Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (10)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Renaud Camus - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (10)

Publié le 14 juillet 2017
- A +

Par Johan Rivalland.

Clarissa

Une fois de plus, à travers ce roman, Stefan Zweig parvient à nous surprendre.

Nous surprendre, pour commencer, par la qualité de son style. À la fois simple, proche et incisif, qui permet de révéler, d’une manière qui paraît presque évidente, le caractère profond des personnages et leur psychologie la plus intime.

Avec une précision chirurgicale (selon une expression en vogue). Jusque dans l’évolution de celle-ci, puisque nous suivons ici un personnage depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte, dans des univers et avec des préoccupations différents et à la fois forcément liés, à travers le vécu du personnage.

La force du destin qui vous emporte

L’enfance un peu amère et pleine de la frustration de la mère disparue et du père absent, qui laisse sa fille au couvent ; l’éducation rigoureuse et le désir de bien faire pour plaire au père ; la découverte tardive mais tout en retenue de l’altérité après un relatif repli sur soi, le départ du couvent, l’ouverture au monde, au travail puis à l’amour.

Et l’emportement dans la guerre, celle de 1914-1918, vécu comme une force inexorable qui vous dépasse et vous dépossède de tout ce que vous vous croyiez attaché, à commencer par votre liberté (d’être, de penser, de se déplacer, d’agir, de rester avec qui on désire vivre).

La guerre et les détresses qu’elle engendre

Une évocation puissante de la guerre, de la folie humaine, du caractère fragile de la vie en société telle qu’on la connait et la conçoit, voire des psychologies humaines, qui peuvent s’avérer surprenantes lorsque les circonstances ordinaires ne sont plus.

Et la détresse humaine, celle de la femme aimante, qui se voit séparée malgré elle de l’être chéri par les circonstances de la guerre, confrontée à des situations déchirantes, telles que je me garderai de relater, pour ne pas gâcher tout l’intérêt de cette histoire, au sujet de laquelle j’espère ne pas avoir déjà trop dit.

La fragilité de la liberté

Une belle source de réflexion, un bel hommage à tous ces petites gens oubliées qui ont vécu et souffert à l’époque de la Grande guerre et, à travers elle, de toutes les guerres.

Mais aussi une évocation effrayante de la fragilité de notre monde et du caractère très relatif de notre liberté, aussi fort puisse-t-on y être attaché.

Un roman intense, où s’exprime à merveille tout le talent extraordinaire et le génie de Stefan Zweig.

Stefan Zweig, Clarissa, Le livre de poche, avril 1995, 187 pages.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je suis en train de lire  » Clarissa ».. j’approuve..  » beau livre », déphasant,  » surprenant » ou intéressant parce que l’on apprend comment cela se passait à cette époque, trés belle écriture…voyage dans le temps.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Suite au triptyque sur la fabrique du consentement (ou plus exactement, l’extorsion du consentement), il apparaît profitable d’y ajouter deux addenda : le premier relatif au clergé médiatique et le second tenant à la délégation de responsabilité sans signature.

Ces deux éléments constituent deux courroies majeures de la transition vers un régime post-démocratique tel que l’avait élaboré dès 2004 le chercheur anglais Colin Crouch.

Car la post-démocratie c’est l’évolution de la démocratie vers une tyrannie qui conserve malgré tout... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles