Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (12)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Reading a book by Marjan Lazarevski(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (12)

Publié le 17 juillet 2017
- A +

Par Johan Rivalland.

Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme

Il s’agit de l’un des romans les plus connus de l’illustre auteur autrichien.

Une fois de plus, Stefan Zweig se révèle en maître de la psychologie. Il parvient à nous faire ressentir avec force les passions, doutes, troubles, confusions de ses personnages, toujours avec une très grande intensité.

Ici, on croirait une nouvelle fois avoir affaire à un roman écrit par une femme, tant il s’immisce dans la pensée profonde de son personnage féminin, en dévoilant toute la fragilité, la force morale et l’opiniâtreté.

L’histoire d’une passion foudroyante, dans l’univers des salles de jeux de Monte-Carlo. Une aventure folle et intense dont seul l’auteur parvient à nous transmettre l’intensité, au-delà de toute morale de bon aloi. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. La célèbre citation semble ici s’appliquer à merveille.

Une narration tout simplement étonnante. Et surtout, époustouflante.

Sans omettre la description fort subtile du personnage masculin, que l’on dirait tout droit sorti d’un roman de Dostoïevski.

Du grand art.

Vraiment un très grand auteur.

Légende d’une vie

Nous voici à présent plongés dans l’univers du théâtre (nous y reviendrons d’ailleurs dès le prochain volet). Pas a priori l’univers de prédilection de notre spécialiste du roman et surtout de la nouvelle, mais je dois dire qu’on ne ressort absolument pas déçu de cette lecture, bien au contraire une fois de plus plutôt admiratif.
Maîtrisant parfaitement l’art du théâtre, Stefan Zweig parvient à y intégrer de très belle manière ce qui fait sa force, le sens de la psychologie profonde des personnages, l’expression pleine de ce que ces derniers peuvent ressentir sans qu’il soit évident de le faire émerger jusqu’à la conscience et moins encore de l’exprimer clairement.

Ici, l’histoire du fils d’un grand écrivain dont la vie semble avoir été celle d’une légende, ou comment faire face à la difficulté de succéder à un père dont tout concourt à montrer qu’il était irréprochable à tout point de vue et digne de l’admiration de tous.
Comment assumer les espoirs fondés sur lui, la comparaison inévitable que l’on fera de lui en référence à ce père parfait ? Comment supporter que l’on ne s’intéresse guère à lui pour lui-même mais toujours en évoquant immanquablement ce père disparu ? Comment résister à cette pression psychologique constante qui l’empêche d’avoir sa propre vie, de pouvoir se comporter en être libre puisque, quoiqu’il arrive, on le comparera inévitablement à ce père et on l’attendra forcément au tournant, espérant peut-être même sa chute, qui prouverait bien qu’il ne suffit pas d’être le fils de quelqu’un d’extraordinaire pour pouvoir prétendre rivaliser avec lui ?

Or, ce fils ne souhaite rien d’autre que de disposer de la paix intérieure, d’évoluer indépendamment de ce père qu’il a toujours admiré et en même temps peut-être d’une certaine manière haï à cause de ce poids qu’il lui fait involontairement subir.
À moins que ce père n’ait quelque faille dont personne n’a connaissance ou presque… Cela pourrait bien changer le cours des événements.

Une pièce de théâtre d’une parfaite maîtrise, passionnante, très réussie.
Du grand Zweig.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Suite au triptyque sur la fabrique du consentement (ou plus exactement, l’extorsion du consentement), il apparaît profitable d’y ajouter deux addenda : le premier relatif au clergé médiatique et le second tenant à la délégation de responsabilité sans signature.

Ces deux éléments constituent deux courroies majeures de la transition vers un régime post-démocratique tel que l’avait élaboré dès 2004 le chercheur anglais Colin Crouch.

Car la post-démocratie c’est l’évolution de la démocratie vers une tyrannie qui conserve malgré tout... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles