La morale des affaires n’a rien à voir avec la morale

Ce qu’on appelle morale des affaires n’a rien à voir avec la morale. Il s’agit, en réalité, de l’éthique personnelle du dirigeant, de sa façon de conduire sa vie et d’influencer ceux sur lesquels il a autorité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La morale des affaires n’a rien à voir avec la morale

Publié le 5 juillet 2017
- A +

Par Alain Goetzmann.

La morale, selon André Comte-Sponville, est constituée de l’ensemble de nos devoirs, les obligations que nous nous imposons à nous-même, indépendamment de toute récompense ou sanction attendue, et même de toute espérance.

Il considère que l’entreprise n’est ni morale ni immorale, elle est simplement amorale, c’est-à-dire hors du champ de la morale. Son but est de créer des richesses pour ses propriétaires et la communauté dont elle fait partie, par la création d’emplois et l’impôt, dans le respect des lois et des règles qui régissent son environnement.

D’abord satisfaire le client

À ce titre, l’entrepreneur ou le chef d’entreprise doit mettre en tête de ses priorités la satisfaction du client, objectif premier de son action, le seul qui lui permette de créer la valeur qui rémunérera le capital, les salariés et l’environnement.

Son rôle n’est pas de définir ou de décider de ce qui est bon pour la cité ou encore de faire entrer dans son entreprise des considérations politiques ou morales extérieures à son objet.

Ce qu’on appelle morale des affaires n’a rien à voir avec la morale. Il s’agit, en réalité, de l’éthique personnelle du dirigeant, de sa façon de conduire sa vie et d’influencer ceux sur lesquels il a autorité. Pour les Grecs anciens, l’éthique (Ethos) relève du bon et du juste. C’est la voie vers la bonne vie.

Travail sur soi permanent

Il s’agit donc d’un cheminement vers une façon de se comporter, en harmonie avec ses devoirs, ce qui exige un travail sur soi permanent – une conversation critique interne – pour rester dans un rapport de vérité et savoir évaluer lucidement sa compétence, ses capacités, ses limites et ses faiblesses.

Attention toutefois, à ne pas tomber dans l’angélisme. Il n’y a pas à choisir entre l’homme et la performance de l’entreprise, entre l’entreprise et la société des hommes, entre les objectifs économiques et l’éthique.

L’entreprise, nous l’avons vu, est amorale et doit remplir son objectif de création de valeur. À sa tête, un homme doit, par son éthique dans la conduite des affaires, tenter de trouver la bonne voie. Le meilleur moyen pour lui de concilier ces objectifs, apparemment divergents, repose sur trois attitudes essentielles.

3 attitudes essentielles

Premièrement, l’humanisme qui n’est ni de la philanthropie, ni le reflet d’un engagement humanitaire, mais une façon de reconnaître l’homme dans toute sa dimension et à le mettre au centre de tout.

Deuxièmement, le courage, le courage de faire, le courage de trancher, le courage de rester humble, le courage d’accepter l’échec et le courage de rebondir.

Enfin, l’exemplarité sans laquelle aucun leadership n’est possible.

Aujourd’hui, comme de tous temps pour les agriculteurs, les artisans et les commerçants, les barrières entre vie privée et vie professionnelle ont tendance à disparaître. L’unité de conduite de sa vie devient donc la règle.

Jamais ne s’est autant justifié cet aphorisme d’Albert Camus dans Noces  :

Qu’est-ce que le bonheur sinon l’accord vrai entre un homme et l’existence qu’il mène.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La morale à toute sa place dans l’entreprise. Il est parfaitement légitime pour une entrepreneur ou un patron d’agir en tant que patron en suivant sa morale. Il peut par exemple refusé de respecter des lois qu’il estime injuste ou illégitime et évidement essayer de se soustraire autant que possible à l’impôt qui n’est qu’un vol vicieusement légitimité par la lois du plus fort.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick de Casanove.   

Tous les intérêts légitimes sont harmoniques. Tous ceux qui adopteront ce point de départ : les intérêts sont harmoniques, seront aussi d’accord sur la solution pratique du problème social : s’abstenir de les contrarier et de déplacer les intérêts. Il ne faut pas étendre artificiellement la solidarité de manière à détruire la responsabilité ; en d’autres termes, il faut respecter la liberté. Frédéric Bastiat, À la jeunesse française (1850)

Leur légitimité réside dans les échanges libres, qui sont harm... Poursuivre la lecture

Par Justine Colinet.

Nous sommes le 28 septembre et, bien que bénéficiant d'une couverture médiatique relativement faible, c'est aujourd'hui la journée internationale du droit à l'avortement.

Avortement : du pour et du contre

Le débat sur le recours à l'avortement est particulièrement polarisé avec d'un côté, les partisans de l'avortement - ceux qui défendent le droit à y accéder - et l'autre extrême, les défenseurs de la vie - ceux qui cherchent à interdire toute forme d'avortement. Il existe trois types d'interruption de gross... Poursuivre la lecture

Atelier proposé par IES Europe.

La Faculté de Droit d’Aix-Marseille Université organise en collaboration avec le Freedom Center de l’Université d’Arizona et IES Europe un atelier de réflexion autour du philosophe David Schmidtz et de l’économiste Cathleen Johnson, à propos de leur ouvrage à la croisée de l’économie et de l’éthique, Commercial Society (qui sortira bientôt en français sous le titre La Société du Commerce), du 8 juillet (soir) au 10 juillet (soir) à l’Université d’Aix-Marseille, Site Schuman à Aix-en-Provence.

À cô... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles