Québec : la réforme qui pénalise les petites entreprises

Le ministre des finances Bill Morneau propose de hausser les impôts liés au fractionnement du revenu, aux placements passifs et à la conversion de revenus d’entreprise en gains en capital.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Québec : la réforme qui pénalise les petites entreprises

Publié le 13 septembre 2017
- A +

Par Mathieu Bédard.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Le mécontentement grandit au sujet de la réforme fiscale mise de l’avant par le ministre des Finances, Bill Morneau. Selon la logique qu’il a répétée dans sa lettre ouverte de mardi dernier, il souhaite imposer aux particuliers à revenu élevé qui ont créé leur petite entreprise des taux d’imposition effectifs comparables à ceux des salariés ordinaires. Pour y arriver, il propose de hausser les impôts liés au fractionnement du revenu, aux placements passifs et à la conversion de revenus d’entreprise en gains en capital.

Beaucoup de gens seront stupéfaits d’apprendre qu’une hausse des impôts liés aux stratégies financières des petites entreprises entraînera, ô surprise, une augmentation des impôts… des petites entreprises ! Et ces impôts frapperont les propriétaires de petite entreprise en général plutôt que le 1 % des plus riches.

Échappatoires fiscales

La rhétorique du gouvernement emploie la formule des « échappatoires fiscales ».

Certes, on peut aisément affirmer que certaines stratégies fiscales exploitent ces échappatoires, mais c’est tout autre chose de prétendre qu’elles sont répréhensibles et doivent être éliminées.

Qui plus est, tout accroissement de l’équité fiscale que pourrait susciter ce projet de réforme doit être contrebalancé par ses effets sur l’efficience économique et, à ce propos, le fardeau de la preuve incombe au gouvernement.

Certaines de ces « échappatoires » existent depuis presque aussi longtemps que notre système fiscal et on serait naïf de penser que le gouvernement ne s’en est pas préoccupé durant tout ce temps. Ainsi, le fractionnement du revenu avec des enfants de moins de 18 ans, un des aspects de la réforme actuelle, a déjà été réglé et taxé en conséquence il y a longtemps ; le fractionnement du revenu avec un époux a fait l’objet de contestations judiciaires depuis plus longtemps encore.

Des balises suffisantes

Nous disposons déjà de balises suffisantes pour prévenir les abus et nous pourrions très bien améliorer celles-ci sans mettre notre système fiscal sens dessus dessous. Ces questions spécifiques peuvent et doivent être résolues par des lois ciblées qui admettent la possibilité d’utiliser ces diverses pratiques à des fins honnêtes et légitimes.

De cela découle un autre point : chacune de ces soi-disant échappatoires occupe une place importante dans notre système fiscal et dans l’environnement de la petite entreprise d’aujourd’hui. Sans elles, nos petites entreprises paieraient plus d’impôt et les investisseurs seraient moins disposés à les financer. Dans certains cas, elles parviendraient peut-être à changer leurs méthodes et à pratiquer une planification fiscale plus dynamique, ce qui entraînerait une hausse de leurs frais administratifs. Dans tous les cas, cependant, le taux de croissance économique en souffrirait, au détriment de tous les Canadiens.

Vendre plutôt que transmettre

Entre autres effets imprévus de la réforme, il pourrait devenir plus avantageux pour un propriétaire entrepreneur de vendre son entreprise plutôt que de la transmettre à la prochaine génération.

Au Québec, la vente d’entreprises à des acquéreurs étrangers a été un enjeu important ces derniers temps. Ces craintes sont souvent exagérées, car il est tout à fait normal que des entreprises soient vendues au plus offrant, qu’il soit du Canada ou d’ailleurs. Mais cela ne veut pas dire que nos lois devraient encourager activement ce genre de choses.

Dans le domaine fiscal, la distance entre un projet de réforme et la réalité concrète est considérable. Quand les règles changent, on constate, entre autres, que les gens s’y adaptent. Que ce soit en recourant davantage à une planification fiscale ingénieuse, en passant par l’économie clandestine, en négligeant la diversification et la préparation dans l’éventualité d’un ralentissement économique ou en ne transmettant pas leur entreprise par la voie successorale, les petits entrepreneurs s’adapteront. Reste à savoir si nous aimerons les résultats.

Nous sommes tous en faveur de l’équité fiscale. Cependant, si nous voulons réformer le système pour le rendre plus équitable, nous devrions réduire les impôts au lieu de les augmenter. Actuellement, les États-Unis discutent d’une réforme qui pourrait réduire de beaucoup leur impôt des sociétés alors que notre régime fiscal est l’un des rares aspects où le Canada offre un environnement plus favorable pour les affaires. Il n’est jamais opportun d’augmenter les impôts des entreprises, même au nom de l’équité, mais ce serait tout simplement téméraire dans ce contexte.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Merci pour cette contribution. Entrepreneur français, je travaille beaucoup à la grande exportation et un peu avec les institutions publiques québécoises. Il m’a toujours semblé frappant de constater que nos chers cousins souffrent des mêmes travers bureaucratiques, fiscalistes, étatistes et autres que nous-mêmes… Une maladie de la francophonie mâtinée de catholicisme mal digéré?

    • @ eole
      « Une maladie de la francophonie mâtinée de catholicisme mal digéré? »

      Non, ce n’est pas un problème de langue mais si on parle Français au Québec, c’est parce que les immigrés venaient bien de France et ont peut-être conservé ce chauvinisme national français (un complexe de supériorité « inné ») s’inspirant de la France, mais peu pratiqué chez les francophones non Français d’après leurs origines. D’autre part, ce n’est pas parce qu’on parle de « paroisses » dans le découpage territoriales que la religion n’est pas en chute libre au Québec!

      Autant vos explications présumées peuvent confirmer ce que vous avez plaisir à croire, au prix d’une confusion entre langue et histoire et d’un phénomène religieux contradictoire avec votre supposition! Mais si ça fait votre bonheur, pourquoi pas?

      • J’entendais « francophonie » au sens culturel plus que linguistique, et il est avéré que d’autres racines religieuses ont tendance à favoriser la liberté d’entreprise (protestantisme par exemple).

        De toutes façons j’avais mis un point d’interrogation…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles