Éducation : Zola nous aurait-il trompé sur le travail ?

À l’occasion de la journée des enseignants, une petite réflexion sur la lecture sociologique sombre qu’Émile Zola nous a transmise à travers ses écrits. C’est également un plaidoyer pour ne pas confondre littérature et sciences sociales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éducation : Zola nous aurait-il trompé sur le travail ?

Publié le 5 octobre 2017
- A +

Par Gabrielle Dubois.

Dans son introduction de L’assommoir, Zola écrit :

J’ai voulu peindre la déchéance fatale d’une famille ouvrière dans le milieu empesté de nos faubourgs. Au bout de l’ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort.

C’est une œuvre de vérité, le premier roman sur le peuple qui ne mente pas et qui ait l’odeur du peuple. Mes personnages ne sont pas mauvais, ils ne sont qu’ignorants et gâtés par le milieu de rude besogne et de misère où ils vivent.

L’assommoir

Que je vous rafraîchisse un peu la mémoire sur L’assommoir :

Avec leurs deux enfants, Gervaise suit jusqu’à Paris son amant Lantier qui l’y abandonne. Elle travaille alors en tant que blanchisseuse et épouse Coupeau parce qu’il le lui demande.

Mais Coupeau tombe d’un toit, doit arrêter momentanément de travailler, et prend goût à ne rien faire. Entretenu par sa femme, il se met à boire. Gervaise l’accepte, comme elle accepte tout depuis le début du roman.

Gervaise se voit prêter l’argent pour ouvrir sa propre blanchisserie. Ses affaires marchent bien, mais, bonne poire, elle invite à dîner à tour de bras des pique-assiettes au lieu de rembourser sa dette.

Son ancien amant, Lantier, réapparaît et se fait héberger gratuitement par Coupeau le mari ! Les deux ivrognes boivent tout ce que Gervaise gagne, la faisant tomber dans la misère jusqu’à ce qu’elle en meure.

Le travail ne tue pas

Le travail, au dix-neuvième siècle était dur : les semaines étaient longues, et l’assurance maladie inexistante, d’accord. Mais ce n’est pas le travail qui a ruiné ces personnages pécuniairement, physiquement et moralement, ce sont eux-mêmes. Zola décrit des personnages faibles :

Gervaise s’est laissée faire deux enfants par Lantier sans qu’il l’épouse, ce qui, pour l’époque révèle de la part de Gervaise une imbécile crédulité. Lantier fuit ses responsabilités en abandonnant femme et enfants. Coupeau sombre dans l’alcoolisme et la fainéantise. Gervaise a plusieurs occasions qui s’offrent à elle pour s’en sortir, mais ne va jamais jusqu’au bout.

Complaisance littéraire ou auto-flagellation collective ?

Et quelle morale la mentalité collective (officielle ?) a retenu de tout cela ? que travailler dur est mauvais et mène à l’alcoolisme, que le pauvre travailleur ne peut que subir son rude milieu.

Depuis Zola, depuis Maupassant et Boule de suif, accuser la société de tous ses maux, de tous ses échecs, de toutes ses déchéances, est un mal moral qui nous ronge insidieusement. Ces écrivains et leurs confrères naturalistes (bien que talentueux) pensaient que l’homme est déterminé par son hérédité et par son environnement.

Cette vue unique s’est grandement imposée aux acteurs du livre : éditeurs, critiques, lecteurs. Cette théorie naturaliste ne serait-elle pas une excuse au manque de goût pour l’effort personnel ? La littérature, elle, y aurait-elle perdu sa vraie nature, son élan, sa recherche du beau, du héros, de la grandeur d’âme et de cœur ?

On ne gagne rien à lire la misère, il suffit d’ouvrir les yeux pour la voir autour de soi. On gagne tout à lire la Beauté, à se hisser vers le haut, au lieu de se complaire dans la lecture d’un misérabilisme facile pour se donner, à petit prix, une bonne conscience d’éditeur, de critique ou de lecteur.

Au placard Zola ?

Alors doit-on oublier les romans de Zola sur une étagère et les laisser prendre la poussière ? Bien sûr que non !

Zola, dont la « chambre est tendue de tapisseries anciennes avec un lit Henri II qui s’avance au milieu de la vaste pièce éclairée par d’anciens vitraux d’église qui jettent leur lumière bariolée sur mille bibelots fantaisistes, inattendus en cet antre de l’intransigeance littéraire, » comme le décrit Maupassant,

Zola, que le malicieux Victor Hugo « s’obstinait à la méprise de prendre, sur la foi du nom et du style, pour un écrivain italien trahi par un traducteur… suisse ! »

Zola, donc, nous a peint sa réalité d’un peuple français, mais qui, toute de qualité qu’elle soit, n’est qu’une partie de l’étude d’une partie du peuple français.

La littérature n’est pas la sociologie

La littérature, depuis Zola, a été confondue avec la sociologie. Alors qu’elle devrait nous élever dans le beau, le sentiment ou l’esprit, comme le pensait Théophile Gautier :

Le charme d’un roman consiste à vous transporter hors du monde actuel, autrement le livre est aussi ennuyeux que la vie elle-même.

Pour voir de vilaines figures, on n’a besoin que d’un miroir, et il n’est malheureusement pas difficile de rencontrer dans les rues ou dans les salons les plus affligeantes réalités ; la vérité qui joue au trompe-l’œil n’est pas belle, et ce n’est pas pour rien qu’on l’a mise au fond d’un puits.

Qu’elle y reste : bien des gens s’efforcent de l’en tirer, puissent-ils n’y pas réussir ! Car, sur toute chose, j’aime et j’adore la beauté, amour qui m’a causé bien des peines dans cette dernière période de littérature difforme.

Vénéré maître Théophile, j’ai peur qu’ils aient réussi.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ce roman de Zola « L’assommoir » est devenu le fer de lance de la propagande scolaire contre le libéralisme par des enseignants qui expliquent aux lycéens priés de pleurer sur le sort de ces personnages pas du tout attachants que si on laisse revenir le libéralisme comme au XIX siècle, le peuple va sombrer dans la misère à cause des capitalistes comme cette pauvre Gervaise.
    En ce qui me concerne le calvaire a duré plusieurs semaine en classe de 2nd et le roman a gagner le surnom « l’Assommant ».

  • Bravo et merci pour votre article, qui élève le niveau. Permettez moi une contribution personnelle: Mes deux grands pères étaient mineurs de charbon (dans le même puits). Ils ont bossé dur pour élever leur famille et leur seule addiction connue était le tabac. Ils ne se sont jamais plaint et l’un des deux s’est offert une Citroen Traction dont il est allé fièrement prendre lui-même livraison à l’usine du quai de Javel à Paris. L’instituteur du village, un vrai hussard noir, a imposé à mes grands-parents que mon père fasse l’internat en 6e dans un grand lycée de la République. Ce fut l’origine d’une belle carrière de médecin multispécialiste respecté et d’inventeur (une technologie médicale utilisée dans de nombreux pays, y compris aux Etats Unis et en Chine). Ma mère est diplômée en Droit. J’ose espérer que Zola aurait apprécié cet exemple d’ascenseur social par le mérite et l’effort, et se serait lamenté que les choses ne se passent plus trop comme cela de nos jours…

    • « L’ascenseur social » est laminé par « l’égalitarisme » (en autre).
      Une pensée médiocre ou la confusion tient lieu de complexité contribue à « enfumer » les esprits.
      Je pensais récemment à Jules Valés qui était l’auteur incontournable du collégien au début des années 70, avec sa fameuse phrase:
      « A tous ceux qui nourris de latin et de grec sont morts de faim ». Cette affirmation porte une confusion du mêmes ordre que celle relevée par G. Dubois. Si certain sont mort de faim(peu nombreux à mon avis) on peux supputer que c’est par un manque ou un refus d’adaptation à leur environnement social .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles