Le streaming illégal a de beaux jours devant lui

Avec le combat de boxe McGregor – Mayweather on a pu constater l’inquiétante professionnalisation du streaming illégal. Explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Streaming-My desk by Beanbag Amerika(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le streaming illégal a de beaux jours devant lui

Publié le 3 septembre 2017
- A +

Par Jérôme Barbier.1

Avec le développement des services de streaming illégaux, sont apparus des sites de faussaires imitant les plateformes légitimes afin de donner l’illusion de la légalité et de tromper les utilisateurs. Une pratique qui n’est pas sans conséquences pour le marché, mais aussi les spectateurs.

Le 27 aout dernier, le boxeur américain Floyd Mayweather s’est imposé par K.-O. technique face à l’Irlandais Conor McGregor dans un match de tous les superlatifs. Si la performance était impressionnant pour un homme invaincu après 50 affrontements – et boxant contre un homme de 11 ans son cadet – le match est également entré dans l’histoire pour le plus grand recours au streaming (diffusion d’une vidéo en direct sur internet) illégal de l’histoire de ce sport.

La société de cybersécurité Irdeto a en effet relevé que pas moins de 239 streams illégaux avaient permis une rediffusion pirate du match – dont pas moins de 165 ont été partagés directement sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitch, et Periscope. Au total, ce sont 2,930,598 spectateurs qui ont vu le match en toute illégalité.

Si ces chiffres – imputables à la part croissante dédiée au streaming sur les réseaux sociaux – sont déjà impressionnants, ils cachent une réalité encore plus surprenante : un grand nombre d’internautes n’avaient pas conscience du fait qu’ils regardaient le match illégalement. D’après Irdeto, « un marketing intelligent » a pu mener dans l’erreur un nombre considérable de ces usagers. Les fournisseurs de streaming fonctionnent comme un business à part entière et sont devenus très professionnels. « La disponibilité du contenu est la clef, et cela a pu tromper des consommateurs qui ont choisi par inadvertance un service illégal au lieu d’un service légal » conclut le groupe.

Les démonstrations sportives : une cible de choix

En une seule journée, Irdeto a dénombré 42 publicités pour des plateformes de streaming illégales permettant aux usagers de visionner le match sur des sites de e-commerce tout à fait légitimes, notamment les géants Amazon, eBay et Alibaba. De fait, les sites de streaming ont longtemps joué sur la confusion des genres, donnant l’illusion d’un service licite – à l’image de Mégaupload qui proposait un abonnement à vie à 199 euros. Les grands événements sportifs sont désormais la pierre angulaire de ce business, « avec des milliers de sites proposant une diffusion des millions de spectateurs », souligne Rory O’Connor, le vice-président sénior chargé de la sécurité chez Irdeto.

Ce développement d’une offre illégale, singeant les sites officiels est une véritable épine dans le pied des fournisseurs légitimes, qui doivent acheter les droits de diffusion à des prix importants, et se conformer à tout un ensemble de règles contraignantes. De plus, les pirates deviennent de plus en plus efficaces dans leur entreprise de maquillage, et les premiers perdent désormais une part de marché conséquente. La fraude n’est pas non plus sans risque pour l’internaute trompé, qui peut être considéré comme receleur. En droit français, le recel consiste en « le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d’intermédiaire afin de la transmettre ».

Une illusion de gratuité

Mais l’explosion du streaming illégal a un parallèle : les consommateurs, à leur insu, deviennent les vaches à lait des pirates informatiques. Les hébergeurs de site illégaux vont ainsi tirer profit de leur trafic, voire infecter leur machine. Une étude Hadopi parue en juin 2017 sonnait le signal d’alarme, soulignant que les internautes se rendant sur des sites de streaming illégaux peuvent être victimes de ransomware et autres malwares. 91% des sondés disent avoir subi des « nuisances » au cours de 2016. 94% des consommateurs occasionnels – moins au fait de ces pratiques – disaient avoir été victimes de tentatives d’hameçonnage. Si les conséquences sont souvent bénignes, elles peuvent aussi être bien plus sérieuses : vol de coordonnées bancaires, usurpation des moyens de paiement, usurpation de l’identité…

Sans aller jusqu’au logiciel malveillant, parfois l’économie même du marché illégal expose à des risques. Une étude de l’association Ennocence mettait en garde contre le recours de sites de streaming illégaux, ces derniers ayant très largement recours à des pop-ups, des mails non sollicités (spams) et des publicités pornographiques pour se financer.

Aussi, les enfants et jeunes adolescents – principaux utilisateurs du streaming illégal – peuvent aisément se retrouver confrontés à des contenus inappropriés (violents, dégradants, pornographiques…). L’association souligne que « 14% des enfants de 9 à 16 ans à avoir surfé sans le vouloir sur un site pour adultes ». Cela atteint même 36% pour les 15-16 ans.

Les faits ne sont pas anodins : « 74% des enfants exposés malgré eux à des images pornographiques en ligne affirment l’avoir mal vécu », d’après le rapport. Avec les conséquences qu’on connaît : dépressions, complexes, violences sexuelles et autres dérives.

En définitive, la pratique du streaming, particulièrement le streaming d’événements sportifs, a de beaux jours devant elle. Elle génère après tout la somme colossale de 147 millions de dollars. Avec le développement de streaming illégal – en particulier les sites aux airs légitimes – il est fort à parier que ce chiffre va continuer à battre des records.

  1.  Analyste cyber sécurité.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Une étude Hadopi parue en juin 2017 » : ça existe toujours ce truc, Hadopi ?

    La fin de l’article est assez hallucinant… le streaming ça doit être un truc fabriqué par Monsanto, c’est sûr… manque plus qu’à dire que ça donne le cancer !

    Quant aux popups publicitaires, nul besoin d’aller si loin que sur un site de streaming… : ici même parfois 😀

  • Il ne semble effleurer personne que ce puisse être la loi sur le streaming, et la propriété intellectuelle en général, qui est totalement inadaptée. On peut trouver normal de payréseauxer un artiste ou un sportif pour la performance à laquelle on assiste, mais dans le modèle du streaming payant, quel pourcentage va à l’artiste ?
    Les autres, publicitaires, fiscs, réseaux, etc. captent 95% du chiffre d’affaires, au moins. Ce ne sont pas des bases saines et libérales pour un business…

  • l auteur est il sur que le streaming ne donne pas aussi les oreillons ou le SIDA ?
    Le niveau 0 de l analyse. Que certains escrocs en profitent est une chose, mais supprime t on les mails car des nigerians vous demandent leur aide pour toucher les millons caché en suite de leur defunt mari ?

    L auteur devrait plutot se demander pourquoi les gens vont sur une offre illegale ! C est comme aux USA durant la prohibition : on a voulu empecher les gens de boire de l alcool et du coup le sport national etait de trouver de la gnole. Et ca a permit a la mafia de se developper.
    Les ayant-droits ayant loupe le virage technologique de l internet et voulant toujours vendre CD/DVD ont fait voter moultes lois afin de proteger leur business model pourtant condamne.

    sinon pour mediter, l auteur devrait lire ca : http://bastiat.org/fr/petition.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que dans les médias le courant woke semble avoir le vent en poupe, sur les marchés il en va autrement. Récemment Disney et Netflix ont subi des pertes financières importantes dues à leurs orientations. À Wall street résonne un nouveau slogan : get woke go broke (devenir woke vous ruine).

Les investisseurs doivent se poser alors la question : to woke or not to woke ?

 

Arrivée de la police de la pensée

Au début, il y a eu le politiquement correct, cette posture qui consiste à policer excessivement son langage po... Poursuivre la lecture

C'est une évidence : le piratage des musiques et des films sur internet tue l'industrie musicale et cinématographique à grands coups de poignards dans le dos. Ou, en tout cas, cette abomination partageuse en dehors de toutes les rétributions consciencieusement prévues par les lois en vigueur provoque forcément un désastre financier : autrement dit, c'est sûr, Internet et les sites de partages illégaux de contenu sous droit d'auteur impactent négativement les industries culturelles.

C'est ce qu'a tenté de montrer une étude lancée par la... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Léon.

[caption id="attachment_212829" align="alignleft" width="640"] Tour de France, York credits Alh1 via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))[/caption]

Le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a publié, en février dernier, une étude sur « Le poids économique du sport en 2012  », en France. Les données statistiques, abondantes, qui courent sur les années 2005-2012, dressent un état des lieux précis de la « dépense sportive nationale », et de sa musculeuse filière publique. Sa lecture est un exercice de hau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles