Les idées du gouvernement Macron pour notre argent

Comme ses prédécesseurs, le gouvernement Macron entend diriger notre épargne – immobilier, assurance-vie, actions – et s’acharne sur des rentiers imaginaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mauvaise gestion By: Images Money - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les idées du gouvernement Macron pour notre argent

Publié le 14 septembre 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les derniers chiffres connus de la comptabilité nationale montrent qu’au mois de juillet, le déficit du commerce extérieur s’est creusé de 6 Mds€ tandis que les dépenses de l’État ont bondi de 10 Mds€.

Les gouvernements se succèdent, les déficits s’empilent, la dette gonfle. Mais nos mauvais gestionnaires fourmillent toujours d’idées quant à l’usage de l’argent des autres, le nôtre.

Le gouvernement Macron souhaiterait créer un fonds d’investissement pour les PME. Depuis 1987, je connais beaucoup de gérants de fonds qui ont fait fortune, mais je ne connais pas de particulier qui ait fait fortune en investissant dans ces fonds.

Mittelstand à la française 

« Il nous faut créer un véritable ‘mittelstand‘ à la française », a indiqué Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie. Pourtant, le mittelstand allemand, ce tissu de grosses PME performantes, n’est pas le fait du gouvernement central allemand ni de fonds publics, n’en déplaise à Benjamin Griveaux. Il est le fait d’investissements privés et de la façon dont les Allemands organisent leur épargne.

Du côté de l’assurance-vie et de l’immobilier, le gouvernement Macron a aussi des idées sur ce que nous devons faire de notre argent. Dans ce domaine, on ne sait pas encore trop ce qui sera mal (très puni par l’impôt) ou bien (moins puni). Mais on sait déjà que la « rente immobilière », c’est mal.

Pourtant, s’il existe un mittelstand allemand et que l’immobilier est beaucoup moins cher en Allemagne qu’en France, ce n’est sans doute pas par hasard. Dans tous les pays à tradition de « monnaie faible », les épargnants se réfugient dans l’immobilier qui est un rempart contre l’inflation et la dévalorisation de leur épargne. Lorsque la monnaie est forte, les investisseurs ont tendance à arbitrer de façon équilibrée et à prendre plus de risques.

Après plus de 40 ans de « politiques du logement », de taxations-subventions-exonérations, le logement reste encore et toujours un problème dans notre pays. On peut donc s’étonner que les gouvernements aient encore et toujours des idées sur l’immobilier et ne renoncent pas à « organiser » le marché.

Pourquoi tout sauf le « laissez-faire » ?

Dans un pays ou l’État contrôle 57% de l’économie, le « laissez-faire » n’est jamais envisagé comme solution. C’est bien dommage car ça marche mieux que le dirigisme et le capitalisme de copinage.

Deux pays ont récemment connu une absence de gouvernement : l’Espagne (315 jours), la Belgique (541 jours) ; les Pays-Bas sont sans gouvernement depuis le 15 mars 2017.

Que s’est-il passé durant ces vacances ? En Espagne et en Belgique, trois indicateurs ont tourné au vert : la croissance du PIB, le chômage et la dette des administrations publiques, a démontré l’IREF Europe. Au Pays-Bas, la croissance s’affiche à… +3,8% en rythme annuel.

Plutôt que de fourmiller d’idées sur la façon dont nous organisons notre épargne, notre gouvernement devrait plutôt consacrer son énergie à réduire ses dépenses. Mais de cela, nulle trace dans nos journaux.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • En France, c’est l’Etat la source de nos déboires.
    Quand les citoyens l’admettront-ils?

    • @ montesquieu

      Je connais assez bien la Belgique: j’y suis né.

      D’abord, coupons les ailes à un « canard » un peu ridicule: ce pays n’est JAMAIS sans gouvernement, le dernier restant en place pour les « affaires courantes » mais exceptionnellement, lors de cette crise-là, le gouvernement a été autorisé par le parlement à faire passer un budget, ce qui n’a rien d’une affaire courante!

      Il est forcément vrai que si les impôts restaient perçus, aucun projet d’envergure (donc coûteux) n’a pu être initié! Les finances publiques en ont donc bien profité! Mais toute décision de grand investissement était impossible!

      La Belgique, toujours en mutation fédéraliste, a fini par se décider pour un « pouvoir » qui ne s’occuperait pas de modifier la constitution, avec pourtant un gouvernement efficace sur le plan économique, sous la houlette d’un premier ministre « libéral », eh oui!

  • nos politiques sont à virer …

  • En bon socialiste, Macron s’intéresse surtout au meilleur moyen de nos piquer notre argent !
    Ce pays est foutu.

  • quand va t-il s’attaquer aux dépenses de L’ÉTAT. .
    et les baisser de 7% pour revenir à 50%.dans un premier temps…
    pas très électoral ….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu. Un article de l'IREF Europe

Le discours prononcé par Emmanuel Macron le 6 janvier à l’hôpital de Corbeil-Essonnes était politiquement habile.

Les soignants qui l’écoutaient ne pouvaient qu’approuver sa description des défauts d’un système dont ils souffrent quotidiennement :

bureaucratisation excessive qui leur fait perdre 20 % de leur temps, 35 heures qui désorganisent leurs plannings de travail, numerus clausus qui a diminué le nombre de médecins, gouvernance alourdie par la centralisation au niveau des... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles