Castaner ancre le parti présidentiel à gauche

Christophe Castaner, aujourd’hui porte-parole du gouvernement et naguère du candidat Macron, présidera aux destinées du parti du président Macron, La République en Marche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
castaner by Parti socialiste licence créative commons (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Castaner ancre le parti présidentiel à gauche

Publié le 26 octobre 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Il était temps de mettre fin à la particularité de LREM et à l’originalité du succès d’Emmanuel Macron : voici maintenant un vrai parti, avec un vrai président. Ce sera Castaner : le choix est fait non par les militants, mais par Macron lui-même. Pourquoi ce choix si ce n’est pour confirmer l’ancrage de LREM dans la gauche populaire ?

Il y a ceux qui croient en la démocratie et ceux qui s’en réclament. Ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Juridiquement LREM n’était pas un parti : miracle du macronisme qui se présentait contre une salutaire réaction de révolte contre le système des partis et la nullité ou la corruption de la classe politique. Et, sans parti, Emmanuel a été élu.

Enfin un vrai parti présidentiel

Maintenant il faut oublier la campagne et la posture qu’on pouvait avoir prise, et on va se donner un vrai parti, ou plus exactement le Président Macron va se donner son parti. Car démocratiquement le chef de ce nouveau parti aurait dû être élu par les membres LREM, que l’on a dénombré par centaines de milliers à un moment donné.

La démocratie ne se serait pas satisfaite d’un si grand nombre. Des élections avaient donc été prévues pour le 18 novembre à Lyon. Elles auront bien lieu, mais le résultat est connu d’avance : Christophe Castaner, aujourd’hui porte-parole du gouvernement et naguère du candidat Macron, présidera aux destinées du parti.

Était-il candidat unique ? Faisait-il l’unanimité ? Absolument pas, il avait au moins un challenger de poids, Christophe Griveaux. Mais, démocratiquement, le Président démocratiquement élu (avec 16 % du corps électoral), a désigné Castaner au cours d’un dîner privé lundi soir. L’affaire est désormais bouclée.

Socialiste et provincial

Demeure une question : pourquoi Castaner ? Il a deux atouts spécifiques. D’une part, ancien député socialiste, il confirme l’ancrage à gauche du nouveau parti et de l’action du gouvernement.

D’autre part, élu de province et rural, il est plus proche du terrain que Griveaux, trop parisien, trop énarque et trop élitiste. LREM c’est le peuple de gauche, c’est la voix des pauvres, de « la France là où ça va mal ». Merci camarade Emmanuel.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Vous avez raison de le remercier.
    Que de progrès faits en un laps de temps si court, souvenez vous de la gauche il y a 1 an seulement !

  • En URSS m’a-t-on dit, on allait voter en cortège, petites filles couronnées de fleurs et petits garçons avec foulard rouge, pour le candidat officiel du parti choisi par le Président du Soviet Suprême.
    Tout peuple a besoin de cérémonies traditionnelles…

  • Castaner, le terroristo-compatible qui soutenait le Hamas. Rappelons aussi Ferrand, qui finançait les terroriste de Ramallah.
    Ça promet.
    Mais seuls seront surpris les ravis de la crèche pour qui Macron représentait un nouveau modèle.

  • « LREM c’est le peuple de gauche, c’est la voix des pauvres, de « la France là où ça va mal ». Merci camarade Emmanuel. »
    Je ne sais pas si vous vous rappelez que la droite a perdu la bataille et n’a même pas été présente au second tour.
    Il n’est donc pas étonnant que cette « nouvelle gauche » soit au pouvoir.
    Mais cette nouvelle gauche marche dans un chemin semé d’embûches, que n’aurait jamais pu parcourir un Fillon président, totalement affiché de droite. Alors Macron manœuvre, fait deux pas en avant et un et demi en arrière et le tout tellement en zigzag qu’on ne sait plus où il en est.
    Le sait-il parfois lui-même? Rien n’est moins sûr. Mais il n’oublie pas que la France est un pays majoritairement de gauche. Le seul pays du monde ou le marxisme soft a pu s’épanouir.

    • @ contrasceptique
      Le problème de la France, c’est son conservatisme, cette nostalgie du temps passé, d’ailleurs glorifié dès l’école en une mythologie nationale entretenue qui passe en période faste ou normale, beaucoup moins crédible dans son état actuel connu par tout curieux du sujet, et dans le monde entier, à cause de l’addition de la « mondialisation » et d’internet! C’est ainsi qu’il en va du sacro-saint clivage « gauche-droite », très indifférent au « centre », malgré des gouvernements de gauche ou de droite réputés « blanc bonnet et bonnet blanc »!
      Or, c’est vrai que si la « démocratie » doit suivre le vote majoritaire, son rôle consiste aussi dans la protection des minorités!

      Un choix binaire qui répond à une logique facile et … simpliste, ne correspond en rien à une réalité autrement plus complexe et nuancée!

      Donc si E.Macron a fait le choix du « ni-ni » clairement annoncé, pourquoi s’étonner qu’à un premier ministre, classé « de droite » réponde un président de parti classé « de gauche ».

      En fait, je crois surtout que Ch.Castaner est le « complice » idéal du président qui lui fait une confiance déjà éprouvée! C’est donc un choix logique. Il me plaît de rappeler qu’E.Macron a démissionné du mouvement « en marche » dès que le mouvement s’est transformé en parti « LREM »: il n’est donc ni bleu ni rouge (ou « rose »), fidèle à lui même, comme dans la plupart des autres pays du continent qui préfèrent la proportionnelle à « l’alternance » avec un centre large pour respecter et la propriété et la solidarité!

      Pas de quoi en tirer des conclusions hâtives et, d’ailleurs, spéculatives!

  • Les « ravis de la crèche » n’apprécieront sans doute pas d’avoir été un peu abusés mais ils n’oseront pas le dire ni se l’avouer!

  • ah bon ? Vous le trouvez de gauche Castaner ? J’en réclame d’autres comme lui, alors ? Et quand allez vous cesser de rappeler le % de voix de Macron, élu ? % par rapport à quoi ? Il est élu selon la Constitution oui ou m… ? Et si quelqu’un n’est pas d’accord avec Castaner, qu’il se présente ? Pourquoi, Monsieur Garello, décidez vous que Castaner ne serait pas légitime, ou efficace ? Votre article ne sers à rien mais vous ne saviez quoi écrire en fait ?
    La vérité, c’est que LREM est constituée de petits bleus qu’il faut encadrer, sinon, vous aurez tôt fait (et déjà commencé, en fait !) de dire que Macron agit en dictateur (pour le moment, vous dites roi ou Jupiter !). Et Macron, pour le moment, a fait passer 2 lois sur 3 qui vont commencer à vraiment améliorer la vie des entreprises en France, donc notre richesse ! Et ce qu’il a fait sur les travailleurs détachés est super ! On verra la suite, mais pour le moment, bravo et pourvu que Castaner transforme ce parti du centre (et non de gauche !) en machine de guerre !

    • En effet. LREM peut difficilement être qualifié de parti de gauche, ou de droite d’ailleurs. La seule véritable alliance qu’il ait noué, c’est avec le Modem, qui est peu ou prou dans le même cas de figure. Il faut vraiment sucrer les fraises comme Garello pour affirmer que LREM, c’est le peuple de gauche. Surtout quand Macron est dépeint par tous les partis de gauche comme le président des riches, qu’il a mis Lemaire et Darmanin aux Finances et Philippe comme PM, qu’il supprime l’ISF, qu’il rogne sur les APL, rénove le code du travail, etc…
      Garello est aussi outrancier, dans un autre genre, que Mélenchon, et ce n’est pas peu dire !

    • @Milrem
      La foi du militant ne remplace pas les analyses sérieuses. Un Président de la République qui nomme le chef du parti au pouvoir, c’est un mélange des genres qu’on ne peut que condamner. Le nombre de dictateurs arrivés légitimement au pouvoir, et qui l’ont détourné ensuite, devrait vous alerter. Le fait que ces dictateurs ont toujours une cour qui étouffe sous les louanges de l’élu et les promesses de lendemains qui chantent toute velléité de critique aussi.
      Quant au vocabulaire guerrier, il est indécent. Il y a en France 20% de la population qui soutient Macron (ils se sont déplacés pour voter pour lui au 1er tour), et 20 ou 30 autres pourcents qui se proposent de lui accorder le bénéfice des bonnes intentions. Mais entrer en guerre contre les autres, ça n’est pas une bonne intention !

      • @ MichelO

        Vos élections présidentielles sont évidemment insignifiantes, ce qu’a bien démontré E.Macron absent des deux primaires des partis en service de revalidation!

        Il ne pouvait rien changer au règles: il s’est présenté: il a gagné!

        Et il est là, légalement, légitimement, pour 5 ans au total que ça vous plaise ou non!

        Comme on sait, même hors de France, c’est que vous avez la « droite » la plus bête du monde et la « gauche » qui ne va pas mieux, E.Macron est bien élu et il a une majorité à l’assemblée nationale: ce sont des faits!

        Ce qui importe maintenant, c’est demain, pas hier car pour ça, c’est trop tard!

        • Avec tout le respect que je vous dois, demain ne sera pas meilleur si on oublie, en affirmant la légitimité de Macron du fait qu’il a été élu suivant les règles consensuelles, que ce sont ses actes qui sont et seront déterminants. La légitimité, c’est comme la réputation : ça n’est jamais acquis pour les 5 ans à venir, c’est potentiellement remis en cause par les actes de chaque jour.

          • @ MichelO
            Ce que je sous-entendais, c’est que le quinquennat de Fr.Hollande, particulièrement inactif, à < 20% de bonnes opinions est resté jusqu'à la fin de son mandat (dont il est fier du bilan!!!) "insortable"!
            E.Macron qui agit plus, oui, ça demande à être examiné, dans les actes, sur un chemin, avec ses idées, pas trop révélées avant d'être mises en chantier, dans un pays sans le sou, avant de juger du bien-fondé de son action.

  • D’abord, Griveaux c’est Benjamin et pas Christophe…
    Ensuite, Castaner remplace Ferrand, celui de départ, légèrement incommodé par une affaire, gentiment prescrite et qui l’a mis de côté. Donc un ex-PS par un ex-PS. Nécessaire pour contrebalancer le poids fort lourd des ex-LR Philippe, Le Maire, Darmanin et faire « social ».
    Maintenant, un type qui a été responsable des jeunes rocardiens et a bossé pour Sapin a forcément une bonne capacité de langue de bois, principalement télé-radiophonique, fort utile pour son prochain nouveau poste.
    Et il a une grande gueule comme Macron. Cela devrait suffire…

  • Commentaire modéré : insultes

    • Un article se juge sur son contenu, point barre. Faire intervenir l’âge de l’auteur ou la couleur de sa peau ont exactement les mêmes relents.

    • A mon avis, vous dépassez les bornes de ce qui est admissible.

      • Tiens, un libéral qui n’est pas pour une liberté d’expression totale… C’est nouveau, ça vient de sortir ?

        • @ Jerémy Lapurée

          Joli!!!!

        • En Libéralie on a le droit de tout dire, mais on n’en est que plus responsable de l’image qu’on donne de soi par ses propos. Merci à Lapurée d’avoir révélé sa nature profonde, on aurait pu sinon le prendre par erreur pour un type bien.

          • @ MichelO
            L’image qu’il veut donner de lui, vraie ou fausse, ne regarde que lui; qu’il puisse dire ce qu’il veut et quoiqu’on en pense, c’est l’essentiel!

          • Faudra vous y faire, mon vieux. Je ne fais pas partie du Camp du Bien. Ca aurait du réjouir, pourtant, non ?
            A moins que le déboulonnage de statues cacochymes, ce ne soit pas votre truc ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles