Pourquoi un Parti Libertarien ?

Une tribune du président du parti libertarien français, Guilhem d’Urbal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi un Parti Libertarien ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 août 2017
- A +

Par Guilhem d’Urbal.

Après la question de notre renaissance un certain nombre d’entre vous se sont interrogés sur notre positionnement et nos ambitions politiques.

Ce communiqué aura pour but de répondre à vos interrogations, notre vision du politique est bien de proposer. Proposer un message novateur, une stratégie de coureur de fond et des allégeances idéologiques identifiable immédiatement.

Un message libéral sans concession

Notre mouvement s’est créé dans une volonté de diffuser un message libéral sans concession dont Frédéric Bastiat est l’un des meilleurs porte-parole. Pour que tout cela ne reste pas que des mots, des slogans sans substance, nous ne nous autorisons dès à présent aucun tabou.

Notre raison d’être est justement là pour remuer les sujets peu audibles qui sont pourtant au final les marqueurs de la bonne santé de notre civilisation au sens noble du terme.

Ces tabous sont, pour exemple : la possession et le port d’arme à feu, la guerre contre les drogues, la possibilité de faire sécession (la subsidiarité sera un thème fort de notre parti), la liberté totale en matière de retraite, la réflexion sur notre modèle électoral et notre régime politique, la défense d’un versement du salaire complet, la demande du retrait des prérogatives envahissantes de l’Union Européenne, la mise en place d’un paradis fiscal Français, l’application d’une laïcité respectueuse des traditions de chacun, etc…

Présents dans les médias

Si nous avons décidé de poursuivre l’aventure du mouvement libertarien en parti politique, c’est que nous avons considéré qu’il nous fallait une structure politique pour avoir accès à du temps de parole et de l’espace dans l’agora actuel que sont les médias traditionnels et modernes.

Ceux-ci devront être mis à profit pour diffuser notre message de liberté de façon la plus claire possible, résolument radical mais pédagogique dans le même temps. Ce temps de parole s’obtient aussi grâce aux élus acquis, nous travaillerons le plus sérieusement possible à faire élire nos candidats mais par une politique d’assimilation par la population de notre message plutôt que par des jeux de négociations politiques.

C’est une stratégie ingrate, longue, souvent solitaire, mais qui nous donne la garantie de maintenir un corpus idéologique cohérent (une rareté en politique) et ainsi construire l’avenir sur des bases saines.

C’est dans un souci de visibilité, de transparence et de stabilité que nous avons fait le choix de prendre le nom de « Parti Libertarien » afin que nulle récupération ou assimilation politique ne soit à ce jour possible, le nom étant vierge de toute connotation.

Alliance internationale des partis libertariens

Pour appuyer cette volonté de perdurer dans le temps avec nos idées, alliées à nos ambitions électorales, nous nous sommes tourné vers nos homologues des autres pays en étant membre fondateur de l’alliance internationale des partis libertariens (IAPL) qui agit à la fois comme un formidable vecteur d’échange d’expérience humaine entre défenseurs de la liberté et comme garde-fou malgré tout, pour qui veut rester dans cette alliance.

En rappelant que cette structure n’a pour statut et pouvoir que de favoriser les échanges entre membres sans aucun autre type de contraintes.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Né en 1905, disparu en 1983, Raymond Aron a méthodiquement analysé les mutations des sociétés modernes en leur consacrant plus de trente livres. Pendant plus de trente ans il est descendu presque quotidiennement dans l’arène pour participer aux grands combats qui dans le bruit et la fureur de l’histoire ont divisé le monde au temps de la guerre froide.

Éditorialiste commentant à chaud l’actualité (au Figaro puis à l’Express) en même temps qu’universitaire, il a toujours veillé à intégrer ses jugements ponctuels dans une vision du monde... Poursuivre la lecture

L’été se déroule tranquillement du côté des Républicains. Les législatives n’ont pas été l’échec retentissant envisagé. De 101 députés qu’ils étaient, coincés entre Emmanuel Macron et Marine le Pen, les plus pessimistes craignaient de se compter sur les doigts de la main tel le PS en 2017. Finalement, 62 députés sont encore à l’Hémicycle. Assez pour exister. Ils ont pris leur place au Palais-Bourbon, proposent et votent des textes avec la majorité. En somme, rien n’a changé, la vie parlementaire continue.

Au loin, pourtant, des nuages ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles