Frappe-toi le cœur, d’Amélie Nothomb

Le dernier conte d’Amélie Nothomb.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
amélie nothomb (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frappe-toi le cœur, d’Amélie Nothomb

Publié le 16 septembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Si l’on avait tenté de lui expliquer que l’envers de la jalousie équivalait à de la jalousie et qu’il n’y avait pas de sentiment plus laid, elle eût haussé les épaules. Car les jaloux ne se rendent pas compte qu’ils le sont, non plus que de tout le mal qu’ils se font et surtout qu’ils font aux autres.

En 1971 Marie a 19 ans. Sa grande jouissance est de susciter une envie douloureuse chez les autres filles pour sa beauté, et d’épouser le plus beau garçon de la ville ; sa grande souffrance est de donner naissance à Diane, la plus belle petite fille que son mari ait vue et qui attire l’attention de tous.

Quand ses autres enfants paraissent, Nicolas, puis Célia, Marie leur témoigne une affection qu’elle a refusé de prodiguer à son aînée : une affection modérée pour son fils, une affection démesurée pour sa cadette, qui, du coup, se révèle insupportable, habituée à ne subir aucune contrainte.

À 15 ans Diane quitte la maison pour ne plus y revenir. Quatre ans plus tôt, à la suite d’un accident, elle a fait la connaissance d’un médecin, qui lui a parlé sans détour. Les paroles échangées avec lui ont suffi pour faire naître en elle la vocation de devenir un jour médecin, comme lui.

Diane sera cardiologue. Un vers d’Alfred de Musset, tiré d’une de ses premières poésies (dédiées à Édouard Boucher), l’a fortement impressionnée et l’a motivée pour cette spécialité dont l’objet est un organe qui n’a rien à voir avec les autres et qui a inspiré poètes et philosophes :

Ah! Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie.

En septième année de médecine, Diane est l’étudiante d’Olivia Aubusson, maître de conférences, qui produit sur elle une impression immense, si bien que bientôt elles deviennent amies et que Diane, en mal d’affection (sa déesse de mère l’a blessée), en éprouve pour Olivia…

Comme dans tous les contes, dont Amélie Nothomb est friande et dont elle adopte le ton ici encore, il y a dans celui-ci une morale : il est moins criminel pour une mère d’être aveugle et folle que d’avoir froidement et lucidement du mépris : à la gravité du crime [correspondra] la gravité du châtiment...

Frappe-toi le coeur, Amélie Nothomb, 180 pages Albin Michel

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles