble que le message global soit passé puisque, progressivement, les télévisions ont quitté les foyers familiaux. Ou, du moins, l’usage des écrans a profondément changé ces dix dernières années au point que les chaînes publiques, qui vivaient jusque là confortablement engoncées dans leurs gros fauteuils mous, se retrouvent un tantinet bousculées par les ordinateurs, les tablettes, les smartphones pour ce qui est des supports, et les box, le streaming et les podcasts pour les contenus.

Cette diminution sensible de la part de marché des télévisions publiques, couplée à la réduction assez réjouissante des récepteurs télévisuels, amène naturellement l’actuel patron de Pravda Radio France, le sémillant Mathieu Gallet, à se poser tout plein de questions et, taraudé par le désir d’affiner encore la qualité des services rendus, à proposer quelques pistes d’innovations particulièrement inattendues.

C’est ainsi que, dans une interview au JDD, il a récemment éclairé son audience sur les orientations qu’il compte faire prendre au mastodonte de radio publique qu’il dirige depuis quelques années et comment il compte financer tout ça en proposant d’étendre… la redevance télévisuelle. Quelle surprise surprenante !

Oui, certes, notre ami Mathieu n’est pourtant pas le patron de Fail France Télévisions mais le bouillant jeune homme n’est pas en manque d’idées et on peut être certain que ses « idées », très très « innovantes », ne déplairont pas à Delphine Ernotte, celle qui, justement, s’occupe du mastodonte de télé publique.

En fait, pour Mathieu, c’est très simple :

Aujourd’hui, la redevance est payée par les personnes qui déclarent posséder un téléviseur, or cela n’a plus de sens compte tenu des modes de consommation des médias actuels, explique-t-il. Une idée pourrait être d’instituer une redevance universelle et automatique, chaque foyer fiscal contribuant à cet effort, comme c’est le cas en Allemagne ou en Suisse.

Et si l’on oublie que le frétillant Gallet n’a pas pris l’Allemagne ou la Suisse en exemple pour leur rigueur budgétaire mais plutôt pour leur façon d’asseoir leurs taxes sur les foyers, on dirait presque qu’il a reçu un appel de Delphine qui réclamait encore, il y a encore quelques mois, « fromage et dessert », à savoir le retour de la publicité sur les chaînes publiques et une belle grosse redevance bien dodue : pas de doute, nos deux larrons en foire s’entendent fort bien pour détrousser le contribuable.

Et quoi de mieux pour ce faire qu’une redevance universelle ? Si on la couple à un revenu universel, cela permettra grâce à l’accompagnement d’un paquet de chips universel (allégées, bio, équitables et sans gluten), de ramener tout le peuple devant la télé universelle et de lui offrir une saine propagande information universelle destinée à former son jugement et son esprit critique. Pratique, non ?

Malheureusement, en termes « d’innovation », cette « réforme » qu’il propose bruyamment ressemble à s’y méprendre à un nouveau matraquage fiscal. D’un service optionnel, la télévision publique devient une obligation, que dis-je, une imposition de plus pour les foyers français qui montraient pouvoir pourtant s’en passer avec brio. Et le patron de Radio France ne semble pas s’émouvoir qu’un service optionnel doive malgré tout être payé même par ceux qui n’en ont ni le besoin ni l’usage (et qui sauraient très bien quoi faire des sommes ainsi ponctionnées à la place de payer des saltimbanques et des troubadours pour des tours qu’ils ne regardent pas).

Pourtant, facturer un service à l’usage réel, en 2017, on sait faire, même pour la télé. En France et depuis Canal+, on a prouvé qu’on pouvait facilement avoir des abonnés (et en perdre, aussi) qui payent pour un service spécifique de télévision sans que cela soit techniquement irréalisable. Il serait étonnant que les techniciens de France Télévision soient infoutus de faire ce que d’autres chaînes, il y a plus de 30 ans, parvinrent à réaliser avec brio… Et puis surtout, de nos jours, depuis les « boxes » internet, on sait aussi exactement faire payer au bouquet, à la chaîne, voire à l’émission.

Mais voilà… Basculer sur ce mode, laisser le contribuable en dehors de l’image et se contenter de faire payer l’usager à l’usage, c’est mettre directement les chaînes publiques en concurrence avec les chaînes privées. Et ça, c’est prendre le risque de devoir regarder la vérité en face : non, les Français ne sont absolument pas prêts à payer pour regarder l’invraisemblable cornucopie de séries idiotes, de présentateurs surannés, de documentaires lourdement orientés et d’émissions grassement moralisante. À tout prendre, autant avoir la même chose sur les chaînes privées, certes lardées de publicités, mais aussi gratuites que de qualité médiocre.

En réalité, le brave Mathieu entend proposer une réforme de l’audiovisuel public, pour, je cite, « remettre l’usager au centre en prenant acte des nouveaux modes de consommation des programmes et penser ‘média global’ en articulant l’écrit, le son et l’image. » Dans ce tourbillon de mots creux et de poncifs faciles, on comprend surtout que Gallet n’a que faire de l’usager. Ce n’est pas lui qu’il veut remettre au centre, mais bien le contribuable. Sans lui, plus d’argent, et sans argent, plus de fête.

Et pour le frétillant Gallet, ce serait vraiment dommage.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • ça c’est la phase 1.
    La phase 2 ce sera la redevance proportionnelle à la taxe d’habitation.

  • Finalement FranceTélévision s’assimile aux ordures ménagères:
    on devra payer pour ce merveilleux service, qu’on l’utilise ou non.

  • « contribuant à cet effort »

    Voilà une contradiction évidente du discours socialiste qui demande des efforts à une population qui a plus intérêt à en faire le moins possible dans leur système ou à le quitter.

  • La « redevance universelle et automatique » existe déjà et elle s’appelle la taxe d’habitation. Il n’a aucune créativité ce Mathieu Gallet 😀

  • Il faut lui reconnaître une certaine dose de courage pour prendre en exemple la Suisse …….. qui va, je l’espère, être débarrassé de cette redevance le 4 mars 2018.

    Mais c’est fou comme ses arguments sont les mêmes que ceux de G. Marchand, le patron de la Société suisse de radiodiffusion (SSR), ce mastodonte d’un budget de près de 1 milliards et demi de francs suisse, pour lutter contre l’initiative qui demande la suppression de la redevance en Suisse.

    Ces gens ont des ornières, vivent très (trop) bien de cette redevance et n’imaginent même pas que les gens ne sont plus d’accord de payer pour de si piètres programmes.

    Mais en Suisse, la peur commence à s’installer chez eux. Pour preuve, la communication récente de Mme Leuthard, cheffe du département de la communication, annonçant une baisse de la redevance à CHF 365.00/an (CHF 1.00/jour, mais ce n’est pas fait exprès a-t-elle-dit !) au lieu de CHF 450.00/an actuellement. Ils sentent que le vent est en train de tourner et qu’il faut à tout prix convaincre les indécis de refuser cette initiative. Espérons que ces derniers ne se fassent pas avoir.

    • Bonjour P’tit Suisse

      Quel beau pays, la Suisse, où l’on peut voter sur le maintien d’un impôt.

      • Certes ! 🙂

        Mais rares sont les initiatives qui ont été couronnées de succès, les suisses étant des moutons comme les autres et n’aimant pas beaucoup le changement et l’incertitude.

        Nous verrons bien ce qu’il va en sortir, mais je sens que les gens en ont marre d’être pris pour des c… par des gens qui ne sont pas capables de remettre leur système en question. Peut-être aurons-nous une petite surprise et que le mastodonte sera obligé de se mettre au régime sec.

  • Dire qu’un abonnement Netflix coute moins cher à l’année pour bien mieux, en dehors du fait qu’encore une fois, notre état leur mettent des bâtons dans les roues (3 ans entre sortie au ciné et autorisation de diffuser en streaming, même payant)…

  • Celui là veut refaire la’decoration de son bureau et s’offrir un abonnement de taxi pour famille nombreuse..rendre universel ne se faisant bien entendu pas avec une baisse de la redevance actuelle..et comme il n’y a pas possibilité ni nécessité d’ameliorer les programmes…faudra malgré tout dépenser!

  • privatisons l’ensemble de la télévision. ..plus de service public. ..politique libérale. ..ensuite plus de sudventions de la presse…et plus de niche fiscale pour les pseudos journaliste..

  • « C’est ainsi que, […] tout ça en proposant d’étendre… la redevance télévisuelle. »
    J’ai besoin d’un salon de 100 mètres carré et je propose d’étendre le financement aux poches de mes voisins ! J’ai écrit salon, mais j’aurais pu écrire yacht, jardin à la française, Ferrari, manoir, licorne.

  • On devrait supprimer cette usine à propagande gauchiste dont Elise Lucet est un parfait exemple!

  • Encore un plus que sympathique article de h16… Il doit beaucoup apprécier les émissions parfaitement neutres et conformes à l’éthique du Service Pudique comme la Matinale de France Inter… Et aussi tellement digne de la rançon… pardon de la redevance que nous payons. Une piste de financement pour ce si prestigieux organe? Vendre le siège dans ce quartier de nantis du XVIe et le transférer à la Courneuve. Je suis absolument certain que les journalistes, techniciens et administratifs de Radio France applaudiraient à ce projet de rapprochement avec le pays réel qu’ils adorent tant.

  • mais c est Bercy qui va être content
    n oublions pas qu’ une recette ne peut être affectée à une dépense
    cf pour mémoire la fameuse vignette auto présentée pour les vieux qui n’en ont pas vu la couleur
    ainsi Mr Gallet verra une taxe partir dans les poches de Bercy mais ça ne lui donneras pas un sou de plus après l effet d’annonce de sa mise en place.
    « c est à ça qu’ on les reconnait, ils osent tout »

  • Le journal de référence de la maison ronde était libé – ration -probablement encore – càd une ration de liberté .
    Si la France est une cage aux folls ( masculin) radiofrance est une des cages dans la cage je n’ écoute que FR musique et si peu ils me fatiguent avec leurs fausses notes avequeu, donqueu etc….ces raseurs
    MORILLE Alain

  • Bonjour,
    et Bravo!
    « Bien jeté!!' », disions-nous, autrefois.
    Oui, sauf que,
    Vous avez encore oublié l’amende forfaitaire pour violation du droit d’Auteur de chacun des génies inter-mi-temps et très-méconnus que vous mentionnez : Supplément clandestin que subissez subrepticement à chaque achat de disques durs ou non, clefs U.s.b., box-internet avec mémoire, ordinateurs…… etc.
    Argumentation du Ministre « de la culture » : Qui osera jurer qu’il n’a jamais rien piraté? ((Jérôme Cahuzac, Hervé Gaymard ? ?)).
    Ce qui prouve,
    encore une fois, la justesse de la thèse d’un certain Robert Badinter : Conférence devant l’Académie des Sciences Morales et Politiques, « £a Présomption d’Innocence n’a jamais existé dans la pratique, au long de l’Histoire de France ».
    D’ailleurs, lia gabelle était due par tout le monde, y compris ceux qui ne supportaient pas le sel dans l’alimentation.
    Vous allez
    probablement m’accuser de mauvais esprit systématique, et rétorquer que Georges Fillioud a fait grâce aux bouquinistes sur les quais de la Seine d’une Déclaration de T.V.A. trimestrielle ; et qu’ON nous a fait grâce, encore ((probablement une feuille égarée au secrétariat)) de La Taxe Professionnelle sur chaque P.C. tournant sous Windows? ((en effet certains élus avaient remarqué ou entendu dire que ce logiciel contenait tout ce qu’il fallait pour lancer une « Radio-Libre » ou station de télévision sans accréditation)).
    Bref, il y a « £es Motards en colère », il y a les forains qui font leur cirque en pleines rues, pourquoi jamais de Téléspectateurs Exaspérés.?.?.?.?

  • « cornucopie » ?

  • Je suis pas sûr que la citation sur la ‘redevance universelle et automatique’ en Suisse soit exacte.

    De ce côté là, la législation Suisse ne me semble pas si éloigné de celle de la France.
    cf https://www.letemps.ch/suisse/2015/05/20/7-idees-fausses-vraies-redevance

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Trevor Smith.

Comme chaque année à cette période, les ménages français reçoivent leur avis d’imposition au titre de la contribution à l'audiovisuel public, en parallèle de la taxe d’habitation. Le montant annoncé pour 2020 est de 138 euros, en baisse d’un euro par rapport à l’an dernier. Champagne !

Cette redevance est collectée au bénéfice de différentes entreprises publiques, selon la clef de répartition suivante :

France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Info – France Ô a cessé d’émettre l... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Xavier Fontanet.

La fin de la redevance télé comme piste de sortie du débat ? Encore une fine suggestion ! Des voix s’élèvent du côté des syndicats (c’est leur rôle) arguant qu’il faut « lui substituer d’autres recettes pour garantir l’indépendance par rapport au pouvoir politique ». Chacun y va de son idée en allant chercher une autre ligne budgétaire. Pas difficile de prédire que ça va tourner court.

Le Français, si créatif par nature, n’arrive pas à sortir de la logique fiscale. Il y a une idée pourtant simple qui consist... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Gérald Darmanin a annoncé la semaine passée l’étude d’un projet de loi visant à supprimer la redevance audiovisuelle. Cette suppression repose, selon son analyse, sur le fait que les Français consultent des contenus réalisés par les différents organes de l’audiovisuel public sans forcément détenir un poste de télévision : replay sur un ordinateur, radio… La redevance n’aurait donc pas vocation à être attachée à la détention d’un poste de télévision comme cela est le cas aujourd’hui.

Sur le papier, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles